TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Apocalypse 20

    • 1 Chapitre 20.

      1 à 10 Le règne de mille ans.

      3 L'ange a la clef de l'ab√ģme et la cha√ģne (grec) sur sa main.

      Il faut se repr√©senter les bouts de cette grande cha√ģne, qui pendent de chaque c√īt√©. On peut comparer cette apparition √† celle de Apocalypse 9.1 (voir les notes)¬†; mais ici l'ange est certainement un ange fid√®le, qui va ex√©cuter l'ordre de Dieu.

      Le dragon est d√©sign√© par les m√™mes √©pith√®tes que dans Apocalypse 12.9. (Voir la note.) Il est li√© pour mille ans, jet√© dans l'ab√ģme, (Apocalypse 9.1, 2e note) qui est ferm√© et scell√© sur lui. Sa demeure habituelle devient ainsi pour lui une prison.

      Le Dieu tout-puissant, qui, par une dispensation myst√©rieuse, avait permis au prince des t√©n√®bres d'exercer ses s√©ductions sur les hommes, lui √īte maintenant son pouvoir de nuire. C'est l'explication donn√©e par ces mots¬†: afin qu'il ne s√©duisit plus les nations.

      On se demandera de quelles nations il peut être question encore, puisque d'après Apocalypse 19.19-21 "les rois de la terre et leurs armées" avaient été "tués par l'épée." Pour éviter à l'Apocalypse le reproche d'incohérence, il faut supposer que l'auteur voyait dans "les rois de la terre et leurs armées" les peuples soumis à l'empire romain ("la bête") et qui avaient subi son influence corruptrice. Eux seuls sont exterminés par le Christ et ses anges.

      Le tableau de Apocalypse 19.11-21 ne représentait pas le jugement universel, (verset 11 et suivants) mais le jugement de l'empire romain et de ses alliés. En dehors d'eux, le voyant aperçoit d'autres nations, dont il dit (verset 8) qu'elles sont "aux quatre coins de la terre." Ce sont ces nations qui seront préservées des séductions de Satan jusqu'à ce que les mille ans soient accomplis.

      Ces mille ans doivent être considérés non comme une donnée strictement chronologique, mais comme un nombre symbolique. Ils représentent une durée prolongée, mais limitée, puisqu'ils finissent par être accomplis. Une période de mille ans n'est pas mentionnée ailleurs dans l'écriture.

      Les rabbins juifs assignaient aux "jours du Messie" une dur√©e tant√īt de quatre cents ans, tant√īt de mille ans. Ils fondaient la premi√®re √©valuation sur Gen√®se 15.13, combin√© avec Psaumes 90.15, la seconde sur Esa√Įe 63.4, combin√© avec Psaumes 90.4. D'autre part, dans l'√©p√ģtre de Barnabas (chapitre 15) est √©nonc√©e une th√©orie d'apr√®s laquelle le monde, cr√©√© en sept jours, durerait sept p√©riodes de mille ans, dont la derni√®re serait le sabbat que procurera au monde le r√®gne du Messie.

      Quelle que soit l'origine de sa conception, l'auteur de l'Apocalypse n'a en vue qu'une seule période de mille ans, la même dans versets 3-4 et versets 5-7, et non deux périodes successives de mille ans chacune ; et il la place dans les temps qui précéderont le jugement dernier. (verset 11 et suivants)

      Il le faut, selon le conseil arrêté de Dieu. Comparer verset 7.

      4 Grec¬†: Et je vis des tr√īnes (et ils s'assirent sur eux et jugement leur fut donn√©) et les √Ęmes de ceux qui avaient √©t√© d√©capit√©s...

      Ceux qui s'assirent sur ces tr√īnes ne sont pas nomm√©s. Des tr√īnes, sur lesquels s'asseyent ceux qui rendent la justice, paraissent aussi dans la vision de Daniel 7.9. L√† ce sont "l'Ancien des jours," c'est-√†-dire Dieu, et probablement "les saints du Tr√®s Haut" (Daniel 7.22) qui remplissent les fonctions de juges.

      On a suppos√© que dans l'Apocalypse ce sont les √Ęmes de ceux que avaient √©t√© d√©capit√©s qui re√ßoivent le pouvoir d'exercer le jugement, soit qu'on identifie ce pouvoir avec la royaut√© qu'ils partageront avec Christ, soit qu'on estime que la conduite de ces martyrs servira de mesure pour juger les autres chr√©tiens.

