TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Esa√Įe 23

    • 1

      1 à 18 Tyr.

      Le proph√®te annonce la ruine de Tyr (versets 1 √† 14), puis son rel√®vement apr√®s soixante-dix ans d'humiliation (versets 15 √† 18). On ne peut fixer qu'approximativement la date de cette proph√©tie. Du temps d'Esa√Įe, Tyr fut assi√©g√©e par Salmanasar, roi d'Assyrie. Repouss√© avec de grandes pertes, il dut se borner √† intercepter les sources d'eau potable qui alimentaient la ville. Ce blocus dura cinq ans et finit sans doute avec son r√®gne. Ce n'est pas √† ce si√®ge, demeur√© d'ailleurs sans r√©sultat, qu'il faut appliquer notre proph√©tie, puisque, d'apr√®s le verset 13, les destructeurs de Tyr doivent √™tre, non les Assyriens, mais les Chald√©ens. Cependant cette tentative de Salmanasar peut fort bien en avoir fourni l'occasion. Juda, qui tournait √† cette √©poque ses regards vers l'Egypte, devait √™tre aussi tent√© de s'appuyer sur la forteresse de la mer, qui venait de soutenir victorieusement l'attaque des Assyriens. Le proph√®te d√©clare que ces Assyriens qui n'ont pas vaincu Tyr, seront vaincus par les Chald√©ens, et Tyr avec eux. Il ne faut donc pas s'appuyer sur cette ville qui, comme l'Egypte (chapitre 19), sera frapp√©e par le jugement de Dieu.

      1 à 5 La riche et populeuse cité n'est plus ; les Tyriens, toute la Phénicie, l'Egypte même sont dans la stupeur.

      Tyr : la principale ville des Ph√©niciens, c√©l√®bre dans l'antiquit√© par son industrie (fabrication du verre et de la pourpre, m√©tallurgie, etc.), par ses richesses et par ses nombreuses colonies en Asie-Mineure, en Chypre, au nord de l'Afrique et jusqu'en Espagne. Le commerce de l'antiquit√© √©tait tout entier aux mains des Ph√©niciens, particuli√®rement des Tyriens et des Sidoniens. Ils √©taient r√©put√©s √©galement comme les plus habiles navigateurs. Tyr est mentionn√©e souvent dans l'Ancien Testament, surtout d√®s le temps de David et de Salomon. Son roi Hiram entretenait des rapports amicaux avec ces deux princes (1Rois 5.1¬†; 9.11). Tyr dominait sur une partie de la c√īte ph√©nicienne et du Liban, et au temps d'Esa√Įe √©tait √† la t√™te de toutes les autres villes de Ph√©nicie.

      Navires de Tarsis. On nommait ainsi les vaisseaux tyriens qui faisaient le commerce de l'Espagne (voir 2.16, note) ; ils en rapportaient principalement des métaux (Ezéchiel 27.12 ; Jérémie 10.9).

      Hurlez ! Exclamation adressée aux navigateurs tyriens qui reçoivent en mer la nouvelle de la prise de Tyr et de la destruction de leurs foyers.

      Kittim : l'√ģle de Chypre, dont la ville principale, Cittium, √©tait une colonie tyrienne.

      2

      Soyez muets. Ces mots s'adressent aux objets imm√©diats de la catastrophe, les habitants de l'√ģle¬†; car cette √ģle est Tyr elle-m√™me. La ville de Tyr se composait de deux parties : l'ancienne ville, situ√©e sur le continent et appel√©e PalŇďtyrus¬†; et la nouvelle, b√Ętie sur une petite √ģle, √† un kilom√®tre environ de la c√īte. Cette derni√®re √©tait le si√®ge du commerce tyrien¬†; elle poss√©dait deux ports, les meilleurs de la c√īte de Syrie. Lorsqu'Alexandre, ma√ģtre d√©j√† des villes du littoral, assi√©gea la nouvelle Tyr, il combla, au moyen d'une chauss√©e, le canal qui la s√©parait du continent. L'√ģle est ainsi devenue une presqu'√ģle¬†; son extr√©mit√© est occup√©e aujourd'hui par la petite ville de S√Ľr (5000 habitants environ).

