TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Actes 7

    • 1 Chapitre 7.

      1 à 53 Discours d'Etienne.

      Mais, tandis que tous les membres du sanhédrin ont les yeux arrêtés sur Etienne, qui se tient devant eux, le visage rayonnant d'une paix divine et d'un saint enthousiasme, (Actes 6.15) le souverain sacrificateur rompt le silence pour lui demander de s'expliquer sur l'accusation produite contre lui. (Actes 6.11,13,14)

      Le sens aussi bien que le but de ce long discours d'Etienne n'appara√ģt pas clairement au premier abord.

      En particulier, on ne voit pas le rapport qu'il pouvait y avoir entre l'accusation formul√©e contre lui et cet expos√© de l'histoire d'Isra√ęl.

      Quelques critiques en ont conclu que le discours n'était pas authentique ; mais son authenticité ressort de cette difficulté même, "car on peut hardiment affirmer qu'un rédacteur tout à fait indépendant de la tradition et n'ayant, pour composer cette apologie, d'autre donnée que la situation indiquée et surtout le principal chef d'accusation, ne serait guère arrivé à se renfermer dans un cercle d'idées qui semble si étrangement éloigné des faits et intérêts de la cause." Reuss.

      - Si l'on demande encore comment ce discours a été recueilli et transmis à l'auteur du livre des Actes, il est naturel de supposer que quelqu'un des auditeurs d'Etienne, favorable à l'Evangile, (comparez Actes 6.7) en a fait une relation qui circulait parmi les disciples et est ainsi parvenue dans les mains de Luc. L'existence d'une telle relation est d'autant plus probable que celle-ci rapportait les dernières paroles du martyr. Elle fut d'ailleurs d'une rédaction facile, puisque tous les faits historiques rappelés par Etienne étaient connus de ses auditeurs et qu'il ne leur fallut aucun effort de mémoire pour les retenir.

      - Le but d'Etienne était double : se justifier de l'accusation de blasphémer Dieu, de mépriser sa loi et son temple ; retourner cette accusation contre ses adversaire en leur faisant sentir qu'ils étaient rebelles à Dieu et à ses desseins de miséricorde, comme leurs pères l'avaient été de tous temps.

      L'exposé historique qu'il entreprend était propre à atteindre ce double but.

      D'abord, en s'effaçant luimême, pour ne parler que de faits entourés de la vénération de tous ses auditeurs, Etienne parvenait à se faire écouter d'eux, quels que fussent leur irritation et leur mauvais vouloir ; (Actes 6.12) puis, par la manière dont il parlait de ces faits, il convainquait ses juges de l'inanité du reproche qu'on lui faisait d'être un contempteur des glorieuses traditions de son peuple.

      Comment aurait-il pu se rendre coupable des blasph√®mes qui lui √©taient imput√©s, lui qui parlait avec cette foi vivante, cette pi√©t√©, cette adoration du Dieu de gloire et des r√©v√©lations qu'il a de tous temps accord√©es √† ceux qui s'attendaient √† lui, qui racontait avec √©motion la vocation et l'Ňďuvre de Mo√Įse qui retra√ßait avec une respectueuse admiration la construction du temple¬†?

      Mais, tout en d√©truisant ces imputations calomnieuses, Etienne pr√©para√ģt ses auditeurs √† recevoir les id√©es nouvelles et hardies qui avaient pu y donner lieu.

      S'il s'étend, au début, sur l'époque patriarcale et relève les communications divines que reçurent en divers lieux Abraham et ses descendants n'est-ce point pour insinuer que la présence de Dieu n'est pas liée au sanctuaire de Jérusalem ? Il revient à cette idée en racontant l'érection de ce sanctuaire même. (versets 48-50)

      La conclusion qu'on en pouvait tirer, c'est que le temple n'était point immuable et que le culte qu'on y célébrait devrait un jour faire place à ce que Jésus appelait l'adoration en esprit et en vérité. (Jean 4.21-24 ; Actes 6.14, note.)

      Mais si Etienne a eu l'intention de relever incidemment cette v√©rit√©, le but principal de son discours √©tait de faire ressortir qu'√† toutes les √©poques Isra√ęl a r√©pondu aux bienfaits de Dieu par l'ingratitude et la r√©volte.

      Il pr√©sente √† ses auditeurs l'histoire du peuple √©lu comme un v√©ritable miroir dans lequel ils pouvaient se reconna√ģtre et se convaincre qu'ils se montraient, en dignes fils de leurs p√®res, rebelles eux aussi aux desseins de la mis√©ricorde divine.

      N'√©taient-ils pas les trop fid√®les imitateurs de ces hommes qui avaient vendu Joseph, repouss√© Mo√Įse et pers√©cut√© les proph√®tes¬†? Et ne venaient ils pas de combler la mesure des iniquit√©s accomplies par leurs anc√™tres en tuant le Messie¬†?

      Telle est la sévère et hardie conclusion du discours ; (versets 51-53) elle fournit la clef de celui-ci.

      On peut admettre qu'Etienne se proposait de terminer par un appel √† la repentance et √† la foi en J√©sus-Christ. Son expos√© historique lui en fournissait naturellement le th√®me¬†: chacun des serviteurs de Dieu repouss√©s par les Isra√©lites √©tait devenu dans la suite leur bienfaiteur, Joseph en accueillant sa famille en Egypte, Mo√Įse en conduisant son peuple hors de la terre de servitude.

      Etienne pouvait conclure de ces exemples que Jésus de même, livré et mis à mort par les Juifs, deviendrait leur Libérateur, s'ils se tournaient vers lui avec foi. Mais l'irritation de ses auditeurs ne lui permit pas de leur adresser cette suprême exhortation et l'obligea de terminer son discours sur des paroles de condamnation.

