TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Juges 1

    • 1

      1 à 3 Reprise des hostilités par Juda et Siméon.

      Et, après la mort de Josué. Voir sur la conjonction et, comme premier mot d'un livre, Exode 1.1, note.

      Consultèrent l'Eternel : par l'Urim et le Thummin (Exode 28.30, note). C'était probablement à Silo, dans un jour de fête solennelle qui avait réuni le peuple autour du sanctuaire.

      Lequel de nous montera le premier, c'est-à-dire ouvrira cette nouvelle ère des hostilités ?

      2

      Juda montera. C'était la tribu la plus forte et qui tenait toujours le premier rang (Nombres 2.3).

      Le pays : celui qui lui est échu.

      3

      Juda dit à Siméon, son frère. Tous deux étaient fils de Léa. Juda invite Siméon, qui vit dans les mêmes parages, à prendre part avec lui à cette expédition contre les parties de son domaine qui ne sont pas encore soumises à charge de réciprocité.

      4

      4 à 7 Guerre contre Adoni-Bézek.

      Canan√©ens, habitants du bas-pays¬†; Ph√©r√©ziens, habitants des montagnes¬†; voir Gen√®se 13.7, note, et Gen√®se 34.30. L'exp√©dition rapide faite dans le Midi par Josu√©, √† la suite de la grande victoire de Gabaon, n'avait pas mis d'une mani√®re durable ces contr√©es en la possession d'Isra√ęl¬†; une fois l'arm√©e √©loign√©e, les populations canan√©ennes avaient promptement recouvr√© une partie de leur ancien territoire.

      B√©zek. Il est parl√© dans 1Samuel 9.8 d'une ville de ce nom, situ√©e dans la montagne d'Ephra√Įm entre Guib√©a de Sa√ľl et Jab√®s¬†; mais cette ville √©tait bien au nord du territoire de Juda, et l'on ne comprendrait pas comment dans cette contr√©e si centrale aurait pu se trouver la place de soixante-dix rois, tandis que Josu√© dans la conqu√™te de Canaan n'en a battu que trente et un. Il est donc probable qu'il faut admettre l'existence d'une autre B√©zek, inconnue encore, situ√©e dans les immenses territoires du pays du Midi qui s'√©tendaient d'H√©bron √† Kad√®s-Barn√©a. Les rois d√©sign√©s sont des chefs de petites villes avec leurs territoires.

      6

      Ils lui coupèrent les pouces : traitement fréquemment infligé dans l'antiquité aux vaincus pour les mettre hors d'état de combattre.

      7

      Sous ma table : les restes de mes repas ; comparez Luc 16.21 et Matthieu 15.27.

      8

      8 à 15 Prise de Jérusalem, d'Hébron et de Débir.

      J√©rusalem. Il est dit Josu√© 10.23-26 que Josu√© avait tu√© le roi de J√©rusalem, mais non qu'il avait pris la ville¬†; comparez Josu√© 15.63. A ce moment-ci les fils de Juda, prenant en mains la cause des Benjamites, s'empar√®rent d'une partie de la ville qu'ils d√©truisirent¬†; mais la forteresse resta au pouvoir des J√©busiens (verset 21) jusqu'au temps de David, et la partie de la ville incendi√©e fut bient√īt reb√Ętie et occup√©e par une population m√©lang√©e de Benjamites (verset 21) et d'√©trangers. Voir √† Juges 19.11-12. On comprend que les Isra√©lites ne pouvaient habiter en s√©curit√© une ville constamment domin√©e par l'ennemi qui occupait la forteresse.

      9

      Après la prise d'une partie de Jérusalem, les deux tribus alliées continuèrent à travailler à la conquête de leur territoire en chassant les Cananéens des trois régions qu'ils occupaient, la montagne (Josué 15.48), le Midi (Josué 15.21) et le bas-pays (Josué 15.33). Cette dernière contrée formait la limite occidentale de Juda et de Siméon.

      10

      Hébron. Cette prise de possession d'Hébron par Caleb avait été indiquée par anticipation, Josué 15.13, à l'occasion du cadastre de la tribu de Juda ; mais évidemment c'était là une anecdote insérée occasionnellement. Nous trouvons ici le fait raconté à sa place historique. Il est fort probable que Caleb fut, du moins pour la prise, de la ville qui lui était promise, le commandant des Israélites. La prise d'Hébron qui est racontée Josué 10.36 n'avait rien eu de définitif, non plus que celle de Débir, verset 11.

      Au reste, il semble dans quelques passages que l'auteur de notre livre ait eu sous les yeux le même document dont s'est servi l'auteur du livre de Josué.

      11

      Kirjath-Sépher : voir Josué 15.15. Ce nom prouve l'emploi de l'écriture chez les Cananéens à une époque reculée.