      Sidon : ville ph√©nicienne de la plus haute antiquit√©, mentionn√©e d√©j√† dans le Pentateuque (Gen√®se 10.15) et souvent dans Hom√®re, tandis qu'il n'y est pas encore parl√© de Tyr. Sidon est appel√©e la grandeJosu√© 11.8¬†; aujourd'hui son nom est Sa√Įda¬†; c'est une ville d'environ 10 000 √Ęmes, situ√©e sur la c√īte, √† trente kilom√®tres au nord de Tyr. La nouvelle et peut-√™tre l'ancienne Tyr elle-m√™me √©tait une colonie de Sidon.

      3

      Le blé du Nil. Le blé de l'Egypte est appelé ainsi parce que ce pays devait au Nil son extrême fertilité (Genèse 41.57 ; 42.4 et suivants). L'Egypte était le grenier du monde ancien, les Phéniciens soutinrent avec elle, dès les temps les plus reculés, des relations de commerce très étroites. Voir, sur le commerce de Tyr, Ezéchiel 27.1-36.

      4

      Sidon, l'antique métropole de la Phénicie, est humiliée du désastre de l'une de ses filles (Tyr). Le commerce de l'une des deux villes ne pouvait être ruiné sans que celui de l'autre n'en souffrit.

      La mer aussi est dans le deuil¬†; car Tyr est comme sa fille¬†; b√Ętie au sein de la mer, elle lui doit sa prosp√©rit√©.

      La citadelle de la mer : Tyr, qui se croyait, imprenable dans son √ģle. Comparez Ez√©chiel 26.17.

      A parlé... Tyr est tellement privée de ses enfants, qu'elle parle comme si elle n'en avait jamais eu.

      6

      6 √† 9 La cit√©, fi√®re de sa haute antiquit√© et de ses colonies lointaines, et dont les marchands √©galaient des princes, n'est plus. Cette ruine est l'Ňďuvre de Dieu.

      Passez à Tarsis. Tout ce qui n'a pas péri à Tyr, doit chercher un refuge dans les colonies. Lors du siège de Tyr par Alexandre, les Tyriens firent passer à Carthage, la principale de leurs colonies, les vieillards, les femmes et les enfants.

      7

      Cité joyeuse. Comparez Ezéchiel 26.13.

      Aux jours anciens. Les prêtres de Tyr lui donnaient, au temps d'Hérodote, 2300 ans d'existence. C'était, d'après Strabon, la plus ancienne des villes de Phénicie, Sidon exceptée.

      Que ses pieds portaient au loin... Autant son origine remontait haut dans le temps, autant son empire s'étendait loin dans l'espace. Les pieds sont le symbole du mouvement.

      8

      Qui donnait des couronnes. Les colonies de Tyr étaient gouvernées par des princes dépendants de la métropole (Psaumes 72.10). Comparez 2.10-12.

      10

      10 à 14 Les colonies recouvrent leur indépendance, tandis que Tyr est renversée par les Chaldéens.

      Répands-toi dans ton pays, comme le Nil. Les habitants de la colonie de Tarsis (la fille de Tarsis, comparez 1.8, note) qui ont jusqu'ici exploité les produits de leur pays pour le compte de Tyr, pourront désormais le posséder et le parcourir librement, comme se répand le Nil quand il déborde sur toute l'Egypte (Amos 8.8).

      Tu n'as plus de cha√ģnes. La colonie est √©mancip√©e¬†; elle prend le rang de cit√© ind√©pendante.

      11

      Il : l'Eternel.

      A étendu sa main sur la mer : pour frapper la forteresse de la mer. Comparez Exode 14.21.

      Les royaumes, celui d'Egypte, par exemple (verset 5), comprennent, en voyant le sort de Tyr, celui qui les attend eux-mêmes.

      Canaan. Comparez Genèse 10.19. Ce terme désignait non seulement le pays occupé par les Israélites, mais aussi la Phénicie. Les Juifs appelaient ordinairement les Phéniciens Cananéens, nom qui signifie marchands. Le jugement qui frappe Tyr s'étend à toute la Phénicie.

