TopCartes x PLM collab

Marc 15

    • 1 Chapitre 15. La r√©surrection et l'ascension.

      1 à 8 La visite des femmes au sépulcre.

      Marc fait observer ici que, dans cette seconde délibération, le sanhédrin était au complet, renfermant les trois classes d'hommes qui composaient ce corps.

      Il n'en avait probablement pas été de même pendant la première partie de la séance, dans laquelle la condamnation de Jésus venait d'être prononcée. (Marc 14.53)

      Maintenant il ne s'agissait plus que de livrer le Sauveur à Pilate, afin d'obtenir de lui l'autorisation d'exécuter la sentence. (Comparer Matthieu 27.1,2, notes.) Ce fut l'accomplissement de la prédiction Marc 10.33.

      2 2 à 20 Jésus devant Pilate.

      Voir, sur la comparution de Jésus devant Pilate, Matthieu 27.1,2,11-30, notes, et comparez Luc 23.1 et suivants et surtout Jean 18.28 et suivants

      De tous les √©vang√©listes, c'est Marc qui a le r√©cit le plus abr√©g√© de l'interrogatoire de J√©sus par Pilate¬†; il se borne √† quelques traits principaux, destin√©s √† nous montrer que le gouverneur romain avait le d√©sir de sauver J√©sus, tandis que sa l√Ęche faiblesse et sa politique √©go√Įste succombent bient√īt devant l'insistance passionn√©e des Juifs. Jean nous donne la relation la plus compl√®te du dialogue de J√©sus avec le gouverneur et des luttes que ce dernier soutint dans sa conscience, avant de la sacrifier √† ses int√©r√™ts.

      La question de Pilate exprime l'étonnement : Toi tu es le roi des Juifs ?

      Cette question se trouve dans les quatre √©vangiles. Luc (Luc 23.2,3) nous apprend que le sanh√©drin, apr√®s avoir condamn√© J√©sus pour un crime religieux, le blasph√®me, (Marc 14.64) changea devant Pilate ce chef d'accusation en un d√©lit politique. Nouvelle iniquit√© dans ce proc√®s, o√Ļ tout n'est qu'un tissu de mensonges.

      Tu le dis, h√©bra√Įsme qui signifie "oui, je le suis, comme tu le dis." J√©sus, en confessant sa divinit√© devant le sanh√©drin et sa royaut√© devant Pilate a rendu de sa personne et de son Ňďuvre le grand t√©moignage qui subsiste pour tous les temps.

      (Voir, sur cette royauté, Jean 18.33-37, et, sur cette confession, 1Timothée 6.13)

      3 Luc (Luc 23.2,3) a rapporté quelques-unes de ces accusations.
      5 Voir Matthieu 27.14 notes.
      6 Cet imparfait¬†: il leur rel√Ęchait, exprime exactement la pens√©e de Matthieu¬†: "avait la coutume de rel√Ęcher."
      7 Marc et Luc rapportent en détail le crime de Barabbas et de ses complices mais sans nous dire quelle était la sédition au milieu de laquelle ils l'avaient commis.
      8 La foule étant montée (Sin., B, D, Itala), c'est-à-dire ayant gravi les degrés du tribunal ou les marches du palais de Pilate.

      La foule demande selon qu'il faisait ordinairement pour elle, c'est-√†dire de leur rel√Ęcher un prisonnier.

      D'après Matthieu, (Matthieu 27.17) ce serait Pilate qui aurait pris l'initiative de cette offre, dans l'espoir que le peuple demanderait l'élargissement de Jésus.

      9 C'est par ironie que Pilate appelle Jésus le roi des Juifs, mais cette ironie était dirigée contre les principaux du peuple, sur lesquels le gouverneur déversait ainsi sa mauvaise humeur.

      On a supposé aussi que, désirant sauver Jésus, il faisait appel au sentiment national en lui donnant un titre que lui avait décerné la faveur populaire. (Comparer Jean 19.15)

      10 Grec : il connaissait ou reconnaissait ce mauvais motif des adversaires de Jésus, c'est-à-dire qu'il le pénétrait en les observant, au cours même de cette transaction.

      La version ordinaire : il savait ou savait bien, pourrait faire supposer qu'il en avait eu connaissance auparavant et d'une autre manière.

