TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

1 Samuel 10

    • 1

      L'onction repr√©sente la communication de l'Esprit divin. Elle n'avait √©t√© appliqu√©e jusque-l√† qu'√† l'office des sacrificateurs. Sa√ľl doit comprendre par cet acte toute la grandeur de la charge qui lui est confi√©e et d'o√Ļ viendra la force dont il aura besoin pour la remplir. Comme le sacerdoce est appel√© de Dieu √† repr√©senter le peuple devant l'Eternel, la royaut√© a la mission de repr√©senter la souverainet√© de Dieu devant le peuple.

      Et il l'embrassa. Cet hommage affectueux est touchant de la part de celui qui s'était senti si profondément froissé par l'établissement de la royauté.

      2

      Samuel annonce √† Sa√ľl trois signes dont l'accomplissement devra lui donner une pleine confiance en la parole de celui qui les lui indique d'avance : la rencontre de deux hommes, qui lui annonceront le recouvrement des √Ęnesses (verset 2), celle de trois hommes allant offrir un sacrifice (verset 3), et celle d'un groupe de proph√®tes (verset 5)¬†; enfin, comme effet des trois signes pr√©c√©dents, Samuel lui annonce le souffle d'inspiration qui s'emparera de lui (verset 6).

      Pr√®s du tombeau de Rachel. Ou bien l'on doit admettre que ce tombeau est celui dont il est parl√© Gen√®se 35.20, et que la mort de Rachel a eu lieu dans le territoire de Benjamin, entre B√©thel et Bethl√©em, et rejeter comme fausse la tradition qui a d√©termin√© l'emplacement du monument actuel √† 2 km de Bethl√©em (voir Gen√®se 35.20, note). Ou peut-√™tre vaut-il mieux supposer qu'il existait deux tombeaux de Rachel, l'un de Juda, pr√®s de Bethl√©em, o√Ļ Rachel serait morte en effet et dont parlerait Gen√®se 35.20, l'autre dans le territoire de Benjamin, que les Benjamites auraient √©lev√© en l'honneur de cette femme de Jacob qui √©tait leur m√®re. Ce dernier, d'apr√®s notre r√©cit, aurait √©t√© voisin de Rama.

      Tseltsah : lieu inconnu, aussi bien que le Thabor du verset 3, qu'il ne faut pas confondre avec le mont Thabor de la plaine de Jizréel.

      3

      A Béthel. Il devait y avoir là un haut-lieu datant sans doute de l'époque des patriarches (Genèse 12.8 ; 13.3 ; 28.18 ; 35.6) ; c'était là peut-être que, depuis la dislocation du Tabernacle, on offrait les sacrifices ; car les objets portés par ces hommes étaient évidemment destinés à servir d'offrandes.

      4

      Ce don ressemble √† un hommage dont ces hommes ignoraient la port√©e, mais qui doit singuli√®rement frapper Sa√ľl.

      5

      Guib√©a de Dieu : nom provenant du haut-lieu qui se trouvait l√† (verset 13). Plus tard, d√®s le r√®gne de Sa√ľl, cette ville, situ√©e au nord de J√©rusalem (aujourd'hui Tel-el-F√Ľl¬†; voir Esa√Įe 10.29, note), fut appel√©e Guib√©a de Sa√ľl, comme lieu d'origine de ce premier roi (11.4¬†; 15.34).

      Les colonnes des Philistins. D'autres ont entendu la garnison, sens qu'a peut-être le terme hébreu dans 2Samuel 8.6,14. Le sens que nous lui donnons ici se trouve probablement 1Samuel 13.3 et certainement Genèse 19.26. Les Philistins avaient laissé dans le pays des monuments de leur pouvoir, qu'on n'avait pas osé détruire.

      Une troupe de prophètes. C'est la première fois qu'il est parlé d'un groupe de prophètes. Cette réunion de jeunes hommes pieux se livrant à des exercices religieux était due sans doute à l'initiative de Samuel. C'est là l'origine de ce qu'on a appelé les écoles de prophètes, dont un certain nombre sont mentionnées dans la suite ; comparez 19.8-20 ; 2Rois 2.3,5 ; 4.38 ; 6.4. Ils s'exerçaient au chant des louanges de Dieu et à la musique sacrée, et devenaient en même temps les dépositaires des traditions religieuses de la nation.