      12

      Fille de Sidon. La population de Sidon vaincue est comparée à une vierge déshonorée.

      Passe √† Kittim. Comme Tyr a fui √† Tarsis (verset 6), Sidon devra se r√©fugier en Chypre. Mais l√† m√™me les fugitifs ne trouvent pas le repos : la colonie √©mancip√©e refuse de les accueillir. Les colonies ph√©niciennes supportaient impatiemment le joug de leurs m√©tropoles. Peu de temps avant le si√®ge de Tyr par Salmanasar, le roi Elul√©us avait d√Ľ r√©primer une r√©volte des Cypriotes.

      13

      Le texte h√©breu de ce verset est obscur. Il nous para√ģt que le proph√®te y annonce la destruction de Ninive par les Chald√©ens. Cet √©v√©nement devait √™tre pour Tyr le pr√©sage du sort qui l'attendait.

      Ce peuple qui n'√©tait pas. Cette expression, appliqu√©e aux Chald√©ens, est embarrassante¬†; car leur empire est plus ancien m√™me que celui de Ninive. Elle s'explique sans doute par le fait qu'au temps d'Esa√Įe la Chald√©e ne formait pas un empire ind√©pendant¬†; elle √©tait divis√©e en plusieurs Etats, la plupart vassaux de Ninive. Le proph√®te voit surgir une monarchie chald√©enne qui s'affranchit de la domination assyrienne et qui ex√©cute enfin sur Ninive le jugement de Dieu. La tentative d'√©mancipation de M√©rodac-Baladan, √† l'√©poque d'Esa√Įe (chapitre 39¬†; voir introduction), fut le pr√©lude de cette renaissance de la puissance chald√©enne qui atteignit son apog√©e sous le r√®gne de N√©bucadnestar.

      Assur, il (le peuple chald√©en) l'a livr√© aux b√™tes du d√©sert, litt√©ralement : il l'a fond√© pour les b√™tes sauvages. Cette phrase pourrait avoir le sens directement oppos√© : Assur l'a livr√© (a livr√© les Chald√©ens) aux b√™tes du d√©sert. Mais on ne saurait trop √† quoi ces mots feraient allusion. Il est plus naturel de faire d'Assur l'objet et des Chald√©ens le sujet de la phrase. Esa√Įe nomme ici le myst√©rieux ennemi dont il a menac√© la Palestine au chapitre pr√©c√©dent (22.1-14) et qui, apr√®s avoir d√©truit Ninive frappera Tyr. Ninive fut prise en 606 par le Chald√©en Nabopolassar, alli√© au M√®de Cyaxare¬†; elle devint d√®s lors, √† la lettre, la demeure des b√™tes du d√©sert. Comparez Sophonie 2.13 et suivants.

      Ils : les Chaldéens.

      Ses palais : ceux de Ninive. Les Chaldéens, qui ont pu abattre Ninive, sauront bien aussi réduire Tyr, qui se vante de sa résistance victorieuse à Salmanasar.

      14

      Apr√®s cette digression, Esa√Įe revient √† Tyr. N√©bucadnetsar assi√©gea cette ville pendant treize ans. L'histoire ne dit pas positivement qu'il la prit. Mais cela ressort du passage Ez√©chiel 29.17-21 et du t√©moignage des anciens d'apr√®s lequel ce prince soumit toute la Ph√©nicie. Tyr fut d√®s lors assuj√©tie aux Chald√©ens¬†; c'est de Babylone qu'on lui envoyait ses rois, des princes ph√©niciens captifs. Il para√ģt donc que N√©bucadnetsar la laissa subsister, ainsi que le fit plus tard Alexandre, qui s'en empara apr√®s sept mois de si√©ge. C'est au moyen-√Ęge seulement que Tyr a subi une v√©ritable destruction. Le proph√®te attribue aux Chald√©ens la ruine qu'ils n'ont fait que commencer, et il la d√©crit comme si elle devait se r√©aliser d'un seul coup. Dans l'√©v√©nement qui priva Tyr de son ind√©pendance se concentre √† ses yeux la s√©rie des catastrophes qui ont consomm√© sa chute.

