TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Luc 7

    • 1 J√©sus gu√©rit et d√©livre.

      Chapitre 7.

      1 √† 10 Le serviteur du centenier de Caperna√ľm.

      Grec : accompli tous ses discours aux oreilles du peuple.

      Il y a quelque chose de solennel dans cette expression ; elle signifie que l'enseignement de Jésus-Christ avait été complet, qu'il n'y manquait rien, et que tout le peuple l'avait bien entendu.

      2 Voir, sur ce récit, Matthieu 8.5-13, notes.

      Nous avons reconnu quelques différences notables qui existent entre ces deux narrations du même fait.

      D'apr√®s Matthieu, qui, comme toujours, abr√®ge, supprime les d√©tails secondaires et va droit au fait principal¬†; le centenier de Caperna√ľm se pr√©sente personnellement √† J√©sus et lui adresse sa pri√®re.

      D'après Luc, il fait tout cela par l'intermédiaire d'anciens des Juifs, qui s'acquittent de leur mission avec une grande bienveillance. Et ensuite il envoie à Jésus des amis pour lui dire qu'il ne se sent pas digne de le recevoir sous son toit.

      Le récit de Matthieu, plus simple, se bornant à l'essentiel, devait se graver plus facilement dans le souvenir et rester tel quel dans la tradition apostolique.

      Mais cela ne signifie point que la narration plus circonstanci√©e de Luc ne soit pas historique. Elle est, au contraire, bien en harmonie avec la profonde humilit√© que fait para√ģtre le centenier dans l'un et l'autre r√©cit.

      - Quant au malade qu'il s'agissait de guérir, il est désigné dans Matthieu par un mot qui signifie à la fois un enfant et un serviteur, dans Luc par le terme d'esclave. Voir Matthieu 8.6, note.

      3 Ces anciens des Juifs étaient les magistrats urbains.

      Ce terme désignait, à Jérusalem, les membres du sanhédrin. (Matthieu 26.3 ; comparez Nombres 11.16,24 ; 16.25 ; Deutéronome 27.1)

      5 Nous connaissions, d'apr√®s Matthieu, la tendre et active charit√© que portait √† son pauvre esclave cet officier romain converti au Dieu vivant¬†; nous savions de quelle profonde humilit√© son cŇďur √©tait rempli.

      Luc, qui nous le peint sous les m√™mes traits, nous fait conna√ģtre de plus son amour pour la nation au sein de laquelle il avait trouv√© le vrai Dieu, et sa grande g√©n√©rosit√©, qui l'avait port√© √† b√Ętir √† ses frais la synagogue de Caperna√ľm.

      Et cependant, de tous ces beaux fruits de la gr√Ęce de Dieu en lui, J√©sus ne rel√®ve et n'admire qu'un seul¬†: la foi, source de tous les autres. (verset 9)

      8 Matthieu 8.8,9, notes.

      Cette seconde démarche n'est pas en contradiction avec la première, par laquelle le centenier sollicitait Jésus de venir chez lui. (verset 3) Elle marque seulement, dit M. Godet, "un progrès dans le sentiment d'humilité et de foi qui lui avait dicté celle-ci."

      Le scrupule qu'√©prouve le centenier provenait peut-√™tre de l'id√©e que J√©sus, comme Juif, contracterait une souillure en entrant dans une maison pa√Įenne. Mais il lui √©tait aussi inspir√© par le sentiment profond de son p√©ch√©.

      Au verset 6, Sin., B omettent vers lui. Au verset 7, B et un autre majuscules portent : "Que mon serviteur soit guéri."

      9 Matthieu 8.10-13, notes.

      Le premier évangile, d'après lequel le centenier est présent auprès de Jésus, renferme cette précieuse parole : "Va, et qu'il te soit fait selon que tu as cru."

      A sa remarque pleine de tristesse qu'il n'a pas trouv√© en Isra√ęl la foi du centenier, J√©sus ajoute, d'apr√®s Matthieu, un s√©rieux avertissement adress√© √† ce peuple. (Matthieu 8.11,12)

      Cette parole se trouve, chez Luc, dans un autre contexte. (Luc 13.28,29)

      10 Le texte reçu, avec A, C, majuscules porte : trouvèrent le serviteur malade en bonne santé.

      - De l'un et de l'autre évangile ressort le fait que Jésus accomplit cette guérison par sa seule parole, et à distance.

      11 11 √† 17 Le fils de la veuve de Na√Įn.

      Le texte reçu, avec Sin., C, D, porte : le jour suivant ; B. A : le temps suivant, quelque temps après.

      - Na√Įn, petite ville de Galil√©e, qui existe encore, et qui est situ√©e √† huit lieues au sud-ouest de Caperna√ľm, au pied du petit Hermon.

