TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Psaumes 18

    • 1

      Du serviteur de l'Eternel. C'est l√† le titre d'honneur des hommes que Dieu a appel√©s √† un r√īle important dans l'histoire de son r√®gne : Mo√Įse, Josu√©, les proph√®tes. les ap√ītres. David l'obtient en sa qualit√© de roi selon le cŇďur de Dieu. Cette suscription n'est d'ailleurs tr√®s probablement pas de la main de David lui-m√™me.

      2

      2 à 4 Préambule, donnant la note de tout le cantique.

      Je veux t'aimer de tout mon cŇďur. Le verbe racham, qui signifie ch√©rir avec tendresse, d√©signe ordinairement l'amour de Dieu envers ceux qui lui appartiennent. Il appara√ģt ici sous une forme grammaticale exceptionnelle, comme si David, ne trouvant aucune expression correspondant √† ses sentiments, avait √©prouv√© le besoin d'en cr√©er une. Les expressions accumul√©es au verset 3 expliquent cet ardent amour, en rappelant tout ce que l'Eternel a √©t√© pour David.

      3

      Rocher, forteresse, retraite. Ces images sont √©videmment inspir√©es √† David par le souvenir de l'asile qu'il trouva souvent dans les gorges et les cavernes ou sur les cimes des montagnes de Juda. Le premier de ces termes, s√©la, d√©signe proprement une fissure dans une paroi de rocher. Le mot roc : tsour est emprunt√© √† Deut√©ronome 32.4,37, o√Ļ il est employ√© presque comme nom propre, il rappelle l'immuable fid√©lit√© de l'Eternel.

      La corne de mon salut. La corne du taureau est ici l'image d'une arme offensive, tandis que le bouclier est l'arme défensive. De nos jours encore les chefs abyssins portent une corne d'argent sur la tête dans les festins destinés à célébrer une victoire.

      4

      Loué soit l'Eternel. Louer Dieu au sein du danger, c'est faire triompher la foi sur toutes les circonstances adverses et ouvrir en quelque sorte la porte à l'intervention divine. Comparez Néhémie 8.10 ; 2Chroniques 20.22.

      5

      5 à 20 La grande délivrance.

      5 à 7 Le danger et la supplication. Tous les dangers courus par David lui apparaissent sous la double image de filets jetés sur lui par un chasseur et de torrents qui vont engloutir un homme.

      Les liens de la mort. Le même mot hébreu peut signifier, avec une légère différence de ponctuation, liens ou douleurs de l'enfantement. C'est ce dernier sens qu'a reproduit la version des LXX, suivie par Actes 2.24.

      Les torrents de la perversité, littéralement : de Bélial, nom qui signifie : ce qui n'a aucune valeur, puis, à la fois, perversité et perdition. Ce terme est devenu un des noms de Satan (2Corinthiens 6.15).

      7

      De son palais. Comparez 11.4, note ; 29.9. C'est du ciel qu'il est question : au moment dont parle le psalmiste le temple de Jérusalem n'existait pas encore.

      8

      La terre fut ébranlée et trembla. L'hébreu renferme une paronomase : vatthigueasch, vatthireasch.

      9

      Une fumée... Les phénomènes de la nature apparaissent ici comme les manifestations de la colère divine.

      Les charbons embrasés : les éclats de la foudre.

      10

      Une sombre nuée sous ses pieds, comme le voile destiné à cacher sa gloire. Comparez Exode 19.16 ; 20.24 ; 1Rois 8.12 ; Luc 9.34.

      11

      Mont√© sur un ch√©rubin. Les ch√©rubins apparaissent Gen√®se 3.24, comme les gardiens du paradis et Ez√©chiel 1.5¬†; 10.1, comme les porteurs du tr√īne de l'Eternel (voir les notes de ces passages). Dans la vision Apocalypse 4.6, ils entourent le tr√īne de Dieu. Les portes des palais assyriens et babyloniens √©taient gard√©es par d'immenses statues repr√©sentant soit des taureaux ail√©s √† t√™te d'homme, soit des lions ail√©s √† face humaine, soit des corps humains √† t√™te d'aigle, munis de grandes ailes. Ces √™tres mythologiques, nomm√©s Kirubu, ont √©videmment une analogie avec les ch√©rubins bibliques. Seulement il en est de cette analogie comme de toutes celles que l'on constate entre la religion de l'Ancien Testament et les cultes pa√Įens : la ressemblance dans la forme fait ressortir la diff√©rence du fond. Pour les Assyro-Babyloniens, les ch√©rubins repr√©sentaient des divinit√©s r√©elles ou du moins des g√©nies que l'on adorait¬†; dans l'Ecriture ils n'apparaissent que dans une d√©pendance imm√©diate vis-√†-vis de l'Eternel, √† tel point que l'on se demande s'il ne faut pas voir en eux la personnification po√©tique des forces de la nature, plut√īt que des √™tres distincts.

