TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Esa√Įe 13

    • 1

      13.1-14.23 Babylone

      La position que Babylone occupe parmi les peuples pa√Įens explique la place de cette proph√©tie, qui r√©pond, comme ouverture, au morceau final chapitres 24 √† 27. Deux parties :

      1. la destruction de Babylone par les Mèdes, instruments du jugement divin, 13.2-22
      2. le chant de triomphe qu'Isra√ęl affranchi entonne sur la chute de son oppresseur, 14.1-23

      13.2-22 Prophétie de la ruine de Babylone

      Sentence. Le mot hébreu massa se prend en général dans un sens défavorable : sentence de condamnation.

      Babylone, en h√©breu Babel. Cette ville, situ√©e sur les deux rives de l'Enphrate, dans la plaine de Sin√©ar ou M√©sopotamie, fut, d√®s les temps les plus recul√©s, le principal si√®ge de la civilisation chald√©enne. Au temps d'Esa√Įe, elle faisait partie de l'empire assyrien, dont elle s'effor√ßait de secouer le joug (voir introduction¬†; 39.1, note). Sa situation centrale, entre le sud-ouest et le nord de l'Asie, lui donnait une grande importance commerciale. Voir, sur les origines de cette ville et sur le sens du nom de Babel, Gen√®se 11.9, note¬†; et sur sa splendeur, dans les temps qui pr√©c√©d√®rent sa ruine, Daniel 4.30, note.

      R√©v√©l√©e √† Esa√Įe. Beaucoup de critiques ne croient pas pouvoir attribuer √† Esa√Įe la composition du morceau 13.1-14.23. Les raisons pour lesquelles on la lui refuse √©tant en g√©n√©ral les m√™mes que celles qu'on all√®gue contre l'authenticit√© des chapitres 40 √† 46, nous les examinerons dans l'introduction √† cette derni√®re partie du livre.

      Nous nous bornerons à remarquer ici :
      1) que les indices tirés de la langue et de la forme littéraire de notre morceau ne peuvent rien décider ni pour ni contre l'authenticité ;
      2) qu'il est constat√© par les inscriptions assyriennes que Babylone eut d√©j√† au temps d'Esa√Įe une importance politique consid√©rable, et qu'il serait par cons√©quent tr√®s naturel qu'elle e√Ľt aussi sa place parmi les peuples pa√Įens au sujet desquels il a proph√©tis√©. Voyez au reste 39.6.

      2

      2 à 8 L'Eternel rassemble ses troupes pour les conduire contre Babylone (verset 25) ; à leur approche l'effroi saisit les habitants de la grande cité (versets 6 à 8).

      Elevez un √©tendard. L'image est famili√®re √† Esa√Įe (5.26¬†; 11.10¬†; 18.3). C'est l'Eternel qui parle¬†; il commande aux Isra√©lites captifs en Babylone de donner le signal aux M√®des (verset 17), les ex√©cuteurs de sa vengeance. Comparez J√©r√©mie 50.9¬†; 51.11.

      Les portes des princes : les portes de Babylone. La ville avait, d'après Hérodote, cent portes d'airain. Comparez 45.1-2.

      3

      Ceux qui me sont consacr√©s. C'est une guerre sainte que les M√®des vont entreprendre : J√©hova les a pris √† sa solde contre Babylone (comparez J√©r√©mie 50.9¬†; 51.11), comme auparavant il s'√©tait servi d'Assur pour ch√Ętier Isra√ęl (Esa√Įe 10.5).

      Les M√®des √©tant ici les instruments de Dieu, le proph√®te leur pr√™te les sentiments qui conviennent √† une telle Ňďuvre : ils triomphent d'avance¬†; ils savent que la victoire leur est assur√©e parce que c'est Dieu qui les conduit.

      4

      A partir de ce verset, c'est le prophète qui parle de nouveau.

      Les montagnes o√Ļ Dieu passe en revue son arm√©e sont celles qui bornent au nord la Chald√©e et d'o√Ļ vont se pr√©cipiter les masses de peuples qui d√©truiront Babylone (J√©r√©mie 51.27).