      Luc seul a conservé le trait touchant qui va suivre.

      12 Tout un cortège nombreux qui, au moment d'entrer dans la ville, rencontre un autre cortège, qui en sort. C'est la vie qui vient audevant de la mort.

      Voici (grec et voici, h√©bra√Įsme) marque ce qu'il y avait de surprenant dans la rencontre inopin√©e de ces deux cort√®ges.

      Que de douleurs d√©crites en quelques mots¬†! Ce mort qu'on portait dehors (chez les Juifs, les lieux de s√©pulture √ītaient toujours hors des villes) √©tait un jeune homme, (verset 14) fils unique de sa m√®re, qui √©tait veuve.

      Ainsi cette femme accompagnait au tombeau ce qu'il lui restait de plus cher, son dernier appui sur la terre. Il n'en fallait pas tant pour émouvoir la tendre compassion de Jésus. (verset 13)

      Preuve que cette veuve était considérée et aimée dans sa ville.

      13 Le Sauveur découvre immédiatement la pauvre veuve au milieu de la foule ; et, à sa vue, il est (grec) ému dans ses entrailles : expression d'un vif et profond sentiment de sympathie. Cette tendre charité lui fait accomplir un de ses plus grands miracles.

      Ici, comme à la résurrection de Lazare, nous voyons en Jésus-Christ la grandeur divine, unie aux sentiments humains les plus vrais.

      - Ce mot d'une profonde compassion : Ne pleure point, ne serait qu'une ironie si Jésus n'avait pas eu conscience dés ce moment de ce qu'il allait faire.

      14 Le cercueil était ouvert ; le mort y était couché, enveloppé d'un linceul. Jésus s'en approche ; il touche la bière sans crainte de la souillure résultant du contact d'un mort.

      C'était une invitation aux porteurs à s'arrêter. Ceux-ci obéissent à ce geste hardi du Prince de la vie.

      Quelle assurance et quelle majesté dans ces mots : je te le dis !

      Jésus adresse la parole à un mort, certain que celui-ci lui obéira, comme s'il était en vie.

      Lève-toi ! parole créatrice "qui fait vivre les morts et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient." (Romains 4.17 ; comparez Luc 8.54 ; Jean 11.43).

      15 Grec : il le donna à sa mère. Quel don ! Ce mot correspond à celui-ci : "Ne pleure point." (verset 13)
      16 La crainte était l'effet de cette éclatante manifestation de la puissance divine.

      Aussi tous glorifiaient Dieu et reconnaissaient à haute voix la présence d'un prophète, par lequel Dieu avait visité son peuple.

      Bien que les miracles de J√©sus eussent toujours pour but imm√©diat de faire du bien, comme ici de rendre √† une pauvre veuve son fils unique, ils avaient aussi pour r√©sultat de manifester la puissance de Dieu et de disposer les √Ęmes √† entendre la parole qui leur apportait le salut.

      C'est ainsi, en effet, que J√©sus se r√©v√©lait comme le Sauveur. En d√©livrant les malheureux de la souffrance, de la maladie, de la mort elle-m√™me, il prouvait qu'il avait la puissance de les d√©livrer du p√©ch√©, source de tous ces maux. En particulier par la r√©surrection des morts, J√©sus se manifestait comme le Prince de la vie, (Jean 11.25,26) de la vie qu'il communique √† l'√Ęme des ici-bas par sa parole, et de la vie qu'il rendra au dernier jour √† ceux qui seront dans les s√©pulcres.

      Cette double résurrection, qui n'est qu'un seul et même acte de la puissance divine, Jésus lui-même se l'attribue expressément. (Jean 5.24-29)

      17 Cette parole est celle que les témoins du miracle prononçaient avec enthousiasme. (verset 16)

      Elle se r√©pandit non seulement dans la Galil√©e, o√Ļ se trouvait J√©sus, mais dans toute la Jud√©e et m√™me dans les contr√©es d'alentour, entre autres dans la P√©r√©e, o√Ļ JeanBaptiste √©tait en prison, en sorte que le bruit de ce miracle sert d'introduction au r√©cit qui va suivre. (verset 18 et suivants)

      Il était sans doute dans la pensée de Luc d'établir une relation entre ces deux traits de son récit.

      - De la mention de la Jud√©e, o√Ļ se r√©pandit naturellement le bruit d'un si grand miracle, certains critiques ont conclu que Luc pla√ßait Nain dans cette province, mais le terme se r√©pandit (litt√©ralement¬†: sortit) indique que la renomm√©e de l'acte accompli par J√©sus d√©passa le domaine habituel et retentit au loin.

