1 Samuel 2

    • 1

      Pria et dit. Ce chant est une pri√®re, une pri√®re de louange. Anne commence par la gr√Ęce qui lui a √©t√© accord√©e √† elle-m√™me et l'humiliation dont a √©t√© frapp√©e son ennemie (verset 1). De l√† elle s'√©l√®ve √† la contemplation du caract√®re de l'Eternel (versets 2 et 3)¬†; puis elle d√©crit son Ňďuvre de justice au sein de l'humanit√©, par laquelle il rel√®ve les faibles et abaisse les oppresseurs (versets 4 √† 8), et, jetant les regards dans l'avenir, elle voit cette Ňďuvre se d√©ployer avec puissance jusqu'√† l'an√©antissement de tout ce qui r√©siste √† Dieu ici-bas et au jugement universel qui sera exerc√© par celui auquel Dieu confiera cet acte supr√™me (versets 9 √† 10).

      On a de tout temps remarqu√© l'analogie de cet hymne avec celui de marie (Luc 1.46-55). Les trois premiers versets de ce dernier r√©pondent √† notre verset 1¬†; les versets 49 et 50 aux versets 2 et 3, les versets 51 √† 53 aux versets 4 √† 8 et les versets 54 et 55 aux versets 9 et 10. Seulement dans le cantique de Marie tout est plus doux, plus calme, plus solennel¬†; l'id√©e de la mis√©ricorde de Dieu envers les faibles et envers Isra√ęl y domine sur celle de la justice, qui pr√©side au cantique d'Anne.

      Cette ressemblance entre ces deux hymnes s'explique ais√©ment, car chaque jeune fille isra√©lite connaissait par cŇďur les anciens cantiques nationaux.

      Corne : Jérémie 48.25 ; Michée 4.13, notes.

      Contre mes ennemis. A la joie d'Anne se mêle le souvenir amer des longues humiliations dont elle avait été victime.

      2

      2 et 3 Anne fait ressortir, verset 2, trois traits du caractère de l'Eternel :

      • sa saintet√©, en vertu de laquelle il aime le bien et hait le mal
      • son mode d'existence unique et absolu
      • sa bont√© immuable, en vertu de laquelle le faible peut avec confiance s'appuyer sur lui (Rocher, Deut√©ronome 32.4).

      3

      Paroles hautaines. Allusion aux sarcasmes de Péninna et en même temps avertissement à l'adresse de tous ceux qui, comme elle, se glorifient de leurs avantages et oublient que l'oreille de Dieu entend tout et qu'il met à néant tout ce qui est fait sans lui.

      4

      4 à 8 Du caractère de Dieu ainsi décrit, Anne conclut à la loi d'après laquelle il gouverne l'humanité et dont elle-même vient de faire l'expérience. Elle montre, par une série d'exemples, comment Dieu intervient pour transformer du tout au tout les situations.

      5

      Sept. Hyperbole due à l'exubérance de sa joie ; voir 2.21.

      8

      Les colonnes de la terre. Dieu a le pouvoir de tout transformer, parce que les colonnes sur lesquelles repose la terre sont en sa main et que c'est lui qui sur elles a posé le monde.

      9

      9 et 10 Ce qu'il a été, il le sera ; ce qu'il a fait, il le fera.

      L'homme ne l'emportera pas... Les vraies victoires ne s'obtiennent pas par la force humaine, mais par la foi en la vertu de Dieu.

      10

      Il tonnera. La voix du tonnerre est toujours envisagée comme un signe et un prélude du jugement divin. Ce jugement universel est prédit dans les mots suivants.

      Il donnera puissance √† son roi. Par ce roi on doit entendre non tel ou tel roi d'Isra√ęl, mais la royaut√© personnifi√©e dans tous les individus qui en seront successivement rev√™tus, et finalement dans celui qui r√©alisera le jugement universel qui vient d'√™tre annonc√©, c'est-√†-dire le Messie¬†; comparez 2.35. La plupart des interpr√®tes, pla√ßant la composition de ce cantique dans une √©poque post√©rieure √† l'√©tablissement de la royaut√©, rapportent ces derniers mots au roi r√©gnant √† ce moment-l√† dont un chantre isra√©lite aurait c√©l√©br√© une victoire. Mais cette application ne convient pas aux traits tout √† fait individuels qui se trouvent dans les versets 1, 3 et 5. Il faudrait plut√īt supposer que les derniers mots du cantique ont √©t√© ajout√©s plus tard, lorsque cette po√©sie, devenue populaire, √©tait chant√©e √† l'√©poque des rois.

      Son oint. On oignait d'huile les rois aussi bien que les sacrificateurs.

