TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Osée 12

    • 1

      Si nombreux sont les p√©ch√©s d'Ephra√Įm que Dieu en est comme tout environn√© (voir 7.2 la m√™me image appliqu√©e au peuple).

      Juda aussi est en r√©volte... On peut aussi traduire : Juda r√©gne encore, et voir dans ces mots un contraste entre Isra√ęl qui marche √† sa ruine et Juda qui tient encore fermement √† Dieu et qui est encore debout. Mais le verset 3 permet- il ce sens favorable¬†? Dans le sens que nous adoptons avec la plupart des interpr√®tes modernes, Juda est associ√©, comme d'ordinaire chez notre proph√®te, aux reproches adress√©s √† Ephra√Įm.

      Les saints sans doute ici les anges.

      2

      Poursuit le vent, litt√©ralement : pa√ģt le vent, le suit comme le berger suit le troupeau qu'il pa√ģt. Il se livre √† des esp√©rances vaines qui ne lui procureront que d√©ception.

      Le vent d'orient : probablement l'embl√®me de la puissance assyrienne dont Isra√ęl recherche l'alliance et l'appui. Le vent qui vient du d√©sert d'Arabie, √† l'est de la Palestine, ass√®che tout et. quand il souffle en temp√™te, balaie tout.

      L'huile s'√©coule... : allusion aux pr√©sents par lesquels les rois d'Isra√ęl cherchaient en certains moments √† gagner l'appui de l'Egypte contre l'Assyrie (2Rois 17.3). Quand l'Assyrie devient trop exigeante, les rois d'Isra√ęl se tournent vers l'Egypte¬†; quand celle-ci les g√™ne, ils se tournent vers l'Assyrie¬†; leur politique est sans consistance, parce qu'ils ont perdu l'appui de l'Eternel en suivant leur propre chemin.

      L'huile est un des principaux produits de la Palestine, dont le sol sec et rocailleux est particulièrement propre à la culture de l'olivier. L'Egypte n'ayant pas d'oliviers, importait toute l'huile dont elle faisait usage.

      3

      Juda aussi se laisse entra√ģner dans la m√™me voie qu'Ephra√Įm.

      Il va ch√Ętier Jacob... Ce dernier terme d√©signe le peuple entier : Ephra√Įm et Juda. Il forme la transition au passage suivant qui se rapporte au patriarche Jacob, le p√®re de la nation.

      4

      Le prophète présente au peuple l'exemple de son ancêtre. Il fut et resta le Jacob naturellement rusé et pécheur, aussi longtemps qu'il voulut atteindre son but par des moyens frauduleux, conformément à l'attitude dans laquelle il était né et qui était un emblème de son caractère. Mais ensuite il devint un nouvel homme, lorsque, brisé par le sentiment de ses fautes, il remporta la victoire sur Dieu à force d'humiliation et de persévérance de foi (Genèse chapitre 32). Or, ses descendants ont à présent marché fidèlement sur les traces du premier Jacob ; ils ont multiplié leurs ruses et leurs tromperies (verset 1). Il serait temps pour eux de l'imiter enfin dans sa repentance et dans sa conversion à Dieu.

      A l'√Ęge de la force : dans son √Ęge m√Ľr, par opposition au moment de sa naissance.

      5

      L'ange : l'être visible sous la forme duquel l'Eternel vint lutter avec lui, et qui est appelé fréquemment l'Ange de l'Eternel.

      Il a vaincu : il a obtenu de Dieu qui se pr√©sentait en ennemi la b√©n√©diction et la d√©livrance, au lieu de la ruine dont il √©tait menac√© par la justice divine et par le courroux d'Esa√ľ.

      Il a pleuré. Le récit de la Genèse ne fait pas expressément mention de ce moyen de victoire ; c'est l'esprit révélateur qui a initié le prophète à la vraie nature de cette lutte spirituelle.

      Il le trouvera. On traduit souvent : il le trouva. Dans ce dernier sens, le proph√®te ferait allusion √† la sc√®ne racont√©e Gen√®se chapitre 35, o√Ļ Jacob vit de nouveau l'Eternel et o√Ļ l'Eternel parla avec lui et par l√† avec tous ses descendants, pour leur interdire l'idol√Ętrie et leur promettre la possession du pays. Mais il est plus exact de traduire par le futur. Dans ce sens, Os√©e promet que si le peuple veut chercher Dieu, comme l'a fait jadis son anc√™tre, par la repentance et par la foi, il le trouvera dans ce sanctuaire m√™me de B√©thel o√Ļ il s'est manifest√© autrefois, et qui est maintenant souill√© par l'idol√Ętrie.

      Là il parlera... Il nous fera entendre sa voix, comme autrefois à Jacob repentant.

      6

      Dieu est toujours le même, à la fois puissant et fidèle, si tu ne désespères pas de lui et si tu reviens à lui pour faire sa volonté, il peut encore te sauver.

      8

      Canaan. C'est le nom que le proph√®te donne ici √† Ephra√Įm, parce que, habitant le pays de ce nom, il s'est appropri√© le caract√®re de ses anciens habitants. Il est dans le pays et il en est. Nous caract√©risons de m√™me un homme en l'appelant un Juif, un Arabe. Les Canan√©ens, auxquels appartenaient aussi les Ph√©niciens, √©taient un peuple d'habiles et rus√©s marchands.

      9

      Ephra√Įm s'excuse d'abord en all√©guant son succ√®s, puis en pr√©tendant que ses tours d'adresse mercantile ne sont pas des p√©ch√©s proprement dits. Tout le monde, en d√©finitive, n'en fait-il pas autant¬†? La suite montre ce que l'Eternel pense de ces excuses.

      10

      Aux jours de fête : sans doute à la fête des Tabernacles.

      11

      Les avertissements n'ont pas manqu√©, et cela par les discours que Dieu a mis dans la bouche des proph√®tes, puis par les visions qu'il donne quand il lui pla√ģt et √† qui il veut.

      12

      Galaad et Guilgal repr√©sentent les deux contr√©es √† l'est et √† l'ouest du Jourdain, comme Mitspa et Thabor, 5.1. Le pays de Galaad est appel√©, ici vanit√© au sens moral, de la m√™me mani√®re que ses habitants avaient √©t√© appel√©s 6.8 des faiseurs de n√©ant, c'est-√†-dire de mal. Ce qu'il est an sens moral, il le deviendra au sens propre. Guilgal a √©t√© mentionn√© comme si√®ge d'un culte idol√Ętre, 4.15.

      13

      13 et 14 Isra√ęl a √©t√© trait√© bien plus doucement que son anc√™tre. Celui-ci dut s'enfuir seul √† l'√©tranger pour chercher sa femme, et pour l'obtenir il dut garder les troupeaux, tandis qu'Isra√ęl a √©t√© ramen√© de la terre √©trang√®re pour entrer en Canaan, et il a √©t√© constamment gard√© par un proph√®te (Mo√Įse).

      15

      Malgr√© ces preuves de sa bont√©, Ephra√Įm a sans cesse irrit√©, son Dieu. Celui-ci donc, au lieu de bander ses plaies et de le soigner (11.3), comme il avait fait autrefois, le livrera sans secours √† la mort qu'il a m√©rit√©e.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.