      12

      Anecdote déjà racontée dans Josué 15.16 et suivants, et répétée ici à sa place chronologique.

      16

      Notice sur les K√©niens, se rattachant √† l'exp√©dition de Juda et de Sim√©on dans le sud. Apr√®s avoir accompagn√© les Isra√©lites √† la demande de Mo√Įse, les K√©niens avaient pass√© le Jourdain avec le peuple et s'√©taient √©tablis dans les environs de J√©richo, probablement sans prendre part √† la guerre. Et comme c'√©tait une peuplade vivant sous la tente, ils se joignent maintenant √† Juda pour aller chercher dans les vastes steppes du midi un territoire mieux appropri√© que la vall√©e du Jourdain √† leur genre de vie. Nous verrons plus tard qu'une autre branche alla s'√©tablir au nord (Juges 4.11).

      Arad : une des villes les plus méridionales du Négueb.

      17

      17 à 19 Notice sur Tséphath, Gaza, Askalon et Ekron.

      Et Juda alla avec Sim√©on. Jusqu'ici c'√©tait plut√īt Sim√©on qui √©tait all√© avec Juda. Maintenant le moment est venu pour Juda de remplir son engagement (verset 3).

      Tséphath ou Horma :ville siméonite dont le roi avait été pris précédemment par Josué (Josué 12.14). Mais les Cananéens en avaient repris possession. Le nom de Horma, qui signifie malédiction, lui fut donné en souvenir de la défaite que subirent là les Israélites lorsqu'ils s'étaient avancés de Kadès-Barnéa vers le nord contre l'ordre de l'Eternel (voir Nombres 14.45, note). Horma figurant dans la liste des villes dont les rois furent pris par Josué, il faut la ranger au nombre de celles qui furent reprises par les Cananéens durant, les dernières années de Josué.

      18

      Trois villes appartenant au pays des Philistins et qui sont indiqu√©es dans l'ordre o√Ļ les trouva la troupe exp√©ditionnaire venant du sud et marchant vers le nord.

      Sur Gaza, voir Josué 11.22 ; 15.47.

      Sur Ekron, Josué 15.45 ; 13.3 ; 19.43.

      Askalon, aussi nomm√©e dans Josu√© 13.3, est au bord de la mer, √† 20 km au nord de Gaza : aujourd'hui Askul√Ęn. Ces villes furent prises par les deux tribus alli√©es, mais ne demeur√®rent point en leur pouvoir, pour la raison qu'indique le verset suivant.

      19

      Ce verset indique le résultat sommaire de la guerre.

      Prit possession de la montagne : d'une manière durable, de telle sorte que ce district resta sans contestation ni changement propriété israélite.

      Il ne put déposséder les habitants de la plaine. La prise des principales villes de la Philistie ne fut qu'un fait passager ; immédiatement après, les Philistins recouvrèrent leur indépendance et la maintinrent au moyen de chars, qui, dans ce pays de plaine, leur donnaient sur les Israélites une incontestable supériorité. Néanmoins certains passages prouvent qu'avec plus de foi Juda aurait surmonté cette difficulté (Josué 11.6 ; 17.18).

      Sur ces chars, voir Exode 14.7 ; ils étaient montés par trois personnes : une pour tenir les rênes, une pour combattre, une pour tendre les armes et tenir le bouclier.

      Bien que l'Eternel e√Ľt, √©t√© avec Juda, celui-ci ne put maintenir sa domination sur la plaine (comparez 14.19¬†; 16.1¬†; 1Samuel 5.10).

      20

      Conclusion du récit versets 12 à 15, en relation avec ce qui est dit ici de la prise de possession de tout le district montagneux.

      21

      21 à 36 Conquêtes incomplètes.

      Juda, en prenant la ville de Jérusalem (verset 8), n'avait point chassé les Jébusiens de la forteresse, qui paraissait imprenable. Les Benjamites, à qui il incombait proprement de s'en emparer, puisqu'elle était, dans leur territoire, la laissèrent également entre leurs mains.

      22

      La maison de Joseph : Ephra√Įm et Manass√© occidental r√©unis.

      Elle aussi, comme Juda et Siméon au midi.

      23

      Ou bien les Canan√©ens √©taient rest√©s possesseurs de la portion fortifi√©e de cette ville lorsque le roi avait p√©ri dans la poursuite des Isra√©lites avec celui de A√Į (Josu√© 8.12-13), ou bien ils s'en √©taient de nouveau rendus ma√ģtres. Et comme elle formait l'extr√©mit√© nord du territoire de Benjamin sur les confins d'Ephra√Įm, il √©tait arriv√©, comme pour la forteresse de J√©rusalem, fronti√®re sud des Benjamites, qu'elle √©tait rest√©e jusqu'alors au pouvoir de l'ennemi. Ce sont maintenant les Ephra√Įmites qui se chargent d'en faire la conqu√™te.

