Genèse 47

    • 1

      1 à 12 Présentation à Pharaon et établissement

      2

      Cinq hommes. Comparez pour ce nombre cinq 43.34 ; 45.22

      7

      Jacob b√©nit Pharaon. Ceux qui prennent ici b√©nir dans son sens ordinaire se fondent sur le grand √Ęge de Jacob et sur la promesse de salut dont il se sentait porteur pour tous les peuples. Mais plusieurs passages (1Samuel 25.14¬†; 2Rois 4.29, etc.) conduisent plut√īt √† donner √† ce mot le sens de saluer, avec des vŇďux de prosp√©rit√©. De m√™me au verset 10.

      9

      Court : comparé aux cent soixante-quinze ans de la vie d'Abraham et aux cent quatre-vingts ans de la vie d'Isaac.

      Mauvais. Ce mot rappelle les épreuves qui ont été le lot de Jacob dans la maison de Laban et dans sa propre famille.

      11

      Pays de Ramsès. Le pays de Gossen est nommé ici d'après sa capitale, qui fut plus tard le point de départ de la sortie d'Egypte (Exode 12.37). Voir sur ce pays 44.10, note. Le nom de Ramsès, qui date de l'époque postérieure des Ramsessides, est employé ici par anticipation. Même procédé pour Béthel (12.8) ou Dan (14.14).

      12

      Fournit de pain. La famille de Jacob jouit des mêmes privilèges que les prêtres (verset 22).

      13

      13 à 26 Transformation des institutions égyptiennes par Joseph

      Placé, comme il l'est, entre les versets 12 et 27, ce morceau fait ressortir le contraste frappant qui existe entre la prospérité de la famille de Jacob et la misère dont souffrent les Egyptiens.

      15

      Tous les Egyptiens. L'auteur ne parle plus des Cananéens : ceux-ci, une fois leur argent épuisé, sont abandonnés à leur sort, qui, sans Joseph, serait aussi celui de toute sa famille.

      17

      Ils amenèrent leur bétail. Il est probable qu'après avoir présenté leur bétail à Joseph, ils avaient le droit de le ramener chez eux, mais en le soignant désormais comme propriété du roi.

      Chevaux. Indice que tout ceci se passe à l'époque des rois hyksos ; car, avant eux, les monuments n'offrent pas trace du cheval.

      19

      Nous serons, avec nos terres, esclaves. Leurs terres deviendront des fiefs relevant de la couronne, et eux-m√™mes des serfs qui les cultiveront pour Pharaon. En √©change, ils demandent du pain pour la fin des sept ann√©es de famine et de la semence pour la premi√®re ann√©e o√Ļ l'on pourra de nouveau cultiver le sol.

      20

      La terre fut à Pharaon. Par cette mesure qui, au premier abord, parait oppressive, Joseph rend à l'Egypte le plus grand service. Dans ce pays, en effet, la fertilité de chaque champ dépend des mesures générales prises pour régulariser l'inondation du Nil, et des travaux de ce genre ne peuvent être entrepris que par le gouvernement.

      L'institution que l'auteur sacré fait remonter à Joseph est mentionnée, bien des siècles plus tard, par les auteurs classiques, comme existant de leur temps en Egypte. Diodore, par exemple, dit que toute l'Egypte appartenait au roi, aux prêtres et aux guerriers. Les guerriers ne sont pas mentionnés dans notre récit ; mais il ressort, de plusieurs passages des auteurs anciens, que la propriété du sol ne leur a été accordée que plus tard, et d'une manière temporaire.

      Hérodote attribue à Sésostris (Ramsès II), qui vivait beaucoup plus lard, la mesure attribuée ici à Joseph. Mais Sésostris est, pour les Grecs un personnage légendaire, auquel ils rattachent volontiers tout ce qu'ils savent des anciens rois égyptiens. Il est donc possible que le souvenir des institutions de Joseph soit à la base de ce rapport. Ramsès III, qui vivait un demi-siècle après Ramsès II, se donne comme le propriétaire unique du sol égyptien :
      J'ai fait pousser, dit-il, dans le pays tout entier, des arbres et des arbrisseaux, et j'ai permis aux hommes de s'asseoir à leur ombre.

