TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Jérémie 48

    • 1

      1 à 10 Le désastre de Moab.

      N√©bo n'est pas la montagne, mais la ville de ce nom¬†; voir Esa√Įe 15.2, note.

      Kiriatha√Įm, ville tr√®s ancienne, mentionn√©e d√©j√† Gen√®se 14.5¬†; d'apr√®s Burckhardt, Et-Teim, √† une demi-heure √† l'ouest de M√©deba et √† cinq quarts d'heure au sud de Hesbon. Si l'on en croit Eus√®be, ce serait plut√īt Kureyat, sur les pentes du mont Attarus. On doit probablement entendre par la citadelle la ville de Kir-Moab ou Kir-H√©r√®s, verset 31.

      2

      Hesbon : voyez Esa√Įe 15.4, note. Cette ville est sur la fronti√®re entre Moab et Ammon (comparez 49.3). C'est l√† que le conqu√©rant venu du nord combine son plan de campagne contre Moab.

      Madmen, ville dont l'emplacement est inconnu. Le prophète joue ici sur les noms de Hesbon (méditation) et Madmen (de damam, être réduit au silence).

      3

      Horona√Įm : voir Esa√Įe 15.5, note.

      Saccage... Ce sont les paroles des fuyards qui apportent la nouvelle de l'invasion ennemie.

      4

      Moab est ici soit le nom du pays, soit plut√īt celui de la ville de Ar-Moab, appel√©e simplement Ar (la ville), Nombres 21.15¬†; voir Esa√Įe 15.1, note.

      Les enfants peuvent d√©signer les petites villes, ou les petites gens, √† moins qu'on ne veuille, comme les LXX, trouver dans ce mot le nom de la ville de Tsoar, et traduire : On a ou√Į ses cris (les cris de Moab) jusqu'√† Tsoar¬†; comparez Esa√Įe 15.5.

      5

      Luchith. Voyez Esa√Įe 15.5, note.

      6

      Fuyez... Appel ironique à la fuite, car la fuite est inutile (verset 7).

      Comme des bannis : ils ne peuvent songer √† sauver que leur vie. Il y a proprement dans le texte : Soyez comme Aro√ęr dans le d√©sert. Mais comme Aro√ęr ne se trouve pas dans le d√©sert, il faut supposer qu'il y a ici une faute de copiste, et lire (en retranchant une lettre) : arar, des bannis¬†; comparez 17.6.

      7

      Toi aussi : Moab subira le m√™me sort qu'Isra√ęl et s'en ira, comme lui, en captivit√©¬†; comparez verset 13.

      Camos, la grande divinité de Moab, son dieu national (1Rois 11.7 ; 2Rois 23.13). La statue de ce lieu sera emportée comme butin par les vainqueurs. Les chefs de Moab sont appelés les princes de Camos, comme les Moabites le peuple de Camos (verset 16 ; Nombres 21.29), car ils se considèrent comme étant sous la puissance et la protection de ce dieu.

      8

      La plaine basse et la plaine haute constituent tout le pays de Moab. La plaine basse désigne d'une manière générale les bas lieux du pays, ses vallées, particulièrement la partie de la vallée du Jourdain habitée par les Moabites ; la plaine haute comprend les plateaux qui s'étendent de l'Arnon au nord jusqu'à Hesbon et Rabbath-Ammon.

      9

      Donnez... Même injonction que verset 6, avec un accroissement d'ironie. Comme la fuite à pied a été reconnue impossible, il ne faudrait rien moins à Moab que des ailes pour s'échapper ; mais alors même rien ne serait changé à son malheur. Car (verset 10) il est voulu de Dieu, qui excite lui-même l'ardeur guerrière des adversaires de Moab et leur défend de l'épargner.

      11

      11 à 25 Contraste avec la gloire passée de Moab.

