Exode 21

    • 2

      2 à 11 Premier groupe

      Ce premier titre est consacré au droit des serviteurs. Le grand Décalogue n'indiquait que les devoirs envers les supérieurs et les égaux ; peut-être est-ce là la raison pour laquelle le code destiné à le compléter commence par le droit des inférieurs. Ce groupe se compose de deux moitiés égales, comme le Décalogue proprement dit. La première (versets 2 à 6) concerne les esclaves en général ; la seconde (versets 7 à 11) traite d'un cas particulier relatif aux esclaves femmes.

      Les Israélites avaient de vrais esclaves, de race étrangère (Lévitique 25.44-46), mais aussi des serviteurs israélites dont l'asservissement n'était que temporaire. Un Israélite pouvait devenir esclave, soit par condamnation judiciaire, parce qu'ayant volé il n'avait pas de quoi restituer (Exode 22.3), soit spontanément, contraint à cela par la pauvreté (Lévitique 25.39). En réalité, ce servage n'était qu'un engagement pour six ans, comme on le voit dans ce verset. Voir les développements philanthropiques que donne sur ce point le Deutéronome chapitre 15.

      D'apr√®s L√©vitique 25.39 et suivants, le servage des Isra√©lites devait se terminer √† l'ann√©e du Jubil√© et pouvait, par cons√©quent, durer quarante-huit ou quarante-neuf ans. Cette prescription ne para√ģt pas d'accord avec celle contenue dans notre verset. Mais elle s'appliquait sans doute aux esclaves qui avaient refus√© de recouvrer leur libert√© apr√®s la sixi√®me ann√©e (versets 5 et 6).

      4

      Pour comprendre cette prescription, qui pourrait para√ģtre dure, il faut consid√©rer :

      1. que, si cette femme était elle-même israélite, son servage avait en tout cas un terme assez prochain ; comparez verset 2, qui s'appliquait aux femmes aussi bien qu'aux hommes (Deutéronome 15.12)
      2. que, si elle était une esclave étrangère, il ne tenait qu'au serviteur de suivre la condition de sa femme en demeurant dans la maison comme serviteur perpétuel. Voir versets 5 et 6.

      6

      Devant Dieu. Nous traduisons littéralement ; mais le sens de cette formule est : devant l'autorité, parce que celle-ci était envisagée comme instituée de Dieu et comme le représentant. Comparez Deutéronome 1.17 : Le Jugement est de Dieu.
      Psaumes 82.1 : Dieu assiste dans l'assemblée des juges.
      Peut-être cette expression se rattachait-elle aussi à l'usage primitif de rendre la justice auprès du lieu de culte (18.15-16). Ce fut sans doute le cas durant le séjour au désert. Plus tard, nous savons qu'il y eut un tribunal dans chaque ville (Deutéronome 16.18), et c'est sans doute devant ce tribunal que l'esclave devait confirmer sa déclaration.

      S'agit-il de la porte du tribunal ou de celle de la demeure du ma√ģtre¬†? Le symbole s'explique mieux dans le second cas, et Deut√©ronome 15.16-17, o√Ļ il n'est pas m√™me question de la comparution devant le tribunal, ne permet pas une autre interpr√©tation.

      Percera l'oreille : en la fixant √† la porte, c'est d√©clarer indissoluble l'union de l'esclave avec la famille du ma√ģtre. Un usage pareil est mentionn√© chez les Arabes, les Libyens, les Carthaginois, etc.

      A perp√©tuit√©. D'apr√®s la loi du L√©vitique (25.40), l'esclavage d'un Isra√©lite devait cesser au Jubil√©. Mais cette institution de l'ann√©e du Jubil√© n'a √©t√© introduite que post√©rieurement au Livre de l'alliance. D√®s le moment o√Ļ elle l'a √©t√©, le √† perp√©tuit√© n'a plus sp√©cifi√© que la non application de la lib√©ration septennale (verset 2).

      7

      7 √† 14 C'est ici la seconde partie du premier groupe¬†; elle concerne sp√©cialement les jeunes servantes. Leur condition diff√®re de celle des esclaves en g√©n√©ral, qui, d'apr√®s le verset 2, recouvrent leur libert√© apr√®s la sixi√®me ann√©e. Ou bien le ma√ģtre auquel la jeune fille a √©t√© vendue par son p√®re pour devenir la servante, c'est-√†-dire, comme on le voit par ce qui suit, la femme ou la concubine de l'acheteur ou de son fils, n'est pas satisfait d'elle apr√®s l'achat. Dans ce cas, elle ne doit pas sortir comme sortent les serviteurs, c'est-√†-dire √™tre lib√©r√©e simplement la septi√®me ann√©e (verset 7). De deux choses l'une : Ou bien l'acheteur ne l'a pas prise pour femme, et dans ce cas, il peut la revendre, mais seulement √† des Isra√©lites (verset 8). On peut traduire aussi les premiers mots de ce verset 8 dans ce sens : Si elle a d√©plu √† son ma√ģtre qui se l'√©tait destin√©e. Ou bien il l'a donn√©e √† son fils, et dans ce cas il doit la traiter comme on traite ses filles, c'est-√†-dire la garder toujours et ne pas la renvoyer (verset 9). Si m√™me le p√®re prend plus tard pour son fils une autre femme (verset 10), il doit toujours fournir √† la premi√®re l'entretien, r√©sum√© en ces trois points : vivre, v√™tement et couvert.

