TopCartes x PLM collab

Esa√Įe 10

    • 1

      1 à 4. Les violences commises contre les petits allument la colère de Dieu : les coupables n'ont à attendre que la mort ou l'exil. Mais ce ne sera pas encore la fin.
      Comparez les reproches adressés à Juda, 1.17,23 ; 3.14-15 ; 5.7-8,23.

      3

      Le jour de la visitation : celui o√Ļ Dieu leur demandera compte de leur conduite (3.14).

      L'expression : qui vient de loin, désigne clairement les Assyriens. Comparez 5.26 ; 9.10.

      Vers qui fuirez-vous¬†? Am√®re ironie, car Isra√ęl (et cela lui a √©t√© s√©v√®rement reproch√© par ses proph√®tes) n'a cess√© jusqu'ici d'invoquer le secours des peuples pa√Įens. Comparez 2.6.

      4

      Esa√Įe annonce au peuple des dix-tribus le m√™me ch√Ętiment de l'exil, qu'il avait d√©j√† pr√©dit au peuple de Juda (3.24-26¬†; 5.13¬†; 8.21). Mais ce ch√Ętiment supr√™me n'apaisera pas le courroux de J√©hova. Esa√Įe laisse entrevoir que la destruction de Samarie et du royaume d'Ephra√Įm n'est pas le dernier mot des jugements de Dieu sur cette partie du peuple. Et il y a eu, en effet, une diff√©rence entre les destin√©es de Juda et celles d'Ephra√Įm depuis l'exil. Juda a √©t√© r√©tabli, les dix tribus ont disparu¬†; le jugement de Dieu a donc continu√© √† peser sur elles apr√®s leur ruine.

      5

      10.5 à 12.6 La chute de l'Assyrie et le règne du Messie.

      5 à 34 La chute de l'Assyrie.

      Samarie est d√©j√† d√©truite (10.9-11)¬†; mais le royaume de Juda est encore tributaire de l'Assyrie (10.27). Notre discours a donc √©t√© compos√© entre la prise de Samarie (722) et le moment o√Ļ Ez√©chias refusa le tribut √† Sanch√©rib (apr√®s 705).

      Ce discours se compose de quatre strophes (versets 5 √† 11, 12 √† 19, 20 √† 26, 27 √† 34) annonc√©es chacune (sauf la premi√®re) par un : il arrivera... Le th√®me du morceau pr√©c√©dent, (9.7-10.4) √©tait le nom, mena√ßant pour Ephra√Įm, de Maherschalal-Chaschbaz (8.3-4)¬†; le th√®me de celui-ci est le nom, consolant pour Juda, de Sch√©arjaschub (versets 20 √† 22¬†; 7.3).

      5 √† 11 Assur est l'instrument de la col√®re de Dieu pour purifier Isra√ęl, non pour le d√©truire, comme il se le propose.

      Malheur √† Assur, verge... Dieu s'est servi d'Assur pour punir Isra√ęl. Mais comme l'instrument a oubli√© qu'il n'√©tait qu'instrument, et n'a servi les desseins de Dieu que pour satisfaire ses passions, tout le mal qu'il a fait lui sera redemand√© (47.6-7¬†; Zacharie 1.15). M√™me jugement prononc√© sur J√©hu et sa maison, Os√©e 1.4.

      Le b√Ęton qui est dans sa main. Comparez 9.3¬†; 10.24,27. Dans la premi√®re partie du verset, Assur est lui-m√™me la verge de Dieu¬†; dans la seconde, il tient cette verge en main pour frapper de sa part. L'image se transforme pour se rapprocher de la r√©alit√© : car Dieu ne frappe pas directement son peuple¬†; ce sont les Assyriens qui donnent les coups.

      6

      Nation impie, peuple (objet) de mon courroux : le peuple de Juda, qu'Assur a mission de ch√Ętier, de r√©duire √† l'√©tat le plus mis√©rable (7.25), mais non d'exterminer, car Dieu ne veut pas que son peuple p√©risse.

      8

      Mes princes... rois¬†? Les g√©n√©raux, les satrapes du roi d'Assyrie portent eux-m√™mes le titre royal, soit √† cause de leur puissance princi√®re, soit parce que plusieurs d'entre eux sont des rois soumis (2Rois 25.28). Le roi d'Assyrie s'appelle le grand roi (Esa√Įe 36.4).