      2 Etienne s'adresse à son auditoire en termes pleins de respect et d'affection.

      Tous les Isra√©lites √©taient pour lui des fr√®res¬†; mais il honore du titre de p√®res les membres du sanh√©drin, qui, en g√©n√©ral √©taient des hommes √Ęg√©s. (Comparer Actes 22.1)

      3 Le Dieu de la gloire, qui appara√ģt dans la gloire, dans l'√©clat de la lumi√®re c√©leste. L'Eternel se r√©v√©lait dans cette gloire. (Exode 24.16¬†; 33.18¬†; 40.34¬†; Esa√Įe 6.3¬†; Luc 2.9) Elle est mentionn√©e et jointe au nom de Dieu comme un attribut, parce que diverses r√©v√©lations de ce Dieu vont √™tre racont√©es. Bient√īt d'ailleurs Etienne la contemplera de ses propres yeux. (verset 55)

      - Le livre de la Genèse rapporte (Genèse 11.31,32) qu'Abraham sortit d'Ur, en Chaldée, avec son père et toute sa famille pour aller au pays de Canaan qu'il vint à Charran, qu'il y demeura, et que son père y mourut.

      Après le récit de cette première migration, la Genèse mentionne l'ordre de Dieu rappelé par Etienne. (Genèse 12.1)

      D'apr√®s elle Dieu serait apparu √† Abraham √† Charran et non, comme le dit Etienne, avant qu'il demeur√Ęt √† Charran.

      Divers exégètes (de Wette, Meyer) ont donc trouvé là une erreur historique, facile à concevoir chez un homme qui cite de mémoire dans un discours tout improvisé. Cependant nous savons, d'après la Genèse elle-même (Genèse 15.7, comparez Néhémie 9.7), qu'Abraham ne quitta Ur, en Chaldée, que sur une révélation de Dieu.

      Et il est à remarquer que la tradition généralement reçue chez les Juifs s'attachait à cette dernière donnée. (Josèphe, Antiq. I, 7, 1.) Etienne ne fait donc que la suivre.

      - Etienne ne nomme pas Ur en Chaldée, qui était situé au sud est de la Mésopotamie, dans la Babylonie méridionale, non loin du golfe Persique. On a retrouvé les ruines de cette ville.

      4 En comparant Genèse 11.32 et Genèse 12.1, l'on pourrait réellement conclure qu'Abraham ne vint en Canaan qu'après que son père fut mort.

      Mais selon d'autres donn√©es de la Gen√®se, Th√©rach, p√®re d'Abraham, √©tait √Ęg√© de soixante-dix ans lorsqu'il eut ce fils, (Gen√®se 11.26) et il v√©cut jusqu'√† l'√Ęge de deux cent cinq ans. (Gen√®se 11.32) Or, comme Abraham avait soixante-quinze ans lorsqu'il sortit de Charran pour venir √† Canaan, (Gen√®se 12.4) il en r√©sulte que son p√®re v√©cut encore soixante ans apr√®s cette √©poque.

      Toutes les tentatives faites pour expliquer cette erreur de chronologie ne sont que des tours de force. Il vaut mieux en laisser simplement la responsabilité à Etienne et à la tradition qu'il suivait et qui se retrouve chez Philon. Elle est née sans doute des deux passages de la Genèse cités en tête de cette note.

      5 Ainsi, √† tous √©gards Abraham dut marcher uniquement par la foi aux promesses de Dieu¬†: promesses de la possession de Canaan, quand il n'y avait pas en fait de propri√©t√© (grec h√©ritage), de quoi poser le pied, promesse de donner ce pays √† sa post√©rit√©, quoiqu'il n'e√Ľt point d'enfant. (Gen√®se 12.7¬†; 13.15¬†; H√©breux 11.8,11)

      Il faut que la foi voit l'invisible.

      7 Voir Genèse 15.13,14.

      Ce passage est cité librement d'après les Septante.

      Les derniers mots : ils me serviront en ce lieu-ci, sont empruntés à Exode 3.12.

      - Le chiffre rond de 400 ans est aussi dans la Gen√®se (Actes 15.13) tandis que dans l'Exode (Exode 12.40) la dur√©e de 1'asservissement d'Isra√ęl en Egypte est fix√©e exactement √† 430 ans.

      8 Grec : Une alliance de circoncision, c'est-à-dire une alliance dont la circoncision était le signe et le sceau.

      Ce symbole de la régénération de l'homme pécheur liait Abraham à la fidélité envers Dieu, (Genèse 17.10) et ainsi, dans ce rapport avec l'Eternel, il engendra Isaac et le circoncit. (Genèse 21.4)

      10 Cette mention de la jalousie des patriarches contre Joseph et du crime dont ils se rendirent coupables (Genèse 37.11,28) est peutêtre dans l'intention d'Etienne, une première illusion à l'inimitié de son peuple contre le Sauveur, qui, lui aussi fut vendu et livré par ses frères qu'il aimait.

      Mais, pour Jésus comme pour Joseph, Dieu était avec lui. (Genèse 39.2)

      Etienne voit dans la d√©livrance et l'√©l√©vation de Joseph en Egypte l'action directe de Dieu, qui lui fit trouver gr√Ęce (Gen√®se 39.21) et lui donna une rare sagesse devant Pharaon.

      C'est à cause de cela que ce dernier l'établit sur l'Egypte et sur toute sa maison. (Genèse 41.37 et suivants Comparer Psaumes 105.21)

      11 Ce mot, qui ne se lit qu'ici dans le Nouveau Testament, signifie proprement fourrage.

      Les Septante l'emploient en Genèse 42.27.

      13 Grec : Et sa famille devint manifeste pour Pharaon.

      Le texte reçu, avec B, C, D, porte la famille de Joseph. Voir Genèse 41.54 et suivants ; Genèse 42.1 ; 45.4.