      12

      Pervers : Deutéronome 13.13, note. Double péché : ils empiétaient sur le droit des Israélites (versets 13 et 14) et sur le droit de l'Eternel (versets 15 et 16).

      13

      Un sacrifice. Ce sont ici des sacrifices d'actions de gr√Ęces, les seuls dont les particuliers mangeassent une partie de la victime. Le sacrificateur n'avait droit qu'√† la poitrine et √† la cuisse droite (L√©vitique 7.31-35). Outre cette portion d'honneur, fix√©e par la loi, les fils d'Eli r√©clamaient et au besoin prenaient encore autre chose.

      14

      Cuve, marmite, chaudière, pot. Cette multiplicité de termes s'explique par le fait que les victimes étaient de grosseurs différentes.

      15

      Un second abus, encore plus grave que le premier (versets 13 et 14). Le droit de Dieu √©tait clair (L√©vitique 7.25). Et cependant, avant qu'on e√Ľt pr√©lev√© les parties grasses destin√©es √† √™tre consum√©es sur l'autel, les fils d'Eli r√©clamaient d√©j√† les morceaux qui leur revenaient¬†; ils les exigeaient crus, par cons√©quent avec les parties grasses attenantes : Nous sommes fatigu√©s de viandes bouillies nous voulons manger de la viande r√ītie¬†; pour cela il nous faut de la graisse.

      16

      Que si l'homme... Le simple Israélite défendait contre les sacrificateurs le droit de Dieu et les prescriptions de la loi.

      17

      Conclusion : ils discréditaient les sacrifices et la loi elle-même aux yeux du peuple. Ceci suppose évidemment des usages religieux et cérémoniaux bien établis dès longtemps et connus du peuple.

      18

      Servait : aidait au service du sanctuaire se rendant utile au vieil Eli.

      Ephod (Exode 28.6) : un v√™tement analogue pour la forme √† celui du souverain sacrificateur, mais fait en simple √©toffe blanche (de lin). Cette pi√®ce de v√™tement lui √©tait probablement fournie par le sanctuaire, tandis que la robe (verset 19) √©tait confectionn√©e par sa m√®re. Voir Exode 28.31, o√Ļ ce mot est rendu par surplis. Samuel portait ce costume de forme sacerdotale en vertu de sa cons√©cration absolue au Seigneur.

      20

      Don. Cette expression se rapporte aux paroles d'Anne, 1.28. L'enfant n'appartenait plus √† ses parents, mais √† Dieu. Aussi Eli demande-t-il pour eux une compensation au sacrifice qu'ils avaient fait. Et c'est en vertu de ce vŇďu du souverain sacrificateur qu'eut lieu l'augmentation de la famille d'Anne.

      22

      Qui s'assemblaient... Comparez Exode 38.8. L'immoralité accompagnait, comme souvent, l'incrédulité.

      24

      On fait p√©cher, au lieu de : Vous faites p√©cher. Il est trop l√Ęche pour employer la forme directe.

      25

      Lorsqu'un homme pèche contre un autre homme, il y a une autorité qui intervient entre les deux et donne à chacun son droit. Cette autorité, c'est Dieu ou tel juge qui est son représentant sur la terre (Exode 21.6, note). Il est des péchés qui s'adressent directement à l'homme, et seulement indirectement à Dieu comme représentant du bien absolu ; mais il en est d'autres qui atteignent directement la personne divine, comme la profanation de son sanctuaire, ou l'appropriation de ce qui lui revient sur les sacrifices, ou la profanation du sabbat, etc. Dieu dans ce cas-ci se trouve être à la fois l'offensé et le juge. Nul ne saurait arrêter son bras, en s'interposant, comme arbitre, entre lui et le coupable.

      Mais ils n'obéirent point... L'avertissement paternel n'aurait pu agir sur eux qu'au moyen d'une action puissante et décisive de l'Esprit de Dieu. Mais cette action n'eut pas lieu, parce que déjà la mesure était pleine et que Dieu avait résolu leur perte.

      Voulait les faire mourir : comparez Exode 4.21. Quel contraste entre cette r√©primande si faible et l'√©nergique intervention qu'aurait d√Ľ provoquer de la part du souverain sacrificateur une pareille conduite¬†!

      26

      Comparez Luc 1.80 ; 2.40,52. L'enfance de Samuel est un type de celles de Jean-Baptiste et de Jésus. Par son caractère normal, elle contraste vivement avec les désordres des fils d'Eli.

      27

      Un homme de Dieu. Le premier proph√®te dont il soit fait mention depuis Mo√Įse (Juges 2.1 et Juges 13.6 il s'agit d'un ange).

