TopCartes x PLM collab

Esa√Įe 66

    • 1

      1 à 4 Condamnation du culte hypocrite.

      1 √† 2 La vraie explication a d√©j√† √©t√© donn√©e par Calvin. Le proph√®te s'√©l√®ve avec indignation, comme au chapitre 1 (verset 11 et suivants¬†; comparez 58.1 et suivants), contre l'id√©e si r√©pandue chez les Juifs d'un m√©rite attach√© aux c√©r√©monies du culte. Isra√ęl croit avoir assez fait pour son Dieu, et m√™me lui avoir rendu service, en lui b√Ętissant un temple et en lui offrant les sacrifices prescrits. A des gens qui pensent √™tre en r√®gle quand ils sont all√©s au temple et y ont sacrifi√©, Esa√Įe rappelle que le vrai culte est de nature spirituelle comme Dieu lui-m√™me, et que c'est m√™me d√©grader l'Eternel, insulter √† sa majest√© et faire de lui une idole, que de pr√©tendre l'enfermer dans un temple et s'acquitter envers lui par des offrandes, comme si celui qui a fait toutes choses avait besoin de quelque chose (Actes 17.24-25¬†; comparez Psaumes 50.8-13)¬†! Sans doute, le temple est le lieu de repos de l'Eternel (Psaumes 132.5-8), mais parce que, dans sa condescendance, il l'a choisi pour s'y laisser invoquer et s'y manifester, non pour s'y renfermer¬†; c'est ce qu'avait bien compris Salomon, lorsqu'√† la d√©dicace du temple il exaltait la majest√© du Dieu que les cieux des cieux ne peuvent contenir, combien moins cette maison¬†! (1Rois 7.27). Esa√Įe fait allusion √† cette parole. Croyez-vous, veut-il dire, que Dieu ait besoin d'une demeure, et que ce temple, ou tout autre que vous pourriez b√Ętir, en f√Ľt une digne de lui¬†? Le seul sanctuaire o√Ļ il puisse habiter r√©ellement sur la terre, c'est le cŇďur de l'homme qui s'humilie et ob√©it √† sa parole. (57.15¬†; comparez Psaumes 51.18-19). Ces versets 1 et 2 sont cit√©s par Etienne (Actes 7.49-50).

      Pour les images du tr√īne et du marchepied, voir 6.1 et 60.13. L'Eternel a sans doute aussi une demeure dans la cr√©ation visible¬†; mais ce sanctuaire, ce n'est pas le temple de J√©rusalem, c'est l'univers entier, qui seul convient √† sa grandeur. Comparez 57.15.

      On a donn√© de ce passage plusieurs explications diff√©rentes de celle que nous venons d'exposer. D'apr√®s les uns, le proph√®te, s'adressant au peuple exil√©, condamnerait √† l'avance la pens√©e de reb√Ętir un temple apr√®s le retour, ou du moins le formalisme qu'il craindrait d√©j√† de voir s'y renouveler. Mais il d√©clare lui-m√™me ailleurs que le temple doit √™tre reb√Ęti (44.28¬†; comparez Esdras 1.1-4 et Agg√©e)¬†; et s'il parlait ici en vue de l'√©poque du retour, il n'aurait pu le faire que dans les tout derniers temps qui pr√©c√©d√®rent, ou dans ceux qui suivirent cet √©v√©nement. Ce chapitre appartiendrait donc √† une autre √©poque que le reste de la proph√©tie chapitres 40 √† 66¬†; ce qui n'est gu√®re admissible. Selon d'autres, le but du proph√®te serait de s'opposer au projet form√© par les exil√©s de b√Ętir un temple en Babylonie. Mais ni dans notre texte ni dans l'histoire on ne trouve la moindre trace d'un semblable dessein. Enfin, selon quelques-uns, Esa√Įe voudrait dire que dans la nouvelle √©conomie il n'y aura plus de temple, et condamnerait comme une profanation toute esp√®ce de culte rituel qui pourrait s'y produire. Mais si dans quelques tableaux des temps messianiques, le proph√®te ne parle pas du temple (2.4¬†; 4.5-6), dans plusieurs autres il suppose l'existence d'un temple et d'un culte dans la nouvelle J√©rusalem (versets 21 √† 24¬†; 56.7¬†; 60.7).

