Ezéchiel 25

    • 1

      1 à 7 Contre Ammon ( comparez Jérémie 49.1-6 ; Sophonie 2.8-11).

      L'Eternel commence par ce peuple parce qu'il avait sans doute t√©moign√© plus hautement que tout autre sa satisfaction du malheur de J√©rusalem. Le roi d'Ammon para√ģt avoir √©t√© le v√©ritable auteur du meurtre de Gu√©dalia, dernier espoir de Juda apr√®s la ruine de J√©rusalem (J√©r√©mie 40.14). On voit (verset 6) que ce discours d'Ez√©chiel est post√©rieur √† cet √©v√©nement.

      Comparez la menace précédente, Ezéchiel 21.33-37.

      3

      Mon sanctuaire. Ce mot, placé en tête de l'énumération, prouve que la haine des Ammonites contre Juda était religieuse encore plus que politique.

      4

      Aux fils de l'Orient. Ce terme d√©signe les Arabes b√©douins (Job 1.3¬†; Esa√Įe 11.14). Ils √©taient alors soumis aux Chald√©ens (J√©r√©mie 49.28).

      Leurs campements : groupes de tentes formant un cercle ; en arabe douar.

      Leurs demeures. A c√īt√© des stations mobiles, ces peuples ont aussi des constructions fixes.

      Occupant le pays des Ammonites, ils jouiront de leurs vergers et de leurs p√Ęturages¬†; comparez Juges 6.4-5.

      5

      Rabba : la capitale du pays. Voir la note Jérémie 49.2. Ses ruines sont inhabitées. Les voyageurs y rencontrent des Arabes avec leurs chameaux. Voir Keith, Evidence des prophéties, page 145 et suivantes.

      7

      Pour portion. Le terme original (bag) ne se retrouve nulle part. On pense que c'est un mot d'origine sanscrite, désignant un morceau d'une viande apprêtée.

      Je te retrancherai. Les Ammonites, après avoir été frappés par Nébucadnetsar (voir à 21.33 et suivants), paraissent encore comme peuple à l'époque des Maccabées (1 Macabées V, 6, 30-43). Dès lors leur décadence parait avoir été rapide. Aujourd'hui ils sont retranchés du nombre des peuples.

      8

      8 √† 11 Contre Moab (comparez Esa√Įe 15.1-16.14¬†; J√©r√©mie 48.1-47¬†; Sophonie 2.8-11). Moab partagea le sort d'Ammon, lorsque, cinq ans apr√®s la ruine de J√©rusalem, le monarque chald√©en ravagea les pays √† l'est du Jourdain et de la mer Morte (voir √† 21.33-37).

      Moab et S√©ir. On est d'autant plus √©tonn√© de trouver ici le nom de S√©ir, que les versets 12 √† 14 sont adress√©s √† Edom, qui n'est autre que S√©ir. Peut-√™tre une partie du territoire d'Edom appartenait-elle alors aux Moabites. On a m√™me voulu trouver dans le passage Esa√Įe 16.4 et suivants un indice de la possession momentan√©e de P√©tra, capitale d'Edom, par les Moabites. Dans tous les cas le proph√®te veut indiquer que les deux peuples n'en formaient qu'un par leur communaut√© de haine et de jalousie contre Juda : La maison de Juda, disaient-ils ensemble, est comme toutes les autres nations. C'√©tait la dignit√© de peuple de Dieu, √† laquelle pr√©tendait Isra√ęl, qui irritait ces peuples voisins et parents des Isra√©lites.

      9

      La fronti√®re de Moab. Cette expression d√©signe ici sa fronti√®re septentrionale (du c√īt√© d'Ammon), le district au nord de l'Arnon, entre ce fleuve et le Jabbok. Cette contr√©e fertile (la gloire du pays) √©tait √©chue √† la tribu de Ruben apr√®s la conqu√™te de Canaan. Moab s'en √©tait d√®s lors empar√©. L√† se trouvaient les trois villes indiqu√©es : Beth-J√©simoth, probablement aujourd'hui Suweime, au nord-est de la mer Morte, Baal-M√©on, aujourd'hui une ruine du nom de Ma√Įn, au sud de Hesbon, et Kiriatha√Įm, aujourd'hui Et-Teym, un peu plus au sud (J√©r√©mie 48.1, note).

