TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Actes 11

    • 1 Chapitre 11.

      1 à 18 Pierre se justifie devant l'Eglise de Jérusalem.

      Mais ; cette particule fait pressentir l'opposition que vont susciter au sein de l'Eglise de Jérusalem les faits accomplis à Césarée.

      La parole de Dieu signifie ici tout l'Evangile de la gr√Ęce, que des pa√Įens venaient de recevoir.

      3 Ceux de la circoncision, c'√©taient les Juifs convertis √† l'Evangile qui comme tels, √©taient circoncis et qui, de plus, regardaient comme indispensable que les pa√Įens re√ßussent eux aussi la circoncision pour entrer dans l'Eglise.

      Ce qu'ils reprochent à Pierre, ce n'est pas seulement d'avoir baptisé des incirconcis, mais déjà d'être entré en relation avec eux et d'avoir mangé à la même table.

      Le texte occidental (D, Peschito, etc.) porte verset 2 notablement plus d√©velopp√©¬†: Apr√®s un assez long temps donc Pierre voulut aller √† J√©rusalem, et ayant convoqu√© les fr√®re, et les ayant fortifi√©s, il partit¬†; et faisant de nombreux discours, il allait par les campagnes, les enseignant. Mais lorsqu'il fut arriv√© √† J√©rusalem et qu'il leur eut annonc√© la gr√Ęce de Dieu, ceux de la circoncision discutaient contre lui...

      4 Grec : Mais Pierre ayant commencé leur exposait avec suite.

      Voir, sur ce récit de Pierre, Actes 10.9 et suivants, notes.

      C'est une apologie que prononce l'ap√ītre¬†; il doit se Justifier, en pr√©sence de chr√©tiens, d'avoir amen√© au Sauveur Corneille, sa famille et ses amis, pr√©mices du monde pa√Įen que Dieu veut sauver. Tellement le pauvre cŇďur de l'homme est lent √† recevoir la v√©rit√© et √† croire √† la mis√©ricorde divine¬†!

      - Cet ap√ītre qui se justifie devant ses fr√®res avec tant d'humilit√©, c'est le m√™me Pierre dont l'ignorance, ou plut√īt la sp√©culation int√©ress√©e, a fait le premier des papes¬†!

      - Luc rapporte ici pour la seconde fois ce r√©cit, √† cause de l'importance qu'il avait pour les chr√©tiens juda√Įsants de J√©rusalem.

      11 Au lieu de¬†: o√Ļ nous √©tions (Sin., B, A, D), le texte re√ßu (majuscules, Actes 11) porte¬†: o√Ļ j'√©tais.

      C'est que Pierre avait auprès de lui les frères de Joppé qui l'accompagnèrent à Césarée. (Actes 10.23)

      12 En prononçant ces mots, Pierre Présentait à l'assemblée ces six frères (leur nombre n'était pas indiqué en Actes 10.23) qui, non seulement étaient allés avec lui à Césarée, mais qui l'avaient ensuite accompagné jusqu'à Jérusalem et qui lui servaient de témoins.

      Leur témoignage avait d'autant plus d'importance qu'ils étaient eux-mêmes des Juifs convertis. (Actes 10.45,46, note.)

      De Corneille, grec de l'homme.

      15 Les mots : comme je m'étais mis à parler semblent indiquer que Pierre se proposait de prolonger encore son discours, mais qu'il fut interrompu par l'effusion inopinée de l'Esprit. (Actes 10.44, note.)

      - Au commencement, c'est-√†-dire au jour de la Pentec√īte.

      - Dieu n'avait fait aucune différence, pourquoi les hommes en feraientils une ?

      16 Cette parole, que le Seigneur avait adress√©e aux ap√ītres avant de les quitter, (Actes 1.5) Pierre l'applique avec raison √† ses auditeurs de C√©sar√©e, parce qu'il en avait vu de ses yeux l'accomplissement au milieu d'eux.
      17 Conclusion à laquelle nul ne pouvait rien répliquer.

      L'ap√ītre, en effet, se serait oppos√© √† Dieu s'il avait refus√© d'admettre dans l'Eglise des hommes qui avaient re√ßu le Saint-Esprit.