      3

      Le sens est que celui qui offre √† Dieu un culte de pure forme, l'outrage aussi gravement que celui qui commet un crime et viole audacieusement la loi. Le rite sans l'adoration du cŇďur, le sacrifice sans l'ob√©issance, lui est insupportable. Comparez 1.13-14.

      Leurs abominations : l'idol√Ętrie (J√©r√©mie 7.30), √† laquelle ils se livrent, en d√©pit de leur pi√©t√© apparente. Le chien et le porc : deux animaux impurs, qu'on n'offrait jamais en sacrifice, chez les Isra√©lites (65.4).

      4

      Comparez 65.2,12.

      5

      5 √† 14 Le ch√Ętiment des impies¬†; le salut glorieux de Sion.

      Le proph√®te adresse aux fid√®les une parole de consolation. Leurs fr√®res (des Isra√©lites, non des pa√Įens) les m√©prisent, les ha√Įssent, les repoussent m√™me (voyez 65.5), √† cause de leur fid√©lit√© √† J√©hova, et se moquent des promesses qui font leur esp√©rance (5.19). Comparez Luc 6.22. Qu'ils se consolent¬†! Ce n'est pas pour les opprim√©s, mais pour les oppresseurs que sera la confusion : L'Eternel para√ģtra pour le bien des fid√®les et pour la ruine de ceux qui nient qu'il doive appara√ģtre (Calvin). Comparez 1.29¬†; 26.14¬†; 65.13.

      6

      Le proph√®te assiste en esprit au jugement qu'il vient d'annoncer. Il entend un fracas pareil √† celui du tonnerre : l'Eternel sort de sa r√©sidence (la ville, le temple) pour foudroyer ses ennemis¬†; c'est sa r√©ponse au d√©fi des moqueurs (verset 5¬†; comparez le jugement des profanateurs en Sion33.14). Jo√ęl parle √©galement de l'Eternel qui rugira de Sion (Jo√ęl 3.16).

      7

      Pendant qu'Isra√ęl infid√®le est frapp√©, Sion (le reste fid√®le) voit se multiplier sa population. Esa√Įe la compare √† une femme qui va devenir m√®re (comme 54.1). Il insiste sur le caract√®re merveilleux de cet enfantement : au lieu d'√™tre lent et douloureux, il s'accomplit en un instant et sans souffrance¬†; au lieu de ne na√ģtre qu'√† de longs intervalles, les enfants viennent au monde soudain en grand nombre : c'est chose inou√Įe, tout un pays (tout le peuple d'un pays) qui na√ģt en un jour¬†! Comparez 26.4-5.

      8

      Ce verset oblige √† donner un sens collectif au terme : un enfant m√Ęle (verset 7) (grand et fort)¬†; c'est la personnification de tout le peuple nouveau.

      9

      Cet enfantement miraculeux est l'Ňďuvre de Dieu lui-m√™me. Apr√®s avoir pr√©par√© et conduit cette Ňďuvre de gr√Ęce jusqu'au point o√Ļ le nouvel Isra√ęl est pr√™t √† sortir du sein de l'ancien, se pourrait-il qu'il ne voul√Ľt pas l'achever¬†?

      10

      Les fidèles (verset 5), qui ont si longtemps gémi sur Sion, peuvent et doivent se réjouir de sa prospérité, qui sera le partage de tous ceux qui ont pour elle des sentiments de fils (verset 11 et suivants). Comparez 51.3 ; 65.18.

      11

      Après la naissance, l'allaitement ; et après ce dernier, les caresses et les consolations (versets 12 et 13).

      12

      Comparez 48.18 ; 60.17-18 ; 61.6.

      Port√©s sur le c√īt√©. Voir 60.4, note.

      13

      L'image des nouveau-n√©s est remplac√©e par une autre, plus touchante encore : celle d'un homme fort, accabl√© par la souffrance, et que l'amour maternel rel√®ve et console. Dieu, prenant lui-m√™me le r√īle d'une m√®re, console son peuple des peines de l'exil (comparez 49.13-15).

      14

      Comparez 60.5.

      L'image est pareille √† celles de 44.4¬†; 48.2 : la gr√Ęce divine leur rendra la vie comme la pluie √† l'herbe dess√©ch√©e (contraste : 1.30).

