TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Jacques 5

    • 1 Chapitre 5.

      1 à 6 Aux mauvais riches.

      Interpellation énergique semblable à celle de Jacques 4.13. L'auteur s'attaque maintenant aux riches, pour lesquels il a déjà eu des paroles d'avertissement et de désapprobation ; (Jacques 1.10 ; 2.2-7) ici il leur dénonce les jugements de Dieu sur les criantes injustices dont ils se rendent coupables et sur leur vie de jouissances. Les termes qu'il emploie montrent clairement qu'il a en vue des hommes qui n'appartenaient pas à l'Eglise de Jésus-Christ. (Voir l'Introduction et comparez Jacques 2.6,7, note.)

      En vain objecte-t-on qu'il ne saurait utilement s'adresser √† des gens qui ne liraient pas son √©p√ģtre. Il est tout √† fait dans le style des proph√®tes (Esa√Įe 33.1¬†; comparez Matthieu 23.13) d'apostropher les absents.

      D'ailleurs, en annon√ßant, dans ce langage plein d'√©nergie, les ch√Ętiments de Dieu qui allaient tomber sur les riches mondains, oppresseurs des pauvres, il voulait non seulement offrir √† ces derniers le consolant espoir d'une prochaine d√©livrance, (verset 7 et suivants) mais pr√©senter aux membres de l'Eglise qui n'√©taient pas d√©pourvus de biens et pouvaient √™tre tent√©s par l√† m√™me d'imiter les riches de ce si√®cle, un s√©v√®re avertissement, propre √† les pr√©server de l'orgueil, de l'injustice et de l'amour du monde.

      Ces avertissements sont, du reste, aussi n√©cessaires √† faire entendre aujourd'hui qu'au temps o√Ļ ils furent √©crits.

      Pour le cŇďur de l'homme, il y a dans l'or et l'argent des pi√®ges du d√©mon, dont une sinc√®re puret√© ne parvient pas toujours √† pr√©server ceux-l√† m√™mes qui savent le mieux qu'ils ne doivent pas y attacher leur cŇďur.

      Grec¬†: Sur vos malheurs qui viennent...au jour prochain du jugement √©ternel, et plus t√īt encore, √† la ruine de J√©rusalem et du peuple juif. La parousie (verset 7) √©tait rattach√©e √† la ruine de J√©rusalem dans l'attente des premiers chr√©tiens.

      3 Dans son langage prophétique, l'homme de Dieu considère comme déjà accomplis les jugements qu'il dénonce.

      D√©j√† les richesses sont pourries, en voie d'√™tre an√©anties, d√©j√† les v√™tements, partie notable de l'avoir des anciens, sont (grec) devenus rong√©s des vers (Matthieu 6.19) d√©j√† l'or et l'argent sont rouill√©s, image de leur perte, car la rouille ne s'attaque pas √† ces m√©taux¬†; et bient√īt cette rouille t√©moignera contre les riches soit en accusant leur avarice et leur duret√© de cŇďur, soit en pr√©sageant par son Ňďuvre de des traction leur propre ruine¬†: elle d√©vorera ceux qui avaient leur cŇďur √† l'argent.

      Elle dévorera vos chairs : vos corps seront consumés par le feu du jugement. (Psaumes 21.10) Effrayante image, qui renferme une profonde vérité (Comparer 1Jean 2.17, note.)

      Ces hommes sont si insens√©s qu'ils ont amass√© un tr√©sor, m√™me dans les derniers jours o√Ļ les ch√Ętiments divins vont fondre sur eux.

      Grec : Vous avez thésaurisé, au sens propre ; il ne faut pas sous-entendre : "de la colère," comme Calvin le fait, d'après Romains 2.5. Le verbe thésauriser est souvent employé sans régime (Luc 12.21 ; 2Corinthiens 12.14)

      Il n'y a pas dans le texte grec : pour les derniers jours, mais dans les derniers jours, ces jours qui précèdent la venue du Seigneur sont déjà commencés. (Comparer Hébreux 1.1, note.)

      4 La cupidité a toujours pour compagnes la dureté et l'injustice. (Comparer Deutéronome 24.14,15 ; Lévitique 19.13 ; Jérémie 22.13 ; Malachie 3.5 ; Luc 10.7)

      Ces iniquités crient vers le ciel, demandent justice, (Genèse 4.10 ; Exode 2.23) et le Seigneur des armées les entend.