      - On a proposé de traduire : Dieu leur a fait le même don qu'à nous, à eux qui ont cru, c'est à dire : "pour avoir cru." Mais la construction que nous avons suivie est plus conforme à l'ordre des mots en grec. Elle présente d'ailleurs un sens très approprié.

      "Pierre veut dire : le don du Saint-Esprit nous a été accordé, non parce que nous étions de la circoncision, mais parce que nous avons cru" Bengel.

      18 Les auditeurs de Pierre sont convaincus¬†; ils se calm√®rent ou se turent, (Luc 14.4) ils cess√®rent de discuter contre lui¬†; (verset 2) ils se r√©jouirent des faits qu'il leur avait racont√©s, ils en glorifi√®rent Dieu (A, E portent glorifiaient) et ils reconnurent que Dieu avait donn√© m√™me aux pa√Įens (grec) la repentance pour la vie.

      La repentance, qui est d√©j√†, comme le mot l'indique, une transformation morale, appelle la r√©g√©n√©ration qu'op√®re le SaintEsprit¬†; (Matthieu 3.2, 1re note) elle a pour fruit la vie, la vie de l'√Ęme, la vie √©ternelle.

      - Malheureusement les auditeurs de Pierre n'étaient pas tout le parti judéo-chrétien ; ce parti, très nombreux alors dans l'Eglise, persista dans son esprit étroit et sectaire.

      Nous le retrouverons √† Actes 15, et il sera pour l'ap√ītre Paul un des plus grands obstacles dans son minist√®re.

      19 Fondation de la premi√®re Eglise en pays pa√Įen.

      19 à 30 L'Eglise d'Antioche.

      Luc remonte dans son récit à Actes 8.4, nous montrant par un second exemple que la persécution dont la mort d'Etienne fut suivie transforma les chrétiens dispersés en autant de missionnaires qui portèrent au loin l'Evangile.

      Ceux qu'il nous pr√©sente maintenant se dirig√®rent vers le nord. Quittant les fronti√®res de la terre sainte et suivant les c√ītes de la M√©diterran√©e, ils p√©n√©tr√®rent en Ph√©nicie.

      De l√† les uns s'embarqu√®rent pour l'√ģle de Chypre, o√Ļ nous suivrons plus tard l'ap√ītre Paul, les autres s'avanc√®rent jusqu'√† Antioche, en Syrie.

      Cette grande cit√©, ancienne capitale de l'empire des S√©leucides √©tait alors la troisi√®me ville de l'empire. Elle devint, dans l'√Ęge apostolique, l'un des foyers principaux de la vie chr√©tienne. De l'Eglise d'Antioche partirent les premiers missionnaires. (Actes 13) Sa fondation fut donc un √©v√©nement qui eut des cons√©quences importantes.

      - En parcourant ces diverses contr√©es, les fid√®les de J√©rusalem saisissaient toute occasion d'annoncer la parole, mais ils s'adressaient aux Juifs seulement, ignorant encore que la mis√©ricorde divine destinait la m√™me gr√Ęce aux pa√Įens.

      Toute différente fut la conduite de quelques autres croyants, décrite au verset suivant.

      21 Ces quelques uns √©taient les uns originaires de l'√ģle de Chypre, les autres de Cyr√®ne en Afrique et par l√† m√™me plus affranchis des pr√©jug√©s juda√Įques parce qu'ils avaient subi l'influence de la civilisation grecque.

      Ils parl√®rent aussi aux Grecs, c'est-√†-dire aux habitants pa√Įens d'Antioche, leur annon√ßant le Seigneur J√©sus, comme leur Sauveur. Et comme la main du Seigneur √©tait avec eux, c'est-√†-dire que son Saint-Esprit rendait leur parole vivante dans les √Ęmes, un grand nombre de celles-ci crurent et se convertirent au Seigneur.

      Ainsi fut fond√©e une Eglise compos√©e de pa√Įens convertis.

      - Le texte reçu, au lieu de ces mots : aux Grecs, porte : aux Hellénistes, ce qui signifierait à des Juifs parlant la langue grecque. (Voir sur ce terme Actes 6.1, 2e note.)

