FERMER

Matthieu 20.1

Car le royaume des cieux est semblable à un père de famille, qui sortit dès la pointe du jour, afin de louer des ouvriers pour sa vigne.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Les diff√©rentes versions
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

La parabole des ouvriers dans la vigne. (Matthieu 20:1-16)
Jésus annonce encore Ses souffrances. (Matthieu 20:17-19)
L'ambition de Jacques et de Jean. (Matthieu 20:20-28)
Jésus guérit deux aveugles, près de Jéricho. (Matthieu 20:29-34)

La première signification de cette parabole semble être la suivante : bien que les Juifs aient été appelés les premiers dans la vigne, à terme, l'évangile allait être prêché aux Gentils, ces derniers devant recevoir les mêmes privilèges et les mêmes avantages que les premiers.

La parabole peut √™tre aussi expliqu√©e de fa√ßon plus g√©n√©rale¬†; elle montre alors¬†: 1. Que Dieu n'est d√©biteur envers aucun homme. 2. Que les nombreuses personnes qui viennent au Seigneur tardivement, n‚Äôayant auparavant que peu d'attirance pour la pi√©t√©, parviennent parfois, par la b√©n√©diction divine, √† un grand niveau de connaissance de la Parole et de la Gr√Ęce, devenant ainsi de grande utilit√© pour les autres. 3. Qu‚Äôune r√©compense finale sera donn√©e plus tard aux saints, mais la date de leur conversion ne sera pas toutefois prise en compte. Cette parabole d√©crit aussi l'√©tat de l'√©glise ici-bas¬†; elle confirme les diff√©rentes d√©clarations du Seigneur¬†: ¬ę¬†les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers¬†¬Ľ.

Jusqu'√† ce que nous soyons ¬ę¬†engag√©s¬†¬Ľ pour le service du Seigneur, nous nous tenons debout tout le jour, dans le d√©sŇďuvrement¬†: nous sommes alors dans un √©tat coupable, car l‚Äôinaction peut r√©v√©ler un √©tat d'esclavage, au service de Satan. L‚Äôendroit o√Ļ s‚Äôest rendu le¬†Ma√ģtre, c‚Äôest le monde, et c‚Äôest l√† que nous sommes appel√©s, par l'√©vangile. Venez, quittons cet endroit¬†! Le travail pour le Seigneur n'admettra aucune diversion.

Un homme n‚Äôa rien √† faire pour aller en enfer, mais celui qui veut aller au ciel, doit s‚Äôappliquer pour s‚Äôy rendre. Le denier romain, mentionn√© dans cette parabole, permettait √† l‚Äô√©poque de vivre pendant une journ√©e. Ceci ne prouve absolument pas que la r√©compense de notre ob√©issance √† Dieu soit proportionnelle √† nos Ňďuvres, ou provienne d‚Äôune dette quelconque¬†; lorsque nous avons termin√© notre t√Ęche, nous sommes des serviteurs sans utilit√©¬†; mais nous devons garder √† l‚Äôesprit qu'une r√©compense nous est promise¬†; personne ne doit n√©gliger la repentance, et ce, jusqu'√† sa vieillesse.

Dans ce texte, certains ouvriers furent envoy√©s dans la vigne √† la onzi√®me heure¬†: personne ne les avait embauch√©s avant. Les Pa√Įens sont aussi entr√©s √† la ¬ę¬†onzi√®me heure¬†¬Ľ¬†: l'√©vangile ne leur avait pas √©t√© pr√™ch√© auparavant. Ceux qui auront refus√© l'√©vangile qui leur a √©t√© propos√© √† la ¬ę¬†troisi√®me ou √† la sixi√®me heure¬†¬Ľ, ne devront pas dire √† la ¬ę¬†onzi√®me heure¬†¬Ľ, comme les ouvriers de cette parabole¬†: ¬ę¬†personne ne nous a engag√©s¬†¬Ľ. Sans vouloir d√©courager quiconque, mais plut√īt pour √©veiller toutes les √Ęmes, qu'il soit rappel√© que c'est encore le temps propice, celui du salut¬†!

La richesse de la Gr√Ęce divine est toujours clairement annonc√©e parmi les ¬ę¬†pharisiens orgueilleux¬†¬Ľ et ceux qui n‚Äôont de chr√©tien que le nom. Nous avons souvent tendance √† penser que nous avons bien peu de faveurs divines, √† l‚Äôinverse des autres¬†; nous sommes persuad√©s que nous Ňďuvrons beaucoup pour le Seigneur, toujours plus que les autres...

Si Dieu accorde Sa Gr√Ęce aux autres, Il exerce Sa bont√© envers eux, et non de l'injustice envers nous. Ceux qui vivent ¬ę¬†selon la chair¬†¬Ľ ont choisi leur part ici-bas¬†: ils seront r√©mun√©r√©s avec les ¬ę¬†deniers¬†¬Ľ de ce monde.

Les croyants ob√©issant √† Dieu, s‚Äôattendent √† √™tre r√©mun√©r√©s avec des ¬ę¬†deniers c√©lestes¬†¬Ľ, se souvenant qu'ils se sont engag√©s volontairement pour la cause du Seigneur. Ne voudrais-tu pas ¬ę¬†t‚Äôengager¬†¬Ľ totalement pour le ciel, ou cherches-tu le bonheur dans la ¬ę¬†vie¬†¬Ľ, ici-bas¬†? Dieu ne punit personne plus qu'il ne le m√©rite, Il r√©compense Ses enfants selon chaque service rendu¬†; Il ne fait donc tort √† personne, en accordant Sa Gr√Ęce de fa√ßon extraordinaire √† certains.

Remarquez dans ce passage, l'envie qui animait certains ouvriers : c'était en fait un sentiment de jalousie, découlant du bien qui avait été attribué aux autres ; cette pensée ne pouvait que leur nuire.

Si nous sommes animés par ce genre de mauvaise pensée, (cette jalousie cupide) cela ne peut que déplaire à Dieu, et nuire à nos prochains : c'est un péché qui ne procure ni plaisir, ni profit, ni honneur.

Renon√ßons donc √† toute revendication orgueilleuse et recherchons plut√īt le salut, ce don gratuit¬†! Ne soyons jamais envieux ni rancunier, mais r√©jouissons-nous et louons Dieu pour Sa mis√©ricorde envers les autres aussi bien qu'envers nous-m√™mes¬†!

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...