      Mais si le texte ne s'oppose pas √† cette hypoth√®se, il ne l'√©tablit nullement. Il semble dire plut√īt que Jean, apr√®s avoir vu les tr√īnes et les juges assis dessus (qu'il ne d√©signe pas autrement et que l'ex√©g√®se n'a pas a d√©terminer), contemple ceux qui vont √™tre jug√©s. Ce sont¬†:

      1¬į les √Ęmes de ceux qui ont √©t√© d√©capit√©s, et sans doute aussi des autres martyrs qui ont p√©ri dans divers supplices, pour le t√©moignage de J√©sus et pour la Parole de Dieu. (Apocalypse 1.2,9¬†; 6.9, note.)

      2¬į En g√©n√©ral, les √Ęmes de tous ceux qui n'ont pas ador√© la b√™te ni son image, etc. Voir dans Apocalypse 13.4,14,16, notes, ce que signifie adorer la b√™te ou son image, et recevoir sa marque.

      De ces divers traits, il ressort que les √Ęmes qui vont √™tre soumises √† ce premier jugement sont celles des martyrs de la grande pers√©cution exerc√©e par la b√™te, que toute l'Apocalypse annonce. (Apocalypse 13.7,15¬†; 17.8,11, notes.) Plus l'√©preuve aura √©t√© terrible pour eux, plus sera douce la r√©compense qui va √™tre mentionn√©e.

      5 Ils reviennent à la vie, grec ils vécurent.

      Ce verbe peut signifier qu'ils reprirent vie après être morts (Apocalypse 2.8) ou qu'ils conservèrent la vie en étant préservés de la mort.

      Des interpr√®tes, qui admettent que ceux qui n'avaient point ador√© la b√™te forment une cat√©gorie distincte des martyrs d√©capit√©s, et que parmi eux plusieurs √©taient encore en vie au moment du retour de Christ pensent que l'auteur donne ce double sens au verbe¬†: ils v√©curent¬†; les uns rev√©curent, les autres furent conserv√©s en vie. Cela nous para√ģt tr√®s peu probable, car l'acte dont ils ont tous b√©n√©fici√© est qualifi√© de "premi√®re r√©surrection," (verset 6) et √† ceux qui en sont l'objet l'auteur oppose les autres morts. Il s'agit donc bien de morts qui reviennent √† la vie.

      Mais ce retour √† la vie, comment l'auteur se le repr√©sente-t-il¬†? Est-ce le retour √† une vie spirituelle, glorifi√©e, dont le ciel est le th√©√Ętre¬†? Les interpr√®tes nombreux qui sont de cet avis se fondent sur les mots qui suivent imm√©diatement¬†: ils r√©gn√®rent avec Christ.

      Dans la plupart des passages de l'Apocalypse, (Apocalypse 1.6,9¬†; 3.21¬†; 5.10¬†; 22.5) la royaut√© promise aux fid√®les est une royaut√© spirituelle dans les cieux. Dans Apocalypse 5.10 et Apocalypse 22.5, la terre sur laquelle ils r√©gneront est la terre renouvel√©e et glorifi√©e. D'ailleurs, "ils r√®gneront avec Christ et, par cons√©quent, l√† o√Ļ est Christ, dans le ciel." Bengel.

      Quelques-uns entendent le r√®gne, auquel ces ressuscit√©s ont part avec Christ, de l'action spirituelle qu'ils exercent sur les nations (verset 3) pour les conqu√©rir √† leur Ma√ģtre¬†; c'est ainsi qu'ils sont sacrificateurs (verset 6) en m√™me temps que rois. D'autres y voient simplement l'affirmation du fait qu'ils ont part au royaume des cieux et go√Ľtent la f√©licit√© de la communion parfaite avec Dieu.

      Cette explication, qui spiritualise les donn√©es de notre passage, couperait court √† toutes les r√™veries plus ou moins charnelles que, dans tous les temps, des chr√©tiens ont √©t√© tent√©s de fonder sur lui. Malheureusement, elle se heurte √† des objections dont une ex√©g√®se impartiale ne saurait m√©conna√ģtre la port√©e¬†:

      1¬į Elle rompt l'unit√© de l'√©pisode de versets 1-10, qui semblent pourtant former un seul tout. Si l'on transporte dans le ciel le r√®gne de mille ans, la sc√®ne se passerait successivement sur la terre (versets 1-3) dans le ciel (versets 4-6) et de nouveau sur la terre. (versets 7-10)

      2¬į La conception du r√®gne de mille ans se rattache aux promesses des anciens proph√®tes, qui annon√ßaient que le royaume de Dieu s'√©tablirait sur la terre, et √† la croyance en une premi√®re r√©surrection des justes, √† l'entr√©e de l'√®re messianique, qui √©tait chez les Juifs comme le corollaire de cette esp√©rance d'un r√®gne terrestre du Messie.

