Teaser Nuit de louange et de prière

Jean 15.5

Afin de rendre plus frappante encore la conséquence négative qui précède, Jésus déclare solennellement que c'est bien lui qui est le cep et que ses disciples sont les sarments ; mais c'est pour conclure encore une fois qu'en lui, ils porteront beaucoup de fruit, mais que, hors de lui, ils n'en porteraient aucun, pas plus que le sarment séparé du cep.

Cette seconde idée, introduite par le mot car, parce que, semble donnée comme une preuve de la première affirmation, cela ne parait pas d'abord très logique le fait que hors de Christ ils ne peuvent rien faire ne prouve pas que, en Christ, ils porteront beaucoup de fruit.

Mais ce fruit, qui le porte¬†? Celui-l√† seul qui demeure en moi, dit J√©sus¬†; d'o√Ļ il r√©sulte que c'est l'Esprit de Christ, qui, comme la s√®ve du cep dans le sarment, fait seul porter du fruit √† l'homme¬†; c'est ce que confirme (car) le fait d'exp√©rience que l'homme hors de Christ, comme le sarment d√©tach√© du cep, ne peut rien produire, rien de v√©ritablement bon, rien qui supporte le regard du Dieu saint et qui lui soit agr√©able.

Saint Augustin concluait de ce passage l'entière incapacité morale de l'homme pour le bien. A quoi M. Godet répond, avec Meyer et les exégètes modernes : "Le thème ici formulé n'est pas celui de l'impuissance morale de l'homme naturel pour tout bien ; c'est celui de l'infécondité du croyant laissé à sa force propre, quand il s'agit de produire ou d'avancer la vie spirituelle, la vie de Dieu, en lui ou chez les autres."


  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager