TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Genèse 21

    • 1

      1 √† 21 Naissance d'Isaac. Eloignement d'Isma√ęl

      Apr√®s vingt-cinq ans d'attente, la foi d'Abraham est r√©compens√©e, et le fils, si longtemps d√©sir√© et si souvent promis, na√ģt enfin. Mais aussit√īt la promesse accomplie, une nouvelle √©preuve est impos√©e au patriarche : il doit abandonner son fils ain√© et manifester par l√† sa foi aux promesses qui concernent le cadet.

      1 à 7 Naissance d'Isaac

      Comme il l'avait dit : 18.10

      Ce qu'il avait promis : à plusieurs reprises à partir de 12.2

      2

      Que Dieu lui avait dit : 17.21 ; 18.10

      3

      Isaac Voir 17.17, note.

      4

      Comme Dieu le lui avait ordonné : 17.9-14. C'est donc ici l'accomplissement de toutes les promesses antérieures.

      6

      Ce rire n'est plus celui de l'incrédulité (18.12) ; c'est l'expression d'une joyeuse surprise (17.17).

      7

      Le sentiment prolongé de l'humiliation a fait place chez Sara à une sorte de fierté. Le style poétique de ce verset a fait supposer que nous avons ici un fragment d'un hymne analogue aux cantiques d'Anne (1Samuel 2.1-10) et de Marie (Luc 1.47-55).

      8

      8-21 Eloignement d'Isma√ęl

      On sevrait les enfants √† l'√Ęge de deux √† trois ans, et l'on c√©l√©brait √† cette occasion une f√™te de famille. Isma√ęl, qui √©tait √Ęg√© de treize ans une ann√©e avant la naissance d'Isaac 17.25, devait donc avoir en ce moment seize √† dix-sept ans.

      9

      Qui riait. Le m√™me mot signifie plaisanter (19.14)¬†; se divertir (Exode 32.6)¬†; jouer (Zacharie 8.5). Les LXX et la Vulgate le traduisent ici aussi par jouer. D'apr√®s ce sens, Isma√ęl aurait jou√© famili√®rement avec le petit Isaac, et ce serait cette familiarit√© qui aurait offens√© Sara, comme compromettant la dignit√© du seul h√©ritier l√©gitime d'Abraham.

      D'autres donnent √† ce rire un sens plus grave¬†; ils y voient une moquerie. Fier de sa sup√©riorit√© en √Ęge et en force, Isma√ęl aurait tourn√© en ridicule ce petit enfant et, les promesses qui lui √©taient faites. C'est dans ce sens que saint Paul a compris cette expression (Galates 4.29). Quoi qu'il en soit, Sara exprime √† cette occasion sa ferme volont√© que la situation de son fils comme h√©ritier, soit mise hors de toute atteinte (verset 10).

      12

      Il entrait dans les plans de Dieu qu'Isma√ęl f√Ľt s√©par√© de la famille √©lue. Aussi Abraham doit-il consentir aux exigences de Sara, lors m√™me qu'elles sont excessives et inspir√©es par la passion.

      13

      Dieu console Abraham en lui promettant pour Isma√ęl une part dans la b√©n√©diction assur√©e √† ses descendants.

      14

      D√®s le matin. Il para√ģt que c'√©tait de nuit que Dieu avait parl√© √† Abraham. L'ob√©issance est imm√©diate.

      Le mot l'enfant dépend du verbe prit, et non de mit, comme plusieurs le prétendent.

      Dans le désert de Béerséba, qui s'étend au sud de la localité ainsi désignée. Sur la position de Béerséba, voir au verset 31. L'auteur emploie ici ce nom par anticipation. Voir le même procédé 12.6, 8 ; 13.18, etc.

      15

      Elle jeta. Il ne r√©sulte point de ce mot qu'elle le port√Ęt, comme on l'a pens√© pour en conclure que l'auteur de ce fragment regardait Isma√ęl comme √©tant encore un tout jeune enfant. Le mot jeter signifie qu'Hagar, apr√®s avoir soutenu Isma√ęl mourant de soif, l'abandonne et le laisse s'affaisser sous un arbrisseau du d√©sert.