      11 Grec¬†: incit√®rent afin qu'il leur rel√Ęch√Ęt.

      Marc et Luc nous montrent ainsi dans les chefs religieux du peuple les instigateurs de la foule qui n'était qu'un instrument dans leurs mains.

      12 Sin., B, C portent : que ferai-je donc ?

      - Ce n'étaient pas les accusateurs de Jésus qui l'appelaient roi des Juifs puisque, au contraire, ils lui reprochaient de s'attribuer cette qualité et lui en faisaient un crime devant le gouverneur romain.

      Nous retrouvons donc ici l'ironie méprisante par laquelle Pilate se vengeait des membres du sanhédrin. (verset 9)

      13 Le mot de nouveau montre qu'ils avaient déjà proféré ce cri : Crucifie-le ! C'est ce que Marc fait entendre au verset 11.
      14 Quel mal a-t-il donc fait ?

      - Crucifie-le ! Telle est la logique et la justice de la haine et de toutes les mauvaises passions.

      - Ces verbes à l'imparfait : Pilate leur disait, (versets 12,14) indiquent que le gouverneur romain, dans son désir de sauver Jésus, revint plusieurs fois à ces questions.

      15 Voir, sur l'horrible supplice de la flagellation, Matthieu 27.26, note.

      D'après l'évangile de Jean, (Jean 19.1,4) ce supplice fut l'une des tentatives de Pilate pour satisfaire ou attendrir le peuple et sauver Jésus.

      Dans Matthieu et Marc, cette intention n'est pas marqu√©e, et la flagellation appara√ģt plut√īt comme une cons√©quence de la condamnation du Sauveur et comme un pr√©lude de son crucifiement.

      16 Comparer Matthieu 27.27, note.

      Cet évangéliste dit : dans le prétoire ;

      Marc plus exact : dans l'intérieur de la cour qui est le prétoire.

      En effet, le mot cour d√©signe tout ensemble le palais et la cour int√©rieure, qu'entouraient les divers b√Ętiments de ce palais. (Matthieu 26.3) C'est dans cette cour que l'on conduisit J√©sus.

      21 21 à 41 Jésus crucifié.

      Comparer Matthieu 27.28-30, notes. Ils le conduisent dehors, c'est-à-dire hors de la ville.

      Voir, sur le récit de la mort de Jésus, Matthieu 27.31-54, notes, et comparez Luc 23.26 et suivants

      Marc donne quelques d√©tails sur ce Simon qu'on contraignit de porter la croix de J√©sus. Il parait avoir s√©journ√© √† Cyr√®ne, ville de Libye en Afrique, o√Ļ il y avait beaucoup de Juifs. (Actes 6.9) De l√† son surnom.

      Le fait que Marc nomme aussi ses deux fils prouve qu'ils √©taient bien connus au moment o√Ļ cet √©vangile fut √©crit¬†; ils √©taient probablement devenus des disciples de J√©sus. Rufus est peut-√™tre celui qui est mentionn√© Romains 16.13.

      Quant à Alexandre, il n'a sans doute de commun que le nom avec ceux dont il est parlé dans Actes 19.33 et 1Timothée 1.20.

      - Cette observation faite par Marc, que Simon revenait des champs, est un des arguments sur lesquels s'appuient ceux qui pensent que le jour de la mort de J√©sus √©tait le 14 nisan et non le 15, grand jour de la f√™te de P√Ęque, o√Ļ le repos sabbatique √©tait prescrit.

      L'expression revenir des champs semble en effet impliquer qu'il était allé travailler et non faire une simple promenade, comme l'ont prétendu quelques interprètes.

      Le procès et l'exécution de Jésus, avec toutes les allées et venues auxquelles ils donnèrent lieu s'accorderaient du reste difficilement avec un jour de repos légal et de grande fête religieuse.

      (Voir, sur cette question de la date de la mort du Sauveur, Jean 13.1,note, et comparez F. Godet, Commentaire sur saint Luc, 3e éd. p. 446 et suivants, 547 et suivants)

      22 Voir Matthieu 27.33 note.
      23 Voir Matthieu 27.34, note.

      On donnait aux suppliciés, dans une intention compatissante, au moment de l'exécution, une boisson destinée à les étourdir. Il faut remarquer ce verbe à l'imparfait, si familier à Marc : ils lui donnaient, lui offraient avec insistance ce vin, mais Jésus le refusa ; il voulut conserver toutes ses facultés et épuiser la coupe des souffrances.