      Luth (nèbel, proprement outre) : instrument à cordes avec une caisse de résonance placée au haut.

      Tambourin : voir Jérémie 31.4 ; Exode 15.20, notes.

      Fl√Ľte : Esa√Įe 5.12¬†; 30.29.

      Harpe (kinnor) : instrument à cordes dont la caisse de résonance est placée en bas.

      6

      L'Esprit de l'Eternel... Ces sortes de ph√©nom√®nes religieux ont quelque chose de contagieux¬†; dans l'√©tat d'excitation o√Ļ devait se trouver Sa√ľl, √† la suite de son onction et de tout ce qui avait eu lieu, il √©tait particuli√®rement accessible au souffle proph√©tique.

      Tu prophétiseras. Dans la pensée biblique la prophétie n'est pas la prédiction d'événements à venir ; elle désigne toute parole, tout chant et même tout geste inspiré par le souffle de l'Esprit (verset 10).

      Un autre homme. Ce n'est pas la r√©g√©n√©ration radicale qui n'appartient qu'√† la nouvelle alliance¬†; c'est le changement profond d'un homme qui a v√©cu jusqu'ici pour les int√©r√™ts de la terre et dans la vie duquel la pens√©e dominante de Dieu et de son Ňďuvre vient tout √† coup √† prendre pied.

      7

      Fais ce qui se pr√©sentera. Ces mots signifient que Sa√ľl ne doit point entreprendre imm√©diatement quelque Ňďuvre nouvelle, celle de l'expulsion des Philistins, par exemple, mais retourner √† ses occupations ordinaires en se laissant diriger par Dieu, qui est maintenant avec lui, et en attendant le moment o√Ļ il sera appel√© √† agir en roi¬†; comparez 11.5 o√Ļ les messagers de Jab√®s le trouvent occup√© de son labourage.

      8

      Tu descendras √† Guilgal. Lorsque le moment, fix√© par Dieu, sera venu d'entrer en campagne contre les Philistins¬†; Sarnuel fait sans doute allusion √† l'entretien intime qu'il avait eu avec Sa√ľl¬†; celui-ci devra descendre √† Guilgal pour rassembler l√† le peuple autour de lui. Cette guerre, comme toutes les guerres chez les anciens, devra √™tre inaugur√©e par une c√©r√©monie religieuse (comparez Deut√©ronome 20.2 et Nombres 31.6), et Samuel remplira l'office de sacrificateur. De l√† les mots suivants : Je descendrai vers toi pour offrir...

      Les sept jours d'attente sont ceux pendant lesquels le peuple, convoqu√© par Sa√ľl, se rassemblera autour de lui, son nouveau chef, et sera organis√© par lui. On comprend ainsi pourquoi Sa√ľl pr√©c√®de Samuel, qui ne devait arriver que quand l'arm√©e serait rassembl√©e.

      Guilgal. L'expression descendre (13.12), qui correspond à celle de monter à (verset 15), parle en faveur de celui des deux Guilgal qui était situé dans la vallée du Jourdain. La plaine du Jourdain, à l'opposite du pays des Philistins, convenait au rassemblement d'une armée qui devait opérer contre eux. C'était de là que Josué était parti pour commencer la conquête de la Terre Sainte ; c'était le lieu le plus propice pour commencer la guerre de libération.

      Je te déclarerai : en vertu de l'office prophétique de Samuel qui n'avait pas pris fin avec sa judicature.

      11

      L'expression fils de Kis para√ģt exclure, dans l'esprit de ceux qui l'emploient, l'appartenance d'un tel homme √† une confr√©rie proph√©tique.

      12

      Et qui est leur père ? Les prophètes ne le deviennent pas par voie de filiation comme les sacrificateurs ; c'est l'action immédiate de Dieu qui leur confère cet office.