      15

      15 à 18 Après soixante-dix ans d'abaissement., Tyr se relèvera, et le produit de son trafic sera consacré à l'Eternel.

      En ce jour-là : celui de la prise de Tyr (versets 1 à 14).

      Sera oubliée. Elle perdra momentanément sa position de reine des mers. Le long siège et la prise de Tyr par Nébucadnetsar durent porter un coup fatal à son commerce.

      Soixante-dix ans. Ces soixante-dix ans sont, d'apr√®s le verset 13, comme dans J√©r√©mie, la p√©riode de la domination chald√©enne (J√©r√©mie 25.11-12¬†; 2Chroniques 36.21), qui dura depuis l'an 606, o√Ļ les Chald√©ens prirent Ninive, jusqu'en 538, o√Ļ Babylone fut √† son tour prise par Cyrus. Nous ignorons en quelle ann√©e Tyr elle-m√™me fut prise. 70 est un nombre rond, comme le montre l'expression suivante : la dur√©e des jours d'un roi, qui signifie : ce que peut durer au maximum le r√®gne d'un prince. Apr√®s cette p√©riode, Tyr se rel√®vera.

      La chanson. Nous trouvons ici un sp√©cimen int√©ressant de la po√©sie populaire et profane au temps d'Esa√Įe.

      16

      Tyr sera semblable √† une courtisane d√©laiss√©e qui r√©ussit par ses artifices √† sortir de l'oubli o√Ļ elle √©tait tomb√©e. Ainsi, dans le but de s'enrichir, cette ville cherchera √† renouer des relations avec tous les peuples et √† les attirer chez elle.

      Elle recevra de nouveau son salaire : son commerce recommencera √† prosp√©rer. C'est ce qui arriva sans doute apr√®s la chute de la domination chald√©enne. Tous les peuples opprim√©s se relev√®rent. Les Juifs rentr√®rent en Palestine et reb√Ętirent leur temple¬†; Tyr, sans recouvrer son ancienne puissance politique, redevint florissante. Au temps de la domination romaine, son commerce √©tait encore tr√®s prosp√®re.

      18

      Tyr convertie, √† la suite de son jugement, consacrera le fruit de son trafic √† l'Eternel et √† ses serviteurs (comparez 18.7). On pourrait trouver un accomplissement partiel de cette proph√©tie dans le fait rapport√© Esdras 3.7, o√Ļ nous voyons les Tyriens et les Sidoniens contribuer √† la construction du nouveau temple, en amenant gratuitement du Liban √† Jaffa les bois n√©cessaires. Tyr avait jadis d√©j√† coop√©r√© √† la construction du temple de Salomon¬†; elle restait ainsi fid√®le √† son r√īle. On pourrait aussi penser √† la fondation de l'Eglise chr√©tienne √† Tyr (Actes 21.3 et suivants). Mais l'accomplissement absolu de la proph√©tie du rel√®vement ne peut avoir lieu qu'apr√®s que le jugement lui-m√™me est arriv√© √† son terme. De m√™me que les Egyptiens et les Assyriens sont pr√©sent√©s au chapitre 19 comme les types de tout le monde pa√Įen, au point de vue de sa puissance et de sa civilisation en g√©n√©ral, de m√™me Tyr convertie repr√©sente l'activit√© commerciale sanctifi√©e et s'employant √† l'avancement du r√®gne de J√©hova sur la terre. C'est ce qui arrivera √† la fin des temps soit pour Tyr elle-m√™me, soit pour cette branche du travail humain dont elle √©tait l'incarnation au temps d'Esa√Įe. Le proph√®te n'indique que le point de d√©part des ch√Ętiments et des rel√®vements qui se succ√®dent dans l'histoire, et le terme auquel les uns et les autres doivent aboutir. La proph√©tie n'est pas l'histoire¬†; mais son accomplissement, pour √™tre r√©parti en une s√©rie de phases confondues dans l'intuition proph√©tique, n'en est pas moins r√©el.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.