      24 Les verbes au présent, selon le vrai texte : ils le crucifient, ils partagent ses vêtements, rendent cette tragique scène encore plus actuelle et saisissante.

      Voir, sur ces deux actes, Matthieu 27.35, notes.

      25 La troisième heure, en comptant depuis six heures du matin, à la manière des Juifs, correspond à neuf heures.

      Cette indication ne saurait s'accorder avec Jean 19.14, o√Ļ il est dit qu'√† la sixi√®me heure (midi) J√©sus √©tait encore chez Pilate, qui allait le livrer aux Juifs. Il y a donc entre Marc et Jean un √©cart de trois heures.

      26 Voir Matthieu 27.37 note.
      27 Matthieu 27.38, note.

      Le texte re√ßu ajoute un verset 28 con√ßu en ces termes¬†: Ainsi cette parole de l'Ecriture fut accomplie¬†: Il a √©t√© mis au rang des malfaiteurs. (Esa√Įe 53.12)

      Cette citation a été faite par le Seigneur lui-même, dans la nuit de ses souffrances. (Luc 22.37) Inscrite d'abord à la marge, elle a passé dans le texte de notre évangile ; elle y paraissait fort bien à sa place à la suite du verset 27.

      30 Ces injures consistaient en des gestes (branlant la tête), en des cris (ohé !) et en des paroles.

      D√©truire et reb√Ętir le temple √©tait une allusion ironique au faux t√©moignage port√© contre J√©sus. (Marc 14.58)

      Ces mots : sauve-toi toi-même, étaient une amère raillerie de la prétention que Jésus avait de sauver les autres. (Marc 15.31 ; Luc 23.35)

      32 Les principaux sacrificateurs et les scribes formaient un groupe à part : ils échangeaient entre eux leurs remarques railleuses.

      Marc seul rapporte leur invocation au Christ, au roi d'Isra√ęl. Ils veulent voir pour croire. H√©las¬†! si m√™me J√©sus √©tait descendu de la croix devant leurs yeux, ils n'auraient pas cru, parce qu'ils s'en √©taient rendus incapables et indignes.

      L'insultaient ou lui disaient des outrages. Ces insultes sont attribu√©es aux deux brigands crucifi√©s, tandis que le r√©cit de Luc nous fait conna√ģtre les sentiments bien diff√©rents de l'un d'eux. (Luc 23.40 et suivants) Voir Matthieu 27.44, note.

      33 De midi à trois heures. Ceci est en harmonie avec Matthieu et Luc ; mais d'après le verset 25, il y aurait eu déjà trois heures que Jésus endurait le supplice de la croix.

      - Quant à ces mots : il y eut des ténèbres, voir Matthieu 27.45, note.

      34 Voir sur cette parole Matthieu 27.46, note.

      Marc a conserv√© la prononciation syriaque ou aram√©enne du mot Elo√Į, mon Dieu.

      En hébreu, on dit Eli, (Psaumes 22.2) et c'est sans doute sous cette dernière forme que Jésus prononça ces paroles, telle qu'elles sont dans le psaume qui occupait alors ses pensées. Elle expliquerait mieux la méprise ou le jeu de mots rapportés au verset suivant : il appelle Elie. (Matthieu 27.47, note.)

      36 Dans le r√©cit de Matthieu, (Matthieu 27.48,49) c'est l'un des assistants qui offre √† J√©sus ce rafra√ģchissement, et ce sont les autres qui, ensuite, prononcent ces paroles. La sc√®ne se passa sans doute ainsi.

      On a tenté de concilier les deux récits en supposant que même ici, et malgré le mot : en disant, ce n'est pas le même homme qui agit et qui parle ; mais ce serait faire violence au texte.

      On pourrait plut√īt attribuer un sens s√©rieux √† ces paroles¬†: voyons si Elie vient, en supposant que celui qui les pronon√ßa √©tait un Isra√©lite qui, d'apr√®s la proph√©tie, attendait le retour d'Elie. (Marc 9.11)

      Mais le récit de Matthieu parait le plus naturel.

      37 Un grand cri (grec une grande voix.)

      Marc ni Matthieu ne nous disent quelles paroles Jésus prononça ainsi à haute voix ; mais Jean (Jean 19.30) et Luc (Luc 23.46) nous les ont précieusement conservées.