      18 18 à 35 Message de Jean-Baptiste et discours de Jésus sur Jean.

      Voir Matthieu 11.2-19, notes.

      Toutes ces choses, c'est-√†-dire les deux miracles qui pr√©c√®dent (verset 1 et suivants¬†; verset 11 et suivants) et d'une mani√®re g√©n√©rale, les faits caract√©ristiques de l'activit√© de J√©sus, les disciples de Jean en firent rapport √† leur ma√ģtre.

      Matthieu (Matthieu 11.2) dit que Jean "dans sa prison, ou√Įt parler des Ňďuvres de Christ."

      Ainsi, quoique les r√©cits de Matthieu et de Luc n'occupent pas chronologiquement la m√™me place, ils s'accordent en ceci que la question de Jean-Baptiste √† J√©sus fut provoqu√©e par les miracles qu'il accomplissait. C'est pr√©cis√©ment l√† ce qui √©tonne. Comment de si grands miracles ne portaient-ils pas dans l'√Ęme de Jean la conviction que J√©sus √©tait bien le Lib√©rateur attendu¬†? Sans doute, il devait reconna√ģtre, dans de telles Ňďuvres, la main de l'Envoy√© de Dieu¬†; mais il restait tout un c√īt√© de l'action du Messie, telle que Jean l'avait annonc√©e, qui ne se r√©alisait point¬†: c'√©tait le jugement qu'il devait exercer sur son peuple et sur le monde, (Matthieu 3.10-12) et par lequel il devait √©tablir son r√®gne.

      J√©sus n'accomplissait que des Ňďuvres de mis√©ricorde et avait m√™me d√©clar√© qu'il n'√©tait pas venu pour juger, mais pour sauver. (Jean 3.17) L√† √©tait pour Jean la contradiction¬†; de l√† son doute momentan√©.

      Voir aussi sur le sens de la question de Jean et sur les diverses interprétations qu'on en a données, Matthieu 11.3, note.

      19 Grec : celui qui vient. (Voir Matthieu 11.3, note.)

      B et quelques autres documents portent : "les envoya vers le Seigneur."

      21 Grec¬†: il donna par gr√Ęce le voir.

      La réponse que Jésus va faire aux envoyés de Jean est la même que dans Matthieu ; mais Luc seul rapporte ce trait que Jésus accomplit tous ces miracles à cette heure même et sous leurs yeux.

      La critique s'est empressée d'en conclure que c'était là une amplification de la tradition postérieure, recueillie par Luc.

      Mais n'est-il pas tr√®s naturel de se repr√©senter que les envoy√©s de Jean trouv√®rent J√©sus entour√© de la foule, (comparez Matthieu 11.7) occup√© √† ces Ňďuvres de bienfaisance, et qu'ils furent t√©moins de quelques gu√©risons¬†?

      Dans le message de Jésus à Jean, tel que l'a consigné Matthieu, il est dit d'ailleurs : "Allez et rapportez ce que vous entendez et voyez." (Matthieu 11.4)

      23 Grec : qui ne se sera pas scandalisé en moi.

      Allusion √† Esa√Įe 8.14

      Voir Matthieu 11.4-6. notes.

      24 Voir, sur le but de ce discours, Matthieu 11.7 note.
      25 Ces mots : et qui vivent dans les délices, sont particuliers à Luc et forment un contraste encore plus frappant avec l'austérité et les renoncements de la vie de Jean-Baptiste. (Voir Matthieu.)
      27 Celui qui est l'objet de la prophétie est plus grand qu'un prophète.

      Ce qu'il y a de très remarquable dans cette citation de Malachie 3.1, c'est que dans les trois évangiles, (Matthieu 11.10 ; Marc 1.2) elle n'est faite exactement ni d'après l'hébreu, ni d'après les Septante, mais modifiée de manière à ce que la venue de Jéhova, annoncée par cette prophétie, se trouve accomplie en la personne du Sauveur.

      (Voir Matthieu 11.10, note.)

      28 Le texte reçu porte : Jean-Baptiste. Sin., B. majuscules, Itala omettent le mot prophète. Tischendorf, Meyer et d'autres critiques le maintiennent, estimant que sa suppression est une imitation de Matthieu.

      Si ce terme est authentique, il confirme la déclaration de Jésus que Jean est plus qu'un prophète.

      Si, au contraire, il doit être supprimé, Jean serait comparé, non aux autres prophètes, mais à ceux qui sont nés de femme, c'est-à-dire aux hommes en général, et spécialement à tous les fidèles de l'ancienne alliance, auxquels il serait déclaré supérieur. Dans l'un et l'autre cas, c'est la plus grande louange que Jésus ait faite d'aucun homme.