      Etienne ne rappelle ces faits qu'à cause de leur vif intérêt pour tout Israélite.

      14 Ainsi Joseph, ha√Į, pers√©cut√©, devint le sauveur de toute sa famille. Un rapprochement avec J√©sus s'offrait de lui m√™me.

      - Etienne compte soixante quinze personnes (Grec¬†: √Ęmes) dans la famille de Jacob se rendant en Egypte, quoique, dans trois passages de l'Ancien Testament, le texte h√©breu n'en indique que soixante-dix. (Gen√®se 46.27¬†; Exode 1.5¬†; Deut√©ronome 10.22)

      Etienne tire cette donnée de la version grecque des Septante qui, dans Genèse 46.27 et Exode 1.5, porte le chiffre de 75.

      - Nous rattachons les derniers mots du verset 14 au commencement du verset 15 "Avec soixante-quinze personnes. Jacob descendit en Egypte." Cette mani√®re de disposer le texte nous para√ģt indiqu√©e par Deut√©ronome 10.22 (voir la version des Septante).

      Les plus anciens manuscrits ont, il est vrai, au commencement de verset 15, une conjonction : et Jacob descendit. Mais le fait que cette conjonction n'est pas la même chez tous prouve qu'à l'origine elle manquait. C'est ce que confirment D, plusieurs minusc., la Peschito.

      Dans ces documents verset 15 commence d'une manière abrupte : Jacob descendit. (Blass.)

      16 La foi des patriarches en la promesse de Dieu était si ferme que, mourant en Egypte, ils demandèrent à être transportés dans la terre de Canaan, destinée à de venir la patrie de leurs descendants.

      Jacob et Joseph avaient donné à leurs fils les ordres les plus positifs à cet égard. (Genèse 49.29 ; 50.25)

      Ce verset verset 16 donne lieu à trois remarques encore :

      1¬į Il y est dit de Jacob et des p√®res, c'est-√†-dire de tous les fils de Jacob, qu'ils furent transport√©s dans la terre de la promesse. Ce trait, mentionn√© aussi par Jos√®phe (Antiq. II, 8, 2), est en luim√™me tr√®s probable, puisque les petits-fils de Jacob auront voulu rendre √† leurs p√®res les m√™mes honneurs qu'√† leur a√Įeul. Mais le fait n'est racont√© dans l'Ancien Testament qu'√† l'√©gard de Jacob et de Joseph.

      2¬į Il est dit encore que ces patriarches furent ensevelis √† Sichem, ce qui est vrai de Joseph, (Josu√© 24.32) et probablement des autres fils de Jacob¬†; mais Jacob lui-m√™me fut enseveli √† Ephron, dans la caverne de Macpela. (Gen√®se 49.29,30)

      3¬į Il est dit enfin qu'Abraham avait achet√© ce s√©pulcre de Sichem, mais c'est Jacob qui 1'avait acquis √† prix d'argent, (Gen√®se 33.19¬†; Josu√© 24.32) tandis qu'Abraham avait achet√© d'Ephron un tombeau pr√®s de Mamr√©. (Gen√®se 50.13)

      Etienne réunit en un seul les deux achats et les deux enterrements dont parle l'Ancien Testament.

      Les inexactitudes subsistent, mais elles sont sans importance.

      - En traduisant : Hémor, père de Sichem, nous suivons le texte reçu, qui se fonde sur D et quelques majuscules et versions, et qui est conforme à Genèse 33.19. Sin, B, C portent à Sichem.

      Il est probable que les copistes auront fait cette correction, estimant que Sichem était ici, de même qu'au commencement du verset, un nom de lieu.

      18 Qui n'avait point connu Joseph personnellement et ne se croyait tenu à aucune reconnaissance envers ses descendants. Le fait est constaté par Exode 1.8.

      - En verset 17, le texte reçu porte : la promesse que Dieu avait jurée à Abraham. Il s'agit de la promesse rappelée ci-dessus, verset 5.

      19 Ces faits, avec les raisons toutes politiques qui les inspirèrent, sont exposés dans Exode 1.9 et suivants
      20 En ce temps-l√†, temps d'oppression et d'affliction profonde, naquit Mo√Įse, le lib√©rateur. C'est ainsi que Dieu choisit les temps et les moments, selon sa sagesse et sa mis√©ricorde.

      - Cet enfant était beau (grec) à Dieu, ou pour Dieu ou aux yeux de Dieu, c'està-dire que Dieu lui-même le trouvait beau.

      Le sens de ces paroles n'est pas rendu par la traduction : divinement beau ou d'une beauté divine.

      Ce n'est pas seulement la beaut√© de l'enfant qui engagea sa m√®re √† le cacher pendant trois mois¬†; (Exode 2.2) comme il y avait √† cela un grand danger, l'√©p√ģtre aux H√©breux (H√©breux 11.23) attribue cette action courageuse √† la foi des parents.

      22 Cette instruction, que re√ßut Mo√Įse, est encore un trait √©tranger au r√©cit de l'Ancien Testament, mais qui se trouve dans Philon et dans la tradition juive.

      "La sagesse des Egyptiens s'appliquait surtout aux sciences naturelles (y compris la magie), l'astronomie, les mathématiques, la médecine ; c'étaient les prêtres qui cultivaient cette sagesse, aussi bien que l'art du gouvernement." Meyer.