      38 Voir, sur ce fait, Matthieu 27.51 note.
      39 Voir, sur cette exclamation du centenier et sur les causes qui avaient pu produire en lui de tels sentiments, Matthieu 27.54, note.

      Marc fait l'observation que cet officier romain se tenait en face de lui (de Jésus), c'est-à-dire qu'il avait pu tout voir, tout entendre, recevoir les impressions profondes de ces grandes scènes de Golgotha.

      C'est la m√™me pens√©e que Matthieu a exprim√©e en disant¬†: "ayant vu ce qui √©tait arriv√©." Mais, d'apr√®s le texte re√ßu, Marc dit que ce qui a attir√© l'attention du centenier, c'est que J√©sus "e√Ľt ainsi expir√© apr√®s avoir cri√©."

      De nombreux et éminents exégètes en ont conclu que le centenier fut frappé de ce que Jésus en rendant l'esprit avait encore la force de jeter un grand cri. Il y aurait vu un miracle, qui l'aurait amené à croire que ce mourant était un héros, un fils des dieux.

      Certes, il faut répéter ici : "La lettre tue." Ce ne fut pas la forte voix de Jésus mourant, mais bien les paroles qu'il prononça, cette prière, expression d'une ineffable confiance en Dieu : "Père, je remets mon esprit entre tes mains !" qui firent une impression profonde sur le centenier. (verset 37, note.)

      - D'ailleurs le mot : après avoir crié manque dans les manuscrits les plus anciens (Sin., B), la plupart des critiques le suspectent, comme une glose tirée de Matthieu 27.50.

      41 Parmi ces femmes pieuses, qui avaient eu le courage d'assister au supplice de Jésus jusqu'à la fin, Marc nomme les mêmes que Matthieu. (Matthieu 27.56, note.)
      42 42 à 47 Jésus mis dans le sépulcre.

      Voir, sur ce récit de la sépulture de Jésus, Matthieu 27.57-61, note, et comparez Luc 23.50-56 et Jean 19.38 et suivants

      Ces mots de Marc¬†: comme c'√©tait la pr√©paration, c'est-√†-dire la veille du sabbat qui allait commencer √† six heures, expliquent pourquoi Joseph d'Arimath√©e se h√Ęta de mettre √† ex√©cution son pieux dessein.

      43 La description que Marc fait de Joseph peint la situation et les sentiments de cet homme.

      Conseiller de distinction, il avait beaucoup à perdre en embrassant ainsi la cause du Crucifié ; il lui fallait donc du courage (s'étant enhardi) pour se rendre dans le palais de Pilate et lui demander le corps de Jésus ; mais ce courage, il l'eut, parce qu'il était disciple de Celui qu'il voulait honorer (Matthieu 27.58, note ; comparez Jean 19.38), ou, comme le dit Marc, parce qu'il attendait, lui aussi (avec beaucoup d'autres), le royaume de Dieu.

      44 Les crucifi√©s pouvaient vivre plusieurs jours. Aussi Pilate s'√©tonna-t-il que J√©sus f√Ľt d√©j√† mort¬†; il voulut s'en assurer avant de livrer son corps. (Comparer Jean 19.31-35)

      Encore un témoignage historique que Jésus était bien réellement mort. Marc seul a conservé ce trait.

      45 Il fit don ou présent du cadavre. (Le texte reçu, avec A, C, les majuscules, dit : du corps.)

      Marc choisit à dessein ce terme pour faire comprendre que Pilate accorda gratuitement à Joseph sa demande.

      On aurait bien pu supposer, en effet, que l'avare gouverneur e√Ľt profit√©e de cette occasion pour exploiter le riche s√©nateur juif¬†; l'histoire fournit des exemples d'une telle cupidit√© en des cas semblables.

      46 voir Matthieu 27.60 note.
      47 Le texte re√ßu dit¬†: o√Ļ on le mettait, ce qui supposerait qu'elles assistaient √† l'ensevelissement.

      Selon le vrai texte, elles revinrent au s√©pulcre apr√®s que cet acte e√Ľt √©t√© accompli et constat√®rent o√Ļ on avait mis J√©sus. Matthieu (Matthieu 27.61) nous apprend qu'elles rest√®rent l√† longuement, "assises vis-√†-vis du s√©pulcre," s'oubliant dans leur contemplation et leur douleur.

      Au reste, l'évangéliste va nous dire quelle était leur intention. (Marc 16.1)

  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.