      C'est sur la terre aussi que Jean place le royaume millénaire des martyrs ressuscités ; (comparez verset 9, note) mais il se garde bien de leur prêter une vie de jouissances matérielles, comme les chiliastes grossiers, Papias déjà, le firent à l'envi. La domination par la contrainte, que les Juifs espéraient exercer alors sur les Gentils, il la transforme en une royauté morale, qui consistera à gagner les nations à Christ. Les saints ressuscités deviendront ainsi les véritables prêtres de l'humanité ; (verset 6) ils accompliront au milieu d'elle un travail fécond, qui ne sera plus entravé par l'action de Satan, et ils prépareront le grand jour du jugement définitif.

      Cette id√©e d'une premi√®re r√©surrection, suivie d'une phase nouvelle et particuli√®rement triomphante du r√®gne de Dieu, est propre √† l'Apocalypse. Tous les autres √©crits du Nouveau Testament envisagent le retour de Christ, la r√©surrection et le jugement dernier comme trois actes simultan√©s. (Matthieu 13.30,40-43,49,50¬†; 24.36-42¬†; 25.1-13,31¬†; Jean 5.28,29) Quelques passages de Paul, (1Corinthiens 15.23¬†; Philippiens 3.11¬†; 1Thessaloniciens 4.15-18 notes) o√Ļ l'on a cru retrouver le m√™me enseignement qu'ici, ne le renferment pas.

      6 Heureux et saint. La pleine consécration à Dieu constituera son bonheur.

      Sur la seconde mort comparez Apocalypse 2.11, note, et ci-dessous, verset 14, 2e note. Cette seconde mort n'a point de pouvoir sur eux, parce que, par la première résurrection, ils sont unis pour toujours avec Christ ; le jugement dernier ne saurait les condamner ; (verset 12) tandis que "les autres morts" (verset 5) attendent de ce jugement la fixation de leur sort définitif.

      Comparer Apocalypse 1.6, 2e note, Apocalypse 5.10, note. La conversion des pa√Įens sera une partie de leur office sacerdotal. (verset 5. note¬†; comparez Romains 15.16)

      8 Cette dernière partie de la prophétie rapporte la fin du règne de mille ans.

      Satan est d√©li√©, sur l'ordre de Dieu. (verset 3, 1re note) Il s√©duit les nations qui sont aux quatre coins de la terre, (Apocalypse 7.1) c'est √† dire dans les r√©gions les plus √©loign√©es du centre o√Ļ se trouve √©tabli le royaume des saints¬†; par leur √©loignement, ces nations sont rest√©es √©trang√®res √† son influence, elles sont donc plus accessibles aux s√©ductions de Satan.

      Celui-ci les rassemble pour la guerre, comme précédemment les rois. (Apocalypse 16.14 et suivants)

      Les noms de Gog et de Magog sont emprunt√©s √† Ezechiel Ez√©chiel 38 et Ez√©chiel 39, o√Ļ est d√©crit le dernier assaut des pa√Įens contre la J√©rusalem restaur√©e¬†; mais dans Ez√©chiel, Gog est le roi du pays de Magog, (Gen√®se 10.2) tandis que l'auteur de l'Apocalypse semble prendre les deux noms pour des noms de peuples.

      9 Le discours prophétique passe du futur de la prédiction (versets 7,8) au temps du récit historique : le voyant contemple ces faits comme s'ils étaient déjà accomplis.

      Les ennemis montèrent sur l'étendue de la terre (Habakuk 1.6) ils viennent de loin environner le camp des saints et la cité bien-aimée.

      Suivant les uns, ces deux termes désignent deux emplacements distincts ; suivant les autres, la cité bien aimée, qui ne peut être que Jérusalem, serait désignée comme le camp des saints.

      Les saints sont probablement identiques aux √©lus qui ont part au r√®gne de mille ans. Pour ceux qui placent ce r√®gne dans le ciel, les saints repr√©sentent l'√Čglise des derniers temps. La tentative de Satan est arr√™t√©e avant que la lutte ait √©t√© engag√©e.

      Un feu descendit du ciel (comparez Ezéchiel 39.6) et dévora les ennemis. Plusieurs majuscules ajoutent : d'auprès de Dieu, avant ou après du ciel.