      9

      Calno (ou Calné, Amos 6.2) ville de Babylonie, sur la rive gauche du Tigre (vis-à-vis de Séleucie) ; plus tard, sous le nom de Ctésiphon, résidence d'hiver des rois parthes.

      Carkémis : le Circésium des classiques, à l'embouchure du Chaboras dans l'Euphrate ; illustrée par la victoire de Nébucadnetsar sur Pharaon Néco (604 avant J-C ; Jérémie 46.2).

      Hamath : ville importante de Syrie ; sous les successeurs d'Alexandre, elle fut comme sous le nom d'Epiphanie sur l'Oronte ; aujourd'hui elle a repris son ancien nom et comprend environ 30 000 habitants. Elle fut conquise par Sargon vers 720 (36.19 ; 37.13).

      Arpad : ville voisine de Hamath ; soumise par Tiglath-Piléser, plus tard réunie définitivement à l'Assyrie. On a cru la retrouver dans les ruines de Tel-Erfad, à douze kilomètres au nord d'Alep.

      Damas fut prise vers par Tiglath-Piléser (2Rois 16.9), Samarie en 722 par Sargon.

      L'ordre dans lequel ces villes sont indiquées (en commençant par les plus éloignées de Jérusalem) marque à grands traits les différentes étapes de la conquête assyrienne. On voit l'orage s'approcher de Juda.

      10

      Les royaumes des dieux : les royaumes qui ont des dieux. L'Assyrien mesure la puissance d'un Etat d'après le nombre et la valeur de ses idoles : à chacune de celles-ci est attachée une force divine. Les idoles de Jérusalem sont traitées par lui avec le dernier mépris, comme si elles n'étaient que des images et n'avaient pas de dieux en elles. On peut comparer les paroles de Rabsaké (36.7) déclarant qu'Ezéchias, en détruisant les idoles, s'est privé de l'assistance de Dieu.

      Les idoles de Samarie. statues de Baal, d'Astarté, sans parler des veaux d'or (Osée 8.5-6 ; 10.5 ; 13.1-2).

      A Jérusalem : les idoles (2.8) n'avaient pas sans doute disparu entièrement, même sous Ezéchias.

      12

      12 √† 19 Semblable √† l'outil qui se r√©volterait contre celui qui le manie, l'Assyrien se glorifie de n'avoir eu recours qu'√† sa propre force¬†; Dieu va ch√Ętier son insolence.

      Quand le Seigneur aura accompli... Dieu ne brisera l'instrument qu'après s'en être servi. Sa sévérité à l'égard du bourreau n'adoucira pas le sort des coupables.

      Je visiterai. (Remarquez comment le discours passe brusquement de la troisi√®me √† la premi√®re personne.) Jusque l√†, Dieu l'a laiss√©, faire¬†; il intervient d√®s que la limite des ch√Ętiments d√©cr√©t√©s contre Isra√ęl est atteinte.

      Le fruit du cŇďur hautain... : sa conduite insolente et cruelle envers Isra√ęl (36.1 et suivants).

      13

      Ce verset caract√©rise bien les r√®gnes des souverains assyriens contemporains d'Esa√Įe (voir introduction).

      J'ai d√©tr√īn√© les rois : litt√©ralement : j'ai fait descendre ceux qui √©taient assis (sur les tr√īnes).

      14

      Belle image pour exprimer la facilité avec laquelle Assur a accompli ses conquêtes. Il n'a pas trouvé plus de résistance qu'on n'en rencontre quand on veut enlever un nid abandonné par les parents.

      Toute la terre. Voir, dans les inscriptions des rois d'Assyrie, le r√©cit de ces exp√©ditions de conqu√™te et de pillage qui se renouvelaient r√©guli√®rement chaque ann√©e comme une partie de plaisir. On y verra aussi l'expression de leur orgueil inou√Į.
      Je suis le roi qui, depuis le lever jusqu'au coucher du soleil, a mis en fuite tous ses ennemis. J'ai dominé les nations,... j'ai changé leurs rois et j'ai établi mes lieutenants au-dessus d'eux. (Annales de Tiglath-Piléser)

      J'ai fait demeurer dans l'enceinte de la ville (Dur-Sarkin, b√Ętie par lui), des hommes de toutes les r√©gions que le soleil √©claire, et qui √©taient la conqu√™te de mes mains. (Sargon.)