      Grec¬†: le Seigneur Sabaoth, (Esa√Įe 5.9) l'auteur transcrit le mot h√©breu, qui, dans sa pens√©e, s'applique aux arm√©es c√©lestes et doit marquer la puissance infinie de celui auquel parvient le cri des opprim√©s. (Psaumes 18.7)

      Ceux-ci sont d√©peints comme des moissonneurs, non que l'√©p√ģtre f√Ľt adress√©e √† des agriculteurs seulement, mais parce que le dur travail que ces mercenaires accomplissaient √† la sueur de leur visage faisait mieux ressortir l'injustice de ceux qui les frustraient de leur salaire.

      Calvin donne un autre motif de ce choix, fort plausible aussi : "Quelle plus grande vilenie saurait-on trouver, que de faire mourir de faim et de pauvreté ceux qui nous fournissent de pain par leur labeur ?"

      5 Sur la terre, comme si c'était là le tout de l'homme. Comparer Luc 16.19.

      Vous avez rassasi√© vos cŇďurs, et par l√† m√™me vous les avez appesantis et rendus incapables de vigilance. (Comparer Luc 21.34)

      Le jour du jugement est appelé un jour de tuerie comme Jérémie 12.3.

      D'autres interprètes, suivant le texte reçu, ont traduit : "Comme en un jour de sacrifice." (Calvin, Bèze et nos anciennes versions.) Ils pensent aux festins qui avaient lieu après les sacrifices. Mais le mot grec ne signifie pas simplement sacrifice, mais bien tuerie, l'action d'égorger des animaux.

      On a pens√© que par l'emploi de ce terme l'auteur voulait dire que les riches √©taient semblables √† des bestiaux qui mangent avidement le jour m√™me o√Ļ lis vont √™tre immol√©s. Il n'est cependant pas probable que cette comparaison brutale t√Ľt dans l'intention de l'auteur, car le terme de jour du carnage est emprunt√© au langage des proph√®tes.

      Le comme doit être omis selon Sin., B. A.

      6 On a compris l'expression tuer le juste de l'action lente de l'oppression qui plonge le pauvre dans la misère, la maladie et la mort.

      Mais le terme : vous avez condamné indique une procédure juridique. Les deux verbes sont à prendre au sens propre. Il s'agit d'un autre crime que celui décrit dans les versets précédents.

      L'auteur a en vue des actes de persécution exercés contre les serviteurs de Dieu (Sapience 2 :12-20 1Jean 3.12) et contre les disciples de Christ en particulier. (Matthieu 5.10)

      7 EXHORTATIONS ET PRECEPTES. Ch. 5 :7-20

      7 à 11 Attente patiente de l'avènement du Seigneur.

      8 Après avoir dénoncé les jugements de Dieu aux oppresseurs, Jacques adresse des paroles de consolation aux opprimés. Il les exhorte à une attente patiente, car l'avènement Seigneur est proche. Son retour sera pour eux la pleine délivrance, comme il sera pour les injustes une ruine certaine.

      Ce n'est certes pas de cette ruine que les chr√©tiens doivent se r√©jouir, mais bien de la cessation du d√©sordre et de l'iniquit√©, du triomphe du r√®gne de Dieu et de la r√©demption finale de ses enfants. Ce moment solennel, o√Ļ le Seigneur viendra dans son r√®gne, est la vraie consolation que les ap√ītres offrent sans cesse dans leurs √©crits aux chr√©tiens √©prouv√©s. (Romains 13.11¬†; 1Pierre 1.4,5¬†; 4.7¬†; 2Pierre 3.11 Et suivants)

      Ils pouvaient sans craindre de se tromper, leur répéter : L'avènement du Seigneur est proche. (1Thessaloniciens 4.15, 2e note.) Jacques leur donne comme modèle l'attente pleine de confiance du laboureur, qui, après avoir mis sa semence en terre, prend patience jusqu'à ce qu'elle ait reçu la pluie de l'automne et celle du printemps.