      Depuis sa jeunesse. Depuis le temps o√Ļ les Moabites d√©poss√©d√®rent les Emim (Deut√©ronome 2.10) et commenc√®rent √† avoir une existence nationale, ils √©taient rest√©s les possesseurs du pays¬†; non pas qu'ils n'eussent jamais √©t√© vaincus, mais comme le proph√®te l'explique lui-m√™me plus loin, ils n'avaient pas √©t√© emmen√©s en captivit√©.

      Sa lie : l'esprit d'orgueil et d'incr√©dulit√© √©tait le trait saillant du caract√®re de Moab et s'√©tait montr√© surtout dans ses relations avec Isra√ęl. Un vin laiss√© sur lie garde, en s'en impr√©gnant de plus en plus, le go√Ľt qu'il perdrait s'il √©tait transvas√©.

      12

      Des transvaseurs : des ennemis qui emmèneront les Moabites en exil. De tels hommes n'agiront pas avec les précautions que l'on met au transvasage du vin ; mais dans leur brutalité ils verseront et briseront tout, cruches et vases.

      13

      Moab rougira de l'impuissance de son dieu. Ce sera le commencement de sa purification par l'épreuve.

      Béthel. Là se trouvait le sanctuaire principal du culte des veaux d'or institué par Jéroboam (1Rois 12.26-33 ; Amos 3.14).

      15

      Il y a un contraste voulu entre la fumée des villes incendiées qui monte au ciel, et l'élite de l'armée qui descend, pour se faire massacrer, dans la plaine.

      17

      Vos condoléances. La chute de Moab sera si profonde que malgré son insolence passée, les peuples ne pourront s'empêcher de sympathiser avec lui.

      18

      Descends : comparez Esa√Įe 47.1.

      Dans la soif, non la faim¬†; Moab √©tait c√©l√®bre par ses vins excellents¬†; Esa√Įe 16.8-10.

      Dibon, ville fortifi√©e √† une lieue au nord de l'Arnon, aujourd'hui Dib√Ęn¬†; Esa√Įe 15.2, note.

      19

      Habitante, fille de... La population qui habite Dibon et qui en est la fille ; c'est-à-dire qu'elle a toujours habité et habite encore son propre pays (verset 11).

      Aro√ęr : sur l'Arnon (Wady-Modjib)¬†; aujourd'hui ruines de Ara√Įr¬†; autrefois ville fronti√®re entre Moab et les Amorrh√©ens, puis les Rub√©nites. Mais depuis que les Moabites, refoulant les Rub√©nites, √©taient rentr√©s en possession du pays au nord de l'Arnon, cette ville occupait une position centrale dans le pays. Sa population est repr√©sent√©e comme arr√™tant au passage les Moabites du nord, hommes et femmes, qui fuient en d√©sordre devant l'ennemi, et les interrogeant avec anxi√©t√© sur les causes d'une telle d√©bandade. Comparez Esa√Įe 16.2.

      20

      Ce verset est la réponse des fuyards ; ils apportent la nouvelle d'une défaite terrible.

      21

      21 √† 24 Cette √©num√©ration de villes des hauts plateaux (verset 8) doit illustrer la nouvelle apport√©e par les fuyards : que tout Moab est ravag√©. Parmi ces villes, plusieurs ne sont mentionn√©es que dans ce passage : Holon, verset 21¬†; Beth-Diblatha√Įm, verset 22 (peut-√™tre identique avec Almon-Diblatha√Įm, au nord de Dibon, Nombres 33.46), et Beth-Gamul, verset 23. D'autres sont d√©j√† connues par ce qui pr√©c√®de : Dibon, verset 18¬†; N√©bo et Kiriatha√Įm, verset 1. Jahtsa ou Jahats, verset 34, √©tait au sud-est de Hesbon, vers le d√©sert (Esa√Įe 15.4, note). M√©phaath ne devait pas √™tre √©loign√©e de Jahats avec laquelle elle est toujours nomm√©e. Beth-M√©on ou Baal-M√©on (Nombres 32.38), ou encore Beth-Baal-M√©on (Josu√© 13.17) : √† trois kilom√®tres au sud de Hesbon sur l'emplacement des mines actuelles de Myo√Ľn. K√©rioth, d'apr√®s verset 41 et surtout Amos 2.2, o√Ļ elle appara√ģt comme la capitale du pays, est peut-√™tre un autre nom de Ar-Moab, qui sans cela ne serait pas mentionn√©e ici. Voyez verset 4, note¬†; Esa√Įe 15.4, note. Botsra en Moab doit √™tre distingu√©e de Botsra en Edom (49.13¬†; Esa√Įe 34.6) et de Botsra dans le Hauran¬†; elle doit √™tre identifi√©e avec Betser qui, d'apr√®s Deut√©ronome 4.43¬†; Josu√© 20.8, √©tait situ√©e sur le haut plateau, dans la tribu de Ruben.