      Voir, sur cette parole souvent mal traduite et mal comprise, Matthieu 11.11, note.

      30 Tout le peuple qui avait √©cout√© Jean, dont la pr√©dication avait excit√© l'attention universelle, et particuli√®rement les p√©agers qui avaient humblement re√ßu son bapt√™me, ont justifi√© Dieu, c'est-√†dire rendu hommage √† sa justice et d√©montr√© par leur conduite l'excellence de ses voies pour le salut des hommes, en confessant leurs p√©ch√©s et en recourant aux moyens de gr√Ęce qu'il leur offrait. (Comparer verset 35)

      Les pharisiens, au contraire, et les légistes, ou docteurs de la loi, ayant repoussé la prédication et le baptême de Jean, ont anéanti ou rendu nul le dessein de la miséricorde de Dieu à leur égard. Dieu voulait les sauver, ils ne l'ont pas voulu.

      - Ces deux versets (versets 29,30) ne se trouvant pas dans le discours de Jésus d'après Matthieu (qui, par contre, renferme une pensée omise par Luc), quelques interprètes les ont considérés comme une observation historique et explicative intercalée par Luc.

      Ce qui a pu encore donner lieu à cette idée, c'est que, d'après le texte reçu, le récit reprend au verset 31 par ces mots : Alors le Seigneur dit ; mais cette phrase n'étant pas authentique, c'est bien le discours de Jésus qui continue sans interruption ; et ainsi ces deux versets en font partie.

      35 Voir Matthieu 11.17-19, notes.

      Les deux évangélistes rendent à peu près dans les mêmes termes cette parabole si humiliante pour la génération qu'elle concernait. C'est avec une ironie pleine de tristesse que Jésus la compare à des enfants mécontents et boudeurs, que rien ne peut intéresser.

      - Dans Matthieu, Jésus décrit l'austérité de la vie de Jean en ces termes : "ne mangeant ni ne buvant," expression évidemment hyperbolique. Luc y a substitué celle-ci : ne mangeant point de pain et ne buvant point de vin, ce qui était rigoureusement vrai. (Matthieu 3.4)

      - Matthieu (Matthieu 11.19, voir la 2e note) rapporte ainsi la dernière parole de ce discours, que Jésus dut prononcer avec une joie profonde : "Mais la sagesse a été justifiée de la part de ses enfants."

      Luc ajoute ce mot significatif : "tous ses enfants."

      Sin. porte¬†: "Ňďuvres" au lieu de enfants.

      36 36 à 50 La pécheresse chez Simon le pharisien.

      Ce pharisien, (voir Matthieu 3.7, note) qui invite J√©sus avait moins de pr√©ventions contre lui que les autres repr√©sentants de son parti. Frapp√© de sa saintet√© et de ses miracles, il h√©sitait √† reconna√ģtre en lui un envoy√© de Dieu. (verset 39)

      Il l'avait invit√© pour l'observer, peut-√™tre aussi pour se procurer l'honneur de recevoir √† sa table un rabbi devenu c√©l√®bre dans tout le pays. J√©sus accepte son invitation, certain qu'il pourra √† la table du pharisien aussi bien qu'ailleurs, faire son Ňďuvre, sauver les √Ęmes, glorifier Dieu.

      - Parce que ce pharisien s'appelait Simon, et parce que chez lui appara√ģt une femme qui porte un vase de parfum et oint le Seigneur, plusieurs interpr√®tes ont identifi√© ce fait avec celui qui se passa plus tard √† B√©thanie, quand Marie, sŇďur de Lazare, rendit un semblable hommage √† J√©sus. (Matthieu 26.6 et suivants, Marc 14.3 et suivants¬†; Jean 12.1 et suivants)

      Ils se fondent encore sur ce que Matthieu et Marc omettent ce récit de Luc, tandis que Luc ne rapporte pas celui du repas de Béthanie. L'omission de ce dernier fait par Luc ne prouve rien ; car il est une foule de traits de la vie de Jésus au sujet desquels nul ne saurait dire pourquoi tel évangéliste les omet, tandis que tel autre les raconte.

      Qu'on songe au poss√©d√© de Caperna√ľm, pass√© sous silence par Matthieu, √† la gu√©rison du serviteur du centenier, omise par Marc, √† la r√©surrection du jeune homme de Nain, conserv√©e par Luc seul, et √† celle de Lazare, racont√©e par Jean seul.

      Quant au nom de Simon, il √©tait si fr√©quent chez les Juifs, que deux h√ītes du Sauveur peuvent l'avoir port√©.

