Pub émission "Vis ta foi" de KBM (été 2024)

Romains 5.12

Adam et Christ. 5 :12-21

12 √† 21 La puissance de mort, exerc√©e par la faute d'Adam, garantit l'efficacit√© de la gr√Ęce manifest√©e en J√©sus-Christ.

Jusqu'ici, Paul a montré le péché avec ses suites funestes (Romains 1.18-3.20) et la justification avec ses conséquences réparatrices. (Romains 3.21-5.11)

Maintenant, embrassant d'un regard ces deux grands faits qui sont comme les deux p√īles de l'histoire de l'humanit√©, il va remonter √† la source de ce double courant de mort et de vie, √† Adam et √† Christ, entre lesquels il √©tablit un long parall√®le. (versets 12-21)

Il nous montre l'histoire de l'humanité qui se partage en deux grandes périodes. Adam est à la tête de la première et la domine, Christ domine la seconde. L'économie temporaire de la loi forme la transition de l'une à l'autre.

De plus, dans sa comparaison entre Adam et Christ, l'ap√ītre se livre √† un raisonnement par lequel il d√©montre la sup√©riorit√© de l'Ňďuvre r√©demptrice du Christ sur l'Ňďuvre destructrice qui a √©t√© la cons√©quence de la chute d'Adam. Si la faute d'Adam a entra√ģn√© tous les hommes dans le p√©ch√© et la mort √† plus forte raison la r√©demption accomplie par Christ doit-elle √™tre une source de salut et de vie pour tous.

Cette conclusion est le but principal de tout ce d√©veloppement par lequel l'ap√ītre ach√®ve de montrer la valeur de la justification op√©r√©e par Christ, et de prouver au croyant qu'il peut √™tre assur√© de son salut final.

- L'ap√ītre introduit son parall√®le entre Adam et Christ par¬†: c'est pourquoi, non qu'il l'envisage comme la conclusion logique de l'affirmation du verset 11¬†; mais parce qu'il le rattache √† tout l'enseignement pr√©c√©dent depuis Romains 1.18, et le pr√©sente comme un regard en arri√®re, par lequel il consid√®re les deux faits du p√©ch√© et de la justification dans leur source et dans leurs effets.

"Nous ne pouvons pas voir plus clairement ce que nous possédons en Christ que par la démonstration de ce que nous avons perdu en Adam." Calvin.

- Il est une mani√®re de concevoir notre humanit√©, contraire aux donn√©es de l'exp√©rience comme aux affirmations de l'√©criture sainte, qui ne permet pas de comprendre la pens√©e que Paul va d√©velopper, car elle ne tend √† rien moins qu'√† nier √©galement les effets de la chute d'Adam et l'Ňďuvre r√©demptrice du Sauveur¬†; c'est la conception qui fait de l'humanit√© une agr√©gation d'individus ind√©pendants les uns des autres, qui ne soit unis par aucun lien de solidarit√©.

Dans cette id√©e, Adam et J√©sus Christ n'ont exerc√© d'influence sur les autres hommes, l'un pour les entra√ģner au p√©ch√©, l'autre pour les conduire √† la justice, que par leur exemple et nullement par une action r√©sultant d'un lien organique entre eux et le reste des hommes.

L'Ecriture, au contraire, nous présente l'humanité comme une famille dont chaque membre, tout en demeurant individuellement responsable, fait partie intégrante de l'ensemble et ne peut répudier La solidarité avec tous les autres membres de la famille.

"Diverses images sont employ√©es dans l'√©criture pour mettre en lumi√®re cette v√©rit√©¬†: c'est la relation entre les membres du corps humain, (1Corinthiens 12.20 et suiv) entre les sarments d'un m√™me cep, (Jean 15.1 et suivants) entre les branches et le tronc de l'olivier. (Romains 11.17 et suivants) Or, dans un arbre, il est plus d'une branche dont l'existence n'est pas n√©cessaire √† la plante¬†; elles peuvent √™tre retranch√©es sans que l'arbre meure. Mais il est deux circonstances o√Ļ la destruction d'une faible tige entra√ģne la mort de la plante¬†: c'est d'abord quand la plante sort de son germe et est encore bien fragile¬†; c'est ensuite quand, par l'op√©ration de la greffe, une branche nouvelle a √©t√© entr√©e sur le vieux tronc. La destruction de la tige ou de la branche greff√©e an√©antit la plante, ou rend vaine l'op√©ration de la greffe. Il y a eu de m√™me dans le d√©veloppement de notre humanit√© deux √™tres dont l'existence a d√©termin√© la vie du corps entier Adam et Christ. Adam d'abord, duquel est sorti la race, s'il √©tait mort sans descendants, aussit√īt apr√®s la chute, l'humanit√© aurait p√©ri dans sa personne, tandis que la blessure que le p√©ch√© lui a inflig√©e a nui √† tout le d√©veloppement de la race, de m√™me que l'arbre dont la tige a √©t√© courb√©e, croit de travers. En second lieu Christ. Il est √† la descendance d'Adam ce que la greffe est √† l'arbre sauvage. S'il avait √©t√© retranch√© avant que son Ňďuvre e√Ľt √©t√© accomplie, l'humanit√© serait rest√©e dans son √©tat naturel, comme le sauvageon quand la greffe a √©t√© d√©truite. Mais la greffe g√©n√©reuse subsiste¬†; elle change la nature de toute la plante." Olshausen.

- Comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, comparez Genèse 3.1 et suivants

Il ne faut pas entendre par le péché le premier péché envisagé comme action isolée, ni le penchant à pécher, ni même exclusivement la corruption de l'humanité. Ce terme est pris dans sa plus grande généralité : le péché de l'homme, le fait qu'il est devenu étranger à la communion avec Dieu, et en outre toutes les conséquences de la chute, tous les péchés considérés dans leur ensemble comme un tout dont l'humanité entière est responsable.

- Le monde, ce sont les hommes en général, l'humanité, comparez Jean 3.16 ; l'expression est équivalente à celle qui suit : tous les hommes.

Le p√©ch√© est entr√© dans le monde, c'est √† dire le principe du mal s'est implant√© dans l'humanit√©, o√Ļ il exerce d√®s lors son action funeste. Le premier homme, en donnant par sa d√©sob√©issance acc√®s dans son propre √™tre √† la puissance du mal, a infect√© l'esp√®ce enti√®re, car c'est une nature corrompue qu'Adam a transmise √† ses descendants.

- Et par le p√©ch√© la mort¬†: telle est la constatation √† laquelle l'ap√ītre voulait en venir, la suite montre qu'il lui importait moins de marquer l'origine du p√©ch√© que celle de la mort.

La mort peut √™tre la mort physique, la mort spirituelle de l'√™tre moral, ou la mort √©ternelle, la condamnation d√©finitive du p√©cheur. Le second sens est exclu, car la mort spirituelle ne saurait se distinguer du p√©ch√©. On ne saurait s'arr√™ter au troisi√®me sens, car l'ap√ītre ne peut vouloir dire que, par la seule faute d'Adam, les autres hommes sont vou√©s √† la mort √©ternelle. (versets 15,17)

Ce "r√®gne de la mort," dont il est question dans versets 14,17, ne peut √™tre que celui de la mort physique. L'homme, exclu de la communion de Dieu par le p√©ch√©, dut reconna√ģtre, √† la mortalit√© de son corps d√©bile et √† toutes les souffrances qui proc√®dent sa dissolution, qu'il s'√©tait s√©par√© de la source unique de la vie.

Que la mort physique, avec toutes les mis√®res qui l'accompagnent, ne fut point originairement dans le dessein de Dieu qu'elle n'est pas une n√©cessit√© inh√©rente √† la nature de l'homme, mais bien l'ex√©cution de la sentence prononc√©e sur le p√©ch√© (Gen√®se 2.17,3.19) c'est l√† une v√©rit√© que l'ap√ītre suppose admise, qu'il se contente d'affirmer, parce qu'elle est clairement enseign√©e dans l'Ecriture sainte.

La rédemption par Jésus-Christ est destinée à nous délivrer de cet ennemi dont nous sommes devenus la proie. (Romains 5.17,21 ; 1Corinthiens 15.21-26,54-56 ; Hébreux 2.15)

- Et ainsi, après qu'elle fut entrée dans le monde par le péché et parce qu'elle est le salaire du péché, la mort a pénétré dans tous les hommes, sur quoi tous ont péché.

La plupart traduisent : parce que tous ont péché ; mais la locution employée n'est pas la conjonction qu'on rend habituellement par parce que, elle est formée du pronom relatif et d'une préposition qui signifie primitivement sur, puis par dérivation "dans" et "pendant."

On ne peut toutefois traduire avec la Vulgate : "dans lequel, Adam tous ont péché ;" ni : "dans laquelle mort (spirituelle) tous ont péché."