      Palais de Sinakhierib (Sanchérib), roi grand, roi puissant, roi du monde,... roi des quatre régions, favori des grands dieux,... pasteur des peuples et directeur des hommes, moi !... Assur, le père des dieux, m'a créé lui-même... Il m'a conféré la royauté, sur tous les peuples, il a étendu ma domination sur tous les habitants de la terre, depuis le soleil couchant jusqu'au soleil levant. J'ai soumis à ma puissance tous les chefs des hommes. Les rois ennemis... évitaient de se ranger en bataille devant moi, leurs alliés les abandonnaient, ils s'envolaient comme une nichée d'oiseaux pour se soustraire à ma rencontre...
      Ces quelques extraits des annales assyriennes suffiront pour faire voir combien est fid√®le le portrait qu'Esa√Įe a trac√© de ces rois.
      15

      Ce qui n'est pas du bois : comme si le b√Ęton soulevait le bras qui le manie.

      16

      Deux images pour d√©crire le ch√Ętiment de l'Assyrie : d'abord celle d'un corps robuste, atteint par la consomption (comparez 17.4)¬†; puis celle d'un feu qui d√©vore en quelques heures une magnifique for√™t (9.17). La seconde image compl√®te la premi√®re, en marquant la soudainet√© de la ruine (verset 17)¬†; toutes deux se m√™lent dans les versets suivants.

      Les hommes forts : littéralement hommes gras, les guerriers assyriens.

      17

      La lumi√®re d'Isra√ęl : Dieu, son protecteur (4.5-6), est l'auteur du jugement d'Assur¬†; il est un feu consumant pour les ennemis de son peuple. Comparez 9.17-18.

      Les épines et les ronces : le gros de l'armée (voyez verset 18, note).

      En un seul jour : comparez le récit de la destruction subite de l'armée de Sanchérib, chapitre 37.

      18

      La gloire de sa forêt : les chefs de l'armée assyrienne.

      Corps et √Ęme : c'est-√†-dire l'homme tout entier¬†; l'arm√©e est compar√©e √† un malade qui d√©p√©rit √† vue d'Ňďil.

      20

      20-26 A ce moment-l√† (quand Assur sera ch√Ęti√©), Isra√ęl mettra sa confiance en J√©hova. L'√©lite du peuple se convertira au Dieu fort¬†; la col√®re de Dieu se tournera contre Assur pour le frapper, comme l'Egypte fut frapp√©e autrefois.
      Comparez le verset 20 et 7.4, note.

      Avec vérité, c'est-à-dire sincèrement, et non en apparence seulement (29.13).

      21

      Voyez 7.3, note, l'explication du nom de Sch√©arjaschub. Un reste se convertira (verset 21), mais ce ne sera qu'un reste (verset 22). A l'√©poque d'Esa√Įe, Dieu abandonnait la masse du peuple √† son endurcissement, pour ne plus s'occuper que de la formation de ce reste saint qui devait survivre au jugement (chapitre 6¬†; comparez Romains 9.27).

      Dieu fort : comparez 9.5.

      Qui reviendra. Le m√™me verbe h√©breu signifie revenir et se convertir. Le sens moral convient mieux au verset, 21 o√Ļ il s'agit du retour √† Dieu, le sens mat√©riel au verset 22, o√Ļ il s'agit du retour de l'exil. Esa√Įe se sert √† dessein de ce mot √† double sens pour exprimer ces deux faits si ins√©parables qu'ils n'en font qu'un √† ses yeux.

      22

      Destruction... justice. Il faut que les méchants périssent et que la justice de Dieu ait son cours. Sion même ne saurait être sauvée à une autre condition (verset 12 ; 1.27 ; 28.16-22 ; Romains 9.28).

      24

      C'est pourquoi se rapporte à la promesse versets 20 et 21. Les versets 22 et 23 sont une parenthèse, explicative du mot reste.

      25

      Fait allusion au refrain du discours précédent : Avec tout cela sa colère ne s'est point détournée. Maintenant que le but est atteint, que le reste est formé, la colère peut cesser.