      24

      Eloignées et proches : à la frontière ou au centre du pays.

      25

      Ce verset résume dans une image vive tout le passage versets 11 à 25. Le bras et la corne sont les symboles de la puissance intellectuelle et de la force brutale.

      26

      26 √† 30 L'orgueil de Moab, cause de son ch√Ętiment.

      Enivrez-le... du cru de la col√®re vengeresse de Dieu. Voyez 13.13¬†; 25.15 ; comparez Esa√Įe 51.17-23.

      27

      Avec des voleurs. J√©r√©mie compare bien son peuple √† un voleur (2.26), mais il ne peut tol√©rer cette accusation de la part de Moab qui se r√©jouit de l'humiliation d'Isra√ęl (Sophonie 2.8-10).

      Tu hoches la tête. Signe de dédain et de raillerie.

      28

      Abandonnez les villes. La détresse est telle qu'il n'y a plus de refuge que sur les rochers les plus inaccessibles.

      La colombe sauvage, qui se tient dans les fentes des rochers (Cantique 2.14), était très répandue autrefois en Palestine ; on la trouve encore aujourd'hui en quelques endroits, entre autres dans le désert d'Enguédi.

      29

      29 et 30 Amplification du passage Esa√Įe 16.6. Il y a accumulation de termes pour d√©peindre un √©tat de choses qui depuis Esa√Įe avait encore empir√©. Le verset 29 veut dire d'une mani√®re g√©n√©rale que l'orgueil de Moab est connu de tous ses voisins, le verset 30 qu'il est connu de Dieu, qui va y mettre un terme.

      31

      31 √† 38 Cette complainte, qui exprime la sympathie du proph√®te aux maux de Moab et qui forme un beau contraste avec le morceau pr√©c√©dent, est une reproduction libre de plusieurs passages d'Esa√Įe, entre autres 16.7-10¬†; 15.2-4.

      Je me lamente. Voir Esa√Įe 15.5.

      Kir-H√©r√®s. Voir verset 1¬†; Esa√Įe 15.4¬†; 16.7. L'expression g√Ęteaux de raisins dans ce dernier passage d'Esa√Įe est remplac√©e ici par une tournure moins pittoresque, les gens.

      32

      Voir Esa√Įe 16.8-9, notes. Si l'on ne veut pas admettre que le texte soit fautif, il faut croire que le proph√®te d√©signe la mer que d√©passe le vignoble de Sibma, les grands √©tangs voisins de Hesbon et par la mer de Ja√©zer qu'il atteint, la grande plaine dess√©ch√©e El-Betsch√© (plus au nord, sur le chemin de Salt) qui para√ģt √™tre un ancien fond de mer.

      33

      Voyez Esa√Įe 16.10. Il y a bien un hourra, mais c'est la clameur sauvage des envahisseurs. Ce n'est plus le cri joyeux des vendangeurs.

      34
      35

      R√©miniscence d'Esa√Įe 16.12.

      36

      Voir Esa√Įe 15.5¬†; 16.11. Esa√Įe parle de la harpe, qui d√©signe plut√īt l'√©motion int√©rieure du proph√®te¬†; J√©r√©mie, de la fl√Ľte, qui √©tait l'instrument employ√© dans les fun√©railles (Matthieu 9.23) et qui repr√©sente plut√īt le deuil ext√©rieur.