      Enfin, l'onction d'huile pratiquée par les deux femmes était un honneur si fréquemment rendu en Orient, que Jésus s'étonne de n'avoir pas reçu du pharisien cette marque de considération. (verset 46)

      Pour le reste, tout est diff√©rent dans les deux histoires. Ici la Galil√©e, l√† la Jud√©e¬†; ici le temps de la plus grande activit√© du Sauveur dans son minist√®re, l√† l'√©poque de sa passion¬†; ici le bl√Ęme de Simon, l√† celui de Judas et des disciples¬†; ici une femme √©trang√®re √† la maison, l√† Marie dont la sŇďur sert √† table¬†; et, surtout, ici une pauvre femme perdue de r√©putation, l√† la sŇďur de Lazare, qui ne saurait √™tre confondue avec elle (comparez Luc 10.39-42, et Jean 11)¬†; ici, enfin, un entretien de J√©sus avec Simon sur le p√©ch√©, le pardon et l'amour du p√©cheur sauv√©¬†; l√† J√©sus prenant la d√©fense de Marie et mentionnant sa mort prochaine.

      Il faut √™tre bien d√©cid√© √† confondre deux faits pour ne pas voir que ceux-ci n'ont de commun que quelques co√Įncidences fortuites.

      37 Il ressort évidemment de cette histoire, et surtout du verset 39, que les péchés de cette femme avaient acquis une notoriété publique. C'est ce que nos versions ordinaires ont rendu par cette périphrase : une femme de mauvaise vie.

      Une variante dans l'ordre des mots, dans Sin., B, accentue cette id√©e¬†: "Et voici, une femme qui √©tait p√©cheresse dans cette ville," ce qui para√ģt vouloir dire qu'elle exer√ßait cette honteuse profession.

      - La ville n'est point nommée. Des interprètes ont supposé que c'était Magdala et ont identifié la pécheresse avec Marie-Madeleine.

      Ainsi est née dans l'Eglise latine, dès les temps anciens, la légende célèbre dans la littérature religieuse et dans les arts, de la Madeleine pénitente. Mais l'identification de ces deux femmes ne repose sur aucun fondement, et tout dans l'Evangile parait y être contraire.

      Luc Luc 8.2 mentionne pour la première fois Marie-Madeleine avec d'autres femmes que Jésus avait "délivrées de malins esprits et d'infirmités" et nous apprend, en particulier, que Madeleine avait été, plus que d'autres, en proie à la puissance des ténèbres. Or, rien, dans notre récit, ne montre que Jésus se trouve en présence d'une possédée dont il chasse le démon.

      Luc ajoute que Marie-Madeleine √©tait au nombre de ces femmes qui suivaient J√©sus et ses disciples et "les assistaient de leurs biens." La p√©cheresse pouvait-elle √™tre admise √† jouer un tel r√īle¬†? Non, l'Evangile a t√Ľt, par d√©licatesse, le nom de cette femme. L'ex√©g√®se ne peut faire mieux que de respecter son silence.

      Quels mobiles furent assez puissants pour amener cette femme dans une maison √©trang√®re, o√Ļ elle savait bien qu'elle ne rencontrerait qu'un orgueilleux m√©pris¬†? Ce n'√©tait probablement pas sa premi√®re rencontre avec J√©sus. Press√©e par le remords, anim√©e d'une vraie repentance, elle avait cherch√© d√©j√† √† le voir, √† l'entendre, et sans doute, par la parole ou par le regard, le Sauveur lui avait t√©moign√© une compassion qui avait √©t√© pour elle la r√©v√©lation de la mis√©ricorde divine. Un rayon d'esp√©rance avait p√©n√©tr√© dans son √Ęme¬†; il fallait qu'elle revit, qu'elle entendit encore

      Celui dont elle avait re√ßu ce premier soulagement, qu'elle re√ß√Ľt de lui le pardon seul capable de la sauver de sa mis√®re. Elle va donc, trop humili√©e devant Dieu pour craindre d'√™tre humili√©e devant les hommes, et elle apporte avec elle ce parfum par lequel elle t√©moignera √† J√©sus sa reconnaissance et sa v√©n√©ration.

      - On comprend mieux le courage qu'eut cette femme de s'approcher de Jésus au sein d'une telle société, si l'on se souvient qu'en Orient on prend le repas du soir "sous le porche de la maison, dans une cour ouverte à tout venant. Ce fait explique bien des traits de l'Evangile qui ne s'accorderaient guère avec nos habitude européennes." (F. Bovet, Voyage en Terre-Sainte, p. 402.)

      38 Quelle scène ! Pour se la représenter, il faut se souvenir que Jésus, ainsi que les autres convives, (verset 49) était à table, selon l'usage antique, à demi couché sur le bras gauche, appuyé sur les coussins d'un divan, et les pieds nus étendus en arrière. (Jean 13.23, note.)