      Les derniers mots forment la transition √† la strophe suivante¬†; par les ennemis il faut entendre non seulement Isra√ęl infid√®le, mais les rebelles dans tous les peuples¬†; car c'est un jugement tout √† fait g√©n√©ral qui va √™tre d√©crit (verset 16).

      15

      15 à 24 Le jugement universel et le rassemblement des fidèles de tout peuple en Sion.

      Un triage final s'op√®re parmi les Gentils comme en Isra√ęl.

      L'Eternel est un guerrier (42.13¬†; 59.17). Son apparition est semblable √† l'orage (30.27, 30¬†; 29.6¬†; comparez Psaumes 18.8-16). Les nu√©es sont son char¬†; l'ouragan et le feu (la foudre), les armes avec lesquelles il d√©truit ses ennemis. Cette description est imit√©e en partie J√©r√©mie 4.13. D√©verser : litt√©ralement rendre ¬†; il paie les idol√Ętres en feu (Reuss).

      16

      L'épée : trait emprunté à l'image du guerrier ; comparez 34.5. Ce jugement universel (toute chair) est présenté sous l'image d'une bataille ; les tués de Jéhova jonchent le sol sans nombre. Imitation dans Jérémie 25.31,33.

      17

      Ce verset fait un effet √©trange au milieu de la description du jugement, versets 15 √† 18 : on serait tent√© avec quelques-uns d'y voir une adjonction au texte du proph√®te. En tous cas, l'idol√Ętrie ici d√©peinte est plut√īt celle des Juifs infid√®les de l'exil que celle des contemporains d'Esa√Įe.

      Se sanctifient... : pour être initiés aux mystères des idoles (65.5).

      En imitant celui qui les conduit. Le texte hébreu dit littéralement : après un qui est au milieu. Il s'agit sans doute du hiérophante ou prêtre qui présidait aux rites et conduisait la procession. D'autres pensent à l'idole, placée au milieu du sanctuaire.

      Pour les animaux impurs indiqués ici, voir 65.4 ; Lévitique 11.41,29. Certaine espèce de souris passait chez les Arabes et chez les Romains pour un mets fort délicat.

      18

      Il est n√©cessaire de suppl√©er une id√©e au commencement du verset : Mais moi... [je vais juger, ou je connais]...leurs Ňďuvres. L'√©motion de l'auteur, en pr√©sence du terrible spectacle du jugement, explique l'omission du verbe¬†; et les deux termes qui se heurtent : moi...leurs Ňďuvres...¬†! sont d'un effet saisissant.

      Rassembler toutes les nations: Dieu rassemble des gens de toute nation, afin d'accomplir son jugement (versets 15 et 16) et de faire √©clater ainsi sa gloire au milieu d'elles. Le proph√®te a devant les yeux le tableau de Jo√ęl 3.2,9-17). Zacharie 14.12-14 d√©veloppe √† son tour ces tableaux de Jo√ęl et d'Esa√Įe et dit express√©ment que les nations s'assemblent pour combattre contre J√©rusalem : elles pr√©parent ainsi elles-m√™mes l'accomplissement du dessein de Dieu, qui est de les frapper sous les murs de la ville sainte (voir au verset 24 et Apocalypse 20.8-9). Comparez aussi 29.5-7¬†; Ez√©chiel 38.1-22.

      19

      Le prodige fait au milieu des peuples est l'acte par lequel Dieu an√©antit leurs arm√©es et manifeste sa gloire. Ceux qui √©chappent au d√©sastre vont en porter la nouvelle et proclamer la puissance de J√©hova parmi les nations, c'est-√†-dire parmi tous les habitants de la terre qui n'√©taient point mont√©s contre J√©rusalem. Plusieurs entendent par les r√©chapp√©s les Isra√©lites sauv√©s. Ce sens est inadmissible¬†; au milieu d'eux se rapporte √©videmment aux peuples rassembl√©s¬†; leurs ne peut se rapporter √† un sujet diff√©rent. Au verset 20 ce sont les pa√Įens qui ram√®nent les Juifs¬†; pourquoi ne seraient-ce pas eux aussi qui s'en iraient par tout le monde donner le signal du retour¬†?

      Le prophète mentionne, à titre d'exemples, quelques peuples éloignés : Tarsis, l'Espagne (2.16, note).

