TopCartes x PLM collab

Jérémie 4

    • 1

      La construction de la phrase est tr√®s discut√©e. Celle que nous avons adopt√©e nous para√ģt r√©pondre au mouvement naturel de la pens√©e. A une premi√®re condition : la vraie conversion √† J√©hova accompagn√©e de la renonciation √† l'idol√Ętrie, r√©pond la promesse qu'Isra√ęl ne subira plus un nouvel exil. A la seconde condition : la confession sinc√®re du nom de J√©hova, r√©pond la promesse d√©j√† faite √† Abraham Gen√®se 12.1, qui s'accomplira enfin dans et par sa post√©rit√©.

      Vagabond : comme Ca√Įn, le m√™me mot est employ√© Gen√®se 4.12.

      2

      Comparez 5.2. Le parjure est un des vices des Juifs dans leurs relations avec les autres nations. Ils faisaient par l√† blasph√©mer le nom de l'Eternel parmi les pa√Įens (Ez√©chiel 36.20-23).

      En lui : en l'Eternel, qu'elles auront appris √† conna√ģtre par la conversion d'Isra√ęl.

      3

      4.3 à 6.30 Une invasion étrangère.

      Le prophète revient au temps présent et n'a par conséquent plus devant lui que Juda ; il lui annonce les jugements qui vont fondre sur lui, à moins qu'un renouvellement moral complet n'intervienne.

      3 à 31 La description qui suit est extrêmement dramatique :

      • on apprend d'abord la nouvelle de l'approche de l'ennemi, et l'on assiste √† la fuite g√©n√©rale du peuple des campagnes vers les villes fortes, versets 3 √† 12
      • puis l'on entend la nouvelle que l'ennemi arrive de la montagne d'Ephra√Įm contre J√©rusalem, verset 13 √† 22
      • le proph√®te voit en vision la d√©vastation du pays, versets 23 √† 26.
      • L'on entend enfin la sentence divine annon√ßant la ruine, mais une ruinequi ne sera pourtant pas l'an√©antissement, versets 27 √† 31.

      3 à 4 Ce renouvellement nécessaire réclamé par le prophète, mais qu'il n'attend pas, est décrit dans deux images, l'une empruntée à la nature (verset 3), l'autre au rituel de la théocratie (verset 4). La première de ces images se trouve déjà Osée 10.12. Juda ressemble à un champ jadis cultivé et redevenu sauvage ; il a besoin non d'un simple labour, d'un amendement partiel, mais d'un nouveau défrichement ; car si le renouvellement du fonds même de sa vie morale n'avait pas lieu, les épines (tous les vices enracinés dans la nation) étoufferaient la semence qu'on jetterait dans ce mauvais terrain. Comparez Matthieu 13.7.

      Isra√ęl est compar√© ensuite aux pa√Įens incirconcis. La circoncision morale √©tait d√©j√† demand√©e √† Isra√ęl (Deut√©ronome 10.16), et pr√©dite comme devant √™tre op√©r√©e par J√©hova (Deut√©ronome 30.6).

      Circoncisez-vous pour l'Eternel, et non plus seulement pour la forme et par coutume¬†; enlevez de votre cŇďur, et non seulement de votre chair, tout ce qui vous s√©pare de Dieu.

      Sans que personne √©teigne. comparez Esa√Įe 1.31.

      5

      Quel est ce peuple ennemi venant du nord¬†? Pour tous les anciens interpr√®tes et chr√©tiens, ce sont les Chald√©ens. Quelques modernes ont voulu y voir les Scythes, qui auraient envahi la Palestine en 626. H√©rodote (I, 105) rapporte que ces peuples, qui habitaient le nord de la mer Noire et de la mer Caspienne, apr√®s s'√™tre empar√©s de la M√©die, tent√®rent une exp√©dition en Egypte, puis, √† leur retour, pill√®rent le temple d'Ascalon. La Terre Sainte aurait subi leurs ravages, et ils auraient m√™me laiss√© leur passage dans le nom de Scythopolis (ville des Scythes), donn√© par Jos√®phe et les Maccab√©es √† la ville de Beths√©an. Mais cette hypoth√®se d'une invasion du pays de Juda par les Scythes ne s'appuie que sur des conjectures, sans t√©moignage historique. Rien n'emp√™che que le peuple annonc√© par J√©r√©mie ne soit celui des Chald√©ens¬†; les diff√©rents traits indiqu√©s verset 13 leur conviennent¬†; comparez Habakuk 1.1-17¬†; et bien que ce peuple n'ait jou√© son grand r√īle qu'apr√®s la ruine de Ninive, il avait d√©j√† eu des relations avec Juda au temps d'Ez√©chias (2Rois 20.12)¬†; Esa√Įe 23.13 parle d√©j√† de leurs ravages. Il serait √©trange que si J√©r√©mie avait eu en vue l'invasion des Scythes, il ne l'e√Ľt jamais rappel√©e ailleurs¬†; au chapitre 25, o√Ļ il d√©signe N√©bucadnetsar comme l'ex√©cuteur des jugements de Dieu, il ne parle point d'un ch√Ętiment ant√©rieur.

