TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Michée 4

    • 1

      1 √† 7 Ce tableau de l'avenir messianique ouvre dignement le morceau chapitres 4 et 5. Cette Sion, que le proph√®te vient de nous montrer totalement an√©antie, il nous la d√©crit ici √©lev√©e √† une gloire unique, devenue le centre du royaume de Dieu, vers lequel affluent tous les peuples. Cette brusque transition refl√®te fid√®lement le caract√®re particulier de l'esp√©rance des proph√®tes : ils ne proclament jamais avec plus d'assurance l'avenir r√©serv√© √† Isra√ęl qu'en face de la ruine imminente et n√©cessaire qu'il doit subir. Le jugement ne saurait √™tre le dernier mot de l'Eternel envers son peuple. Le terme est la glorification finale d'Isra√ęl. Mais ce qui distingue les vrais proph√®tes des faux, qui ne cherchent qu'√† flatter le peuple et les grands, c'est qu'ils ne cessent de rappeler le jugement purificateur de l'exil, qui est le chemin par lequel Isra√ęl arrivera enfin √† son but glorieux.

      1 √† 4 La gloire de la maison de l'Eternel aux derniers temps. Cette description se retrouve, avec quelques diff√©rences (la plus importante se trouve au verset 4, qui appartient en propre √† Mich√©e), dans le livre d'Esa√Įe (Esa√Įe 2.2-4). Comme nous l'avons dit dans l'explication d'Esa√Įe, il ne nous para√ģt pas possible que l'un des deux proph√®tes ait emprunt√© ce tableau √† l'autre, et nous admettons que tous deux l'ont tir√© d'un oracle plus ancien, que nous serions tent√©s, avec plusieurs interpr√®tes d'attribuer au proph√®te Jo√ęl. Comparez pour l'explication de ces versets celle du passage correspondant d'Esa√Įe.

      Le prophète franchit d'un bond l'intervalle qui sépare la ruine de Sion (3.12) de son rétablissement final.

      La fin des jours désigne l'époque de l'accomplissement définitif des promesses de Dieu, c'est-à-dire les temps messianiques, que dans la perspective prophétique, chaque voyant contemple au terme de la période de l'histoire à laquelle il appartient.

      La montagne de la maison de l'Eternel : Sion, comme l'Ancien Testament nomme habituellement la r√©sidence de J√©hova. Il ne para√ģt pas, en effet, que Sion et la colline du temple, appel√©e quelquefois Morija, fussent deux localit√©s diff√©rentes, comme l'a voulu la tradition jusqu'√† nos jours. D'apr√®s elle, Sion aurait √©t√© la colline occidentale de J√©rusalem, Morija la colline orientale. Les √©tudes r√©centes tendent plut√īt √† identifier Sion avec la colline du temple.

      Il est de toute √©vidence que l'√©l√©vation promise ici √† cette montagne n'est pas de nature mat√©rielle, mais morale et spirituelle. Comparez les mots du verset 2 : Car de Sion sortira la loi..., qui sont destin√©s √† expliquer l'affluence des peuples en Sion. Le privil√®ge d'Isra√ęl est de poss√©der la r√©v√©lation de J√©hova et de sa volont√© sainte¬†; c'est par l√† qu'il devient le foyer de lumi√®re et d'attraction pour tous les peuples. Le concours des nations pa√Įennes en Sion ne signifie pas autre chose que l'√©l√©vation de la religion isra√©lite au rang de religion universelle. L'√©l√©vation ext√©rieure n'est que le symbole de cette domination spirituelle.

      2

      Par cette révélation, Sion est devenue la montagne (moralement) la plus haute de toute la terre : dans l'image qu'emploie le prophète, les peuples voient de loin la maison de l'Eternel élevée au sommet de cette montagne, et ils se dirigent vers elle des lieux les plus divers. C'est le besoin de salut qui les amène, non par contrainte, mais librement. Comparez Jean 4.22. Remarquez qu'il n'est pas question ici de sacrifices, mais seulement de révélation et d'enseignement.

      La fin du verset : Car de Sion sortira n'appartient plus au discours des peuples ; ces mots sont ajoutés par le prophète lui-même pour expliquer leur empressement.

      La loi (thora) proprement : l'enseignement, la révélation de la volonté divine.

      3

      Le fruit de cet enseignement : ils se laisseront juger par J√©hova, dont ils acceptent la loi¬†; il sera leur arbitre supr√™me. Leurs querelles ne se videront plus par les armes, mais seront soumises √† sa d√©cision. La guerre cessera donc d'elle-m√™me, la paix universelle sera r√©alis√©e, non seulement pour le peuple de Dieu mais pour tous les peuples (Zacharie 9.10). Ainsi s'accomplira une transformation oppos√©e √† celle que d√©crivait Jo√ęl 3.9 et suivants, lorsqu'il montrait les peuples s'assemblant pour combattre le royaume de Dieu et changeant leurs instruments aratoires en armes de guerre. Ces deux intuitions proph√©tiques ne sont point contradictoires : le jugement des peuples et leur conversion ont l'un et l'autre leur place dans l'histoire du r√®gne de Dieu.

      4

      Ce verset manque dans le tableau correspondant d'Esa√Įe. Dans cette √®re de paix universelle, le peuple de Dieu ne sera plus, comme jusqu'ici, la victime de l'hostilit√© des puissantes nations pa√Įennes : chacun pourra go√Ľter les bienfaits de la paix. Comparez la description du r√®gne de paix fond√© par le Messie, Esa√Įe chapitres 9 et 11, et les aspirations (faut-il dire : les pressentiments¬†?) qui se font jour chez les po√®tes pa√Įens eux-m√™mes au temps de J√©sus-Christ (par exemple Virgile, Eglogue IV).

      Etre assis sous sa vigne et sous son figuier, expression proverbiale d√©signant un √©tat de paix et de prosp√©rit√© parfaites. Comparez Zacharie 3.10. Isra√ęl avait eu d√©j√† un avant-go√Ľt de cet √©tat sous le r√®gne de Salomon (1Rois 4.25).

      Sans que personne les trouble. L'image est celle d'une troupe d'oiseaux qui se dispersent effrayés au moindre bruit (Lévitique 26.6).

      Les derniers mots du verset indiquent probablement que les paroles qui pr√©c√®dent sont la reproduction d'un oracle ant√©rieur. Comparez Esa√Įe 1.20¬†; 16.13. En rappelant que la bouche de Dieu l'a d√©clar√© ainsi, le proph√®te donne du salut final d'Isra√ęl la plus infaillible des garanties : la parole et la puissance du Dieu vivant.

      5

      Ce verset est destiné à confirmer les promesses des versets 2 à 4 : les dieux des peuples sont néant ; ils ne peuvent donc rien contre le peuple qui marche au nom de l'Eternel, c'est-à-dire dans la force du Dieu vivant. Celui qui marche en ce nom, subsiste éternellement. Comparez 1Samuel 17.45 ; Zacharie 10.12.

      6

      Celles qui boitent, les dispers√©es.... Il y a en h√©breu le participe singulier f√©minin : celle qui boite, qui est dispers√©e, √©loign√©e. Ce participe est ici un collectif, comme cela r√©sulte des verbes m√™mes recueillirai..., rassemblerai. de m√™me que les termes nation puissante,...r√©gnera sur eux... (verset 7) montrent que nous avons donc √©t√© fid√®les au sens en traduisant par le pluriel. Les images se rapportent √† un troupeau de brebis (comparez 2.12). L'Eternel a bless√©, fait du mal, dispers√© les brebis, c'est-√†-dire ch√Ęti√© rudement et jet√© en exil son peuple¬†; maintenant, il veut le gu√©rir, c'est-√†-dire lui pardonner et le r√©tablir.

      7

      Un reste qui subsistera. Nous ne croyons pas pouvoir rendre mieux l'expression h√©bra√Įque, qui accentue ici non l'id√©e de petitesse, mais celle de persistance au travers de l'√©preuve.

      Et l'Eternel régnera sur eux... De l'image, le prophète passe à la réalité. Comparez Abdias 1.21.