      Luz : voir Josué 16.2.

      26

      Le pays des H√©thiens ne peut d√©signer ici un district palestinien, comme H√©bron (Gen√®se 23.2-3¬†; Nombres 13.30), o√Ļ il est parl√©, d'une population h√©thienne. Ce terme d√©signe une contr√©e √©trang√®re, patrie de ce peuple des Chatti ou Ch√©tas si souvent nomm√© dans les r√©cits √©gyptiens et assyriens, qui a occup√© autrefois, les contr√©es orientales de l'Asie-Mineure jusqu'√† l'Euphrate. Le nom de Kittim donn√© aux √ģles de Chypre et de Rhodes est sans doute le m√™me que celui de H√©thiens. Et il se pourrait que ce f√Ľt dans l'une de ces √ģles qu'e√Ľt √©t√© s'√©tablir l'habitant de B√©thel qui avait livr√© la ville. Le Talmud pr√©tend que, dans cette ville de Luz fond√©e par lui (ce r√©chapp√©), se trouvaient des fabriques de pourpre¬†; or on sait que cette industrie florissait sur les c√ītes de la M√©diterran√©e.

      27

      27 √† 29 Apr√®s avoir d√©crit l'action commune des deux tribus formant la maison de Joseph, l'auteur les s√©pare pour indiquer les lacunes que chacune laissa subsister dans son propre territoire. Ainsi Ephra√Įm et Manass√© ne prirent pas √† cŇďur l'exhortation que leur avait adress√©e Josu√© (Josu√© 17.17-18). Pour les villes du verset 27, voir Josu√© 17.7-11.

      28

      Et lorsque Isra√ęl se fut fortifi√©. Cette expression indique que ce r√©sultat ne se produisit pas imm√©diatement, mais seulement √† la longue, et c'est l√† peut-√™tre ce qui explique ici ce terme d'Isra√ęl dans lequel s'exprime le sentiment plus d√©velopp√© de l'unit√© du peuple.

      29

      Guézer : Josué 10.33 ; 16.10.

      30

      Kitron, inconnue. Plusieurs l'identifient avec Kattath (Josué 19.15) parce que là comme ici il est parlé immédiatement après de Nahalal (ou Nahalol).

      32

      Demeur√®rent au milieu des Canan√©ens. Dans cette tribu ce n'√©taient d√©j√† plus les Canan√©ens qui demeuraient parmi les Isra√©lites, mais l'inverse. Asser fut une tribu des moins fid√®les. Voyez bient√īt, 5.17, les reproches qu'elle,s'attirera.

      33

      Nephthali eut au moins sur Asser cet avantage, qu'il rendit tributaires les habitants de Beth-S√©m√®s et de Beth-Anath (Josu√© 19.38), deux villes qui tirent leur nom de l'idol√Ętrie indig√®ne. Beth-S√©m√®s signifie maison du soleil (Baal) et Beth-Anath maison d'Anath (d√©esse canan√©enne). Cette derni√®re localit√© est peut-√™tre la moderne A√Įnata, √† l'ouest de K√©d√®s et du lac M√©rom.

      34

      Dan fut si resserré par les Amorrhéens qui occupaient une partie de la montagne et même la plaine, qu'il fut forcé d'émigrer en partie (Josué 19.47 ; Juges 18.1).

      Dans le livre de Josué, lors du partage du pays, cette tribu est, comme ici, indiquée la dernière après les tribus les plus septentrionales.

      35

      Ces trois villes faisaient partie du territoire de Dan. Seulement dans Josué 19.41, au lieu de Har-Hérès, la montagne du soleil, nous lisons Ir-Sémès, la ville du soleil,et au lieu de Saalbim Saalabbim. Quant à Ajalon, voir Josué 10.12.

      La main de la maison de Joseph. Ce ne furent pas les Danites qui rendirent les Canan√©ens corv√©ables, mais les tribus voisines plus puissantes d'Ephra√Įm et de Manass√©. Ce sont l√† des d√©tails trop particuliers pour ne pas proc√©der d'une source tr√®s rapproch√©e des faits.

      36

      L'auteur fait remarquer l'√©norme extension de ce peuple, dont la limite m√©ridionale √©tait, au midi de la mer Morte, la mont√©e d'Akrabbim (Nombres 34.4, note) et, dans le d√©sert de Tsin, le Rocher, probablement celui qu'avait frapp√© Mo√Įse (Nombres 20.10). Le mot h√©breu signifiant rocher est s√©la que plusieurs ont appliqu√© √† la ville de S√©la ou P√©tra, capitale des Edomites (Abdias 1.3)¬†; mais il est impossible de supposer que le domaine des Amorrh√©ens s'√©tendit jusque-l√†.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.