      10

      Le proph√®te veut √©tablir une √©troite solidarit√© entre ces divers peuples, quant au p√©ch√©, comme quant au ch√Ętiment. Voil√† pourquoi il rappelle ici le jugement d'Ammon, pour y rattacher celui de Moab, de m√™me qu'au verset 8, il avait anticip√© dans le m√™me but celui de S√©ir. Ce n'est pas pour quelque m√©fait particulier, c'est pour leur commune haine contre Juda qu'ils sont menac√©s tous ensemble. M√™me r√©union √©troite des deux peuples, Sophonie 2.8-11.

      11

      Moab a disparu de l'histoire encore plus promptement qu'Ammon. Il en est fait mention pour la dernière fois immédiatement après le retour de l'exil, Néhémie 12.1. Le pays est occupé aujourd'hui par des tribus arabes.

      12

      12 √† 14 Contre Edom (comparez Esa√Įe 21.11-12¬†; 34.1-17¬†; J√©r√©mie 49.7-22). L'esprit d'hostilit√© d'Edom contre J√©rusalem s'est montr√© √† toutes les √©poques de l'histoire, depuis les temps les plus anciens (comparez Nombres 20.21 et le livre d'Abdias) jusqu'√† ceux de la ruine de J√©rusalem (comparez Psaumes 137.1-9)¬†; c'√©tait la haine du fr√®re ennemi, plus ardente encore que la jalousie des peuples moins rapproch√©s par le sang¬†; comparez Ez√©chiel 35.5.

      S'est veng√© √† outrance. Ils avaient √©t√© soumis deux fois √† Juda, d'abord depuis David et Salomon jusqu'√† Joram¬†; puis (apr√®s une p√©riode d'ind√©pendance) sous Amatsia et Ozias. Ils pass√®rent ensuite sous le joug des Chald√©ens. Plus tard, Jean Hyrcan d√©fit enti√®rement les Edomites septentrionaux et les incorpora √† la nation juive en leur imposant la circoncision¬†; toute la partie m√©ridionale du pays se confondit bient√īt avec l'Arabie.

      13

      Théman, Dédan : deux districts situés l'un dans la partie méridionale de l'Idumée, l'autre probablement à l'est du premier (Jérémie 49.7-8, notes).

      Par la main de mon peuple. C'est ici un trait particulier de la menace proph√©tique : la haine personnelle des Edomites contre Isra√ęl fera que celui-ci sera choisi dans ce cas pour √™tre lui-m√™me l'ex√©cuteur du jugement divin.

      Nous venons de voir l'accomplissement de cette menace par Jean Hyrcan. Mais la prophétie atteint jusqu'aux derniers temps. On verra alors a puissance du paganisme, représentée par Edom, crouler devant le règne du Christ, sorti de Juda.

      15

      15 √† 17 Contre les Philistins (comparez Esa√Įe 14.28-32¬†; J√©r√©mie 47.1-7¬†; Sophonie 2.4-7). Voir notes Esa√Įe 14.28-32.

      Vengés à outrance. Les Philistins avaient toujours vécu sur un pied d'inimitié avec les Israélites, et ils avaient profité de leurs derniers malheurs pour assouvir leur haine contre eux.

      16

      Les Cr√©tois (Cr√©tim). Ce nom, que l'on a souvent d√©riv√© de celui de l'√ģle de Cr√®te (comparez J√©r√©mie 47.4), d√©signe en tout cas les peuplades les plus m√©ridionales de la Philistie, qui s'√©tendait le long de la M√©diterran√©e entre cette mer et le pays de Juda. Le nom de Cr√©tim fait allusion √† un mot h√©breu qui signifie : celui qui extermine. Le m√™me jeu de mots se trouve d√©j√† Sophonie 2.5. Peut-√™tre cette appellation rappelle-t-elle aussi l'origine √©trang√®re de ce peuple.

      Tandis que le peuple juif se relevait après le retour de l'exil et accentuait de plus en plus son caractère propre, la nationalité des Philistins s'effaçait graduellement ; elle a fini par se perdre tout à fait.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.