      Dès lors. Le point de départ de ce dès lors est le moment de l'apparition du Messie, en qui Dieu viendra pour délivrer son peuple et y établir son règne à toujours (voir 5.1-3). Le prophète contemple ce moment comme déjà présent.

      8

      8 à 14 Des gloires de l'avenir qu'il vient de décrire, le regard du prophète revient au présent, pour s'arrêter avec le calme de la foi sur l'époque de souffrances et d'angoisses qui sépare encore le présent de ce brillant avenir.

      Ce verset 8 doit √™tre rattach√© √† ce qui suit, plut√īt qu'√† la strophe pr√©c√©dente¬†; c'est ce que prouvent, d'une part, les images qu'il renferme et qui ouvrent un nouvel ordre d'id√©es d√©velopp√© ensuite, et, de l'autre, le discours directement adress√© √† Sion d√®s le verset 8 jusqu'au verset 14. Dans ce premier verset de la seconde strophe, Mich√©e renouvelle la promesse, pour √©tablir un contraste d'autant plus saisissant avec les angoisses dont son accomplissement sera pr√©c√©d√©. Mais il ajoute √† cette promesse un trait nouveau : le r√©tablissement √† J√©rusalem, au sein d'Isra√ęl redevenu une puissante nation (verset 7), de la royaut√© davidique, an√©antie par la destruction de la ville sainte (3.12)¬†; c'est par cette restauration que se r√©alisera le r√®gne de J√©hova sur la montagne de Sion qu'annon√ßait le verset pr√©c√©dent.

      Tour du troupeau. Cette tour doit √™tre cherch√©e √† J√©rusalem, car elle est √©videmment situ√©e dans la localit√© nomm√©e la colline de la fille de Sion. Or, la fille de Sion √©tant la ville de J√©rusalem ou sa population personnifi√©e, cette colline ne peut √™tre que la montagne de Sion (verset 1 √† 7). Il s'agit donc d'une tour situ√©e sur Sion, probablement de la tour principale de la citadelle royale, voisine du, palais et appel√©e tour de David, parce que, sans doute, elle avait √©t√© construite ou reconstruite par ce roi, qui l'avait orn√©e des boucliers de ses h√©ros (Cantique 4.4¬†; N√©h√©mie 3.25). C'est vraisemblablement la m√™me qui est appel√©e dans Esa√Įe simplement la Tour (Esa√Įe 32.14)¬†; ce passage la place dans le voisinage d'Ophel, localit√© qui formait l'extr√©mit√© m√©ridionale de la colline de Sion ou du temple. Cette tour, qui dominait tout le pays environnant, est le symbole de la domination que la famille de David exerce d'ici sur le peuple entier. C'est l√† aussi que la royaut√© de la fille de Sion se rel√®vera dans son ancien √©clat¬†; sa citadelle deviendra la r√©sidence du nouveau David. Ce nom de tour du troupeau ne se retrouve que Gen√®se 35.24, dans l'histoire de Jacob¬†; le patriarche dresse sa tente pr√®s d'une tour de ce nom imm√©diatement apr√®s la mort de Rachel. Cette tour √©tait donc voisine de Bethl√©em et occupait peut-√™tre le m√™me emplacement que celle dont, parle Mich√©e¬†; car la route que suivait Jacob (Gen√®se 35.16,27) devait passer dans le voisinage de J√©rusalem. Il y a ici une allusion √©vidente au r√©cit de la Gen√®se. Nous trouvons de nouvelles allusions √† cette m√™me histoire aux versets 9 et 10 et au chapitre 5 (le nom d'Ephrata, deux fois r√©p√©t√© dans le chapitre 35 de la Gen√®se). Le nom de tour du troupeau renferme de plus une nuance que sugg√©rait naturellement l'histoire de David, √©lev√© par l'Eternel de la position de berger de brebis √† celle de conducteur de son peuple (2Samuel 7.8). Il fait penser √† ces tours o√Ļ les bergers se tiennent en Orient pour veiller sur leur troupeau (2Chroniques 26.10). Isra√ęl, le troupeau dispers√© de J√©hova (7.11), sera r√©uni sous la houlette de son Roi-Messie (voyez 5.3 le Messie comme berger) et √† l'abri de sa citadelle royale.

