TAN avec Luc Dumont

Romains 8.38

La question est toujours : "Qui pourra nous séparer de l'amour de Christ." (verset 35) C'est le seul malheur à redouter.

Paul a répondu pour les souffrances que les hommes infligent. (versets 36,37)

Mais le chrétien n'a-t-il point d'autre adversaire ou d'autre péril à redouter !

L'apôtre exprime sa ferme conviction (verbe au parfait : j'ai été et je suis persuadé) qu'il n'est aucune puissance sur la terre et dans le ciel, dans le présent et dans l'avenir, qui puisse nous séparer de l'amour que Dieu nous a montré en Jésus Christ. (verset 39)

La mort, qui guettait sans cesse les premiers chrétiens, (verset 36) ce roi des épouvantements, qui, dans tous les temps, soumet notre foi à la suprême épreuve, Christ l'a vaincue. Il traversera avec nous le sombre passage.

La vie, avec ses mille occasions de dissipation et de tentation et tous ses douloureux et insondables mystères, pourrait-elle nous séparer pour toujours de Celui que nous avons reconnu comme notre Sauveur ? Non certes ! Christ "a la puissance de garder notre dépôt jusqu'au grand jour." (2Timothée 1.12)

Il éclaire pour nous, autant qu'ils peuvent l'être de ce côté du voile, les mystères qui troublent notre foi. A cette première antithèse des deux termes les plus généraux : mort, vie, l'apôtre ajoute l'énumération de tout ce qui pourrait menacer le croyant.


  • versets sĂ©lectionnĂ©s
  • VidĂ©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • HĂ©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager