Habacuc 1

    • 2

      Le proph√®te √©l√®ve sa plainte au nom des fid√®les qui souffrent de l'oppression des m√©chants. L'exclamation : jusques √† quand¬†? indique que cette conduite des m√©chants dure depuis longtemps d√©j√† sans que Dieu s'y oppose. Cela para√ģt √™tre en contradiction avec sa saintet√©. De l√† la question du verset 3¬†; le proph√®te adjure l'Eternel de faire cesser cette contradiction.

      3

      Contemples-tu... c'est-à-dire regardes-tu sans t'émouvoir ni intervenir.

      4

      Ce verset d√©crit les cons√©quences de cet √©tat de corruption. La loi r√©v√©l√©e qui, dans son ensemble, devait √™tre l'√Ęme de toute la vie civile, religieuse et domestique du peuple, est morte, et le droit, la bonne cause, ne parvient pas √† triompher¬†; car le juste est comme cern√© par une troupe de m√©chants qui l'oppriment.

      Sort faussé... par la sentence du juge.

      5

      Ce qui suit (versets 5 à 11) est la réponse (le l'Eternel : elle est adressée au peuple entier.

      Regardez... soyez √©tonn√©s... Ce qui doit exciter l'√©tonnement des auditeurs du proph√®te, c'est l'apparition subite des Chald√©ens, peuple d√©pendant de l'Assyrie √† cette √©poque, et le r√īle qu'ils vont jouer, comme agents de l'Eternel, dans le ch√Ętiment et la destruction du royaume de Juda. Ce ch√Ętiment surpassera en s√©v√©rit√©, tout ce que ce peuple pensait avoir √† redouter. De l√† la citation de saint Paul (Actes 13.41) qui applique ces paroles au rejet des Juifs.

      En vos jours... Voir l'introduction.

      6

      Les Chaldéens, habitants de la BabyIonie, avaient été, durant des siècles, asservis à l'empire d'Assyrie. A la fin du VII ième siècle avant J-C, le Chaldéen Nabopolassar, vice-roi de Babylone, s'allia avec Cyaxare, roi des Mèdes, secoua le joug de Ninive et s'empara de cette ville en 606. Ce fut le début de la monarchie chaldéenne qui atteignit avec une rapidité extraordinaire l'apogée de sa puissance sous le règne de Nébucadnetsar, fils de Nabopolassar. Cette grandeur fut du reste de courte durée, puisque 68-70 ans après, vers l'an 538, Cyrus, roi de Perse, s'empara de Babylone et remplaça l'empire chaldéen par l'empire médo-perse.

      7

      De lui viendra son droit. Il ne s'inquiète ni de la légitimité de ses actes, ni du droit d'autrui, mais il entend imposer à tous, comme leur loi, sa propre volonté.

      8

      Comme un aigle qui fond... Cette comparaison revient souvent chez les prophètes lorsqu'il s'agit des Chaldéens (Jérémie 48.40 ; 49.22 ; Lamentations 4.19). Jérémie reproduit également, en les appliquant aux Chaldéens, les images employées par Habakuk Jérémie 4.13 ; 5.6.

      9

      9 et 10 Ces versets décrivent le caractère irrésistible de l'attaque des Chaldéens.

      Il entasse de la poussière : il élève une terrasse pour s'approcher des remparts de la ville assiégée.

      11

      Il est charg√© de crimes. Cette expression laisse entrevoir que les Chald√©ens outrepassent leur mission de ch√Ętiment¬†; elle fait ainsi pressentir qu'ils seront punis √† leur tour, car elle se trouve dans la bouche m√™me de Dieu, et non pas seulement dans celle du proph√®te.

      12

      Apr√®s cette annonce, pleine de menaces du jugement de Dieu, le proph√®te prend la parole √† son tour. Il fait appel, au nom de l'Isra√ęl croyant, √† la mis√©ricorde divine et puise dans la pens√©e de la saintet√© de Dieu l'assurance que l'Eternel, apr√®s avoir ch√Ęti√© son peuple p√©cheur, ne laissera pas non plus impunis les crimes de ces Chald√©ens : car ce peuple f√©roce frappe non seulement les vrais coupables qui ont attir√© sur eux la col√®re c√©leste, mais encore les justes, les membres innocents de la nation.

      Ces premiers mots du verset 12 se rattachent √©troitement aux derniers du verset 11¬†; le dieu du Chald√©en est sa propre force¬†; fragile appui¬†! Tandis que le Dieu d'Isra√ęl est l'Eternel, celui qui, sous ce nom m√™me (Exode 3.14¬†; 6.23), a conclu alliance avec son peuple.

      Mon Saint, voir Esa√Įe 1.1.

      Nous ne mourrons pas : ces mots expriment la certitude qu'apr√®s que le Chald√©en aura accompli l'Ňďuvre du ch√Ętiment dont il est charg√© aupr√®s du peuple de Dieu, celui-ci ressortira sain et sauf et purifi√© du creuset.

      13

      Malgr√© cette attente de la foi, la conduite actuelle de Dieu para√ģt, cependant contradictoire √† sa saintet√©¬†; comment peut-il se servir ainsi du bras des m√©chants¬†? C'est cette objection que le proph√®te pr√©sente √† l'Eternel dans les paroles suivantes.

      Un plus juste que lui. Ces hommes, plus justes que les Chald√©ens qui les d√©vorent, ne sont pas le peuple juif dans son ensemble, car les versets 2 et 3 ont d√©crit son √©tat de corruption : ce sont les fid√®les en Isra√ęl qui, envelopp√©s dans la catastrophe g√©n√©rale, doivent souffrir en m√™me temps que les impies.

      14

      Tu traites donc. C'est une plainte √† l'Eternel contre l'Eternel lui-m√™me, ainsi en r√©alit√© un hommage rendu √† cette justice divine que le proph√®te, parlant au nom du peuple, ne reconna√ģt plus compl√®tement dans cette mani√®re d'agir.

      Pas de chef. Personne, dans ces classes d'êtres infimes, ne fait rendre compte ; le faible est dévoré sans scrupule et sans jugement.

      15

      Il les prend √† l'hame√ßon. Isra√ęl est pris et serr√© dans le filet par le Chald√©en, comme les poissons par le p√™cheur. Dieu l'a livr√©, en lui retirant sa protection, au pouvoir de ses ennemis, et a cess√© en apparence d'√™tre son roi. Comparez une plainte toute semblable Esa√Įe 63.19 : Nous sommes depuis longtemps un peuple que tu ne gouvernes pas. Il y a dans ces versets 14 et 15 une allusion √©vidente √† Gen√®se 1.16. Dieu avait fait l'homme sup√©rieur √† l'animal¬†; maintenant il le fait rentrer dans l'ordre animal, et m√™me aux tout derniers rangs.

      Ces images (l'hameçon, le filet ordinaire, puis le grand filet qui doit ramasser jusqu'au fond de l'eau) désignent tous les moyens de ruse et de violence qu'emploie le Chaldéen pour subjuguer les peuples.

      16

      Il sacrifie à son filet. C'est à sa propre force qu'il rend hommage, en faisant honneur de ses victoires à ces instruments.

      17

      Vider son filet. L'idée est celle-ci : Lui sera-t-il donc toujours permis de vider son filet afin de pouvoir recommencer sans cesse sa pêche cruelle ?

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.