      La p√©cheresse put ainsi s'approcher et se tenir derri√®re lui, √† ses pieds, agenouill√©e probablement. Elle ne prononce pas une parole, mais son cŇďur, plein d'humiliation et de douleur, se r√©pand en larmes abondantes qui tombent sur les pieds de J√©sus. Ses cheveux d√©nou√©s pendent √©pars en signe de deuil, et elle s'en sert pour essuyer les pieds du Ma√ģtre, qu'elle baise avec v√©n√©ration.

      Elle voudrait l'honorer en r√©pandant sur sa t√™te le parfum dont elle s'est munie¬†; mais n'osant √©lever ses mains ni son regard jusqu'√† la t√™te de J√©sus, elle se contente d'oindre ses pieds. Impossible d'exprimer avec plus d'√©loquence le respect, la reconnaissance, l'amour qui d√©bordent de son cŇďur bris√©.

      "L'amour lui enseigne √† faire ce qui para√ģtrait inepte √† quiconque n'aime pas, ce que nul n'exigerait d'un esclave¬†; et l'amour le lui enseigne sans instruction humaine." Bengel.

      (Ainsi Luc 17.15 ; 19.37)

      39 Le pharisien, dans sa froide dignité, ne comprend rien à cette scène, ni à ce qui en faisait la profonde signification morale. Il en conclut que ce rabbi, qui se laissait approcher et toucher par une telle femme, ignorait ce qu'elle était et, par conséquent, ne pouvait être un prophète.

      Moins aveugl√© par le sentiment de sa propre justice, moins √©tranger aux saintes douleurs de la repentance, sa conclusion aurait √©t√© tout autre, et il se serait dit sans doute¬†: Cet homme est le Sauveur, puisque, en recevant ainsi une √Ęme p√©nitente, il repr√©sente sur la terre la mis√©ricorde de Dieu m√™me.

      Mais loin de l√†, le bl√Ęme qu'il prononce tacitement sur J√©sus retombe lourdement sur la femme qui pleure √† ses pieds. Ces termes multipli√©s¬†: qui elle est, quelle elle est (dans sa vie morale) et que c'est une p√©cheresse, expriment un profond m√©pris.

      40 Répondant à quoi ? A la pensée du pharisien que pourtant il n'a point exprimée, car "il se disait en lui-même." (verset 39 ; comparez Jean 2.25)

      Voir sur cet usage du verbe répondre, Matthieu 11.25, note.

      41 Cinq cents deniers, environ 400 fr. ; cinquante deniers, à peu près 40 fr.
      42 Jésus lui-même va expliquer cette parabole. (verset 47)

      Le créancier, c'est lui, le débiteur qui doit le plus, c'est la pécheresse. Celui qui doit le moins, c'est Simon. Mais il est débiteur pourtant, et même il n'a pas de quoi payer, aussi bien que la pécheresse.

      En effet, la dette, ce sont les péchés de Simon et de la pécheresse, (verset 47) et non les bienfaits qu'ils auraient reçus de Jésus comme l'ont prétendu quelques interprètes. Or, ces péchés, nul ne saurait en acquitter un seul ; devant Dieu tous les hommes sont parfaitement insolvables.

      Et voici l'unique ressource du p√©cheur condamn√©, telle que J√©sus la r√©v√®le dans le dernier mot de la parabole¬†: il remit la dette √† tous deux. (Grec¬†: il donna par gr√Ęce ou il fit gr√Ęce √† l'un et √† l'autre.) La gr√Ęce, telle est la grande r√©v√©lation, la bonne nouvelle apport√©e par J√©sus aux hommes p√©cheurs.

      Le texte reçu porte : dis-moi, après lequel des deux.

      Ce mot manque dans Sin., B, D et la plupart des versions. J√©sus, se fondant sur les sentiments naturels au cŇďur humain, admet que la g√©n√©rosit√© du cr√©ancier produira la reconnaissance, que le pardon produira l'amour, et cela en proportion de la grandeur du pardon.

      Tel est en effet le principe de la morale évangélique confirmé par l'expérience du chrétien : "Nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier." (1Jean 4.19)

      43 Le pharisien a mis une certaine gravit√© dans sa r√©ponse √† une question si simple. Aussi para√ģt-il y avoir une sorte de bienveillante ironie dans la r√©plique de J√©sus. "Tu as droitement jug√©."