      Vivre ; en hébreu : viande ; pas simplement le pain ; l'auteur a en vue des gens aisés.

      Le couvert : l'habitation. S'il lui refuse ces trois choses, le vivre, le vêtement et le couvert, il devra l'affranchir sans rançon ; il perd ainsi la somme d'achat.

      12

      12 à 27 Deuxième groupe

      Ce groupe contient des lois relatives √† des homicides ou √† des l√©sions corporelles, commises directement. Les cinq premiers articles s'appliquent au meurtre d'un Isra√©lite ou √† des crimes que le l√©gislateur a l'intention d'y assimiler pleinement et qu'il punit de la m√™me peine¬†; les cinq premiers, √† des cas de blessures n'ayant pas entra√ģn√© la mort ou l'ayant entra√ģn√©e sans qu'elle f√Ľt dans l'intention du coupable.

      Le verset 12 contient la r√®gle g√©n√©rale, conforme au principe pos√© Gen√®se 9.6. Le verset 13 statue l'exception. Il s'agit ici non seulement de l'absence de guet-apens ou m√™me de pr√©m√©ditation, mais de l'absence d'intention, comme le prouvent du reste les d√©veloppements donn√©s Deut√©ronome 19.5 : par exemple, si quelqu'un, lan√ßant une fl√®che, vient √† atteindre une personne qui se trouvait l√† sans qu'il p√Ľt s'en douter.

      Sur les asiles, voyez Nombres 35.1-34

      14

      Ce verset reprend la r√®gle √©tablie au verset 12 en l'appliquant m√™me au cas o√Ļ le meurtrier voudrait faire usage du moyen de salut institu√© au verset 13.

      Avec ruse. non en combat franc et loyal.

      Ceci est développé dans Nombres 35.16-21. Voir aussi Deutéronome 19.11-12

      Mon autel. Les lieux saints étaient des asiles dans toute l'antiquité. Les criminels fuyaient à l'autel et en saisissaient les cornes pour être à l'abri de la punition. Car c'était sur les cornes de l'autel que se versait le sang destiné à opérer l'expiation (Lévitique 4.7) ; comparez l'histoire d'Adonija et de Joab, 1Rois 1.50 ; 2.29. Chez les Grecs aussi, l'autel servait d'asile.

      15

      Il n'est pas dit ici : de sorte qu'il en meure, comme verset 12. Le simple acte de frapper, quelle qu'en soit la cons√©quence, est digne de mort, quand il a pour objet les parents. On doit remarquer la position √©lev√©e que la l√©gislation h√©bra√Įque donne √† la m√®re : d'apr√®s la loi romaine, n'√©tait puni que celui qui frappait son p√®re.

      16

      Il s'agit du rapt d'un Israélite ; Deutéronome 24.7 le dit expressément.

      17

      Ce verset para√ģtrait mieux plac√© avant le pr√©c√©dent. L'ordre des articles peut avoir √©t√© interverti. Une simple injure adress√©e aux parents est mise sur la m√™me ligne que le rapt pratiqu√© envers la personne du prochain. A Ath√®nes, ce crime n'√©tait puni que par la prison.

      18

      18 et 19 : Quelle équité dans toutes ces mesures ! En cas de mort. s'applique la règle du verset 12.

      20

      Du b√Ęton : Ce mot prouve qu'il ne s'agit point ici d'une querelle, mais d'un ch√Ętiment proprement dit inflig√© par le ma√ģtre, comme tel. Ce n'est que dans l'exercice de son droit de punir qu'il est au b√©n√©fice du verset 21.

      Son serviteur... Les Juifs rapportent ceci (comme aussi les versets 26 et 32) aux serviteurs non isra√©lites¬†; il est plus probable, en effet, que l√† o√Ļ la loi ne sp√©cifie pas, elle veut parler des esclaves √©trangers.

      Il doit être vengé. Comment ? La loi ne le dit pas. Les interprètes juifs disent que la peine ne peut être que la mort. Mais la plupart des interprètes chrétiens pensent que par la substitution du terme vague de venger à l'expression de mettre à mort (versets 12,15,16,17), le législateur a voulu laisser ici la fixation de la peine à l'appréciation des juges.