De l'avis de la grande majorité des interprètes, le pronom relatif est au neutre, et selon qu'on le rapporte à ce qui précède ou à ce qui suit, il faut traduire : sur le fondement duquel fait (l'entrée dans le monde du péché et de la mort) tous ont péché ; ou : sur le fondement du fait que tous ont péché.

Dans 2Corinthiens 5.4 et Philippiens 3.12, la locution présente ce dernier sens ; mais Philippiens 4.10 peut être invoqué en faveur du premier sens. La plupart cependant adoptent la seconde signification et traduisent : sur ce que, en raison de ce que, parce que.

Beaucoup de commentateurs estiment que le but de cette proposition est de présenter la mort de tous les hommes comme la conséquence, non du péché d'Adam, mais des péchés par lesquels ils l'ont eux-mêmes méritée : elle les atteint parce qu'ils ont tous péché.

De m√™me que le p√©cheur doit s'approprier personnellement par la foi la justice que Christ lui a acquise, de m√™me il n'encourt le ch√Ętiment de la mort que parce qu'il p√®che volontairement et s'associe ainsi d'une mani√®re consciente √† la r√©volte d'Adam.

Cette interprétation se heurte à de graves objections.

1¬į L'ap√ītre contredirait dans cette derni√®re proposition ce qu'il vient d'enseigner dans la premi√®re partie du verset¬†: "par un seul homme, le p√©ch√© est entr√© dans le monde et par le p√©ch√© la mort, et ainsi la mort a p√©n√©tr√© dans tous les hommes." Il ressortait clairement de ces paroles que le p√©ch√© d'Adam est la cause de la mort universelle. Et c'est ce que confirment les d√©clarations qui vont suivre¬†: "par la faute d'un seul, tous les autres sont morts¬†:" (verset 15) "par la faute d'un seul la mort a r√©gn√© par ce seul." (verset 17) Toute l'argumentation des versets versets 12-21 repose sur l'id√©e que Christ seul est la cause de la justification, comme Adam seul a √©t√© la cause de la condamnation. Si celle-ci √©tait motiv√©e par les fautes individuelles des p√©cheurs, la justification aussi devrait √™tre, en partie du moins, l'Ňďuvre du croyant.

2¬į La suite des pens√©es dans versets 13,14 ne peut s'√©tablir d'une mani√®re naturelle si l'on admet que Paul consid√®re la mort comme une cons√©quence des transgressions individuelles. Il faudrait alors consid√©rer verset 13 comme l'√©nonc√© d'une objection¬†: la mort a r√©gn√© avant la promulgation de la loi qui seule rendait le p√©ch√© imputable, et verset 14 comme la r√©ponse √† cette objection. Paul l'√©carterait par une fin de non recevoir justifi√©e par la pens√©e qu'il exprime ailleurs¬†: (Romains 1.21¬†; 2.14,15) ceux qui n'ont pas de loi r√©v√©l√©e ont cependant la loi √©crite dans leur cŇďur.

Cette interpr√©tation, on le voit, nous oblige de sous-entendre des pens√©es importantes. Au contraire, si l'on admet que Paul voit dans la faute d'Adam la cause de la mort de tous, (verset 12) les versets versets 13,14 pr√©sentent la confirmation (car) de cette th√®se dans le fait que la mort a r√©gn√© d'Adam √† Mo√Įse, frappant ceux qui n'avaient pas p√©ch√© par une transgression positive comme celle du premier homme, et cela en d√©pit du principe que le p√©ch√© n'est pas imput√© quand il n'y a pas de loi.

- Les interpr√®tes qui se rendent √† ces raisons expliquent de deux mani√®res la proposition incidente¬†: sur quoi ou parce que tous ont p√©ch√©. Ceux qui admettent la traduction¬†: parce que tous ont p√©ch√©, sous-entendent¬†: "en Adam." Ils expliquent l'omission de ce compl√©ment¬†: "en Adam," qui exprime pourtant l'id√©e essentielle, en disant que la pens√©e par laquelle d√©butait le passage¬†: par un seul homme, etc. remplissait tellement l'esprit de l'ap√ītre qu'il n'a pas jug√© n√©cessaire de la r√©p√©ter.

Cette explication, si plausible qu'elle soit, n'est pourtant pas enti√®rement satisfaisante. Elle revient, somme toute, √† attribuer √† Paul la doctrine augustinienne d'une participation effective de tous les hommes au p√©ch√© de leur premier p√®re et d'une imputation de la faute d'Adam √† ses descendants¬†; tandis que la seule v√©rit√© clairement enseign√©e dans notre passage, c'est que la mort de tous les hommes remonte √† la faute du premier homme. Et il semble qu'en ajoutant¬†: sur le fondement duquel fait tous ont p√©ch√©, l'ap√ītre veut pr√©venir des conclusions excessives qu'on courrait tirer de sa pr√©c√©dente th√®se.