      Cette le√ßon qui se trouve, il est vrai, dans B et des majuscules, et qui para√ģt appuy√©e par l'erreur de copiste du Sin., o√Ļ l'on lit¬†: √©vang√©listes, fausse (Actes 6.1) le sens de notre r√©cit.

      En effet, la conversion d'Hellénistes n'aurait pas été un fait nouveau ; or Luc oppose précisément l'action de ces quelques Cypriotes et Cyrénéens à la conduite des autres chrétiens dispersés qui ne s'adressaient qu'aux Juifs. (verset 19)

      22 L'Eglise de Jérusalem, ayant appris ce qui se passait à Antioche, y envoya Barnabas, afin d'en prendre connaissance et de diriger ce nouveau mouvement religieux. Elle avait de même envoyé Pierre et Jean en Samarie. (Actes 8.14)

      Ces faits nous montrent que les ap√ītres exer√ßaient l'autorit√© dont J√©sus les avait rev√™tus pour surveiller et gouverner toute son Eglise. Ils en fondaient et en maintenaient ainsi l'unit√©.

      Le Nouveau Testament n'est point favorable au congrégationalisme.

      23 Barnabas (voir sur ce disciple Actes 4.36 note) reconnut bien vite dans la conversion de ces pa√Įens d'Antioche une Ňďuvre de la gr√Ęce de Dieu, et il s'en r√©jouit.

      Et, sans exiger que ces nouveaux fr√®res se fissent Juifs pour √™tre re√ßus dans l'Eglise, il se contenta de les exhorter tous √† demeurer attach√©, au Seigneur d'un cŇďur ferme (grec avec la r√©solution du cŇďur).

      C'est donc bien dans le cŇďur de ces nouveaux croyants que Barnabas reconnut l'Ňďuvre de la gr√Ęce.

      24 Ce beau t√©moignage rendu au caract√®re chr√©tien de Barnabas, montre combien il √©tait propre √† exhorter ainsi ces nouveaux convertis et √† les affermir dans la foi¬†; il montre aussi combien sa coop√©ration dut √™tre un moyen puissant d'amener au Seigneur cette multitude d'√Ęmes sauv√©es.

      - Homme de bien (grec) homme bon, excellent, et Barnabas était tel parce qu'il était rempli d'Esprit saint et de foi. (Comparer Actes 6.5)

      Une foule considérable (grec) fut ajoutée au Seigneur, expression caractéristique : c'est au Chef de l'Eglise que les croyants sont unis, et c'est par leur union avec lui qu'ils deviennent membres de son corps.

      - B omet au Seigneur, comparez Actes 2.41.

      26 Barnabas avait connu Saul à Jérusalem ; (Actes 9.27 et suivants) il savait quel puissant secours celui-ci pouvait apporter à l'Eglise d'Antioche ; c est pourquoi il voulut assurer au troupeau naissant la coopération de ce serviteur de Dieu.

      Le résultat de leur commune activité pendant une année entière fut qu'ils enseignèrent une foule considérable.

      On a propos√© de traduire¬†: ils furent accueillis comme h√ītes¬†; (Matthieu 25.35) mais le verbe grec a souvent le sens de¬†: √™tre r√©uni, s'assembler. (Actes 4.5)

      D'autres considèrent les deux et, dont nous rendons le premier par même, comme corrélatifs : en partie ils se réunirent dans l'Eglise, en partie ils instruisirent la foule au dehors.

      Luc ajoute ici cette remarque importante, sans nous dire par qui fut donné aux fidèles d'Antioche ce beau nom de chrétiens.

      Ce nom ne provient ni des croyants eux-m√™mes, qui se nomment dans le Nouveau Testament disciples, fr√®res, saints, ni des Juifs, qui auraient cru profaner le nom de leur Messie (Christ) en l'appliquant √† cette secte m√©pris√©e¬†; il fut donn√© aux disciples, avec ironie, par les pa√Įens qui les voyaient se r√©clamer du nom de Christ, devenu pour eux un nom propre.

      Cette vue est confirmée par l'historien Tacite, qui lui même fait dériver de Christ le nom de chrétiens. (Ann. XV, 44.)