      C'est ainsi qu'il faut traduire les mots grecs¬†: la (pluie) pr√©coce ou matinale et la tardive. Il y a en Orient, en effet, deux saisons des pluies¬†: l'une dans les mois d'octobre √† d√©cembre, aussit√īt apr√®s les semailles, l'autre en mars et avril, pr√©c√©dant et pr√©parant la moisson. (Deut√©ronome 11.14¬†; 28.12¬†; J√©r√©mie 3.3¬†; 5.24)

      La plupart de nos versions (sauf celle de Stapfer) intervertissent l'ordre dans lequel notre texte indique ces deux saisons de pluies en mettant la pluie du "printemps" avant celle de "l'automne" ou de "l'arrière saison." Tant que l'une ou l'autre de ces pluies, les seules de l'année, n'ont pas arrosé la terre, le laboureur ne peut en récolter le fruit.

      Combien plus le chrétien peut-il, avec une pleine certitude de foi, prendre patience jusqu'au jour de la moisson, d'une moisson bien plus assurée pour lui que ne l'est celle de la nature pour le cultivateur.

      - La plupart des éditeurs, se fondant sur Sin., B. omettent le mot pluie qui se lit dans A, majuscules Quelques interprètes rapportent les adjectifs au mot fruit (qui est répété à cette place dans le Sin.), et traduisent : "le (fruit) précoce et le tardif." Il est plus probable qu'il faut sous-entendre le mot pluie.

      9 Grec : Ne soupirez pas les uns contre les autres.

      L'amertume des opprim√©s se changeait ais√©ment en irritation dans leurs rapports mutuels. Ainsi ils attirent sur eux-m√™mes le jugement de Dieu. Qu'ils s'arment plut√īt de patience et de charit√©¬†; car voici, le Juge se tient √† la porte, (Marc 13.29) pr√®s de para√ģtre, c'est lui qui rendra √† chacun selon ses Ňďuvres.

      10 Qui ont parlé au nom du Seigneur avec fidélité, au milieu d'un peuple rebelle, au prix de leur repos, souvent au péril de leur vie. (Comparer Matthieu 5.11,12)
      11 Ceux qui ont enduré avec patience, (grec persévéré, patienté jusqu'à la fin), nous les déclarons bienheureux, et cela sur l'autorité du Seigneur lui-même. (Matthieu 24.13 ; Luc 8.15)

      - Le texte reçu a ce verbe au présent : "ceux qui persévèrent."

      La le√ßon de Sin., B. A, que nous avons admise est plus en harmonie avec la pens√©e de l'ap√ītre, qui parle des hommes de Dieu de l'Ancien Testament.

      Job 1.21 ; Ezéchiel 14.14,20.

      Grec : la fin du Seigneur. Il s'agit de l'heureuse issue que l'Eternel fit trouver à Job dans ses épreuves. (Job 42)

      Quelques interprètes ont admis que Jacques parlait de la fin du Seigneur Jésus lui même, de ses souffrances et de sa mort suivies de sa gloire. Il aurait voulu rappeler ce grand exemple de patience dans l'épreuve, après ceux des saints hommes de Dieu qu'il a cités. (Voir 1Pierre 2.21 et suivants)

      Ce sens ne s'accorde ni avec le caract√®re g√©n√©ral de l'√©p√ģtre, qui ne fait aucune allusion aux faits de la vie de J√©sus, ni avec la derni√®re pens√©e du verset¬†: car le Seigneur est plein de compassion. Si l'auteur avait voulu citer la patience de J√©sus √† souffrir, il n'aurait pu lui donner comme motif la compassion de celui-ci¬†; ce motif se comprend mieux de Dieu d√©livrant Job.

      12 12 à 20 Ne point jurer. La prière et son efficacité. Ramener le pécheur.

      Comparer Matthieu 5.33-37, notes. On ne voit pas facilement dans quelle relation ces paroles sont avec ce qui précède. Les opprimés auxquels Jacques venait de parler étaient peut-être tentés d'accuser leurs oppresseurs devant les tribunaux, ce qui les mettait dans la nécessité de prêter serment. (Comparer 1Corinthiens 6.1-8)

      Mais il est plus probable que l'auteur place à la fin de sa lettre une série de préceptes sans lien logique entre eux. Il ne s'agit pas seulement des formules de serment employées dans le langage courant et les relations privées.

      Dans le précepte : que votre oui soit oui,...l'auteur ne recommande pas le devoir de la véracité.