      "Que Mo√Įse e√Ľt √©t√© √©lev√© dans la sagesse des Egyptiens, c'est ce qu'Etienne pouvait savoir par la tradition juive, bien que l'Ancien Testament n'en dise rien. Mais, en admettant ce fait, l'antiquit√© √©tait bien √©loign√©e de supposer, comme l'incr√©dulit√© moderne, que l'√©ducation donn√©e √† Mo√Įse en Egypte avait suffi pour faire de lui le fondateur de la vie religieuse et politique de son peuple. Toute la science √©gyptienne √©tait dans les mains des pr√™tres. Si la pi√©t√© de Mo√Įse s'√©tait d√©velopp√©e sous leur influence, il aurait r√©pandu leur idol√Ętrie dans le peuple d'Isra√ęl¬†; au lieu de cela, il travailla √† an√©antir tous les vestiges que ce peuple avait pu en apporter d'Egypte. Ce n'est pas la culture grecque qu'il avait re√ßue √† Tarse, ni ses √©tudes sous Gamaliel qui ont fait de Paul un ap√ītre¬†; ce n'est pas davantage la sagesse de l'Egypte qui rendit Mo√Įse apte √† devenir le l√©gislateur d'Isra√ęl. Mais Dieu put bien rendre utile la culture ext√©rieure que ces hommes avaient re√ßue, pour communiquer √† leur peuple la v√©rit√©, sous l'influence du Saint-Esprit dont ils √©taient remplis." Olshausen.

      - Puissant dans ses Ňďuvres n'indique pas seulement les miracles op√©r√©s par Mo√Įse, mais toutes les grandes actions de sa vie.

      Puissant dans ses paroles semble contredire Exode 4.10¬†; mais la r√©ponse de l'Eternel aux objections de Mo√Įse justifie le jugement d'Etienne.

      Meyer fait observer avec raison qu'une parole peu facile peut √™tre puissante par l'Esprit divin qui l'anime, et c'est, en particulier, ce que prouve l'action exerc√©e par Mo√Įse.

      Luc (Luc 24.19) caractérise Jésus dans les mêmes termes.

      23 En donnant √† Mo√Įse l'√Ęge de quarante ans, Etienne suit une tradition qui n'est pas express√©ment fond√©e sur l'Ancien Testament.

      Cependant on lit dans Exode 7.7 que Mo√Įse √©tait √Ęg√© de quatre-vingts ans quand il se pr√©senta devant Pharaon, ce qui s'accorde bien avec la donn√©e d'Etienne. (verset 30)

      De l√†, sans doute, la tradition, recueillie aussi par les √©crits des rabbins juifs, que Mo√Įse v√©cut quarante ans √† la cour d'Egypte, quarante ans dans la solitude de Madian (verset 30) et quarante ans comme conducteur de son peuple. (verset 36)

      - Il lui monta au cŇďur de visiter ses fr√®res¬†: des pens√©es peuvent exister d'une mani√®re inconsciente dans les profondeurs de l'√Ęme¬†; elles montent au cŇďur et y deviennent des sentiments pr√©cis ou des volont√©s arr√™t√©es.

      Tel fut en Mo√Įse l'amour pour son peuple, qui le poussa non seulement √† visiter ses fr√®res, mais √† se d√©vouer tout entier pour eux. (verset 24 et suivants) C'est √† ce moment de l√† vie de Mo√Įse que s'appliquent les belles paroles de l'√©p√ģtre aux H√©breux. H√©breux 11.24-26.

      25 Voir Exode 2.11,12.

      Il est √©vident par ce r√©cit que Mo√Įse sentait d√©j√† en lui la vocation de lib√©rateur de son peuple¬†; mais, dans un z√®le charnel, il n'attendit point l'appel de Dieu et proc√©da par la violence.

      Cette faute, toutefois, n'excuse point l'aveuglement et l'ingratitude de ses frères qui le repoussent. C'est ce qu'Etienne veut faire sentir à ses auditeurs. (Comparer verset 27)

      27 Voir Exode 2.13,14.

      Cette fois Mo√Įse proc√©da avec sagesse et douceur il exhortait ses fr√®res √† la paix (grec les ramenait ensemble pour la paix) ce qui n'emp√™cha pas qu'il f√Ľt encore repouss√© par des paroles jalouses et d√©fiantes.

      29 Cette parole dut remplir Mo√Įse de crainte car elle lui montrait que son action √©tait connue. D'apr√®s le r√©cit de l'Exode, elle avait √©t√© rapport√©e √† Pharaon, et celui-ci cherchait √† le faire mourir (Exode 2.15)

      Ainsi Mo√Įse, √©lev√© dans le palais de Pharaon, dut s'enfuir et demeurer comme √©tranger au d√©sert, √† cause de l'aveuglement de son peuple. Mais le jour de sa vocation comme lib√©rateur de ce peuple √©tait r√©serv√© aupr√®s de Dieu.

      - Madian, contrée de l'Arabie Pétrée, habitée par des tribus nomades.

      34 Voir Exode 3.1-10.

      L'explication de cette grande th√©ophanie par laquelle s'accomplit la vocation de Mo√Įse appartient √† l'ex√©g√®se de l'Ancien Testament.

      Nous nous bornons à quelques remarques nécessaires à l'intelligence de la pensée d'Etienne :

      - 1¬į Sur ce terme de quarante ans, voir verset 23, note.

      - 2¬į Au lieu de¬†: le mont Sina√Į, on lit dans l'Exode¬†: (Exode 3.1) "la montagne de Dieu √† Horeb" Ces deux noms sont employ√©s l'un pour l'autre dans le Pentateuque parce qu'ils d√©signent les deux sommets les plus √©lev√©s de la m√™me cha√ģne de montagnes.

      - 3¬į La voix du Seigneur¬†; le mot Seigneur est, dans la version grecque des Septante, que citait Etienne, la traduction constante du nom de J√©hovah, l'Eternel. Dans le r√©cit de l'Exode, l'√™tre qui est ici appel√© un ange est nomm√© l'ange de l'Eternel. (Exode 3.2)

      - 4¬į Ote (grec d√©lie) les souliers de tes pieds. C'est l√†, chez les Orientaux, une marque de respect, comme pour nous de nous d√©couvrir la t√™te.