      16

      Hagar ne peut se résoudre ni à le voir rendre le dernier soupir, ni à le perdre entièrement de vue.

      17

      Dieu entendit. Nouvelle allusion au nom d'Isma√ęl (Dieu entend). Comparez 17.20

      L'ange de Dieu : appelé l'ange de l'Eternel dans les morceaux jéhovistes. Voir l'appendice à la fin du chapitre.

      L√† o√Ļ il est (Isma√ęl et non pas Dieu) : dans cette position d√©sesp√©r√©e, au milieu du d√©sert, o√Ļ il ne semblait pas que Dieu p√Ľt √™tre pr√©sent. Elle semble penser que Dieu n'habite que dans la proximit√© d'Abraham, o√Ļ il est ador√©. Comparez 28.16.

      18

      Je ferai de lui une grande nation. Comparez la promesse 16.10-12. C'est tout ce que demandait Hagar pour son fils ; car elle n'avait aucun sens pour la promesse spéciale qui faisait de l'héritier d'Abraham l'instrument du salut du monde.

      19

      Ouvrit les yeux. Le calme une fois r√©tabli dans son cŇďur, elle aper√ßut ce que le d√©sespoir l'avait emp√™ch√©e de voir.

      20

      La promesse 16.12 commence à s'accomplir.

      21

      D√©sert de Paran¬†; voir 14.6. Par ce mariage, Isma√ęl devient encore plus √©tranger √† la race sainte et se rapproche de la race de sa m√®re.

      22

      21.22-34 Alliance d'Abraham avec Abimélék

      Comme le chapitre 14, ce morceau nous présente le patriarche dans ses relations avec les princes, ses voisins. De même que les morceaux qui précèdent, ce trait appartient à l'histoire du développement de sa foi. Car il est probable que la propriété de ces puits dans le sol de Canaan était pour lui, comme plus tard l'achat de la caverne de Macpéla, une prise de possession anticipée de la terre que Dieu lui avait promise.

      En ce temps-là : pendant qu'Abraham habitait à Béerséba.

      Avec Picol. Comme il s'agit d'une alliance, Abim√©lek se fait accompagner d'un t√©moin. Abraham ne portait pas le titre de roi et n'avait pas d'arm√©e organis√©e¬†; n√©anmoins il √©tait assez puissant pour qu'Abim√©lek d√©sir√Ęt l'avoir pour alli√©.

      Dieu est avec toi... Abimélek a tiré cette conclusion de la prospérité dont jouit Abraham.

      Tu ne tromperas... Abimélek avait assurément des raisons de se défier de la véracité d'Abraham (chapitre 20).

      J'ai agi avec bonté. Quoique offensé par Abraham, Abimélek lui avait fait des présents et avait mis tout son pays à sa disposition (20.14-16).

      25

      Abraham est prêt à conclure une alliance ; mais pour qu'elle soit établie sur des bases solides, il tient à régler tout d'abord un différend intervenu entre lui et les serviteurs d'Abimélek.

      26

      La réponse d'Abimélek témoigne de la même droiture que sa conduite au chapitre 20. Il ressort de ces paroles et du récit suivant qu'il a restitué à Abraham le puits réclamé par lui.

      27

      Selon la coutume orientale, Abraham fait alors des pr√©sents au roi¬†; ce dernier s'engage, en les acceptant, √† le laisser demeurer librement dans son pays et √† le prot√©ger au besoin. Comparez Esa√Įe 30.6¬†; 39.1¬†; 1Rois 15.19.

      28

      28-30. Après la conclusion de l'alliance, Abraham met à part sept brebis de son troupeau qu'il offre à Abimélek, afin qu'il soit bien constaté que l'affaire spéciale du puits est définitivement réglée à son avantage. Abimélek, en les acceptant, témoignera de ces deux faits : que le puits a réellement été creusé par Abraham et qu'il demeure sa propriété à toujours.