      Voilà l'état des choses après les Hyksos, tandis qu'avant eux les provinces étaient des principautés héréditaires, dont les propriétaires devaient faire confirmer leurs droits par le souverain régnant. Il y a donc eu une transformation complète du droit de propriété en Egypte sous les rois hyksos, temps probable du gouvernement de Joseph.

      21

      Il les fit passer dans les villes : afin que tous fussent pr√®s des magasins √† bl√©. Mais les anciennes versions (texte samaritain, LXX, Vulgate) traduisent, en changeant simplement une lettre dans deux mots de la phrase h√©bra√Įque : Quant au peuple, il le r√©duisit √† l'√©tat de serf. Cette variante pr√©sente peut-√™tre le texte primitif, car, apr√®s avoir parl√© de l'achat les terres (verset 20), l'auteur doit parler de l'achat des personnes, comme aux versets 19 et 23.

      22

      Recevaient... une portion fixée : pendant la famine ; car, d'après les auteurs anciens. les prêtres vivaient à l'ordinaire du produit de leurs vastes domaines.

      23

      Afin que vous ensemenciez. La famine tirait à sa fin ; sinon, Joseph n'aurait pu parler ainsi ; comparez 45.6, note.

      24

      Le cinqui√®me √† Pharaon. La mesure extraordinaire, prise pendant les ann√©es qui ont pr√©c√©d√© la famine (41.34), devient permanente. Ce taux de l'imp√īt n'est pas excessif pour l'Egypte, dont la fertilit√© √©tait extraordinaire, et o√Ļ le roi avait √† faire des d√©penses consid√©rables pour les travaux de canalisation. Aujourd'hui encore, le sol n'appartient point aux cultivateurs (fellahs), mais au kh√©dive, pour le compte duquel ils le font rapporter. Un fellah, auquel on demandait r√©cemment si les conditions fix√©es par Joseph √©taient trop dures, r√©pondit qu'il serait bien heureux si on lui laissait √† lui-m√™me la cinqui√®me partie de la r√©colte.

      25

      Que nous trouvions gr√Ęce... Continue √† nous √™tre favorable¬†!

      27

      47.27 à 48.22 Jacob adopte les deux fils de Joseph

      27 à 31 Ordres de Jacob à Joseph, concernant son ensevelissement

      Isra√ęl comprend ici Jacob et ses descendants¬†; car les verbes suivants sont au pluriel.

      29

      Mets ta main... Manière de prêter serment ; comparez 24.2, note.

      30

      Quand je serai couch√©... Comme il est parl√© plus tard de l'inhumation cette expression doit se rapporter √† l'√©tat de l'√Ęme dans le s√©jour des morts¬†; preuve √©vidente que le sch√©ol n'est pas, aux yeux de celui qui parle ainsi, identique avec le tombeau. Comparez 37.35, note.

      Tu m'enterreras dans leur tombeau. Jacob veut être enterré dans le pays de Canaan, parce qu'il le considère toujours comme le pays de la promesse.

      31

      Se prosterna sur le chevet du lit. Il √©tait assis dans son lit¬†; il se prosterne la t√™te inclin√©e sur le chevet, et il rend gr√Ęces √† Dieu de ce que tous ses vŇďux sont maintenant accomplis. Les LXX lisant les consonnes du texte h√©breu avec d'autres voyelles (matt√©, b√Ęton, au lieu de mitt√©, chevet), traduisent : Il adora sur l'extr√©mit√© de son b√Ęton. C'est d'apr√®s eux que le passage est cit√© H√©breux 11.21

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.