      12

      Comme une tente. Comparez Job 36.29.

      L'obscurité des eaux : les torrents de pluie qui se déversent par places.

      13

      De l'√©clat qui le pr√©c√©dait. La personne de Dieu est repr√©sent√©e comme entour√©e d'une lumi√®re √©blouissante, d'o√Ļ se d√©gagent les nu√©es charg√©es de foudre.

      14

      Le Tr√®s-Haut (Eli√īn) : le Dieu supr√™me de l'univers, dont Melchis√©dek a √©t√© le sacrificateur (Gen√®se 14.19). Il est √† remarquer que l'on trouve r√©unis dans ce psaume la plupart des noms de Dieu : Elohim, Jahv√©, El (verset 31), Eloah (verset 32).

      Au milieu de la grêle et des charbons de feu. Cette ligne, qui reproduit le dernier stiche du verset 13, ne figure ni dans le passage parallèle du chapitre 22 de 2 Samuel, ni dans la traduction des Septante ; elle est peut-être l'addition d'un copiste.

      15

      Ses flèches : les éclairs qui frappent de toutes parts. Comparez Exode 14.24 ; 1Samuel 7.10.

      Il les mit en déroute. Le verbe hamam désigne la panique de l'épouvante. Il est aussi employé Exode 14.24.

      16

      16 à 20 Le salut. C'est ici surtout que l'allusion au passage de la mer Rouge est évidente.

      A ta menace. Comparez Psaumes 104.7¬†; 106.9¬†; Esa√Įe 50.2. J√©sus, dans la temp√™te, menace les vents et la mer (Matthieu 8.26).

      17

      Il me tira des grosses eaux. Le verbe m√Ęsch√Ę, tirer, ne se retrouve que dans le r√©cit d'Exode 2.10, o√Ļ il sert √† expliquer l'√©tymologie du nom de Mo√Įse. Luther a paraphras√© : Il fit de moi un nouveau Mo√Įse.

      18

      Mon ennemi puissant : pour David, Sa√ľl¬†; pour Isra√ęl, Pharaon. Ces deux personnages se correspondent dans la pens√©e du psalmiste.

      20

      Il m'a tir√© au large. Allusion √† la situation d'Isra√ęl, qui s'√©tait trouv√© enferm√© entre une arm√©e, une montagne et la mer, et celle de David envelopp√© d'ennemis.

      Il a mis son plaisir en moi. M√™me expression Matthieu 3.17, o√Ļ il est parl√© de J√©sus, le v√©ritable David.

      21

      21 à 27 Le principe en vertu duquel Dieu délivre.

      Cette strophe explique pourquoi l'Eternel a pris plaisir en David. Le témoignage que David se rend ici à lui-même est confirmé par les déclarations du prophète Ahija et par l'auteur du premier livre des Rois (1Rois 14.8 ; 15.5).

      Selon ma justice. Voir l'introduction aux notes de Psaume 17. David atteste la pureté de ses intentions ; il ne prétend pas avoir atteint à une sainteté absolue. Il faut admettre pourtant que les déclarations de ces versets 21 à 27 n'ont pas été écrites après les confessions du Psaume 51.

      24

      Mon iniquité. David entend par là le penchant au mal, naturel à tout homme.

      26

      26 et 27 Ce que David vient de dire concernant sa personne n'est que l'application d'une règle générale, qu'il expose maintenant et en vertu de laquelle Dieu traite l'homme conformément à la manière dont l'homme agit envers lui.

      27

      Tu te joues du trompeur, litt√©ralement : Avec le perfide, tu agis perfidement, c'est-√†-dire de telle mani√®re que le trompeur se trouve tromp√© (Psaumes 7.15-17). Il y a l√† une supr√™me manifestation de justice. Tous les verbes de ces deux versets indiquent la conduite de Dieu en r√©ponse √† celle de l'homme par un mode verbal particulier (l'hithpa√ęl), qui exprime le redoublement : Avec celui qui est bon tu multiplies tes bont√©s,... tu abondes en puret√©, etc.

      28

      28 à 31 Force invincible de celui qui a Dieu avec lui.

      Le peuple affligé. L'adjectif hébreu ani signifie à la fois opprimé, humble et débonnaire, trois notions qui n'en font qu'une aux yeux du psalmiste. Comparez Psaumes 9.13 ; 25.9, etc. Telle est aussi la caractéristique du Roi-Messie décrit par Zacharie 9.9 ; comparez Matthieu 11.29.