      Sonnez de la trompette. La trompette servait aux mêmes usages que nos cloches ; elle conviait le peuple aux saintes assemblées dans les grandes fêtes nationales et donnait le signal d'alarme. Elle doit avertir ici les habitants des campagnes de se réfugier avec leurs biens dans les villes fortifiées.

      6

      L'√©tendard du c√īt√© de Sion : on pla√ßait probablement dans chaque r√©gion du pays un signal qui indiquait la direction o√Ļ il fallait fuir pour arriver, par le plus court chemin √† J√©rusalem. Comparez 1.14.

      7

      Son fourré : les halliers et les bois épais sont les retraites des lions.

      Destructeur des nations : épithète semblable donnée à Babylone, 51.25.

      9

      Comparez 2.8,26.

      Le cŇďur : chez les H√©breux le si√®ge de l'intelligence et de la volont√©¬†; ils perdront √† la fois le sens et le courage.

      Prophètes : les faux prophètes ; comparez la sentence sur Hanania (28.15-17).

      10

      Tu as tromp√© ce peuple : par le moyen de ces faux proph√®tes que Dieu envoie pour aveugler les p√©cheurs endurcis (comparez 1Rois 22.19). C'est un des plus grands jugements de Dieu sur les peuples qu'il va frapper de leur enlever les conseillers s√©v√®res mais utiles, en m√™me temps qu'il leur envoie les ap√ītres s√©duisants, mais funestes¬†; il n'y a rien l√† qui contredise l'id√©e d'un Dieu juste et saint. Les pa√Įens m√™mes avaient observ√© ce ph√©nom√®ne du monde moral, et un po√®te latin a dit que Jupiter frappe de folie ceux qu'il veut perdre.

      11

      Apr√®s l'image du lion, celle du simoun¬†; qui dess√®che, br√Ľle, suffoque.

      Non pour vanner : s√©parer la balle du bl√©¬†; ni pour nettoyer : enlever. la paille, de l'aire. Les Orientaux foulent leur bl√© sur de grandes aires expos√©es au vent, dont ils font ainsi leur auxiliaire. Le vent que Dieu va envoyer n'est pas un de ceux qui nettoient, mais qui balaient. Il appara√ģt d'abord √† l'horizon comme une nu√©e¬†; mais cette nu√©e est d√©j√† un ouragan, et cet ouragan est d√©j√† la d√©vastation.

      12

      Le fléau est annoncé au verset 11 ; au verset 12, il est désigné comme un fléau de Dieu.

      A mon tour. Littéralement : moi aussi ; réponse aux jugements prononcés sur Dieu par le peuple et par les chefs, 2.29,35.

      M. Reuss entend le vent br√Ľlant du verset 11 de la conduite du peuple, et traduit : Un vent rude des pasteurs du d√©sert : telle est la conduite de mon peuple... Un vent violent me vient de leur part¬†; eh bien¬†! moi aussi, je veux plaider ma cause contre eux.
      Les mots : non pour vanner ni pour nettoyer, ne sont pas favorables à cette interprétation.

      13

      Allusion à Deutéronome 28.49. Comparez Habakuk 1.8.

      14

      Les événements extérieurs sont tellement liés aux faits du monde moral, que le prophète revient sans cesse des menaces aux exhortations. Comparez versets 1 à 5. Rien ne serait perdu encore s'il y avait conversion réelle, complète.

