TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Néhémie 8

    • 1

      Tout le peuple se rassembla : dans un sentiment de reconnaissance ; puis le septième mois était celui de deux grandes fêtes (Expiations et Tabernacles).

      La porte des Eaux, √† l'orient du Haram (3.26¬†; 12.37). La place qui est devant la porte des Eaux est probablement celle o√Ļ avait eu lieu pr√©c√©demment la r√©union d'Esdras 10.9. Elle s'√©tendait entre le mur ext√©rieur et la fa√ßade orientale du temple.

      Et ils dirent √† Esdras, le scribe. Esdras √©tait depuis treize ans charg√© par le roi d'une mission religieuse √† J√©rusalem (Esdras 7.26). Il n'avait point √©t√© infid√®le √† son mandat : il avait sauv√© son peuple de l'idol√Ętrie qui s'y serait certainement r√©introduite par les mariages mixtes. Voyez Esdras chapitres 9 et 10. Mais ce commencement de r√©formation, suivi, √† ce que l'on peut supposer, d'une tentative de fortifier J√©rusalem, avait pr√©cis√©ment amen√© contre les Juifs une lev√©e de boucliers : les murs et les portes avaient √©t√© br√Ľl√©s avant d'avoir pu √™tre achev√©s, et le malheur des temps avait condamn√© Esdras √† une inaction qui ne put faire place √† une nouvelle activit√© que lorsque les murs furent termin√©s et l'existence mat√©rielle de la capitale assur√©e. Ceci para√ģt expliquer suffisamment le long silence qui s'est fait autour de la personne d'Esdras. Il semble qu'il ait attendu pour rentrer en sc√®ne l'appel que le peuple lui adresse ici. D'autres ont suppos√© qu'il fut absent de J√©rusalem pendant une dizaine d'ann√©es et qu'il y revint au moment m√™me o√Ļ les murs s'achev√®rent.

      Sur le titre de scribe donné à Esdras, qui au verset 2 est appelé sacrificateur, voir Esdras 7.11.

      D'apporter le livre de la loi de Mo√Įse. Il se peut fort bien qu'Esdras ait apport√© de Babylone un exemplaire de la loi de Mo√Įse tel qu'il n'en existait aucun dans la colonie juive. Mais il ne s'ensuivrait pas que ce livre f√Ľt de sa composition et ne f√Ľt pas connu auparavant : il jouit d'une autorit√© incontest√©e et, auparavant d√©j√†, le peuple et N√©h√©mie se sentent li√©s ou condamn√©s par cette loi (N√©h√©mie 1.8¬†; Esdras 9.1).

      2

      Et tous ceux qui √©taient capables de comprendre : les enfants en √Ęge de raison.

      Le premier jour du septième mois : la plus solennelle des nouvelles lunes ; jour de repos sabbatique et de sainte convocation, annoncée par de grandes fanfares (Lévitique 23.23-25 ; Nombres 29.4-6).

      3

      Nous voyons par les versets 4 à 8 que cette lecture de la loi faite par Esdras alternait avec des explications données par les Lévites.

      Et √† c√īt√© de lui. Le troisi√®me livre d'Esdras mentionne √† droite un Azarias qui ne figure pas ici. Si nous admettons dans notre texte une omission, Esdras aurait eu sept assistants de chaque c√īt√©. Mais le m√™me livre apocryphe omet le dernier √† gauche (M√©sullam), qui n'est rattach√© ici au pr√©c√©dent par aucune copule, en sorte qu'il n'y a peut-√™tre eu que six hommes de chaque c√īt√©, ce qui correspondrait aux douze tribus. Ces hommes √©taient bien probablement des sacrificateurs.

      5

      Le peuple se tint debout. Les Rabbins pr√©tendent que depuis le temps de Mo√Įse ce fut toujours la coutume en Isra√ęl d'√©couter debout la lecture de la loi, mais c'est ici la premi√®re trace de la chose.

      6

      Esdras commence par une prière de bénédiction, à peu près comme David en 1Chroniques 29.10 ; et le peuple répond comme 1Chroniques 16.36.

      7

      De ces treize noms quelques-uns repara√ģtront 9.4-5¬†; 11.15-18¬†; 12.10-14.

      Et les Lévites, c'est-à-dire : Et d'autres Lévites, car les hommes qui viennent d'être nommés sont déjà des Lévites. Plusieurs proposent de supprimer la conjonction et.

      Expliquaient la loi. Esdras lut un premier morceau (verset 5), puis un des Lévites ajouta des explications. La lecture reprit, faite cette fois par un Lévite (verset 8), et un autre Lévite prit la parole.

      8

      Et ils lurent exactement. Le mot meporasch, que nous rendons ici et Esdras 4.18 par exactement, indiquerait une lecture conforme au texte. On sait que dans ce temps les voyelles n'accompagnaient pas encore les consonnes dans l'√©criture h√©bra√Įque et formaient l'objet d'une tradition qu'il fallait conna√ģtre. D'autres traduisent distinctement, ou : et ils traduisirent, pensant, contrairement √† 13.24 que les Juifs ne comprenaient plus que l'aram√©en.

      9

      9 à 12 Célébration de la fête de la nouvelle lune.

      Le gouverneur (hébreu Hatthirschatha, voir Esdras 2.63). Néhémie lui-même se donne le titre de pécha (5.14,15,18), que nous avons rendu par.le même terme. Ceci montre que nos trois chapitres ne sont pas de lui.

      Ne pleurez point¬†! La lecture de la loi avait fait sur le peuple une impression si profonde, que ce jour d'actions de gr√Ęces se changeait en un jour de larmes et de je√Ľne. N√©h√©mie arr√™te cette d√©viation.

      10

      Envoyez des portions. La loi (Deut√©ronome 16.11,14) recommandait ce genre de bienfaisance, qui appara√ģt ici pour la premi√®re fois dans la pratique. Voir Esther 9.19.

      11

      Faites silence. Les Orientaux pleurent bruyamment.

      12

      Les paroles qu'on leur avait adress√©es : les exhortations √† bannir la tristesse (versets 10 et 11). La loi de Dieu retrouv√©e √©tait une gr√Ęce, donc un sujet de joie.

      13

      13 à 18 Fête des Tabernacles.

      Pour étudier... Cette assemblée, moins générale que celle de la veille, est formée des hommes qui veulent continuer à étudier la loi.

      15

      Et qu'ils devaient proclamer. Voir Lévitique 23.4.

      Allez à la montagne : non pas, comme on pourrait le penser, à la montagne des Oliviers, mais en général sur les hauteurs, qui sont boisées, par opposition aux champs cultivés.

      L'arbre à huile : l'olivier sauvage.

      16

      La place de la porte des Eaux. Voir verset 3.

      D'Ephra√Įm : 3.8. Sur ces deux places se r√©unirent probablement les Juifs de la campagne.

      17

      Cette fête s'était célébrée (Esdras 3.4 ; 1Rois 8.65 ; 2Chroniques 7.9), mais jamais, depuis Josué, aussi fidèlement et aussi généralement.

      18

      La lecture de la loi n'était prescrite que pour la fête des Tabernacles de l'année sabbatique (Deutéronome 31.10). Le peuple fait preuve d'un zèle extraordinaire.

      Une f√™te de cl√īture. Voir Nombres 29.35¬†; L√©vitique 23.36. C'√©tait le vingt-deuxi√®me jour du septi√®me mois.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.