TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Psaumes 60

    • 1

      Le lis du témoignage. Le psaume est adapté à la musique d'un chant commençant par des paroles telles que celles-ci : Le lis rend témoignage... Comparez Psaumes 45.1 : sur les lis, et 80.1 : les lis du témoignage.

      Destin√© √† √™tre enseign√©. On suppose que ce psaume devait √™tre appris et chant√©, par les jeunes gens qui s'exer√ßaient au maniement des armes, comme c'√©tait le cas pour la complainte, dite de l'arc, sur la mort de Sa√ľl et de Jonathan (2Samuel 1.17, note).

      2

      Tsoba. On croit que cette ville était située au nord de Damas, entre l'Euphrate et l'Oronte. Le roi de Tsoba étendait sa domination, à l'époque de David, jusqu'en Mésopotamie (2Samuel 8.3 ; 10.15).

      Joab revint... C'est bien sous la direction de Joab qu'était l'armée dans son ensemble ; mais ce fut Abisai, son frère, qui remporta la victoire décisive sur les Edomites.

      La vallée du Sel, au sud de la mer Morte.

      Douze mille : les textes 2Samuel 8.13 et 1Chroniques 18.12 parlent de dix-huit mille. Peut-être ce dernier chiffre était-il celui de l'armée édomite dans son ensemble ; le chiffre de douze mille indiquerait le nombre de ceux qui périrent. Voir sur toute cette campagne 2Samuel 8.12, note.

      3

      3 à 6 Les désastres.

      Dispers√©s. Le mot h√©breu √©veille l'image d'une muraille o√Ļ un assi√©geant fait br√®che et qui saute en √©clats.

      4

      Tu as √©branle la terre... Ce terme, qui d√©signe √† la fois la terre proprement dite et le pays d'Isra√ęl, assimile le bouleversement qui a eu lieu √† un tremblement de terre.

      5

      Un vin d'√©tourdissement. Cette image, reproduite par le Psaume 75 et fr√©quemment par les proph√®tes (Esa√Įe 19.11¬†; J√©r√©mie 25.15, etc., appara√ģt ici pour la premi√®re fois. Elle d√©signe l'√©garement qui s'empare des peuples √† certains moments particuli√®rement critiques de leur histoire. G√©n√©ralement cet esprit d'√©tourdissement, qui pr√©pare les grandes catastrtrophes, est lui-m√™me, en m√™me temps qu'un ch√Ętiment divin, une supr√™me manifestation de l'√©tat de p√©ch√© des peuples, qui, sous l'empire d'une sorte de possession, se pr√©cipitent d'eux-m√™mes au devant du jugement. Cette id√©e de culpabilit√© du peuple semble √™tre absente de notre passage¬†; l'√©pouvante g√©n√©rale est ici, non le pr√©lude, mais le r√©sultat des maux qui ont frapp√© Isra√ęl. Elle aurait pu conduire √† des malheurs plus grands encore, si Dieu n'avait pas donn√© un √©tendard √† ceux qui le craignent (verset 6).

      6

      Cet étendard n'est autre que la ferme déclaration divine que va rappeler la strophe suivante.

      Nous voyons en ce verset, comme c'est parfois le cas dans les psaumes de David, le ton changer subitement et la plainte se transformer en parole de foi. Comparez Psaumes 6.9 ; 22.22.

      Pour qu'ils se lèvent, au lieu de s'abattre.

      Au nom de la vérité de tes promesses, qui ne peuvent nous tromper.

      7

      7 à 10 L'oracle divin.

      Il est introduit par la prière du verset 7.

      8

      Dieu a parl√© : la r√©ponse que r√©clame le peuple est d√©j√† l√† d√®s longtemps. L'oracle divin lui-m√™me n'est pas cit√© ici textuellement. Peut-√™tre est-ce celui de Nathan (2Samuel 7.12-16). Il se peut cependant que, dans les paroles qui suivent, David reproduise librement une promesse sp√©ciale qu'il aurait re√ßue de l'Eternel par le souverain sacrificateur, d√©positaire de l'Urim et du Thummim, promesse qui lui assurait, en ces temps troubl√©s, une royaut√© incontest√©e sur tout Isra√ęl et la victoire sur les ennemis du dehors.

      Dans (ou par) sa saintet√©. Ces mots donnent √† la promesse divine le caract√®re d'un serment. Comparez Psaumes 89.36¬†; Amos 4.2. Ces passages parall√®les, o√Ļ l'id√©e du serment est manifeste, nous emp√™chent d'admettre l'ancienne traduction : Dieu a parl√© dans son sanctuaire¬†; la mention du sanctuaire favoriserait la supposition que nous venons de faire d'une consultation du souverain sacrificateur.

      Je partagerai Sichem : J'en disposerai, comme d'un territoire qui m'appartient. Sichem, en Ephra√Įm, au centre du pays d'Isra√ęl, est nomm√©e sans doute √† cause du r√īle important qu'elle avait eu dans l'histoire des patriarches et au moment de la conqu√™te du pays par Josu√©, (Gen√®se 12.6¬†; 33.18¬†; Josu√© 8.30-35).

      Succoth, à l'est du Jourdain, rappelait aussi l'histoire de Jacob (Genèse 33.17), et représentait les contrées d'au-delà du fleuve.

      9

      Galaad... Manassé : la partie orientale du pays, menacée à la fois par les Ammonites et les Syriens. La pensée est celle ci : Je m'établis à mon aise, en dépit des ennemis du dedans et du dehors, tant à l'orient qu'à l'occident de ce pays qui m'a été dévolu.

      Ephra√Įm et Juda, les deux tribus les plus puissantes, sont compar√©es, l'une √† l'armure la plus honorable, le casque du roi, l'autre au sceptre par lequel il exerce son autorit√©. De telles paroles n'ont pu √™tre √©crites apr√®s le schisme, et, de David et de Salomon, le premier seul a eu lieu de composer un chant de guerre tel que celui-ci.

      10

      Le regard du roi se porte maintenant sur les pays voisins. Autant les r√īles qu'il d√©cerne √† Ephra√Įm et √† Juda sont honorables, autant celui de Moab est humiliant. Moab, pour s'√™tre attir√© un tel m√©pris, devait avoir commis envers David et Isra√ęl quelque grave offense. Comparez 2Samuel 8.2, note.

      Sur Edom je jette ma chaussure : le traitant ainsi comme ma propriété ; le soulier, au moyen duquel on foule à volonté le sol que l'on a acquis, était le symbole du droit de propriété (Deutéronome 25.9 ; Ruth 4.8).

      Les Philistins, peuple guerrier par excellence, doivent acclamer leur vainqueur.

      11

      11 à 14 Fort des promesses divines, David revient au grave sujet actuel de ses préoccupations : la guerre contre Edom.

      La ville forte dont il est parl√© ici est la capitale, r√©put√©e imprenable, des Edomites, cette ville de P√©tra, b√Ętie dans d'inaccessibles rochers (Abdias 1.3, note).

      12

      Qui ne sortais plus... La foi se laisse instruire, mais non arrêter par des expériences douleureuses et humiliantes ; elle regarde en haut et va droit devant elle.

      14

      En Dieu : non pas seulement avec lui, mais dans cette communion étroite, qui nous fait sortir de nous-mêmes pour nous transporter en lui.

      C'est lui... Le chrétien, dans ses luttes spirituelles, ne parle pas autrement. Au reste, en face des surprises souvent terribles de l'ennemi, il ne saurait mieux faire que de regarder avec David à l'étendard divin, aux promesses du Seigneur, pour marcher en avant, dépouillé de sa force propre, mais revêtu de celle de Dieu et bien décidé à prendre possession de tout ce qui, par Christ, est devenu sa propriété.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.