      Un jour ou deux jours : vingt-quatre heures et quelque chose de plus. Ce temps √©coul√©, sans que la mort f√Ľt survenue, le ma√ģtre √©tait hors de cause. Si l'esclave frapp√© survit de plus de vingt-quatre heures au ch√Ętiment inflig√© par son ma√ģtre, cela prouve que le ma√ģtre n'avait point l'intention de le tuer, et que cet acte rentre dans la cat√©gorie des ch√Ętiments : la mort de son esclave est pour lui une punition suffisante.

      Sa propriété, littéralement : son argent.

      22
      23

      S'il y a du mal : pour la femme ou pour l'enfant (verset 22).

      Tu donneras. Ceci s'adresse au peuple qui doit exécuter cet ordre par l'intermédiaire du juge : Tu feras qu'on donne.
      Le l√©gislateur veut qu'on applique aussi dans ce cas particulier le principe g√©n√©ral formul√© L√©vitique 24.19 et Deut√©ronome 19.21, o√Ļ est institu√©e d'une mani√®re g√©n√©rale la peine du talion.

      Vie pour vie. Le l√©gislateur a voulu faire conna√ģtre le droit strict¬†; mais comme il s'agit moins d'une expiation offerte √† la justice divine que d'une compensation accord√©e √† la partie l√©s√©e (comparez le tu donneras), il faut croire qu'il y avait des accommodements possibles, comme dans l'autre cas mentionn√© versets 29 et 30. Comment la partie l√©s√©e n'e√Ľt-elle pas, sauf dans des cas exceptionnels, pr√©f√©r√© des dommages et int√©r√™ts √† un genre de r√©paration qui ne lui aurait servi √† rien¬†?

      26

      A son serviteur : évidemment non israélite ; voir verset 20, note ; car s'il était israélite, la liberté, c'est-à-dire la dispense de quelques années de service ne serait pas un dédommagement suffisant.

      Le droit du talion n'existe pas pour l'esclave. La liberté est pour lui une compensation suffisante.

      28

      21.28 à 22.17 Troisième groupe

      Les articles de ce groupe se rapportent aux dommages causés à la propriété d'autrui, soit involontairement, soit volontairement.

      Le bŇďuf devra √™tre lapid√© : non seulement par mesure de s√Ľret√©, mais aussi, comme le prouve la d√©fense d'en manger la chair, en hommage √† l'inviolabilit√© de la vie humaine et conform√©ment √† la parole Gen√®se 9.5 : Je demanderai compte de votre sang √† tout animal.
      Dracon, chez les Grecs, avait ordonné que les choses inanimées elles-mêmes par lesquelles quelqu'un aurait été tué, fussent jetées hors du pays. C'était dépasser la mesure.

      29

      Sera mis à mort. La loi pose le principe, comme au verset 23 ; mais, l'homicide ayant eu lieu par imprudence, et la responsabilité du sang reposant proprement sur l'animal, il est permis au meurtrier, moyennant l'assentiment de la partie lésée, de se racheter en payant des dommages-intérêts, tels que les exigera la partie plaignante. Aussi n'est-il pas dit, comme aux versets 12,15,16,17, qu'il doit être mis à mort, mais seulement qu'il sera mis à mort, c'est-à-dire si les parents le réclament et qu'il n'y ait pas eu d'arrangement conclu.

      30

      Tout ce qu'on lui réclamera. Selon les interprètes juifs, cette rançon devait être fixée par les juges, mais, selon l'esprit de la loi, elle doit l'être par le plaignant.

      31

      Un fils ou une fille. La loi ne fait pas de distinction entre majeurs et mineurs, mais seulement entre personnes libres et esclaves (verset 32).

      32

      Serviteur ou servante : non israélite.

      Trente sicles : environ un demi-kilogramme d'argent. C'√©tait donc l√† le prix moyen d'un esclave √©tranger. (Chez les Grecs, il √©tait de cent cinquante drachmes, soit une fois et demi plus √©lev√©). Pour le rachat d'un homme isra√©lite (√† l'occasion d'un vŇďu, par exemple), le prix √©tait de cinquante sicles (L√©vitique 27.3).

      33

      Ouvrira une citerne : en levant la pierre qui en ferme l'ouverture (Genèse 29.2).

      34

      Lui appartiendra : au ma√ģtre de la citerne, qui a pay√© le prix de la b√™te¬†; comparez verset 36.

      35

      Dans le premier cas, il y a accident, et le dommage est supporté par moitié par chacun des propriétaires.

      36

      Dans le second cas, il y a eu imprudence de l'une des parties, et le dommage est tout entier à la charge de celle-ci.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.