TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Ezéchiel 32

    • 1

      1 à 16 Le prophète rappelle d'abord la grandeur de Pharaon (verset 2) ; puis il décrit sa chute (versets 3 à 6) et l'effet produit par cet événement sur le monde entier (versets 7 à 10) ; enfin il désigne le roi de Babel comme l'instrument de ce jugement (versets 11 à 15).

      2

      Lion des peuples. Ce terme représente Pharaon comme celui qui dévorait les nations ; l'Egypte avait pendant des siècles été la grande puissance conquérante.

      Sur la seconde image, celle du crocodile, comparez 19.3, note.

      Dans les mers. Le Nil, √† cause de ses d√©bordements, est souvent appel√© mer (Esa√Įe 19.5¬†; 27.4)

      Dans tes fleuves. Ce terme, ainsi que celui de canaux, qui suit, désigne les nombreux canaux d'irrigation qui traversaient l'Egypte en tous sens.

      Tu troublais..., embourbais... On a rapport√© ces expressions √† la politique sourde et remuante, par laquelle l'Egypte cherchait √† soulever les peuples voisins contre les grandes puissances orientales qui la mena√ßaient. C'est plut√īt l'image du r√īle despotique et malfaisant qu'ont jou√© bien des rois √©gyptiens envers leur propre peuple.

      3

      Au moyen d'une grande multitude. Les peuples sont eux-mêmes le filet.

      4

      Comparez 29.5.

      5

      5 et 6 Le peuple égyptien tout entier est personnifié dans son roi ; les cadavres couvriront les montagnes, et le sang, remplaçant en quelque sorte le Nil, inondera la plaine.

      7

      Je voilerai : A la vue de ce désastre, les cieux se voilent. Peut-être y a-t-il allusion à ce que l'on identifiait parfois le crocodile, emblème de l'Egypte, avec la constellation du dragon (comparez Job 3.8 ; 26.12-13). Ainsi s'expliquerait l'expression : en t'éteignant.

      L'√©tonnement et la consternation de la terre sont repr√©sent√©s sous l'image d'un obscurcissement g√©n√©ral du ciel¬†; comparez Jo√ęl 2.10¬†; Esa√Įe 13.10¬†; 50.3.

      9

      9 et 10 Application de l'image versets 7 et 8. A la vue d'un plus puissant qu'eux tombant sous le glaive de l'Eternel, tous ces rois croiront voir ce glaive suspendu sur leur propre tête.

      13

      Sens : l'Egypte sera privée d'habitants et de bestiaux.

      14

      Le contexte ne permet pas de voir ici la promesse d'une bénédiction, comme si l'huile était le symbole du retour de la faveur divine. Il n'y aura plus personne là pour troubler le cours de l'eau, qui coulera limpide et calme.

      16

      Cette conclusion répond au préambule verset 2.

      Les filles des nations : ce ne sont pas ici les nations personnifiées, mais les jeunes filles dans chaque nation ; c'étaient elles qui chantaient dans les cérémonies funèbres (Jérémie 9.17,20).

      17

      17 √† 32 Cette seconde complainte forme une gradation sur la pr√©c√©dente¬†; elle repr√©sente, sous l'image d'une descente au sch√©ol (le s√©jour des morts), l'√©tat de d√©pendance et d'impuissance auquel est d√©sormais condamn√©e l'Egypte (comparez Esa√Įe 14.9-20). Elle est divis√©e en sept strophes¬†; la premi√®re et la derni√®re se rapportant √† l'Egypte et les cinq autres √† d'autres nations dont la ruine est rappel√©e √† l'occasion de la sienne.

      L'indication du mois est omise ; mais ce n'est pas ici une négligence comme 26.4. Le mois est certainement le même qu'au verset 1.

      18

      18 à 21 L'Egypte.

      Fais-la descendre. La parole du prophète étant celle de Dieu, il exécute en la prononçant le jugement qu'il annonce (Jérémie 1.9-10).

      Les filles des nations. Ce sont ici les nations elles-m√™mes personnifi√©es. Ces mots se rapportent sp√©cialement aux diff√©rents peuples mentionn√©s ensuite. La complainte prend ainsi le caract√®re d'un chant de mort sur le monde pa√Įen tout entier.

      19

      Vaux-tu mieux...¬†? La r√©ponse est : Nullement. Malgr√© ta puissance, tu n'√©chapperas point au sort de toutes tes sŇďurs.

      Qu'on fasse ta couche. Le s√©pulcre o√Ļ est couch√© le corps est identifi√© avec le sch√©ol o√Ļ l'√Ęme descend, et l'habitation dans celui-ci avec l'√©tat d'impuissance du cadavre.

      Auprès des incirconcis : voir 31.18, note.

      20

      L'épée est donnée : à Nébucadnetsar ; comparez 21.14,24,33 ; 30.24.

      Entra√ģnez l'Egypte. Litt√©ralement : Entra√ģnez-l√†. C'est un ordre donn√© √† l'arm√©e du roi de Babel.