      Jusqu'à toi signifie : aucun obstacle ne l'empêchera de revenir à toi.

      La domination première : la glorieuse royauté des temps de David et de Salomon, qui est le type accompli de la félicité des temps messianiques et qui lui a été enlevée par l'exil.

      9

      Mais avant que s'accomplisse cette promesse (verset 8), il faut que Sion perde son roi et aille elle-m√™me en exil. L√†, et l√† seulement, l'Eternel la d√©livrera de la main de ses ennemis. La promesse n'√īte donc rien ni au s√©rieux des menaces, ni √† la r√©alit√© du ch√Ętiment. Le proph√®te contemple la calamit√© annonc√©e comme d√©j√† pr√©sente : il entend les cris de d√©tresse que pousse Sion et lui demande pourquoi ces cris : As-tu perdu ton roi, etc.¬†?.... Mani√®re dramatique d'annoncer la chute de la royaut√© et l'exil.

      N'y a-t-il point de roi...¬†? Il faut se rappeler que la perte de son roi √©tait pour Isra√ęl plus douloureuse que pour tout autre peuple, √† cause des magnifiques promesses attach√©es √† sa famille royale. Comparez Lamentations 4.20.

      Ton conseiller : ce terme d√©signe encore le roi. Comparez Esa√Įe 9.5, o√Ļ le Messie est pr√©sent√© comme le conseiller par excellence.

      Comme celle qui enfante. Les douleurs de la fille de Sion, douleurs subies pour l'enfantement d'une ère nouvelle et d'un nouveau David, sont comparées ici aux douleurs mortelles dans lesquelles Rachel enfanta Benjamin (Genèse 36.16-18).

      10

      Sois... : car cette douleur ne peut t'être épargnée.

      Tu vas sortir... Le prophète abandonne l'image, pour annoncer en propres termes la catastrophe.

      De la ville : de Jérusalem. Il ne s'agit pas d'une sortie ayant pour but de se rendre à l'ennemi. La ville est censée déjà prise ; ils en sortent captifs, pour être transportés au loin.

      Sortir... camper... : description dramatique de la transportation.

      Jusqu'√† Babylone. L√† seulement ils s'arr√™teront. L'exil, l'√©loignement de la terre √† laquelle √©taient attach√©es toutes les promesses de Dieu, est la mal√©diction dans laquelle se r√©sumaient toutes celles dont la loi mena√ßait Isra√ęl infid√®le (L√©vitique 26.28). Mich√©e est d'accord avec Esa√Įe 39.6 pour d√©signer Babylone comme le lieu de l'exil. Il est le premier des proph√®tes √† la nommer en cette qualit√©. Il ne dit pas par qui (les Chald√©ens ou les Assyriens) il y sera conduit, ni quand ce jugement s'accomplira.

      L√†, tu seras d√©livr√©e. En d√©pit de l'exil, Isra√ęl ne peut p√©rir¬†; l'Eternel le sauvera. Le terme rach√®tera indique qu'Isra√ęl aura √©t√© livr√© en la puissance des pa√Įens et comme vendu √† eux par l'Eternel. Comparez Esa√Įe 50.1-2.