      - 5¬į J'ai vu, j'ai vu, nous rendons ainsi l'h√©bra√Įsme¬†: voyant, j'ai vu, qui signifie¬†: j'ai tr√®s bien vu, c'est l√† l'expression des tendres compassions de Dieu pour l'oppression de son peuple.

      - 6¬į Je suis descendu est un anthropomorphisme indiquant une r√©v√©lation ou une action divine pour la d√©livrance du peuple de Dieu ou le ch√Ętiment des m√©chants. (Gen√®se 11.5,7¬†; 18.21) Le verbe traduit par d√©livrer a le sens r√©fl√©chi¬†: prendre √† soi ou pour soi. (Actes 26.17)

      - 7¬į Le texte re√ßu porte¬†: Je t'enverrai en Egypte, tandis que, selon le vrai texte (Sin., B, A, C, D), Dieu dit¬†: que je t'envoie.

      Maintenant, cette mission était le but actuel de la révélation.

      35 Apr√®s avoir racont√© la vocation divine adress√©e √† Mo√Įse, Etienne peint, d'une part, la grandeur de ce serviteur de Dieu (versets 35-38) et, d'autre part, la r√©volte de son peuple qui le renia (comparez Actes 3.13) et "refusa de lui ob√©ir,." (verset 39)

      Non seulement Dieu l'envoya comme chef et juge, mais comme libérateur (grec rédempteur).

      "Cette progression dans les termes a pour but de montrer, dans l'opposition du peuple contre Mo√Įse, le type de son opposition contre le Sauveur, (verset 51) et ainsi en Mo√Įse lui-m√™me le type de Celui qui a accompli, dans le sens le plus √©lev√©, la r√©demption de son peuple." (Luc 1.68¬†; H√©breux 9.12¬†; 2.14) Meyer.

      - Mo√Įse ne peut √™tre lib√©rateur et accomplir de si grandes Ňďuvres (verset 36) qu'avec l'assistance (grec vrai texte, B, A, C, D, avec la main) de l'ange, c'est-√†-dire du repr√©sentant de Dieu, qui lui √©tait apparu. Etienne ne voyait pas, dans cet ange, un ange quelconque, mais un m√©diateur sp√©cial dont l'assistance √©quivalait √† celle de Dieu lui-m√™me.

      37 Deutéronome 18.15, comparez ci-dessus Actes 3.22.

      Le texte reçu porte : Le Seigneur Dieu vous suscitera ; vous l'écouterez.

      Les mots soulignés manquent dans,Sin., B, A. Ils auront été ajoutés pour rendre la citation conforme aux Septante.

      38 Ce verset encore exalte Mo√Įse comme ayant √©t√© le m√©diateur de la loi du Sina√Į.

      Il était, dans l'asssemblée (grec l'église), au désert, entre l'ange qui lui parlait (comparez verset 53, note) et nos pères recevant des oracles vivants (les commandements de la loi envisagés comme conduisant à la vie, comparez Romains 7.10,12 ; Galates 3.12) et les donnant au peuple.

      Sin., B portent : pour vous les donner. (Westcott Hort, Weiss, Wendt.)

      - Quelle √©loquente r√©futation de l'accusation √©lev√©e contre Etienne d'avoir blasph√©m√© Mo√Įse et la loi¬†! (Actes 6.11,13)

      - On remarquera dans tout ce passage (versets 35-38) la formule oratoire¬†: c'est ce Mo√Įse, c'est lui qui. Elle trahit l'√©motion d'Etienne.

      40 Voir Exode 16.3 ; 32.1 et pour les termes employés comparez Ezéchiel 20.7 et suivants

      Grec¬†: Ils se tourn√®rent dans leurs cŇďurs vers l'Egypte, c'est-√†-dire qu'ils d√©sir√®rent introduire parmi eux un culte idol√Ętre emprunt√© √† la religion de l'Egypte.

      D'autres entendent : ils voulurent retourner en Egypte.

      Les dieux qui marchent devant nous seraient alors des dieux qui ram√®neraient Isra√ęl en Egypte. Mais le veau d'or √©tait une image visible du Dieu qui avait fait sortir le peuple d'Egypte pour le conduire en Canaan. (Exode 32.4,1Rois 12.28)

      41 Allusion à la fête grossière que célébra le peuple après avoir fait son veau d'or. (Exode 32.6) Ce dernier était une imitation d'une divinité égyptienne, le dieu Apis de Memphis.
      42 C'est-√†-dire au culte idol√Ętre des astres et des forces de la nature.

      Dieu les y livra, en ch√Ętiment de leur ingratitude et de leur incr√©dulit√©. (Comparer Romains 1.24,25)

      C'était là un avertissement indirect adressé par Etienne à ses auditeurs.

      43 Amos 5.25-27, librement cité d'après la version grecque des Septante.

      L'Eternel reproche d'abord à son peuple, par la bouche du prophète, de ne lui avoir pas offert des victimes et des sacrifices, durant la traversée du désert.

      Cette assertion para√ģt √™tre en contradiction avec des passages tels que Exode 24.4 et suivants¬†; Nombres 7.10¬†; 9.1 et suivants

      Mais l'abandon de la circoncision (Josu√© 5.4-9) r√©v√®le un rel√Ęchement religieux qui put bien s'√©tendre √† la c√©l√©bration des sacrifices. (Voir la Bible Annot√©e, sur Amos 5.25-27) Il ne peut s'expliquer que par un entra√ģnement g√©n√©ral du peuple √† l'idol√Ętrie.

      C'est ce dernier p√©ch√© que le proph√®te reproche ensuite √† Isra√ęl, en rappelant ce tabernacle de Moloch qu'il portait √† sa suite, et cette √©toile du dieu Rephan, images ou idoles qu'il avait faites pour les adorer.