      31

      C'est ensuite de ce serment solennel que le puits en question a re√ßu le nom de B√©ers√©ba, puits des sept et en m√™me temps puits du serment. Car, en h√©breu, les mots que nous traduisons par serment et pr√™ter serment d√©rivent du mot sept, comme si nous disions pour jurer : septenner. Sept est en effet le nombre sacr√© par excellence, et lorsqu'on pr√™tait un serment particuli√®rement solennel, on l'attestait par un acte symbolique o√Ļ ce nombre jouait un r√īle.

      B√©ers√©ba, la localit√© la plus m√©ridionale du pays de Juda, se trouvait sur la route des caravanes d'Egypte, √† douze heures d'H√©bron. On voit encore en cet endroit deux puits profonds qui fournissent une eau excellente et abondante et s'appellent Bir-es-S√©ba. Ils sont entour√©s des ruines d'une ville qui a exist√© jusqu'au moyen-√Ęge et qui √©tait le si√®ge d'un √©v√™ch√© chr√©tien.

      32

      Retourn√®rent au pays des Philistins. Cette notice para√ģt contradictoire avec le verset 34, qui place B√©ers√©ba dans le pays des Philistins. Mais il faut sans doute distinguer entre le pays des Philistins proprement dit, situ√© pr√®s de la c√īte et o√Ļ r√©sidait Abim√©lek, et le pays des Philistins au sens large, comprenant les steppes de l'int√©rieur o√Ļ se trouvait B√©ers√©ba. Le verset 23 prouve en tout cas qu'Abim√©lek regardait B√©ers√©ba comme faisant partie de ses domaines.

      33

      Planta un tamarisc. L'arbre ainsi nomm√© est gracieux et √©tal√©¬†; il croit dans les contr√©es arides et sal√©es¬†; il abonde dans les environs de la mer Morte, o√Ļ il s'√©l√®ve tr√®s haut et fournit beaucoup d'ombre. C'est un arbre de longue dur√©e et son feuillage reste vert. Le choix de cet arbre avait certainement une port√©e symbolique et est en rapport avec l'expression Dieu d'√©ternit√©, √† la fin du verset. En ce moment o√Ļ le patriarche venait de reconna√ģtre solennellement les droits d'Abim√©lek sur cette contr√©e qui faisait partie du territoire promis √† sa post√©rit√©, il √©prouve le besoin de se rappeler que le Dieu qui a fait les promesses est √©ternel et peut les accomplir dans la suite des temps.

      Invoqua le nom de l'Eternel, comme dans tous les endroits o√Ļ il avait fix√© pour quelque temps son domicile (12.7, 8¬†; 13.18). Il consid√®re donc aussi ce pays des Philistins comme faisant partie de la terre promise.

      34

      S√©journa longtemps. C'est sans doute l√† qu'Isaac √©tait n√©¬†; c'est encore l√† qu'Abraham revient apr√®s le sacrifice de son fils (22.19). Ce n'est qu'avec le chapitre 23, trente-sept ans apr√®s la naissance d'Isaac, que nous retrouvons Abraham √† H√©bron. Ainsi Abraham avait quitt√© H√©bron aussit√īt apr√®s la destruction de Sodome, pour aller se fixer dans le d√©sert entre Kad√®s et Sur (20.1). Mais il n'y demeura pas longtemps et vint faire un s√©jour √† Gu√©rar, d'o√Ļ il ne tarda pas √† partir pour s'√©tablir √† B√©ers√©ba.

      Toutes ces migrations d'Abraham se placent entre l'annonce de la naissance d'Isaac et cette naissance elle-m√™me. On voit que ces donn√©es diverses peuvent tr√®s bien s'embo√ģter les unes dans les autres et qu'il n'est pas besoin de supposer, avec certains commentateurs, que le domicile habituel d'Abraham √©tait d'apr√®s l'un des documents, H√©bron, d'apr√®s l'autre, B√©ers√©ba.