      11

      Et maintenant. Ce mot signale, comme le maintenant du verset 9, une sc√®ne toute nouvelle qui se pr√©sente √† l'Ňďil int√©rieur du proph√®te : Sion, sauv√©e de la puissance de Babel, voit se rassembler autour d'elle les nations pa√Įennes (de nombreuses nations, m√™me expression qu'aux versets 2 et 3 pour d√©signer le monde pa√Įen en g√©n√©ral). Elles viennent, non pour recevoir l'enseignement de J√©hova (verset 2), mais pour combattre Sion, afin de la profaner (comparez Abdias 1.16) et de jouir de sa ruine (comparez Abdias 1.12). Le terme profaner suppose que Sion est maintenant sainte (c'est la Sion des derniers temps, purifi√©e par le jugement), et il indique que l'attaque que les peuples dirigent contre elle a un motif religieux : leur haine contre J√©hova¬†; il s'agit ici d'une grande et universelle r√©volte des puissances pa√Įennes contre l'Eternel, dont le r√®gne a son si√®ge en Sion (versets 2 et 7). Mais cette attaque aboutira √† leur propre perte. Car, en se rassemblant, elles accomplissent sans le savoir le dessein de J√©hova, qui est de les r√©unir devant J√©rusalem, pour les y frapper toutes ensemble comme on foule les herbes sur l'aire (comparez pour l'image Esa√Įe 21.10). L'instrument de ce jugement des pa√Įens sera Sion elle-m√™me. que le proph√®te compare, verset 13, au bŇďuf employ√© √† fouler de son pied le grain (selon la coutume encore aujourd'hui usit√©e en Orient).

      13

      La corne est le symbole de la force : Sion sera revêtue par l'Eternel de toute la force nécessaire pour détruire ses ennemis.

      De fer... d'airain : c'est-à-dire de ce qu'il y a de plus dur.

      Je vouerai. Le terme h√©breu signifie : consacrer comme interdit. L'interdit appartenait √† J√©hova. Les gains injustes des conqu√©rants pa√Įens, fruits du pillage, ne serviront pas √† enrichir Isra√ęl, mais reviendront √† l'Eternel, comme √† celui qui est aussi le ma√ģtre des pa√Įens (le Seigneur de toute la terre).

      Il est inadmissible que l'attaque des pa√Įens contre Isra√ęl, dont il est question dans ces versets, se rapporte √† la m√™me crise que les angoisses des versets 9 et 10. Il y aurait, en effet, dans ce cas, une contradiction patente et insoluble entre le verset 10 et les versets 12 et 13. L√†, Mich√©e a clairement annonc√© la captivit√©, par cons√©quent la r√©ussite de l'entreprise des pa√Įens contre J√©rusalem (comparez 3.12)¬†; ici, il annonce non moins positivement que l'issue de l'attaque des pa√Įens contre Sion sera leur d√©faite totale et leur an√©antissement. Quelques-uns appliquent cette pr√©diction √† la d√©faite des Assyriens sous Sanch√©rib¬†; le contexte ne nous semble pas permettre de la rapporter √† une √©poque ant√©rieure √† la captivit√© de Babylone qui occupe pour le proph√®te le tout premier plan dans la s√©rie des dispensations divines envers Isra√ęl¬†; il faut donc l'appliquer √† un jugement plus lointain et aussi plus universel que la catastrophe de Sanch√©rib, qui en offre seulement un type. Il s'agit, dans tout ce passage, de la derni√®re lutte annonc√©e pour la fin des temps entre les nations et J√©rusalem restaur√©e. Nous avons ici le parall√®le des proph√©ties de Jo√ęl 3.9 et suivants, d'Esa√Įe 66.18 et suivants, d'Ez√©chiel chapitre 38, de Zacharie chapitre 12, qui tous annoncent un rassemblement final des peuples contre Isra√ęl, lequel aboutira √† leur jugement. Comparez en particulier, avec l'image du grain foul√© sur l'aire, dans Mich√©e, celles de la moisson et du pressoir dans Jo√ęl 3.13. Par ce jugement, J√©hova se r√©v√®lera comme le Seigneur de toute la terre.

      14

      Le maintenant signale un nouveau changement de scène, et ce qui suit montre bien que le prophète revient à l'avenir le plus prochain, les luttes qui précéderont l'exil dont il s'était écarté pour porter ses regards plus loin.

      Rassemble... C'est √† Sion que s'adresse cette invitation. Le terme fille de troupes d√©signe la nation en armes personnifi√©e : elle rassemble tous ses enfants en cohorte guerri√®re pour d√©fendre J√©rusalem assi√©g√©e. Mais cela ne lui r√©ussira pas. Le si√®ge finira par la prise de la ville sainte, comme le prouve le sort ignominieux inflig√© au juge d'Isra√ęl (au roi¬†; comparez Amos 2.3).

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.