      21

      Lui adresseront la parole. Ce sont les rois jadis alli√©s de l'Egypte, qui, descendus avant elle dans le sch√©ol, lui souhaitent la bienvenue au milieu d'eux. Comparez Esa√Įe 14.9 et suivants.

      22

      Assur. Cet empire est placé en tête, comme le plus illustre des ennemis de l'Egypte.

      Ses tombeaux. Toujours l'identification des sépulcres avec le schéol (verset 19). Les sépulcres des chefs et des soldats entourent celui du roi.

      24

      Elam. Ce pays √©tait situ√© sur le versant de la haute cha√ģne qui borne √† l'est la plaine de la Babylonie (comparez J√©r√©mie 49.34, note). Il avait √©t√© dans les temps les plus antiques le si√®ge d'un empire puissant (comparez Gen√®se 14.5,9). Les inscriptions r√©cemment d√©couvertes ont permis de reconstruire en partie l'histoire de la monarchie des Kudur, √† laquelle appartenait le K√©dor-Laomer dont il est parl√© Gen√®se 14.1. La r√©p√©tition presque identique des m√™mes phrases que dans les versets 22 et 23, serait √©trange, si l'on ne se souvenait que ce sont l√† des refrains qui conviennent au caract√®re de la chanson populaire dont cette complainte affecte la forme.

      26

      M√©sec et Tubal : peuples septentrionaux (27.13, note). Une quarantaine d'ann√©es avant le moment o√Ļ √©crivait Ez√©chiel, des hordes innombrables de Scythes, venant du nord, avaient fait irruption en Syrie, en Babylonie, en Palestine et jusqu'en Egypte, en ravageant tout sur leur passage, mais elles s'√©taient comme fondues sans presque laisser de trace de leur existence. Il est probable que c'est √† cet √©v√©nement que pense le proph√®te (H√©rodote I, 106).

      27

      Ils ne seront point couchés... Les cadavres de cette multitude désordonnée ne seront point enterrés régulièrement comme ceux des hommes vaillants qui ont péri en combat régulier et qu'on enterre honorablement avec leur armure.

      28

      Toi aussi. Ces mots pourraient s'adresser √† M√©sec et √† Tubal. Mais pourquoi distinguer ainsi ces deux peuples de tous les autres¬†? C'est plut√īt une apostrophe √† l'Egypte, qui sert de point de repos, en rappelant l'occasion de ce chant fun√®bre¬†; comparez Gen√®se 49.18.

      29

      En pleine vigueur. Tous ces transpercés sont des jeunes hommes abattus par l'ennemi dans la plénitude du courage et de la force.

      30

      Les seigneurs du septentrion..., les Sidoniens... La réunion de ces deux expressions fait présumer que la première se rapporte surtout au roi de Damas et aux princes syriens qui avaient succombé peu de temps avant le royaume des dix tribus (2Rois 16.9).

      31

      31 et 32 C'est ici la cl√īture de la complainte. En arrivant au s√©jour des morts, Pharaon se console de sa d√©faite par la nombreuse soci√©t√© de monarques semblables √† lui qu'il y trouve r√©unie. Il n'y a √©videmment rien de personnel dans ce tableau. Il se rapporte au Pharaon collectif qui a exerc√© la souverainet√© sur l'Egypte durant tout le temps de sa force et de son ind√©pendance.

      Remarques sur les chapitres 25 à 32

      Nous n'avons point insist√© sur la formule qui termine √† peu pr√®s chacun des oracles de ce recueil relatif aux peuples √©trangers : Et ils sauront que je suis l'Eternel. Elle caract√©rise l'importance de l'√©poque en laquelle proph√©tisait Ez√©chiel. Le moment √©tait arriv√© o√Ļ le monoth√©isme juif, destin√© √† devenir la religion de toute l'humanit√©, allait sortir de l'√©troite prison o√Ļ il avait √©t√© enferm√© jusqu'alors, franchir les limites de la Palestine et commencer la conqu√™te morale du monde par la destruction du paganisme. C'√©tait l√† ce qu'exprimait d√®s le commencement d'une mani√®re frappante et plastique l'apparition de Dieu au-dessus des quatre ch√©rubins (1.28, note). C'est l√† ce que rappelle avec insistance le refrain dont nous parlons. Il ne renferme pas express√©ment la promesse du salut en faveur des restes de tous ces peuples √©trangers, telle qu'on la trouve dans les proph√©ties d'Esa√Įe et de J√©r√©mie (comparez J√©r√©mie 48.47¬†; 49.6,39). C'est simplement l'anticipation de l'hommage qui sera rendu au nom de J√©hova par toute l'humanit√©, dans laquelle les restes de ces nations se seront fondus, lorsque, sous le poids des jugements dont elle sera frapp√©e, elle abandonnera les idoles et proclamera J√©hova le Dieu unique. Le jugement du monde, ici d√©crit, est n√©cessaire pour que le monde se soumette √† l'Eternel. Aucune nation pa√Įenne, encore au fa√ģte de sa splendeur, ne d√©laisserait ses idoles pour donner gloire √† Dieu. Pour qu'un peuple reconnaisse ainsi la souverainet√© de J√©hova, il faut que sa force ait √©t√© bris√©e.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.