      Il veut dire : répondez par un simple oui. Si ce précepte a tant d'importance à ses yeux (avant toutes choses), c'est qu'il se souvient du motif invoqué par Jésus : "Ce qu'on y ajoute vient du malin." (Matthieu 5.37)

      13 Toute souffrance et toute joie dans la vie du chrétien doivent se transformer en prière et en cantique.

      Toutes les √©motions profondes de son cŇďur sont pour lui un danger, peuvent devenir dans les mains de l'ennemi un moyen de le faire tomber¬†: la pri√®re et les chants de louange sont ses armes contre lui. (Comparer Eph√©siens 5.19)

      15 La guérison des maladies était un des dons conférés par l'Esprit de Dieu à l'Eglise, (Marc 16.18 ; 1Corinthiens 12.9) comme signe de la délivrance future de tous nos maux, qui sera accordée à l'homme dans le royaume de Dieu.

      Un moyen extérieur de guérir, auquel on avait souvent recours en Orient, était l'huile dont on oignait les parties du corps qui étaient malades. (Marc 6.13 ; Luc 10.34)

      Peut-être aussi les premiers chrétiens voyaient-ils dans l'huile ainsi employée un symbole de l'Esprit-Saint, dont la puissance devait opérer la guérison. A ce moyen devait se joindre la prière, offerte à Dieu pour la guérison du malade.

      Il √©tait naturel enfin que pour accomplir ce devoir solennel, on appel√Ęt les anciens de l'Eglise, ses pasteurs, qui, par leur caract√®re, poss√©daient toute la confiance du malade Ceux-ci apr√®s l'avoir oint d'huile au nom du Seigneur, priaient pour sa gu√©rison.

      Grec¬†: Qu'ils prient sur lui, √† son sujet, peut-√™tre en lui imposant les mains. Sans doute, dans l'ignorance o√Ļ ils √©taient de la volont√© de Dieu, ils ne pouvaient demander une telle faveur qu'avec une humble soumission √† cette volont√©.

      Toutefois Jacques tient surtout à exprimer la ferme confiance que la prière de la foi sauvera (c'est-à-dire : guérira, Matthieu 9.22, note) le malade et que le Seigneur le relèvera de son lit de maladie. Aussi, dans la suite, (versets 16-18) il insiste sur le pouvoir immense de la prière du juste.

      C'est √† tort qu'on a expliqu√© sauver, du salut √©ternel, et relever, de la r√©surrection au dernier jour. La pri√®re d'intercession ne peut sauver une √Ęme, si elle ne se repent.

      Jacques a ici en vue des p√©ch√©s qui seraient la cause imm√©diate ou √©loign√©e de la maladie. De l√† le ton dubitatif de sa parole¬†: s'il a commis des p√©ch√©s. Or, il faut que ces p√©ch√©s soient pardonn√©s pour que Dieu gu√©risse le malade que la cause soit √īt√©e avec l'effet, que la gr√Ęce supprime le ch√Ętiment.

      - Le pr√©tendu sacrement de l'extr√™me-onction, que les catholiques fondent sur ce passage, n'a pas le moindre rapport avec les paroles de l'ap√ītre¬†: celles-ci n'ont en vue que la gu√©rison, celui-l√† est cens√© pr√©parer √† la mort, par le magique opus operatum d'une c√©r√©monie sacramentelle.

      16 Le contexte exige qu'on prenne ce dernier mot au sens propre. Le mal physique a pour sa cause première le péché. Ainsi le considérait Jésus. (Matthieu 9.2, 2e note.)

      C'est pourquoi confesser nos fautes (Grec : "faux pas, chutes"), non pas à un prêtre faisant métier de confesseur, et s'arrogeant le droit exclusif d'absoudre, mais les uns aux autres prier les uns pour les autres dans une sainte et fraternelle communion, sera un moyen d'attaquer le mal à sa source, d'en obtenir la guérison. Aussi le verser verset 16 n'est-il, dans la pensée de l'auteur, que la conséquence de versets 14,15, comme l'indique la particule conclusive donc (Sin., B. A), que le texte reçu omet à tort.

      Les mots : faite avec ferveur, sont la traduction d'un participe passif, qu'on peut rendre comme suit : "Elle peut beaucoup, la supplication d'un juste qui est opérée," c'est-à-dire opérée au dedans de lui par l'Esprit de Dieu, qui seul nous enseigne à prier, qui seul forme en nous la vraie supplication. (Romains 8.26,27)

      Si telle est la pens√©e de Jacques, nul chr√©tien n'en m√©conna√ģtra la v√©rit√© et la beaut√©. Et avec une telle id√©e de la pri√®re, on comprend que Jacques attende de si grandes choses de la supplication offerte √† Dieu pour la gu√©rison morale et physique d'un fr√®re souffrant. Celui qui prie par l'Esprit de Dieu peut aller dans ses demandes aussi loin que va sa foi, or, "toutes choses sont possibles √† celui qui croit." (Marc 9.23)

      17 Grec : il pria par la prière, ou par la supplication, tournure usitée en grec comme en hébreu, et qui indique l'énergie, l'intensité de sa demande.

      Le proph√®te demande √† Dieu d'exercer ce s√©v√®re jugement, dans la conviction que seul il pourrait ramener son peuple de l'idol√Ętrie de Baal. Nul n'oserait faire une telle pri√®re, si elle n'√©tait "op√©r√©e" par l'Esprit de Dieu.

      Mais ce que l'auteur veut faire remarquer ici, c'est que ce double prodige (verset 18) fut obtenu par un homme sujet aux mêmes infirmités que nous ; on pourrait traduire : "aux mêmes souffrances, aux mêmes maladies," et trouver ainsi dans cet exemple frappant de la puissance de la prière, une confirmation plus immédiate encore de ce qui vient d'être enseigné. (versets 13-16)

      18 Il n'est parl√© dans le livre des Rois ni de la double pri√®re par laquelle Elie demanda qu'il ne pl√Ľt pas, puis de nouveau que la pluie revint, (comparez 1Rois 17.1¬†; 18.41 et suivants) ni du temps pr√©cis que dura la s√©cheresse ("la troisi√®me ann√©e" 1Rois 18.1)¬†; mais l'auteur aussi bien que J√©sus, (Luc 4.25) empruntait cette donn√©e √† la tradition. (Eccl√©siastique 48¬†: 3.)
      20 B porte : sachez, au lieu de : qu'il sache ; on a corrigé le texte pour le conformer à l'apostrophe : mes frères.

      - Son √Ęme (Sin. A, versions) est la le√ßon la plus autoris√©e. Le texte re√ßu porte¬†: une √Ęme, B¬†: une √Ęme de sa mort.

      - S'égarer loin de la vérité, ce n'est pas commettre une faute isolée, mais se mettre par toute sa conduite en opposition avec "la parole de la vérité." (Jacques 1.18)

      Ramener une √Ęme ainsi √©gar√©e, c'est la sauver de la mort √©ternelle et couvrir ses p√©ch√©s, qui alors lui sont pardonn√©s, quelque nombreux qu'ils puissent √™tre. (Comparer Proverbes 10.12¬†; 1Pierre 4.8) C'est bien l√† le motif le plus puissant pour animer le z√®le d'un disciple du Sauveur.

      "Il nous faut donc bien donner garde que les √Ęmes rachet√©es par J√©sus-Christ, et dont Dieu met en quelque sorte le salut entre nos mains, ne p√©rissent par notre nonchalance. Non pas que nous leur conf√©rions le salut, mais pour ce que par notre minist√®re Dieu d√©livre et sauve ce qui autrement semblait √™tre prochain de perdition." Calvin.

      Plusieurs interpr√®tes protestants modernes pensent que c'est celui qui aura ramen√© le p√©cheur qui sauvera sa propre √Ęme et couvrira la multitude des p√©ch√©s qu'il a lui-m√™me commis ant√©rieurement. L'id√©e ainsi exprim√©e ne serait pas sans analogie avec Jacques 2.13. Elle √©viterait une certaine tautologie¬†: celui qui ram√®nera un homme de son √©garement sauvera l'√Ęme de cet homme.

      On est surpris de voir une telle affirmation introduite par les mots : qu'il sache...Il le sait bien, et c'est pour cela qu'il s'est efforcé de le ramener !

      6 Cependant cette pensée, que le chrétien peut considérer une conversion dont il est l'instrument comme le gage et le moyen de son propre salut, est si peu conforme à l'enseignement de tout le Nouveau Testament qu'on hésite à l'attribuer à l'auteur. Proverbes 10.12, qui est probablement dans sa pensée, montre qu'il s'agit des péchés des autres.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.