      Tes pensées de ruine ; littéralement : les pensées de ta ruine ; les épines du verset 3. Ce ne sont pas seulement des pensées qui mènent à la ruine ; mais elles sont elles-mêmes des ruines morales, les ruines du dedans auxquelles répondront celles du dehors ; de là la répétition du mot au verset 15.

      15

      Dan. La ville la plus septentrionale de la Palestine.

      La montagne d'Ephra√Įm, par o√Ļ devait passer l'arm√©e chald√©enne. M√™me mouvement oratoire Esa√Įe 10.27-33, o√Ļ le proph√®te d√©crit l'arriv√©e de l'Assyrien d'√©tape en √©tape.

      16

      Faites-le savoir aux nations : c'est ce que crie la voix de malheur du verset 15 ; elle invite toutes les nations voisines à se joindre à la grande curée que l'armée ennemie va faire à Jérusalem.

      17

      Comme des gardes des champs. Il y a une ironie dans cette image de paix rapprochée de ces lugubres réalités.

      18

      Nouveau retour aux causes morales de tous ces désastres matériels.

      19

      Cette identification du proph√®te avec son peuple est d'une grande beaut√©. Tous les proph√®tes ont souffert les premiers du contenu de leurs sentences (Esa√Įe 16.9-11¬†; 21.3,4).

      Tentes et pavillons : images pour désigner les maisons.

      21

      Mêmes plaintes du peuple 52.14. Le son de la trompette ennemie, les étendards du conquérant se promenant çà et là sans résistance : c'est la torture morale du patriote ajoutée à la ruine de la patrie.

      22

      Le proph√®te r√©pond au soupir du verset 24, que le ch√Ętiment ne peut cesser tant que ses causes morales subsistent. La folie consiste √† ne pas conna√ģtre Dieu¬†; cette folie est toute morale, puisqu'elle s'allie avec l'habilet√© dans le mal.

      23

      23 à 26 Quatre courts tableaux de la dévastation du pays.

      Le pays reviendra √† l'√©tat de chaos o√Ļ √©tait la terre avant que f√Ľt prononc√©e la parole : Que la lumi√®re soit¬†! Les mots thohou va bohou ne se trouvent que Gen√®se 1.2 et dans notre texte.

      24

      Images de la commotion morale, produite par l'arriv√©e de l'ennemi. Tous les fondements de l'ordre physique, social et moral para√ģtront √©branl√©s ensemble¬†; la nature semble s'associer et concourir √† la destruction g√©n√©rale. Tout ce morceau est d'une grande beaut√©.

      26

      Verger : en h√©breu carmel. Ce mot est tant√īt nom propre, tant√īt nom commun¬†; cette derni√®re acception convient mieux ici √† cause du parall√©lisme avec toutes ses villes.

      Devant l'Eternel : car les Chaldéens sont l'instrument de l'Eternel.

      27

      La diff√©rence entre le peuple de Dieu et les autres (Edom, Moab, Babylone, Sodome) consiste en ce que Dieu se r√©serve toujours en Isra√ęl un reste auquel se rattacheront les grandes promesses faites aux p√®res (comparez 5.10,18¬†; 30.11)¬†; et c'est ainsi que Dieu accorde sa justice avec sa fid√©lit√©. Mais nous n'avons ici qu'une √©claircie fugitive, un rayon unique dans ce tableau aussit√īt envahi de nouveau par les t√©n√®bres.

      29

      Le prophète fait le tableau détaillé, de la catastrophe dont les effets viennent d'être décrits.

      30

      Dévasté ; elle l'est déjà en idée.

      Que fais-tu ?... Dernières tentatives diplomatiques des rois de Juda. Ces artifices de la courtisane, destinés à séduire encore ses vainqueurs, seront en pure perte ; car ceux-ci ne veulent plus que la tuer. Comparez 2.24.

      Les femmes se mettaient, sur le bord des paupi√®res √† l'int√©rieur, un fard noir compos√© de substances m√©talliques, pour faire para√ģtre leurs yeux plus grands et plus brillants. Comparez le r√©cit de la fin de J√©zabel 2Rois 9.30 et Esa√Įe 54.11.

      31

      La nation, atteinte au cŇďur, n'a plus que la force de pousser une derni√®re plainte avant de rendre le dernier soupir.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.