      5

      L'extr√©mit√© des cieux : l'horizon o√Ļ le ciel para√ģt toucher la terre¬†; ici l'extr√™me nord. Comparez 5.26.

      Toute la terre. L'empire babylonien embrasse tout le monde connu ; le jugement qui le frappe atteint toute la terre.

      6

      Le jour de l'Eternel : voyez 2.12, note. Le jugement de Babylone est le premier et grand acte du jugement du monde. Le texte de Jo√ęl 1.15 est √©videmment sous les yeux de l'auteur. Comparez avec ce qui suit le tableau trac√© par ce proph√®te de la journ√©e de l'Eternel (Jo√ęl 2.1-11,30-31¬†; 3.14-16).

      8

      Enflammés : par suite de l'extrême agitation qui s'empare des habitants.

      9

      9 √† 16 Le jour du ch√Ętiment est arriv√© : les cieux et la terre sont √©branl√©s, les p√©cheurs an√©antis, les fiers habitants de Babylone livr√©s sans piti√© √† la mort et aux derniers outrages.

      10

      Les étoiles d'Orion. Le pluriel hébreu kesilim peut désigner le groupe d'étoiles qui composent la constellation d'Orion ; c'est le sens exprimé par notre traduction. On peut aussi le traduire par les Orions du ciel, c'est-à-dire Orion et les autres constellations, parmi lesquelles il est souvent mentionné comme l'une des plus brillantes (Job 9.9 ; 38.31 ; Amos 5.8). Le jugement de Dieu est souvent représenté sous l'image d'un bouleversement des cieux et de la terre. Psaumes 18.8-16 ; Habakuk 3.3-11 ; Aggée 2.6.

      11

      Comparez 2.10 et suivants.

      12

      Ophir : contr√©e de l'Orient, d'o√Ļ l'on tirait l'or le plus estim√© (Job 28.16¬†; Psaumes 45.10). Sur la situation de cette contr√©e, voir 1Rois 9.28, note.

      14

      Chacun se tournera vers son peuple. Il s'agit des √©trangers s√©journant √† Babylone pour leur commerce ou leurs plaisirs, peut-√™tre aussi de ceux qui sont captifs. Tous fuient en h√Ęte vers leurs pays, de peur de partager sa ruine. Comparez J√©r√©mie 46.16¬†; 50.8,16,28¬†; 51.6,9,45. Comparez dans Os√©e 13.16¬†; Nahum 3.10¬†; Zacharie 14.2 les m√™mes traits appliqu√©s au jugement de Samarie, de Ninive et de J√©rusalem. Le psalmiste (Psaumes 137.9) fait peut-√™tre allusion √† notre passage en exprimant sous forme de vŇďu ce qui est ici √©nonc√© simplement comme un fait. Voir la note sur ce passage.

      17

      Les M√®des, seuls nomm√©s ici, repr√©sentent toutes les populations de l'Iran et de l'Arm√©nie, dont ils √©taient, au temps d'Esa√Įe, la tribu dominante. Ils subissaient √† cette √©poque la suzerainet√© de l'Assyrie. Un si√®cle plus tard, leur chef, Cyaxare premier s'allia aux Babyloniens pour attaquer Ninive, qui fut prise en 606¬†; Cyaxare II (Darius le M√®de de Daniel) et son neveu et alli√©, le Perse Cyrus, prirent Babylone en 538. Avec Cyrus la pr√©pond√©rance passa des M√®des aux Perses. Ces derniers sont nomm√©s pour la premi√®re fois dans le livre d'Ez√©chiel. Le fait que les M√®des sont seuls mentionn√©s ici est peu favorable √† la composition de notre morceau √† l'√©poque de la captivit√© de Babylone.

      N'estiment pas l'argent... Ce peuple est trop barbare pour faire même une guerre de pillage ; il n'a que faire de l'argent, il lui faut du sang pour venger sur Babylone l'oppression qu'elle a fait peser sur tous les pays qui l'environnent.