      Il ne faut pas, avec quelques éditeurs (Tischendorf, Weiss), prolonger la question jusqu'au milieu de verset 43 "M'avez vous offert,...et avez-vous porté...ces images que vous avez faites pour les adorer ?" car la réponse négative, que fait attendre la forme de l'interrogation en grec, n'est admissible que pour la dernière proposition de verset 42 "M'avez vous offert des victimes ? Non, vous ne l'avez pas fait, bien plus (tel est le sens du et) vous avez porté, etc."

      Moloch signifie roi ou seigneur, et correspond au Bel ou Baal des peuples Cananéens. On adorait sous ce nom le soleil, comme principe générateur et vivifiant de la nature.

      L'astre appelé suivant les manuscrits Romphan ou Rephan était Saturne. La version grecque rend par ce nom l'hébreu Kiyoun, qui, avec d'autres points voyelles, se prononcerait Kewan. Kewan est le surnom Assyrien de Saturne.

      Rephan serait un des noms donnés à Seb, le Saturne des Egyptiens.

      Sin., A, C, majuscules, portent : votre dieu Rephan. Le mot souligné manque dans B, D.

      - Comme ch√Ętiment de cette idol√Ętrie, Amos annonce au peuple qu'il sera transport√© au del√† de Damas capitale du royaume de Syrie le puissant ennemi d'Isra√ęl.

      Etienne pr√©cise l'id√©e, en substituant √† ce nom de Damas celui de Babylone, afin de rappeler la grande captivit√© du peuple juif, ch√Ętiment de ses infid√©lit√©s.

      44 Quelques ex√©g√®tes (Calvin, de Wette, Olshausen) ont pens√© qu'Etienne voulait opposer ce vrai tabernacle au tabernacle de Moloch, (verset 43) afin de faire sentir d'autant plus vivement combien √©tait coupable ce p√©ch√© de l'idol√Ętrie.

      C'est plut√īt, dans le discours, un nouveau d√©veloppement, dans lequel Etienne en vient √† parler du temple, (versets 46,47) qu'on l'avait accus√© de m√©priser.

      - Le tabernacle ou la tente du témoignage ; c'est ainsi que les Septante traduisent, à tort, le mot hébreu qui signifie assignation ou assemblée.

      Ce qui importe √† Etienne, c'est de rappeler combien ce tabernacle √©tait sacr√© pour les Isra√©lites pieux, puisque non seulement l'Eternel en avait prescrit la construction jusque dans les moindres d√©tails (Exode 25 √† Exode 27), mais avait ordonn√© √† Mo√Įse de le faire selon le mod√®le qui lui avait √©t√© montr√© sur la sainte montagne (Exode 25.40¬†; 26.30, comparez H√©breux 8.5)

      45 Nos pères (ceux de la génération qui entra en Canaan),l'ayant reçu à leur tour (de la main de leurs devanciers), l'introduisirent avec Josué dans le pays conquis sur les nations, littéralement : dans (pendant) la possession des nations, c'est-à-dire : "lorsque ce pays était au pouvoir des nations" (Meyer), ou mieux : "en prenant possession des nations" (Wendt), le génitif des nations étant objet et non sujet.

      Ces nations Dieu les chassa devant nos pères, jusqu'aux jours de David : la conquête de Canaan ne fut achevée qu'au temps de David.

      D'autres rattachent les mots jusqu'aux jours de David à la proposition principale : ils l'introduisirent, et sous-entendent : et il y resta.

      47 Parce qu'il avait trouv√© gr√Ęce devant Dieu, David demanda de trouver une demeure (grec une tente) pour le Dieu de Jacob.

      Sin., B, D portent une demeure à la maison de Jacob. Cette variante ne présente guère de sens acceptable.

      Le Psaume Psaumes 132.5, ici cité, oblige à admettre Dieu de Jacob.

      Hort propose une conjecture plausible, d'après laquelle le texte primitif portait Seigneur de Jacob. Ce mot Seigneur, corrompu, aurait donné lieu à la variante des principaux manuscrits.

      Pour le fait lui-même, comparez 2Samuel 7.1 et suivants 1Chroniques 22.7 et suivants

      Si, pour d√©signer le temple, (verset 46) Etienne emprunte √† Psaumes 132.5, un mot qui signifie proprement tente, et d√©signe une habitation fragile et temporaire, c'est pour marquer que ce temple, fait de mains d'hommes, participait du caract√®re transitoire de toutes les choses visibles. Il ne veut pas dire que son √©rection ait √©t√© sans valeur aux yeux de Dieu, mais il donne √† entendre qu'elle a √©t√© une Ňďuvre humaine. Dieu n'avait rien ordonn√©. David prend l'initiative en suppliant Dieu de lui accorder la faveur d'√©lever cette maison √† sa gloire. Et encore la gr√Ęce demand√©e ne fut-elle accord√©e qu'√† son fils Salomon.

      Malgré ces nuances qu'il apporte à l'exposé des faits Etienne parle avec respect et vénération de l'origine du sanctuaire de Jérusalem ; il réfute ainsi indirectement l'accusation d'avoir proféré contre lui des blasphèmes.

      Si, dans la suite, (versets 48-50) il formule encore une réserve capitale, et essaie d'amener ses auditeurs à une notion plus spiritualiste du seul vrai et permanent sanctuaire du Très-Haut, il s'exprimera de manière à montrer que sa pensée est celle même du roi qui construisit le temple et le consacra à l'Eternel, et qu'elle est conforme aux enseignements des prophètes.

      50 Cette grande pens√©e que le Dieu infini, Cr√©ateur de l'univers, ne saurait habiter exclusivement dans un temple, Ňďuvre de la main des hommes, condamnait le culte formaliste et pharisa√Įque du temps.

