TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Psaumes 102

    • 1

      1 à 12 Complainte.

      Pri√®re d'un afflig√©. Cette suscription n'a pas, comme d'autres, pour but de faire conna√ģtre l'origine du psaume, mais bien plut√īt d'indiquer d√®s l'entr√©e dans quelle situation d'esprit ce cantique peut √™tre lu avec profit.

      5

      Frapp√©, comme l'est une plante par les rayons br√Ľlants du soleil. La m√™me expression est employ√©e Psaumes 121.6.

      6

      Les os s'attachent √† ma chair. Trait analogue √† celui de Psaumes 22.18 : Je compterais tous mes os. La chair ne dissimule plus les os¬†; elle semble faire un avec eux tant ils sont saillants. Cet √©tat d'√©puisement, provoqu√© par le manque complet de nourriture (verset 5), est encore augment√© par le travail int√©rieur de l'√Ęme du psalmiste (√† force de g√©mir).

      7

      Du d√©sert,... des lieux d√©sol√©s. L'exil o√Ļ il se trouve transport√© est, pour le psalmiste, comparable aux solitudes d√©sol√©es o√Ļ retentissent les cris lugubres du p√©lican et du chat-huant. Lui-m√™me, frapp√© avec son peuple des jugements divins, se compare √† ces animaux, qui hantent des lieux d√©serts et maudits.

      8

      Comme un passereau solitaire. Pendant que tout repose et qu'il veille seul, il se sent aussi impuissant qu'un petit oiseau qui n'a plus ni asile (sur un toit), ni compagnons.

      9

      Follement anim√©s. Traduction litt√©rale : Mes insens√©s jurent par moi. Comparez Esa√Įe 65.15¬†; J√©r√©mie 29.22.

      10

      Car je mange la cendre. Le genre de vie si misérable auquel je suis réduit semble justifier l'attitude méprisante de mes ennemis.

      La cendre au lieu de pain : allusion à la coutume de s'asseoir sur la cendre et de s'en couvrir la tête, en signe de grande affliction (Job 2.8 ; Ezéchiel 27.30) ; cette cendre, qu'il respire, lui tient lieu de nourriture.

      11

      Car tu m'as emporté, enlevé de terre, comme par un vent violent. Cette image, employée déjà Job 30.22, est appliquée ici au déporté, enlevé à sa patrie pour être jeté au loin, dans le pays de l'exil. La triste position du psalmiste est celle de milliers de ses compatriotes.

      12

      Comme l'ombre qui s'allonge, à mesure que le soleil baisse et que s'avance la nuit. La pensée complètement exprimée serait : Ma vie s'en va, comme la clarté du jour, quand l'ombre s'allonge.

      13

      13 √† 23 Quel que soit l'abaissement d'Isra√ęl, l'Eternel demeure le Ma√ģtre du monde¬†; de l√†, pour son peuple, la certitude d'un salut dans lequel Dieu se glorifiera aux yeux de toutes les nations.

      Mais toi : forte opposition avec le moi du verset précédent.

      Tu tr√īnes ou : tu si√®ges¬†; expression fr√©quemment employ√©e pour d√©signer la position de l'Eternel, comme ma√ģtre du monde et comme juge (Psaumes 9.8¬†; 29.10¬†; Lamentations 5.19).

      Et ta m√©moire d'√Ęge en √Ęge : tu ne laisses pas p√©rir la m√©moire de ton nom¬†; chaque √Ęge aura de quoi en perp√©tuer le souvenir (Exode 3.15).

      14

      Le temps fixé est là. Il n'y a plus à tarder, puisque la détresse est à son comble. Plusieurs entendent par ce temps fixé la fin des soixante-dix années d'exil annoncées par Jérémie 25.11 ; mais une allusion positive à cette prophétie serait, nous semble-t-il, plus clairement indiquée.

      15

      A ses pierres, qui sont encore l√†, gisantes et dispers√©es (N√©h√©mie 2.13-14). Cette parole revient actuellement d'elle-m√™me √† la m√©moire du voyageur qui voit les Juifs, √† J√©rusalem, pleurer pr√®s du mur des lamentations. L'exil√© pr√™te ici une √Ęme aux pierres et √† la poussi√®re de J√©rusalem, et il souffre avec elles de leur √©tat d'abandon.

      16

      Toutes les nations craindront. Magnifique résultat de la délivrance de Sion.

      18

      La prière des délaissés, littéralement : du dépouillé mis à nu, sans force ni ressources d'aucune sorte.

      Leur supplication. Le mot leur montre bien que le délaissé qui parle ici n'est que le représentant d'un grand nombre de malheureux semblables à lui.

      19

      Cela sera √©crit : pour que la connaissance s'en perp√©tue d'√Ęge en √Ęge.

      Le peuple qui sera créé, expression énergique, propre à faire sentir que, pour relever le peuple de son anéantissement présent, il ne faut rien moins qu'un acte de la toute puissance créatrice.

      21

      Ceux qui étaient voués à la mort, hébreu : les fils de la mort, ceux qui semblaient nés d'elle et pour elle (Psaumes 79.11).

      23

      Quand les peuples se rassembleront... Le salut d'Isra√ęl, v√©ritable r√©surrection des fils de la mort, sera pour tous les peuples le signal de l'affranchissement de l'idol√Ętrie. Le m√™me r√©sultat est annonc√© Psaumes 22.28-32, comme fruit des souffrance, et de l'√©l√©vation du Messie, et Romains 11.12,15, comme cons√©quence de la conversion finale d'Isra√ęl.

      24

      24 à 29 La plainte du psalmiste s'est déjà changée en chant de triomphe ; s'il revient maintenant à sa triste situation (verset 24), ce n'est que pour affirmer avec d'autant plus de force la puissance immuable de l'Eternel.

      Il a abattu ma force, ou, d'apr√®s une autre le√ßon : sa force, celle du peuple d'Isra√ęl. M√™me si l'on admet le texte habituellement re√ßu : ma force, il faut supposer, d'apr√®s tout l'ensemble du psaume, que le psalmiste s'identifie avec son peuple et parle en son nom.

      25

      Au milieu de mes jours. Ne m'enlève pas prématurément, alors que, soit comme peuple, soit, comme individu., le but de mon existence n'est point atteint.

      Tes ann√©es durent d'√Ęge en √Ęge, et il en sera de m√™me de celles du peuple qui peut appeler Dieu son Dieu.

      26

      La terre... les cieux... Ce qu'il y a de plus stable dans la cr√©ation, ce qui existe d√®s le commencement des temps, vieillira et sera chang√©¬†; mais pour toi, pas de changement. Comparez Esa√Įe 51.16¬†; 65.17. Quel gage pour Isra√ęl de sa propre dur√©e au travers m√™me de toutes les vicissitudes de ce monde ou de l'univers¬†!

      27

      Comme un v√™tement. Comparez Esa√Įe 51.6¬†; 50.9.

      Les versets 26 √† 28 sont cit√©s par l'auteur de l'√©p√ģtre aux H√©breux, qui les applique au Fils √©ternel, Dieu manifest√©, le J√©hova de la nouvelle alliance (H√©breux 1.10-12).

      28

      Mais toi, tu restes le m√™me. L'expression h√©bra√Įque est d'une √©loquente concision : Mais toi, te voil√†¬†! C'est ici, semble-t-il, une r√©miniscence d'Esa√Įe 43.10 : Afin que vous compreniez que c'est moi¬†!

      29

      Une demeure, dans la terre promise au peuple de Dieu.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.