      18

      Leurs arcs écraseront... : ils tuent les enfants à bout portant, ou les assomment de leurs arcs ; la bataille est finie, le massacre a commencé. Les Mèdes et leurs voisins, Perses, Parthes, etc., étaient des archers renommés dans l'antiquité (Hérodote VII, 61 et suivants ; Xénophon, Cyropédie I, 6 et suivants). Leur cruauté, était bien connue. Comparez Jérémie 49.35 ; 50.42.

      Fruit des entrailles : allusion à la coutume d'éventrer les femmes enceintes (2Rois 8.12).

      19

      L'ornement des royaumes. La magnifique cité était la gloire de l'empire chaldéen, composé d'un grand nombre de royaumes conquis. On peut aussi prendre cette expression dans le sens d'un superlatif et entendre : Babel, le plus brillant, le plus puissant, la perle des royaumes.

      Chaldéens (en hébreu Kasdim, en assyrien Kaldim). Ce nom sert dans la Bible à désigner aussi bien l'antique Etat fondé, plus de deux mille ans déjà avant J-C, dans la partie méridionale de la Babylonie, que l'empire néo-chaldéen de Nébucadnetsar (voyez Genèse 11.28). Le pays de Kaldi, dans les inscriptions, est proprement la Basse-Mésopotamie, qui s'étend jusqu'au golfe Persique.

      Semblable à Sodome... c'est-à-dire complètement anéantie (1.9 ; Jérémie 50.40).

      20

      Comparez Jérémie 50.39.

      Arabe : l'habitant nomade des steppes situées au sud de la Mésopotamie.

      21

      Comparez avec les versets 21 et 22 : 34.13-14 ; Jérémie 50.39.

      Satyres. Le mot hébreu signifie velu, hérissé ; il se dit des boucs ; il désigne probablement ici les démons qui étaient censés habiter les ruines. Les habitants actuels de la contrée croient encore à l'existence de mauvais esprits dans les ruines de Babylone, et un voyageur moderne y rencontra des adorateurs du démon qui y célébraient de nuit un culte étrange. Comparez les saltantes satyri de Virgile. D'après la Bible elle-même, le désert est l'habitation des esprits impurs (Matthieu 12.3).

      22

      Les chacals : animal très commun en Orient, qui appartient au genre chien ; son nom hébreu ij, pluriel ijim, vient peut-être de son cri lugubre. Les chiens sauvages désignent sans doute une des nombreuses variétés du chacal. Tous les animaux mentionnés versets 21 et 22 existent actuellement dans les ruines de Babylone.

      Son temps est près... Les prophètes annoncent le jour de l'Eternel comme prochain et définitif. Le jugement se concentre pour eux dans un tableau unique ; mais, dans la réalité, les différentes phases ne se déroulent que successivement et selon les vicissitudes de la liberté humaine.

      L'histoire présente l'accomplissement presque littéral des différents traits de la description du chapitre 13. Babylone fut prise par Cyrus après un long siège (538) ; elle se révolta ; Darius, fils d'Hystaspe, l'assiégea pendant 19 mois et la prit en 518 ; il abattit une partie des murailles, combla les fossés et dépeupla la ville. Xerxès pilla le temple de Bélus. Alexandre-le-Grand entreprit de relever Babylone et en fit sa résidence. Elle ne refleurit que pour un moment. Séleucus Nicator la prit en 312 et consomma sa ruine en fondant non loin de là la nouvelle capitale de Séleucie sur le Tigre. Strabon dit à l'époque de J-C que de son temps la grande ville était un grand désert. Une colonie juive existait à Babylone au commencement de l'ère chrétienne (1Pierre 5.13). Dès lors, cette ville est retombée dans l'oubli. Ses ruines ont maintes fois fourni des matériaux pour la construction des villes de la contrée environnante (de Bagdad, par exemple, située à 60 kilomètres plus au nord). Aujourd'hui, l'emplacement de Babylone est une vaste solitude ; à peine y trouve-t-on quelque végétation. Au milieu de la plaine s'élèvent çà et là des collines de décombres. De leur sommet on ne voit que le désert traversé par le large ruban de l'Euphrate. Quelques villages existent près de ces ruines colossales : le principal est la bourgade de Hillah, sur la rive gauche de l'Euphrate, dont la situation marque à peu près le centre de l'ancienne Babylone.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.