      On croit, en √©coutant Etienne, entendre un √©cho des paroles de J√©sus. (Jean 4.21-24) Et cependant il n'exprime qu'une pens√©e formul√©e d√©j√† en termes semblables par Salomon lui-m√™me dans sa pri√®re pour la d√©dicace du temple (verset 48¬†; comparez 1Rois 8.27)¬†; puis il appuie encore cette pens√©e sur l'autorit√© d'un proph√®te. (Esa√Įe 66.1, cit√© presque exactement d'apr√®s les Septante.)

      51 Quelle foudroyante péroraison de tout ce discours ! (versets 51-53) Mais que ces paroles sont vraies dans leur sévérité !

      Faut-il admettre, avec plusieurs exégètes (Ebrard, Meyer, Lechler), que cette application est simplement la conséquence naturelle qu'Etienne tire de tout son discours ?

      Ou, avec Olshausen et d'autres, que ce brusque changement de ton fut provoqué par des marques d'impatience et de colère dans son auditoire ?

      Cette derni√®re opinion nous para√ģt √™tre la vraie.

      Jusqu'ici Etienne avait expos√© avec calme les v√©rit√©s qui ressortent de l'histoire d'Isra√ęl, si le sanh√©drin, constitu√© en cour de justice, l'avait √©cout√© avec attention, eut-il √©t√© sage, ou m√™me charitable, de provoquer, par ces derni√®res paroles, les orgueilleux pr√©jug√©s de ce conseil¬†? Assur√©ment Etienne ne l'aurait pas fait.

      En outre, comment supposer qu'il aurait voulu terminer son discours sans exhorter ses auditeurs à la repentance et sans leur annoncer en Jésus la miséricorde de Dieu ?

      Au lieu de cela, il ne mentionne le Juste que pour accabler ces chefs du peuple du souvenir de leur crime. (verset 52)

      C'est qu'Etienne voyait la fureur peinte sur tous les visages, c'est qu'il fut interrompu par des murmures et des cris, c'est enfin qu'il prévit l'issue tragique du débat et que, dans son indomptable courage, il trouva qu'il n'y avait plus rien à ménager dans ces rebelles. Les versets versets 54,57 confirment cette explication.

      - Le col roide est l'image d'un caract√®re inflexible, opini√Ętre, rebelle.

      Le peuple d'Isra√ęl se montrait alors tel. Ce mot ne se trouve qu'ici dans le Nouveau Testament, mais le terme h√©breu qui y correspond est assez fr√©quent. (Voir Exode 33.3,5)

      Etre incirconcis de cŇďur et d'oreilles, c'est se montrer incapable de sentir et m√™me d'entendre la v√©rit√©. L'incirconcision √©tait, chez les Juifs la marque du paganisme et de l'impuret√©, (L√©vitique 26.41,Deut√©ronome 10.16) la circoncision le symbole de la purification du cŇďur. (J√©r√©mie 4.4¬†; 9.25¬†; Romains 2.29)

      52 Voir, sur les prophètes persécutés par leur peuple Hébreux 11.36 et suivants

      Mais le crime des chefs actuels de ce peuple d√©passait tous les autres. Ils avaient livr√© √† un juge pa√Įen le Juste par excellence, (Actes 3.14) et ainsi ils √©taient devenus ses meurtriers¬†!

      53 Les mots : par (grec en ou sur) des ordonnances d'anges ont été diversement interprétés.

      Le sens le plus probable est que les anges ont servi d'intermédiaires.

      Le r√©cit de l'Exode, (Exode 20) il est vrai, ne fait pas mention de la participation des anges √† la promulgation de la loi. Mais ce r√īle leur est attribu√© par une tradition que les Septante ont introduite dans l'Ecriture ellem√™me, en traduisant le passage obscur Deut√©ronome 33.2, qui porte selon la version la plus usit√©e¬†: "de sa droite (il a envoy√©) le feu de la loi"

      - "√† sa droite des anges avec lui." Plusieurs auteurs du Nouveau Testament y ont puis√© l'id√©e d'une intervention des anges, dont Dieu se serait servi pour communiquer la loi √† Mo√Įse. (Galates 3.19,H√©breux 2.2)

      Cette idée est exprimée aussi par des rabbins et par l'historien Josèphe (Antiq. XV, 5, 3).

      C'est donc √† tort que quelques interpr√®tes, se fondant sur Psaumes 104.4, ont vu dans ces anges une d√©signation po√©tique des ph√©nom√®nes naturels qui se produisirent sur le Sina√Į. (Exode 19.16-19)

      Chrysostome pensait retrouver dans notre passage l'ange mentionné en versets 30,38.

      Mais le mot anges, au pluriel, s'oppose à cette interprétation.

      - Etienne déclare à ses auditeurs que la loi, promulguée avec tant de solennité, ils ne l'ont point gardée.

      Il pouvait leur adresser ce reproche, par lequel il leur retournait l'accusation portée contre lui (Actes 6.13,14) car les dispositions manifestées par leurs pères (versets 39-43) étaient encore les leurs.

      Nous ne pensons pas qu'il voul√Ľt les bl√Ęmer de n'avoir pas saisi la loi dans sa spiritualit√©, (versets 48-50) ni que la transgression de la loi qu'il avait en vue f√Ľt sp√©cialement le meurtre du Juste. (verset 52)

      54 7 :54 à 8 :3 Martyre d'Etienne et persécution de l'Eglise.

      Ils fr√©missaient de fureur. Voir, sur cette expression, Actes 5.33, o√Ļ le sens litt√©ral est expliqu√©.

      Ces choses, c'était surtout le contenu de versets 51-53. (Comparer toutefois verset 51, note.)