      - "Et en jugeant si bien, tu t'es condamné toi-même. C'est le très bien de Socrate quand il avait pris son interlocuteur dans ses filets. Mais ce qui établit entre Jésus et le sage grec une distance incommensurable, c'est la manière dont Jésus s'identifie, ici et dans ce qui suit, avec le Dieu offensé qui pardonne et qui devient en lui, Jésus, l'objet de l'amour du pécheur reconnaissant." Godet.

      46 Ce n'est pas sans une intention marquée que Jésus commence l'application de la parabole par ces mots : Je suis entré dans ta maison.

      Par l√†, il avait fait au pharisien un honneur que celui-ci ne lui a pas rendu. A trois √©gards, en effet, il avait manqu√© √† ces bienveillantes et respectueuses attentions avec lesquelles, dans les temps anciens, on recevait dans sa maison un h√īte qu'on tenait √† honorer.

      D'abord, on lui faisait pr√©senter par un esclave de l'eau pour se laver et se rafra√ģchir les pieds. (Gen√®se 18.4) La chaleur du climat et l'usage de ne porter que des sandales rendaient ce service bienfaisant et n√©cessaire. Le pharisien l'avait n√©glig√©.

      Mais la pénitente, au lieu d'eau, avait offert ses larmes.

      Ensuite, on recevait son h√īte en lui souhaitant par un baiser la bienvenue. Le mot grec signifie amiti√©, affection¬†; et tels sont les sentiments qu'on lui t√©moignait en l'accueillant ainsi. Les premiers chr√©tiens avaient conserv√© l'usage des Isra√©lites. (Romains 16.16¬†; 1Corinthiens 16.20¬†; 1Pierre 5.14)

      Simon n'avait pas donné à Jésus cette marque d'affection. Mais la pécheresse, avec autant d'humilité que d'amour, lui avait baisé les pieds.

      Enfin, en Orient, o√Ļ la chaleur et les vents br√Ľlants dess√®chent la peau et les cheveux, on √©prouvait le besoin de les oindre d'une huile parfum√©e. (Psaumes 23.5)

      Ici encore, même contraste entre la conduite du pharisien et celle de la femme. Il n'y a plus qu'à en conclure l'amour qui les anime l'un et l'antre.

      47 Cette conclusion renferme une difficulté grammaticale qui a donné lieu à beaucoup de discussions.

      On s'attendait à ce que Jésus dirait : "Ses péchés lui sont pardonnés, et c'est pour cela ou à cause de cela qu'elle a beaucoup aimé."

      Ce car para√ģt, au contraire, pr√©senter l'amour comme la cause et non comme l'effet du pardon.

      De l√† une controverse qui n'est pas pr√®s de finir, surtout entre catholiques et protestants, les premiers se servant de cette parole pour appuyer leur doctrine du pardon obtenu par des Ňďuvres de pi√©t√© ou de charit√©, les derniers s'effor√ßant de donner √† cette particule car un sens qui soit en harmonie, non seulement avec l'histoire de la p√©cheresse et la parabole des deux d√©biteurs, mais avec le grand principe √©vang√©lique du pardon et du salut par la foi seule.

      Si l'amour √©tait la cause du pardon, J√©sus n'aurait pas d√Ľ demander¬†: (verset 42) "Lequel des deux l'aimera le plus¬†?" mais¬†: "lequel l'aimait le plus avant son bienfait¬†?"

      Au lieu de conclure¬†: (verset 47) "Celui √† qui il est peu pardonn√© aime peu," il aurait d√Ľ dire¬†: "Celui qui aime peu, il lui est peu pardonn√©.," Le Sauveur montre du reste clairement quelle est la cause du pardon et du salut quand il dit √† la p√©cheresse¬†: (verset 50) "Ta foi t'a sauv√©e."

      Tout cela ressort avec évidence de notre récit et est en pleine harmonie avec tout l'Evangile. Ce n'est donc pas sans raison qu'on s'est efforcé de donner a cette particule car un sens qui soit en accord avec tout le contexte.

      Ce mot, a-t-on dit, peut exprimer l'effet aussi bien que la cause, comme dans ces phrases : "Le soleil est levé, car il fait jour ;"

      - "cet homme est guéri de sa maladie, car il a repris son activité."

      Cette explication est très admissible, d'autant plus que nous ne savons pas de quelle particule Jésus s'est servi en araméen. Et toutefois on se demande involontairement pourquoi Luc a ainsi rendu la pensée du Sauveur. Bien plus, il ne dit pas seulement : car, mais parce que elle a beaucoup aimé.

      N'y aurait-il pas l√† une intention, et ne serait-on pas tent√© d'admettre avec Olshausen que ces termes doivent nous faire sentir que la foi, la confiance du cŇďur qui re√ßoit le pardon est ins√©parable de l'amour, ou plut√īt est d√©j√† l'amour¬†? (Galates 5.6)

      Croire que Dieu pardonne, c'est croire qu'il aime, et aucun pécheur ne se livre à l'assurance de cet amour si déjà il n'aime.