      29

      Ma lampe : symbole de vie et de prospérité.

      30

      Avec toi. La même assurance de la victoire est exprimée par saint Paul, Philippiens 4.13 et 2Corinthiens 2.14.

      32

      32 et 33 Ces victoires, impossibles à vues humaines, s'expliquent par une raison bien simple : L'Eternel seul est Dieu. Comparez Deutéronome 32.31,39.

      33

      Il a rendu parfaite ma voie. Par le fait même que les voies de Dieu sont parfaites (verset 31), la voie de ceux qui cheminent avec lui le devient aussi.

      34

      Semblables à ceux des biches. L'agilité pour attaquer ou poursuivre l'ennemi se joint à la ténacité pour maintenir les positions conquises (mes hauteurs).

      35

      L'arc d'airain. La vigueur de David égale son agilité. Dans l'Odyssée, l'adroit Ulysse est représenté comme avant tendu l'arc que personne n'avait pu courber (XXI, 409).

      36

      Ta condescendance. Dieu s'est abaissé à tendre la main à son serviteur, pour l'élever.

      38

      38 à 46. Victoire complète.

      Je poursuis, je détruis. David était résolu à briser complètement la force des ennemis de son peuple. Cette énergie rappelle par contraste la faiblesse d'Achab (1Rois 20.31-43). Un tel acharnement dans la victoire n'avait rien d'étrange à cette époque. Le Seigneur, nouveau David, brisera avec un sceptre de fer ceux qui persisteront dans leur inimitié contre Dieu (Psaumes 2.9), et le chrétien ne doit accepter aucun compromis avec le péché.

      42

      Ils crient..., tout d'abord √† leurs dieux ou aux hommes, mais sans r√©sultat, puis √† l'Eternel, qui repousse cette requ√™te, dont la terreur est l'unique mobile. Comparez Proverbes 1.28-29¬†; Esa√Įe 1.15.

      44

      Les querelles de mon peuple : allusion aux rivalit√©s qui, pendant sept ans, avaient emp√™ch√© les tribus du Nord de reconna√ģtre comme leur roi un homme de Juda.

      A la t√™te des nations. Re√ßu roi par tout Isra√ęl, David soumet les nations voisines (2 Samuel chapitre 8)¬†; il voit m√™me des peuples lointains venir lui rendre hommage. Ces victoires pr√©figurent les conqu√™tes spirituelles de J√©sus-Christ.

      45

      Les fils de l'étranger me flattent, hébreu : me mentent. David sait que leurs hommages sont dictés par la crainte.

      46

      Ils sortent de leurs remparts : pour faire leur soumission.

      47

      47 √† 51 Conclusion. Le psalmiste, qui n'a cess√© de rapporter √† l'Eternel la gloire de ses d√©livrances, accentue encore ici l'action de gr√Ęces et prend la r√©solution de faire conna√ģtre le nom de l'Eternel √† ces nations qu'il a soumises.

      48

      Le Dieu qui m'accorde des vengeances. Un chr√©tien ne parlerait pas ainsi. Observons n√©anmoins que la vengeance purement personnelle n'√©tait pas autoris√©e dans l'ancienne alliance (L√©vitique 19.18), mais que la punition des coupables est une revanche de la justice divine, (Deut√©ronome 32.35). Dans l'affaire de Nabal, David, b√©nit l'Eternel de ce qu'il l'a emp√™ch√© de faire le mal en se vengeant lui-m√™me. On sait qu'il refusa de se venger de Sa√ľl. Il parle dans notre psaume comme le repr√©sentant de la cause de l'Eternel, avec le sentiment profond que ses ennemis sont ceux de son Dieu¬†; les vengeances dont il parle ne sont pas celles qu'il prend lui-m√™me, mais celles que Dieu lui accorde (Romains 12.17-21).

      49

      Ce verset est une brève récapitulation du psaume entier.

      L'homme violent : terme g√©n√©ral par lequel est d√©sign√© avant tout Sa√ľl.

      50

      Parmi les nations. Cette parole est au nombre de celles que saint Paul cite pour prouver que le salut doit être prêché aux Gentils, Romains 15.9 (voir 2Samuel 22.50, note).

      51

      A toujours. Pour l'Israélite actuel, ce beau psaume se termine par une déclaration cruellement démentie par l'histoire. Le chrétien voit au contraire ici une parole messianique dont l'accomplissement dépasse toutes les espérances du psalmiste.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.