      26

      Oreb : chef madianite, tu√© par les Ephra√Įmites, apr√®s la victoire de G√©d√©on (Juges 7.25)¬†; le rocher d'Oreb, o√Ļ il p√©rit, √©tait situ√© pr√®s du Jourdain.

      Son b√Ęton est sur la mer... L'image est tir√©e du r√©cit du passage de la mer Rouge (Exode 14.16).

      27

      27 à 34 Le joug de l'Assyrien sera brisé, mais seulement après qu'il sera parvenu jusqu'aux portes de Jérusalem : c'est alors que soudain il sera frappé par la main du Tout-Puissant.

      Comparez le verset 27 avec 9.3.

      Son fardeau : celui du roi d'Assyrie, qu'il a impos√© √† Isra√ęl.

      Par la graisse. Pour comprendre l'image, il faut se représenter un jeune taureau qui, à mesure qu'il prend de la croissance et de la force, cherche à se dégager du joug et finit par secouer toutes ses entraves. Comparez Malachie 4.2. Contraste avec la maigreur dont sont atteints les guerriers assyriens, (verset 16).

      28

      Esa√Įe ne fait pas de l'histoire, mais de la proph√©tie. Il ne veut pas tracer l'ordre de marche de telle ou telle exp√©dition, mais d√©crire dans un tableau id√©al l'invasion triomphante des Assyriens en Juda, suivie de leur chute si soudaine. Tous les endroits indiqu√©s se trouvent sur la route d'une arm√©e marchant du nord sur J√©rusalem. L'itin√©raire suivi r√©ellement par Sanch√©rib diff√®re de celui trac√© ici par le proph√®te¬†; ce fait prouve que la date de la composition de ce morceau est ant√©rieure √† cette exp√©dition.

      Ajath : l'ancienne A√Į (Josu√© 7.2-5)¬†; aujourd'hui Tell-el-Hajar, √† trois kilom√®tres au sud-est de Beitin (B√©thel), √† peu pr√®s sur la fronti√®re des deux royaumes de Juda et d'Ephra√Įm.

      Migron : aujourd'hui Magroun, ruines situées à quelques minutes au sud de Béthel (1Samuel 14.2).

      Micmas : aujourd'hui Moukmas, à 14 kilomètres au nord de Jérusalem (1 Samuel chapitres 13 et 14). Ils y laissent leurs bagages pour avancer plus rapidement à travers un chemin difficile.

      29

      Le défilé : la gorge étroite et sauvage, de trois kilomètres de longueur, qui conduit de Micmas à Guéba, aujourd'hui Wady-es-Subeinit (1Samuel 14.4,13).

      Guéba : aujourd'hui Jéba, à 10 kilomètres de Jérusalem, dans une plaine fertile (1 Samuel chapitres 13 et 14).

      Rama : la r√©sidence de Samuel (1Samuel 7.17)¬†; aujourd'hui er-R√Ęm, √† deux kilom√®tres √† l'ouest de Gu√©ba, non loin de la route de Naplouse √† J√©rusalem.

      Guib√©a de Sa√ľl : la patrie de, Sa√ľl (1Samuel 15.34)¬†; aujourd'hui probablement Tell-el-F√Ľl, localit√© situ√©e √† mi-chemin entre Rama et J√©rusalem, sur une colline √©lev√©e d'o√Ļ l'on aper√ßoit cette derni√®re ville.

      30

      Gallim, La√Įs : inconnues.

      Anathoth : la patrie de J√©r√©mie¬†; aujourd'hui le village d'Anata, √† 6 kilom√®tres au nord-est de J√©rusalem. Esa√Įe joue sur le mot : Anathoth veut dire pauvre, malheureuse.

      31

      Madména, Guébim : inconnues.

      32

      Nob : probablement le village de el-Isawiyeh, √† trois kilom√®tres de J√©rusalem, du c√īt√© d'Anathoth. De l√† ils peuvent voir J√©rusalem et la menacer¬†; c'est leur derni√®re √©tape avant de l'attaquer.

      33

      L'armée assyrienne, campée sous les murs de Jérusalem, est comparée à une superbe et épaisse forêt (versets 17 à 19. Tout à coup elle est anéantie par un jugement du Seigneur.

      Le Liban est pour les Israélites la forêt par excellence.

      Un Puissant : il n'est pas nommé, mais on comprend que c'est Dieu même. Voyez l'accomplissement 37.36.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.