      "L'amour est le critère du pardon, même si celui qui aime n'avait pas cette idée du pardon." Bengel.

      On peut remonter plus haut dans l'expérience chrétienne, et dire sans craindre de se tromper que la repentance implique déjà de l'amour pour Dieu et qu'il n'y a point de vraie repentance sans amour. Ainsi comprise, l'admirable histoire qui nous occupe conserve toute sa vérité, et l'on ne fait aucune violence au texte.

      Jésus a fait la part de la femme ; ces dernières paroles sont la part du pharisien. Le pharisien aime peu, extrêmement peu, s'il se compare à la pécheresse. Mais pourquoi lui est-il peu pardonné ? parce qu'il avait peu péché ? Non, mais parce qu'il ne le sentait pas dans sa conscience et ne s'en humiliait pas. T

      ant qu'un homme n'est point encore r√©concili√© avec Dieu par l'assurance du pardon, il se peut qu'en se comparant √† la loi il reconnaisse et sente tel ou tel p√©ch√© particulier, qu'il s'en repente, qu'il en demande le pardon et qu'il l'obtienne. Mais s'il ne consid√®re ce p√©ch√© que comme un fait ext√©rieur et isol√© dans sa vie, si de l√† il n'est pas conduit √† d√©couvrir dans son cŇďur sa corruption, source de tous ses p√©ch√©s, Dieu lui pardonne peu et seulement dans la mesure de sa repentance.

      Dans une telle situation le p√©cheur devrait reconna√ģtre sa mis√®re √† la froideur de son cŇďur imp√©nitent, orgueilleux, √©tranger √† l'amour. Jamais il n'aimera beaucoup si sa repentance ne devient plus profonde, plus douloureuse, et si l'amour infini de Dieu ne lui est pas personnellement r√©v√©l√© par le pardon complet de tous ses p√©ch√©s.

      48 Cette parole de mis√©ricorde et de salut, la pauvre femme √©tait venue la chercher aux pieds de J√©sus. Elle la re√ßoit non comme un vŇďu que J√©sus ferait pour elle, mais comme une d√©claration expresse, elle y trouve la communication m√™me du pardon qui descend dans son cŇďur et y produit un silencieux tressaillement de joie.

      Une premi√®re rencontre avec J√©sus lui avait r√©v√©l√© la mis√©ricorde divine, lui avait donn√© l'esp√©rance d'y avoir part, et tout son cŇďur s'√©tait tourn√© vers ce Sauveur avec un amour qui lui avait fait tout braver pour parvenir jusqu'√† lui. (verset 37 notes.)

      Cet amour, elle le lui avait témoigné d'une manière touchante. De là ce verbe au passé : "Elle a beaucoup aimé." Maintenant elle possède dans sa plénitude l'assurance personnelle du pardon et du salut. Elle pourra "s'en aller en paix."

      - Il nous semble que c'est affaiblir la déclaration de pardon qui est le dénouement de toute cette histoire, en diminuer la saisissante actualité, que de la considérer, avec plusieurs interprètes, comme une simple confirmation d'un pardon qu'elle aurait déjà reçu personnellement auparavant.

      On se fonde pour cela sur ce que le verbe est au parfait passif¬†; mais cette forme exprime plut√īt la permanence que le pass√© de l'action. C'est ce que prouve avec √©vidence la m√™me parole adress√©e au paralytique, (Luc 5.20¬†; Matthieu 9.2) qui, bien certainement, n'avait pas re√ßu avant ce moment-l√† le pardon de ses p√©ch√©s.

      49 Dans leur ignorance, ces hommes se scandalisent de ce qui aurait d√Ľ les toucher profond√©ment.

      (Voir. Matthieu 9.3 ; Luc 5.21, notes.)

      50 Jésus continue à s'adresser à la femme, sans se mettre en peine des pensées non exprimées des adversaires, qui pourtant ne lui ont pas échappé, comme le montre ce mot : Mais il dit.

      - C'est une nouvelle assurance de son salut que J√©sus donne √† la p√©cheresse, par cette parole qui est le commentaire lumineux de tout le r√©cit et qui aurait d√Ľ mettre fin √† toutes les controverses sur ce sujet¬†: Ta foi t'a sauv√©e.

      - Par ces derniers mots¬†: Va en paix, J√©sus cong√©die la femme, afin de la soustraire aux observations blessantes des convives¬†; mais il la cong√©die avec le plus grand des biens dans son cŇďur, la paix de Dieu. (Luc 8.48)

  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.