      10 Comparer Apocalypse 19.20, 2e note ; Matthieu 25.41.

      Comparer Apocalypse 14.11, note. L'auteur du p√©ch√© sur la terre est r√©duit pour toujours √† l'impuissance et re√ßoit l'√©ternelle r√©tribution du mal qu'il a fait. La fin de l'Apocalypse rejoint ainsi le commencement de la Gen√®se, et la th√©odic√©e biblique est achev√©e, qui nous montre, d'une part la justice accomplie par le ch√Ętiment du coupable, de l'autre, la mis√©ricorde manifest√©e dans la r√©demption de tout p√©cheur repentant et croyant.

      11 11 à 15 Le Jugement universel.

      Ce grand tr√īne blanc est le si√®ge du Juge, Christ ou Dieu, d'apr√®s Daniel 7.9. L'apparition de ce tr√īne, qui rappelle celle "des tr√īnes," (verset 4) annonce que le jugement va commencer. Le jugement qui a suivi la parousie (Apocalypse 19.11-21) √©tait limit√© √† l'empire romain et aux rois ses alli√©s. Il reste donc √† proc√©der au jugement universel.

      La terre et le ciel s'enfuirent, disparurent compl√®tement, (comparez Apocalypse 16.20) de telle sorte qu'il ne fut plus trouv√© de place pour eux, o√Ļ ils pussent demeurer.

      L'univers souillé par le péché prendra fin au grand jour du jugement. (Matthieu 24.35 ; Hébreux 1.11,12 ; 2Pierre 3.7,10)

      12 Les morts, les grands et les petits, c'est-√†-dire tous, sans exception. (Romains 14.10¬†; 2Corinthiens 5.10) Il n'est pas parl√© des saints qui avaient r√©gn√© mille ans (verset 4) et avaient √©t√© d√©livres de l'attaque de Satan. (verset 9) L'auteur pense probablement √† ceux qu'il appelait¬†: (verset 5) "les autres morts." Ils se tenaient devant le tr√īne (Sin., A, Q. versions). Le texte re√ßu (minusc.) porte devant Dieu.

      Comparer Daniel 7.10¬†; Malachie 3.16¬†; Esdras 6.22, Apoc. de Baruch 24¬†:1. Ces livres multiples, o√Ļ sont consign√©es les actions des hommes, sont oppos√©s au livre unique de la vie.

      Celui o√Ļ sont inscrits les rachet√©s. (Apocalypse 20.15¬†; 3.5¬†; 13.8¬†; 17.8¬†; Daniel 12.1¬†; Luc 10.20,Philippiens 4.3)

      Apocalypse 22.12. Le principe du jugement selon les Ňďuvres (Romains 2.6) subsiste m√™me avec le salut par gr√Ęce¬†; car les Ňďuvres, qui comprennent la vie enti√®re, les sentiments du cŇďur comme les actes ext√©rieurs, d√©montrent la r√©g√©n√©ration et la sanctification par laquelle l'√Ęme doit passer pour poss√©der la vie √©ternelle. Tel est aussi l'enseignement de J√©sus dans Matthieu 16.27, de Paul dans 2Corinthiens 5.10.

      13 Dans ce verset, l'auteur revient en arri√®re pour dire comment tous les morts peuvent se tenir devant le tr√īne.

      Ils se rassemblent de tous les lieux o√Ļ ils se trouvaient¬†: la mer rend ceux qu'elle a engloutis, la Mort le s√©jour des morts ceux qu'ils d√©tiennent.

      Il est difficile de dire quelle différence l'auteur faisait entre la Mort et le séjour des Morts.

      Sur ce dernier mot (grec Hadès, lieu invisible), voir Apocalypse 1.18 ; 6.8 ; Luc 16.23 ; Actes 2.27 ; 1Corinthiens 15.55. Cette résurrection est appelée la résurrection "pour le jugement," dans Jean 5.29.

      14 Ce trait annonce la destruction de la Mort et du s√©jour des Morts, qui apparaissent personnifi√©s dans la vision, leur compl√®te suppression. (Apocalypse 21.4,Esa√Įe 25.8¬†; 1Corinthiens 15.26,54)

      A mesure que l'on avance dans ces derniers chapitres, toutes les causes de souffrance disparaissent une à une. Quels trésors d'espérance et de consolation se trouvent dans ces perspectives !

      L'étang de feu représente la seconde mort. (Apocalypse 20.6 ; 2.11, note ; Apocalypse 21.8) Cette proposition manque dans un certain nombre de minuscules.

      15 C'est-√†-dire livr√© √† la seconde mort. La mort du corps est suivie pour lui de la mort seconde, de la mort de l'√Ęme, qui meurt √©ternellement, sans espoir de revivre.

      Il n'est encore parlé que de la destinée finale des puissances ennemies et des hommes condamnés. La vision suivante dépeindra la condition de ceux qui sont inscrits dans le livre de la vie.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.