Osée 11

    • 1

      Nous trouvons plusieurs fois dans Osée ces retours de l'Eternel sur ses anciennes relations avec son peuple ; ce sont les accents de tendresse d'un père pour son enfant égaré, au souvenir des premières heures de bonheur.

      Quand Isra√ęl √©tait enfant... C'est en Egypte qu'Isra√ęl est n√© comme nation.

      Je l'aimai ; non : je l'aimais, comme s'il avait cessé de l'aimer ; mais : alors déjà je l'aimai.

      D√®s l'Egypte j'ai appel√©... Notre traduction d√®s l'Egypte nous para√ģt r√©pondre mieux au texte que la traduction ordinaire : hors de l'Egypte. Quand Dieu veut parler de la sortie d'Egypte, il dit non : J'ai appel√©, mais : J'ai tir√©. Le verset 2 d'ailleurs ne permet pas le sens de faire sortir¬†; car on voit bien l√† que le but de l'appel divin n'est pas la sortie d'Egypte, mais le service de Dieu. Quand Matthieu cite ce verset (2.15), il le fait d'apr√®s la version des Septante qui a traduit : hors de.

      2

      On l'a appelé. Dieu l'a appelé au vrai culte par la bouche des prophètes.

      3

      Et moi. Ces paroles rappellent tous les bienfaits et tous les secours de Dieu dans le passage de la mer Rouge, dans la traversée du désert et dans l'établissement en Canaan.

      Je les soignais. Le mot h√©breu d√©signe le traitement d'un m√©decin. Isra√ęl, apr√®s sa sortie d'Egypte, √©tait semblable √† un enfant malade¬†; l'idol√Ętrie √©gyptienne avait infect√© le peuple.

      4

      Comparez 2Samuel 7.14, o√Ļ il est parl√© de verges d'hommes, c'est-√†-dire de verges dont on frappe les hommes, en opposition √† celles dont on frappe les b√™tes. Dieu les a conduits en respectant en eux le caract√®re d'homme, les √©gards d√Ľs √† des √™tres dou√©s de raison et de libert√©.

      Un joug... Le mors dans ces sortes d'attelage tient au joug¬†; en soulevant le joug, on soulage la m√Ęchoire, et on permet ainsi √† l'animal de manger.

      5

      Il ne retournera pas... Comme il refuse de retourner vers moi, je lui refuserai de retourner en Egypte, ce qui serait une faveur, en comparaison de la nouvelle captivit√©, qu'il aura √† subir (celle d'Assyrie). En Egypte, ils √©taient des h√ītes plus ou moins bien trait√©s¬†; en Assyrie, ils seront des captifs.

      6

      Les malheurs qui vont frapper Isra√ęl ne sont mentionn√©s ici qu'en passant, parce que le ch√Ętiment n'est pas le sujet principal de ce passage.

      7

      Les appels de Dieu ne trouvent en eux que des cŇďurs obstin√©ment attach√©s √† leur r√©volte.

      8

      8 √† 11 Os√©e interrompt brusquement la menace pour passer √† la promesse. Dieu, apr√®s avoir t√©moign√© √† Isra√ęl un si grand amour (versets 1 √† 4), ne peut cesser d'avoir compassion de lui.

      Adma et Ts√©bo√Įm : deux villes mentionn√©es Deut√©ronome 29.23, comme ayant √©t√© d√©truites en m√™me temps que Sodome et Gomorrhe, bien qu'il ne soit pas parl√© d'elles dans le r√©cit de cette catastrophe (Gen√®se chapitre 19). Mais pourquoi dire ici : Adma et Ts√©bo√Įm, et non : Sodome et Gomorrhe¬†? Sans doute parce que le nom de ces derni√®res villes, connues surtout par leurs crimes, e√Ľt √©t√© plus propre √† exciter l'horreur que la piti√©, tandis que les noms d'Adma et de Ts√©bo√Įm, connues uniquement pour avoir particip√© au d√©sastre, provoquait plut√īt la compassion.

      Se retourne... Dieu ne peut supporter cette pens√©e¬†; l'horreur le saisit, quand il se repr√©sente qu'un pareil ch√Ętiment pourrait frapper son peuple.

      9

      Je ne détruirai pas... Il se transporte au moment qui suivra la ruine.

      Non pas homme. Ce n'est pas ainsi que punissent les hommes, qui frappent si souvent sans pitié.

      Un Saint... Isra√ęl est indestructible, parce qu'il y a un saint, un principe vivant et indestructible de saintet√© (Dieu), au milieu de lui. Cela s'applique encore maintenant √† l'Eglise qui ne saurait p√©rir, en vertu de l'habitation de Christ, le Saint de Dieu, au-dedans d'elle.

      10

      10 et 11 Le proph√®te r√©unit dans une m√™me intuition le retour apr√®s l'exil et le retour dans les derniers temps. Dieu se l√®ve comme un lion qui appelle ses petits dispers√©s¬†; il rugit. A l'ou√Įe de cette voix redoutable, ses fils accourent des quatre vents, tremblants √† force de se h√Ęter¬†; la crainte et le d√©sir leur donnent des ailes, ils sont les colombes qui fendent les airs pour revenir √† leur colombier (comparez Esa√Įe 60.8). Quel trait admirable que ce m√©lange de tremblement et d'empressement chez ces fils qui accourent aussit√īt que la voix de leur P√®re √† la fois majestueuse et tendre les appelle √† lui¬†!

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.