      Appendice : L'ange de l'éternel

      Il est souvent parl√© dans les livres historiques de l'Ancien Testament de l'ange de l'Eternel (Gen√®se 16.7¬†; 22.15¬†; Nombres 22.23, etc.), ou de l'ange de Dieu (Gen√®se 21.17¬†; Exode 14.19, etc.). Les Psaumes emploient aussi cette expression (Psaumes 34.8¬†; 35.5, etc.). Dans les Proph√®tes, nous trouvons celles d'ange de la face (Esa√Įe 53.9) et d'ange de l'alliance (Malachie 3.1).

      Les interprètes diffèrent sur l'idée qu'on doit se faire de l'être ainsi désigné. On peut distinguer chez eux quatre manières de voir plus ou moins distinctes.

      1. Les uns croient que ce terme d√©signe, non une personnalit√© proprement dite, mais une forme visible en laquelle Dieu appara√ģt lorsqu'il veut manifester sa pr√©sence dans le monde ext√©rieur, forme qui varie selon les cas et qui cesse d'exister apr√®s avoir servi au but que Dieu se proposait. Ce qui peut conduire √† cette mani√®re de voir, ce sont les apparitions de Dieu dans le buisson de feu (Exode 3.2) et dans la colonne de nu√©e au d√©sert (Exode 14.19)¬†; dans ces deux cas, en effet, l'auteur emploie l'expression l'ange de Dieu ou de l'Eternel. (Voir √† ces passages.) Plusieurs commentateurs modernes ont admis cette mani√®re de voir qui para√ģt avoir √©t√© celle des anciens interpr√®tes juifs.
      2. D'autres pensent que l'ange de l'Eternel est un √™tre personnel et que cet √™tre est √† chaque fois un ange quelconque que Dieu charge du message qu'il veut faire parvenir √† la terre. Il n'y aurait, selon ces interpr√®tes, aucune raison de penser que cet ange soit toujours le m√™me personnage. Telle para√ģt avoir √©t√© l'opinion de saint Augustin et de saint J√©r√īme, et elle est encore aujourd'hui celle de plusieurs commentateurs.
      3. D'autres admettent que l'ange de l'Eternel est un personnage unique et toujours le m√™me, un ange d'un rang sup√©rieur appel√© √† jouer le r√īle permanent d'interm√©diaire entre Dieu et les hommes. Ce serait donc un √™tre cr√©√©, comme les autres anges, mais qui, en raison de son r√īle de repr√©sentant de l'Eternel, serait fr√©quemment identifi√© avec lui, parlerait comme s'il √©tait l'Eternel lui-m√™me, et recevrait en son nom adoration et sacrifices¬†; ainsi dans les apparitions de l'ange de l'Eternel √† Hagar (Gen√®se 16.7, 13), √† G√©d√©on (Juges 6.11, 22) ou √† la femme de Manoah (Juges 13.3, 19-20). Ce point de vue est celui de plusieurs interpr√®tes modernes, tels que Delitzsch, ¬Ćler, Kurtz, Hofmann, etc.
      4. Enfin des quatri√®mes croient pouvoir constater dans bien des cas plus qu'une simple diff√©rence de degr√© entre l'ange de l'Eternel et les autres √™tres appel√©s anges. Cette expression leur para√ģt d√©signer un √™tre appartenant √† l'essence divine elle-m√™me, dont il serait la manifestation permanente et normale, une nature incr√©√©e, par cons√©quent essentiellement diff√©rente des cr√©atures appel√©es anges. Cette derni√®re opinion a √©t√© d√©fendue de nos jours par Hengstenberg, Keil et d'autres. Elle co√Įncide avec celle des anciens rabbins, en ce sens que, d'apr√®s l'une et l'autre, l'ange de l'Eternel est √©lev√© au-dessus de l'ordre des simples cr√©atures¬†; mais tandis que, d'apr√®s l'opinion rabbinique, c'est l'Eternel lui-m√™me qui se manifeste sous une forme visible appel√©e l'ange de l'Eternel, d'apr√®s cette quatri√®me opinion, entre l'Eternel et sa manifestation visible, il y a l'√™tre appel√© l'ange de l'Eternel, le m√©diateur divin qui appara√ģt sous cette forme.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.