      Elle est confirm√©e aussi par les deux seuls passages du Nouveau Testament o√Ļ se trouve ce nom¬†; (Actes 26.28¬†; 1Pierre 4.16) ces passages prouvent, l'un et l'autre, que cette appellation n'√©tait pas n√©e dans l'Eglise. (Comparer 1Pierre 4.16, note.)

      Les chr√©tiens furent nomm√©s ainsi pour la premi√®re fois √† Antioche, parce que l√† fut constitu√©e pour la premi√®re fois une Eglise au sein d'une population pa√Įenne.

      27 Ces prophètes étaient-ils envoyés à Antioche par l'Eglise de Jérusalem ? ou venaient-ils par un mouvement de l'Esprit ? ou enfin fuyaient-ils devant la persécution ?

      Toutes ces opinions ont été soutenues, mais aucune ne peut se prouver, parce que le texte garde le silence à cet égard.

      Quant au don de proph√©tie dans le Nouveau Testament voir 1Corinthiens 14.2, 1er note, o√Ļ ce charisme, ce don de la gr√Ęce, est expos√© dans son rapport avec le don de parler en langues. (Voir la note suivants)

      A verset 27 se lit une des plus importantes adjonctions du texte occidental : et il y avait une grande joie ; et comme nous étions assemblés, l'un d'eux, nommé Agabus...Comparer Introduction.

      M. Wendt, bien que n'acceptant pas l'hypothèse de M. Blass, estime que ce texte est très probablement le texte original.

      M. Harnack au contraire la rejette pour de nombreuses raisons ; mais l'introduction du pronom nous dans ce passage isolé reste bien inexplicable, si l'on n'y voit qu'une interpolation postérieure.

      28 Agabus est connu encore par une autre prédiction, non moins importante que celle ci pour l'Eglise. (Actes 21.11)

      La fonction principale des prophètes, aussi bien dans l'Ancien que dans le Nouveau Testament, n'était pas de prédire l'avenir mais bien d'annoncer la volonté de Dieu d'exhorter, de faire entendre des révélations qu'ils recevaient par l'Esprit de Dieu.

      Cependant ces voyants avaient souvent, par le même Esprit, une intuition directe qui s'étendait aussi sur les événements de l'avenir.

      Ainsi Agabus put prédire cette grande famine dont la Palestine entière eut beaucoup à souffrir.

      Il faut limiter à ce pays et à quelques autres parties de l'empire cette expression : toute la terre. (Comparer Luc 2.1)

      Nous apprenons, en effet, par Josèphe (Ant. XX, 2 6) et par Eusèbe (Hist. ecclés. II, 12), qu'une telle famine eut lieu la quatrième année du règne de Claude, répondant à l'an 44 de l'ère chrétienne.

      29 Les chr√©tiens d'Antioche eurent sans doute aussi √† souffrir de la famine, mais moins, parait-il, que les fr√®res qui demeuraient en Jud√©e, o√Ļ peut √™tre la mise en commun des biens plus g√©n√©reuse que sage, avait laiss√© apr√®s elle la mis√®re, (Actes 4.34,35) et o√Ļ, en outre, tous avaient √©t√© √©prouv√©s et appauvris par la pers√©cution. Et pr√©cis√©ment alors cette pers√©cution s√©vissait de nouveau √† J√©rusalem. (Actes 12.1)

      Les membres de l'Eglise d'Antioche saisirent donc avec empressement cette occasion de venir au secours de leurs frères de Judée. Ainsi ils leur montraient par leur charité la réalité de leur foi et leur reconnaissance pour avoir reçu d'eux le trésor de l'Evangile.

      Plus tard, l'ap√ītre Paul fit dans les Eglises de la Gr√®ce, des collectes en faveur de ces m√™mes chr√©tiens de la Jud√©e. (1Corinthiens 16.1)

      30 Le titre d'anciens para√ģt ici pour la premi√®re fois dans le livre des Actes, o√Ļ il se retrouve souvent dans la suite. Cette charge existait donc d√®s lors dans l'Eglise de J√©rusalem nous ignorons le moment o√Ļ elle fut institu√©e.

      Chaque troupeau était dirigé par un collège d'anciens, chargés aussi d'enseigner et d'édifier, selon qu'ils en avaient le don.