      Pul et Lud : il faut lire plut√īt Put et Lud (comme Ez√©chiel 27.10 et ailleurs)¬†; comparez Gen√®se 10.6,13. Ces noms d√©signent deux peuples de l'Afrique, voisins de l'Egypte et habiles tireurs d'arc (Ez√©chiel 30.5¬†; J√©r√©mie 46.9). Put est probablement la Lybie¬†; le nom para√ģt signifier arc et se pr√©sente dans les hi√©roglyphes √©gyptiens sous la forme Phet.

      Tubal : les Tybar√©niens habitant la c√īte sud-est de la mer Noire, souvent nomm√©s dans Ez√©chiel.

      Javan : les Grecs d'Asie (Ioniens) et d'Europe. Voir Genèse 10.2.

      Les √ģles : l'Occident.

      20

      A la nouvelle de cette manifestation de la gloire de J√©hova sous les murs de J√©rusalem, tous les peuples y affluent pour l'adorer (2.2-4¬†; 60.4 et suivants)¬†; et ils ram√®nent, avec toute sorte d'honneurs et par les moyens de locomotion connus du temps d'Esa√Įe, les Isra√©lites dispers√©s parmi eux (vos fr√®res¬†; voyez verset 5). Le plus bel hommage qu'ils puissent offrir √† J√©hova, n'est-ce pas de lui rendre son peuple¬†? Par une image d'une grande beaut√©, les Isra√©lites sont compar√©s √† l'offrande, et les pa√Įens aux vases d'honneur dans lesquelles elle est pr√©sent√©e. Comparez, pour l'image, l'offrande que saint Paul fait √† Dieu des Gentils sauv√©s (Romains 15.16).

      22

      L'admission des pa√Įens au sacerdoce suppose que toutes choses ont √©t√© faites nouvelles (65.16-17). Cet ordre de choses nouveau ne p√©rira pas comme l'ancien, non plus que ceux qui y auront part.

      Votre postérité et votre nom : il était dit de Babel (14.22) : J'anéantirai le nom et le reste. Comparez 48.19.

      23

      Esa√Įe d√©crit le culte nouveau dans la nouvelle J√©rusalem sous les formes du culte de l'ancienne alliance. De m√™me qu'Isra√ęl se rassemblait √† J√©rusalem aux grandes f√™tes, toute l'humanit√© s'y rendra √† chaque sabbat et √† chaque nouvelle lune (jour sabbatique selon la loi). (Contraste : 1.13) Comparez l'assembl√©e sur la montagne de Sion 4.5-6.

      Toute chair : non chacun √† chaque sabbat, mais chaque fois des repr√©sentants de tous les peuples. Comparez Zacharie 14.16-19¬†; Sophonie 3.9-10. L'id√©e d√©gag√©e de l'image, est celle d'un culte permanent offert √† Dieu par l'humanit√© enti√®re (2.2-3). Chaque dimanche qui r√©unit les croyants autour du tr√īne invisible de leur P√®re c√©leste, est un accomplissement de cette proph√©tie.

      24

      Il semblait, d'apr√®s 61.6, qu'Isra√ęl seul d√Ľt exercer la sacrificature dans la nouvelle √©conomie. Mais ici le proph√®te va plus loin. Tout Isra√ęl sera pr√™tre¬†; mais Dieu se choisira en outre des pr√™tres et des l√©vites parmi ces pa√Įens qui viennent de remplir un office vraiment sacerdotal en lui offrant les restes d'Isra√ęl. On sait que dans l'Ancien Testament nul Isra√©lite, sinon les descendants de L√©vi et √† plus forte raison nul pa√Įen ne pouvait √™tre appel√© au sacerdoce. C'est donc une √®re toute nouvelle qu'annonce Esa√Įe : le mur de s√©paration entre Isra√ęl et les Gentils est tomb√© (Eph√©siens 2.14). Comparez Esa√Įe 56.7¬†; Malachie 1.11.

      Quelle sorte de sacrifice seront offerts par ce sacerdoce renouvelé ? Des offrandes spirituelles telles que celles mentionnées Hébreux 13.15 ; Romains 15.16, des dons en faveur du règne de Dieu (chapitre 60) ; l'offrande que chacun fera de sa personne à son service (Romains 12.1).

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.