      Ton p√®re : Aaron. Le choix que l'Eternel avait fait d'Aaron, ressort du r√īle qu'il a jou√© √† c√īt√© de Mo√Įse et des communications directes que l'Eternel a eues avec lui, par exemple : Exode 12.1,43. Le proph√®te rappelle √† Eli, comme le plus grand des bienfaits divins, la libre √©lection d'Aaron et de ses descendants comme sacrificateurs.

      28

      D√©but du verset : le c√īt√© honorable de cette charge¬†; fin du verset : Les avantages mat√©riels qui y sont attach√©s.

      29

      Le p√©ch√© d'Eli aggrav√© par ces gr√Ęces.

      Pourquoi avez-vous foulé...? Le péché des fils est imputé au père qui ne l'a pas réprimé.

      Et pourquoi as-tu honoré. Reproche terrible, propre à faire sentir à Eli toute la gravité de sa faiblesse.

      En vous engraissant. Comparez 4.18 : vieux et pesant.

      Du meilleur : allusion au verset 15.

      D'Isra√ęl mon peuple : qui, comme tel, devait avoir part √† ma table.

      30

      30 √† 36 La sentence : mort de Hophni et de Phin√©es en un m√™me jour (verset 34)¬†; cette mort sera le signal de la d√©ch√©ance de toute la famille d'Eli, objet du d√©plaisir de l'Eternel¬†; au lieu de s'√©teindre simplement, elle offrira √† Isra√ęl le spectacle d'une race rejet√©e et dont pourtant la mis√®re ne peut finir. L'Eternel retirera Isra√ęl de son humiliation actuelle, mais sans que le sacerdoce soit l'organe de cette b√©n√©diction¬†; il sera au contraire abaiss√© profond√©ment. Et quand enfin Dieu le rel√®vera aussi, ce sera pour le confier √† une autre famille avec laquelle les descendants d'Eli n'auront plus que d'humiliantes relations de mendicit√©.

      Il est difficile de constater dans l'histoire les faits r√©pondant √† cette proph√©tie. Elle peut se rapporter √† la substitution de Samuel √† Eli et √† ses fils, ou bien √† la substitution de la branche a√ģn√©e (celle d'El√©azar) √† la cadette (celle d'Ithamar), qui avait pass√© avant la premi√®re, nous ne savons √† quelle occasion et pour quel motif¬†; comparez 1Rois 2.35. Plusieurs ont vu ici l'annonce de l'abolition du sacerdoce aaronitique par l'av√®nement du Messie.

      J'avais déclaré : Nombres 25.13. Les promesses faites à Phinées, fils d'Eléazar et représentant de la famille d'Aaron, sont considérées ici comme valables pour Eli ; comparez aussi Exode 29.9, promesse faite à toute la famille d'Aaron.

      Loin de moi cela ! Devant l'infidélité humaine, il n'y a pas de promesse qui tienne. L'Eternel trouve, pour accomplir sa parole, quelque autre moyen imprévu.

      31

      Les jours viennent : formule, usitée dans la bouche des prophètes (2Rois 20.17 ; Amos 4.2 ; 8.11, etc.).

      Le bras, symbole de la force. Il n'y aura plus dans ta race de force vitale suffisante pour produire des hommes capables d'atteindre la vieillesse. Cet état misérable de ta descendance contrastera avec l'abondance dont jouira tout le peuple.

      La maison de ton père. S'il s'agit de la maison d'Aaron en général, on doit penser à la substitution de Samuel à Eli, ou au remplacement d'Aaron et de sa famille par le sacerdoce du Messie. Mais si l'on applique cette menace à la substitution de Tsadok à la famille d'Eli, le terme la maison de ton père, doit être pris dans le sens restreint de la maison d'Ithamar.

      32

      La demeure même de l'Eternel tombera, par la perte de l'arche, dans l'état d'abaissement qu'aura amené la conduite des sacrificateurs.

      Jamais de vieillard. C'est comme un refrain (verset 31).

      33

      Eli est suppos√© voir, du sein d'une autre existence, mourir ses descendants dans la force de l'√Ęge. Sa race est menac√©e, non de destruction totale (je ne retrancherai pas), mais d'une condition d'existence mis√©rable.

      35

      Ce verset ne peut s'appliquer ni à Samuel (une maison stable), ni au Messie (devant mon oint, le roi théocratique), il faut y voir la promesse du rétablissement de la sacrificature entière et stable durant l'époque des Rois telle qu'elle a fonctionné dans le Tabernacle restauré et dans le temple depuis David et Salomon.

      36

      La branche infidèle du sacerdoce mendiera quelque petit office dans le service du temple.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.