      Moab est peut-être encore ici la ville de Ar-Moab.

      Tout ce qu'ils ont pu amasser. Comparez Esa√Įe 15.7.

      37

      Comparez Esa√Įe 15.3.

      Incisions, comparez 16.6 ; 41.5 ; 47.5.

      38

      Sur les toits... o√Ļ ils invoquaient leurs dieux¬†; voir 19.13.

      Pour l'image du potier et du vase, comparez chapitre 19.

      39

      Les Moabites seront ou anéantis, ce qui excitera l'épouvante, ou mis honteusement en fuite, ce qui provoquera les moqueries.

      40

      Comme l'aigle qui plane un instant sur sa proie, puis s'abat brusquement sur elle, ainsi le conquérant, après avoir médité à Hesbon ses plans de conquête (verset 2), va fondre sur Moab.

      Cyrus, dans Esa√Įe 46.11, et N√©bucadnetsar, dans Ez√©chiel 17.3, sont compar√©s √† des aigles. Ici, comme dans 46.18, N√©bucadnetsar n'est pas nomm√©. Cette image est reproduite 49.22, √† propos d'Edom.

      41

      Kérioth : probablement un autre nom de Ar-Moab. Voir verset 4 ; comparez Amos 2.2.

      42

      Ce n'est plus un peuple : non pas que tous les Moabites soient extermin√©s¬†; mais ils n'auront plus √† l'avenir d'existence nationale. Moab para√ģt en effet s'√™tre fondu avec les Arabes.

      43

      43 et 44 Citation presque textuelle d'Esa√Įe 24.17-18. Ce qui est dit l√† du jugement du monde, est appliqu√© ici au ch√Ętiment de Moab.

      Frayeur, fosse et filet : voir Esa√Įe 24.17, note.

      45

      Jérémie fait usage dans ce verset d'un fragment du chant populaire (Nombres 21.8-30) qui avait été composé après la défaite des Moabites par Sihon, roi des Amorrhéens ; puis d'un passage de la prophétie de Balaam contre Moab (Nombres 24.17).

      A l'ombre de... : √† l'abri. Les Moabites vont chercher un refuge chez les Ammonites √† Hesbon¬†; mais ils n'y sont point √† l'abri¬†; car le m√™me jugement a d√©j√† atteint cette ville o√Ļ les ennemis viennent d'entrer et d'o√Ļ ils vont poursuivre leur exp√©dition vers le sud (versets 2 et 40).

      Du milieu de Sihon : Hesbon, qui √† l'√©poque de J√©r√©mie √©tait au pouvoir des Ammonites, avait √©t√© autrefois la capitale du roi amorrh√©en Sihon (Nombres 21.26). J√©r√©mie rappelle ici la proph√©tie de Balaam Nombres 24.17, mais en changeant l'image et en substituant au sceptre qui transperce, le feu qui br√Ľle.

      Les tempes et le cr√Ęne : la t√™te enti√®rement d√©pouill√©e, comme image de la d√©population enti√®re du pays.

      Les fils du tumulte : les Moabites avaient mérité ce titre par leur esprit belliqueux et turbulent (verset 29).

      46

      Citation de Nombres 21.29 : Moab est appel√© le peuple de Camos (verset 7), comme Isra√ęl le peuple de l'Eternel.

      47

      Promesse de r√©tablissement, comme pour l'Egypte (46.26), Ammon (49.6), Elam (49.39). Le patriotisme ardent du proph√®te ne r√©tr√©cit point l'√©lan de son cŇďur vers le salut universel.

      La fin des jours : les temps de salut universel, o√Ļ les Moabites aussi se convertiront¬†; comparez Esa√Įe 24.13-16¬†; 25.6¬†; J√©r√©mie 12.15-17.

      Les mots : Jusqu'ici..., paraissent être une addition postérieure.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.