      Cette fureur et ces grincements de dents font, comme l'observe Olshausen, un contraste frappant avec la calme sérénité d'Etienne, contemplant le ciel ouvert. (verset 56)

      55 Les mots : rempli d'Esprit saint ne signifient pas seulement qu'Etienne était habituellement sous l'influence de cet Esprit, mais que dans ce moment de danger suprême Dieu l'en revêtit d'une manière nouvelle. (Comparer Actes 4.8)

      - Il vit la gloire de Dieu ; (verset 2) une vision, tout intérieure, lui fut accordée par l'action même de cet Esprit dont il était rempli.

      On peut supposer qu'il la cherchait, les yeux fixés au ciel, au-dessus des hommes, du danger, de la vie et de la mort.

      Mais l'objet spécial et souverainement consolant de sa vision, ce fut Jésus, son Sauveur, pour lequel il allait donner sa vie.

      Et qu'on le remarque bien, puisque ce trait de la vision est répété à verset 56, il voit Jésus debout, à la droite de Dieu. Etre à la droite de Dieu, c'est partager avec lui l'autorité et la puissance.

      Le Sauveur est souvent représenté assis, à la droite de Dieu, dans l'attitude du gouvernement ou du jugement, (Matthieu 26.64 et souvent ailleurs) ici il est debout, car il s'est levé pour venir au-devant du martyr et pour le recevoir dans la gloire. (verset 59)

      Cette explication, admise aujourd'hui par la plupart des interprètes, est de Grégoire le Grand.

      56 Etienne seul eut cette glorieuse vision ; les membres du sanhédrin ne s'aperçurent de rien ; mais Etienne dit ce qu'il voyait, afin que cela leur servit de témoignage.

      Il nomme Jésus le Fils de l'homme, sans doute par allusion à la vision de Daniel (Daniel 7.13,14 ; comparez Matthieu 26.64 ; Luc 22.69) qui, lui aussi contemple Celui dont la domination et le règne sont éternels.

      C'est ici le seul passage o√Ļ ce nom, que J√©sus prend ordinairement lui-m√™me dans les √©vangiles lui est donn√© par un de ses disciples.

      58 Ce verbe à l'imparfait, et sans régime en grec, signifie qu'ils se préparaient à le lapider, l'action même n'est racontée qu'en verset 59.

      D'autres expliquent l'absence de régime et la répétition du verbe : ils lapidaient, à verset 59, en supposant que verset 58 est une remarque introduite par l'auteur des Actes dans le document qu'il transcrivait. Celui-ci portait simplement : et l'ayant jeté hors de la ville, ils lapidaient Etienne qui priait et disait.

      Toute cette sc√®ne tumultueuse ne permit pas au sanh√©drin de rendre un jugement r√©gulier¬†: ce fut une sorte d'√©meute, et la mort d'Etienne fut un meurtre. Seulement les auteurs du meurtre pr√©tendaient appliquer √† l'accus√© le ch√Ętiment ordonne pour les blasph√©mateurs. (L√©vitique 24.16)

      Les témoins (Actes 6.13,14) devaient lancer la première pierre au condamné. (Deutéronome 17.7) Pour cela, il fallait qu'ils se défissent de leurs manteaux, qui les auraient gênés ; ce sont là les vêtements qu'ils déposèrent aux pieds d'un jeune homme qui, dans son fanatisme de pharisien, assistait avec complaisance à cette exécution. (verset 60)

      Ce jeune homme s'appelait Saul. C'est la première fois qu'il est nommé dans le Nouveau Testament. Quelle grande et belle place il y occupera désormais !

      59 Ils lapidaient Etienne qui priait (grec invoquait, appelait) ; quel contraste !

      Il appelait ce J√©sus qui venait de lui appara√ģtre dans sa vision¬†; il lui demandait de recevoir son esprit.

      La même prière que le Sauveur avait adressée à Dieu son Père, Etienne l'adresse à Jésus.

      "Cette circonstance remarquable du récit est une preuve de la divinité du Sauveur plus convaincante que beaucoup d'autres passages dont on s'appuie ordinairement, surtout si l'on considère la sévérité avec laquelle l'Ancien Testament condamne tout hommage de ce genre rendu à un être qui ne serait pas Dieu. Etienne agit ici selon l'ordre de Jésus-Christ lui-même, (Jean 5.23) et telle a été de tout temps la pratique de l'Eglise." 0lshausen.

      Comparer encore, sur l'invocation du nom de,Jésus, Actes 22.16 ; Romains 10.12,1Corinthiens 1.2.

      60 C'est-à-dire pardonne-leur !

      Encore une parole de Jésus sur la croix, (Luc 23.34) au pied de laquelle Etienne mourant se place en pensée.

      La dernière prière de Jésus, qui était l'expression d'une charité divine, Etienne a été capable de la proférer à son tour. Il l'a prononcée même d'une voix forte, voulant que tous l'entendissent.

      Et cette pri√®re fut exauc√©e, elle le fut du moins pour ce jeune homme, spectateur du drame, qui devint l'ap√ītre de la gr√Ęce. (1Timoth√©e 1.15) Combien de fois ne dut-il pas s'en souvenir dans la suite¬†!

      Douce image de la mort qui est devenue un sommeil pour les fidèles, même lorsqu'elle est le plus violente. (Comparer Jean 11.11 ; 1Thessaloniciens 4.13)

      Telle fut la fin du premier martyr de l'Eglise chrétienne.

      Son nom grec Stéphanos signifie couronne.

      Il devint les prémices de cette longue suite de témoins de JésusChrist qui, au sortir de leurs combats et de leurs tribulations, allèrent au lieu du repos ceindre leurs fronts de la couronne immortelle promise à ceux qui n'épargnent point leur vie pour l'amour de Celui qui leur donna la sienne. (Apocalypse 2.10)

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.