      13

      Vint au haut-lieu. Sa√ľl avait rencontr√© les proph√®tes retournant du haut-lieu √† Rama, o√Ļ √©tait sans doute leur domicile, dans le voisinage de Samuel. Maintenant, il continue son chemin vers le haut-lieu, √† proximit√© duquel demeurait sa famille.

      14

      Il rencontre tout d'abord son oncle qui est étonné d'apprendre qu'il revient d'auprès de Samuel à Rama.

      15

      Cette question n'est point une affaire de pure curiosit√©¬†; l'oncle de Sa√ľl trouve √† son neveu un air extraordinaire et se doute qu'il doit s'√™tre pass√© quelque chose d'important entre le proph√®te et lui. Mais on comprend tr√®s bien que Sa√ľl garde le silence sur ce qui a eu lieu.

      17

      17 √† 27 Election de Sa√ľl par le sort en pr√©sence du peuple.

      Ce n'√©tait pas assez, pour que Sa√ľl f√Ľt reconnu roi par le peuple, que l'Eternel l'e√Ľt d√©sign√© comme tel √† Samuel, et que celui-ci lui e√Ľt conf√©r√© l'onction royale. Pour qu'un simple campagnard, d'un petit bourg de la tribu de Benjamin, p√Ľt √™tre √©lev√© au commandement supr√™me, il fallait une manifestation publique de l'Eternel, adress√©e directement au peuple lui-m√™me. Ainsi s'explique la sc√®ne suivante, qui ne fait nullement double emploi avec l'onction de Sa√ľl par Samuel.

      Mitspa (7.5). Cette localité était devenue pour le peuple le lieu de délibération ordinaire.

      19

      Rejeté. Voir note en début du chapitre 8 et 8.7, note.

      20

      Comparez Josué 7.14.

      22

      Et ils consultèrent : sans doute par l'Urim et le Thummim qui était entre les mains du souverain sacrificateur.

      Est-il venu...¬†? c'est-√†-dire : Y a-t-il encore un Isra√©lite pr√©sent qui se d√©robe √† nos yeux, et ou est-il¬†? Ils ne nomment pas Sa√ľl, peut-√™tre pour donner plus de force encore √† la r√©ponse de l'Eternel.

      Cach√© : dans le sentiment de la disproportion qu'il y avait entre ses capacit√©s et le r√īle qu'il allait √™tre appel√© √† jouer.

      24

      On sent la pointe d'ironie qui caractérise ces paroles : Vous comptez sur l'homme ; en voici un qui est digne de votre confiance et de votre admiration ! Vous voulez de la force physique ; en voilà !

      25

      Le document dont il s'agit, n'est nullement identique, quoiqu'il soit désigné en hébreu par le même terme (mischpath) avec le discours dans lequel Samuel avait décrit, 8.9, la manière d'agir des roi s futurs. Il s'agit sans doute ici d'un écrit dans lequel Samuel avait développé les principes posés Deutéronome 17.14-20 et défini plus exactement les relations normales entre le roi et le peuple.

      Devant l'Eternel : soit dans le Tabernacle à Silo ou à Nob, soit devant l'arche à Kirjath-Jéarim.

      26

      Des hommes de valeur. Une troupe de volontaires, vaillants et pieux, qui se groupa autour de lui et l'accompagna à sa demeure. Pour le moment cette reconnaissance ne fut encore que partielle, un exploit. saillant pouvait seul la rendre générale. Cet exploit fut le succès raconté au chapitre suivant.

      27

      Pas de présents. Il résulte de ces mots que le reste du peuple lui offrit des dons spontanés et qu'ainsi commença à se réaliser la parole de 1Samuel 9.20.

      Il fit le sourd. Avec un léger changement de lettres ces mots peuvent signifier : Et dans le temps des labours. Il faudrait dans ce cas les lier au premier verset du chapitre suivant ; ils s'accorderaient bien avec le verset 5, mais non avec 12.17 ; car il ne peut pas s'être écoulé trois ou quatre mois entre le commencement et la fin de cette guerre.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.