      Ces anciens (en grec presbyteroi, d'o√Ļ pr√™tres) port√®rent plus tard le titre de surveillants (en grec √©piscopoi, d'o√Ļ √©v√™ques. Voir Actes 20.17,28¬†; 1.5,6¬†; 1Pierre 5.1 et suivants).

      L'Eglise d'Antioche attachait la plus grande importance √† ce t√©moignage de sa charit√© envers les chr√©tiens de la Jud√©e, puisqu'elle voulut qu'il leur f√Ľt transmis par ses deux principaux conducteurs, Barnabas et Saul.

      - Mais ce second voyage de l'ap√ītre Paul √† J√©rusalem (comparez Actes 9.26) pr√©sente une s√©rieuse difficult√©¬†: Paul le passe sous silence dans les deux premiers chapitres de l'√©p√ģtre aux Galates, o√Ļ il para√ģt vouloir √©num√©rer tous ses rapports avec les ap√ītres de J√©rusalem, afin de bien √©tablir que son apostolat √©tait ind√©pendant deux¬†; il √©crit¬†: (Galates 2.1) "Quatorze ans apr√®s (apr√®s sa conversion ou, apr√®s le premier voyage), je montai de nouveau √† J√©rusalem." Or ce voyage qu'il introduit en ces termes n'est point celui que Luc raconte ici, la chronologie s'y oppose absolument.

      En effet, nous venons de voir que Paul se rend à Jérusalem à l'occasion de la famine qui eut lieu l'an 44, ce qui placerait son premier voyage ou du moins sa conversion en l'an 30.

      Le voyage de Galates 2.1 co√Įncide avec le concile de J√©rusalem, vers l'an 60. Mais, d'autre part, Paul pouvait il omettre une visite qu'il aurait faite dans l'intervalle √† J√©rusalem¬†?

      Beaucoup d'interprètes et d'historiens estiment que non, et en concluent que le voyage mentionné dans notre passage ne peut avoir eu lieu, que Luc a donc été induit en erreur.

      D'autres exégètes ont supposé que, la collecte étant destinée aux frères qui habitaient la Judée en général, Paul pouvait ne pas être allé jusqu'à Jérusalem, mais s'être arrêté en route, à Césarée, par exemple.

      Cette opinion serait assez plausible, si elle n'était renversée car la déclaration très claire de Actes 12.25.

      Il faut chercher ailleurs la solution du probl√®me. Ou plut√īt le probl√®me ne se pose que si l'on part d'une interpr√©tation contestable du texte Galates 2.1. Paul, dit-on, cherche √† prouver dans Galates 1 et Galates 2, l'ind√©pendance de son apostolat √† l'√©gard des douze, et √©num√®re √† cet effet toutes les circonstances o√Ļ il aurait pu se trouver en relation avec eux.

      Mais cette intention n'est manifeste que dans le chapitre premier des Galates, o√Ļ Paul affirme qu'il resta trois ans apr√®s sa conversion sans voir les ap√ītres. (Galates 1.18)

      Le chapitre Galates 2 aborde un sujet diff√©rent et les mots par lesquels il d√©bute¬†: Quatorze ans apr√®s je montai de nouveau √† J√©rusalem, n'impliquent pas n√©cessairement qu'il n'y f√Ľt pas revenu dans l'intervalle, car de nouveau ne signifie pas pour la seconde fois, mais simplement une autre fois, qui peut aussi bien √™tre la troisi√®me.

      Paul pouvait omettre de mentionner son second voyage √† J√©rusalem, parce qu'il fut occasionn√© par une simple commission, dont il devait s'acquitter aupr√®s des anciens, et qu'il ne vit point alors les ap√ītres, car Pierre √©tait √† ce moment en prison, et Jacques venait d'√™tre mis √† mort. (Actes 12.1 et suivants) Les autres avaient probablement quitt√© J√©rusalem. (Actes 12.17, 2e note.)

      On trouvera les principaux arguments contre la r√©alit√© de ce voyage dans A. Sabatier, L'ap√ītre Paul, p. XX, XXI, et ceux qui lui sont favorables dans F. Godet, Introduction au Nouveau Testament, I, p. 1 16.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.