Etant donn√©e la situation cr√©√©e par la faute d'Adam, tous ont p√©ch√©, dit l'ap√ītre, pour marquer la culpabilit√© personnelle de tous ceux qu'atteint la sentence de mort, qui, par cons√©quent, n'est pas moins justifi√©e pour eux que pour le premier homme.

Nous adoptons donc, pour la locution si discutée, la première des deux significations indiquées, et nous rapportons le pronom relatif à l'ensemble des faits qui viennent d'être affirmés : par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort et ainsi la mort a pénétré dans tous les hommes, sur le fondement de ces faits, dans cet état de choses créé par la chute d'Adam, tous ont péché ; c'est un fait d'expérience.

Ces paroles sont admirablement choisies pour exprimer et la chute de l'humanité en Adam et la responsabilité individuelle, en vertu de laquelle chaque pécheur n'est puni que pour les péchés qu'il a commis, le sachant et le voulant.

- Ce verset forme une phrase inachev√©e. Le second terme de la comparaison serait¬†: "de m√™me, par un seul homme, J√©sus-Christ, la gr√Ęce et la vie sont entr√©es dans le monde" D√®s la fin de verset 14, la comparaison est reprise, elle est compl√®tement √©nonc√©e √† versets 18,19.


  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

    • Gen√®se 2

      17 mais tu ne mangeras pas le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour o√Ļ tu en mangeras, tu mourras, c‚Äôest certain.¬†¬Ľ

      Genèse 3

      6 La femme vit que l'arbre était porteur de fruits bons à manger, agréable à regarder et précieux pour ouvrir l'intelligence. Elle prit de son fruit et en mangea. Elle en donna aussi à son mari qui était avec elle et il en mangea.
      19 C'est √† la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, et ce jusqu'√† ce que tu retournes √† la terre, puisque c‚Äôest d‚Äôelle que tu as √©t√© tir√©. Oui, tu es poussi√®re et tu retourneras √† la poussi√®re.¬†¬Ľ
      22 L'Eternel Dieu dit¬†: ¬ę¬†Voil√† que l'homme est devenu comme l'un de nous pour la connaissance du bien et du mal. Maintenant, emp√™chons-le de tendre la main, de prendre aussi du fruit de l'arbre de vie, d'en manger et de vivre √©ternellement¬†!¬†¬Ľ
      23 Ainsi, l'Eternel Dieu le chassa du jardin d'Eden pour qu'il cultive la terre d'o√Ļ il avait √©t√© tir√©.
      24 Après avoir chassé Adam, il posta à l'est du jardin d'Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante pour garder le chemin de l'arbre de vie.

      Psaumes 51

      5 car je reconnais mes transgressions et mon péché est constamment devant moi.

      Ezéchiel 18

      4 En effet, toutes les vies m’appartiennent ; la vie du fils m’appartient aussi bien que celle du père. Celui qui pèche, c'est celui qui mourra.

      Romains 3

      23 tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu,

      Romains 5

      12 C'est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, de même la mort a atteint tous les hommes parce que tous ont péché.
      14 Pourtant la mort a r√©gn√© depuis Adam jusqu'√† Mo√Įse, m√™me sur ceux qui n'avaient pas p√©ch√© par une transgression semblable √† celle d'Adam, qui est l'image de celui qui devait venir.
      15 Mais il y a une diff√©rence entre le don gratuit et la faute. En effet, si beaucoup sont morts par la faute d'un seul, la gr√Ęce de Dieu et le don de la gr√Ęce qui vient d'un seul homme, J√©sus-Christ, ont bien plus abondamment √©t√© d√©vers√©s sur beaucoup.
      16 Et il y a une diff√©rence entre ce don et les cons√©quences du p√©ch√© d'un seul. En effet, c'est apr√®s un seul p√©ch√© que le jugement a entra√ģn√© la condamnation, tandis que le don gratuit entra√ģne l‚Äôacquittement apr√®s un grand nombre de fautes.
      17 Si par un seul homme, par la faute d'un seul, la mort a r√©gn√©, ceux qui re√ßoivent avec abondance la gr√Ęce et le don de la justice r√©gneront √† bien plus forte raison dans la vie par J√©sus-Christ lui seul.
      19 En effet, tout comme par la désobéissance d'un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, beaucoup seront rendus justes par l'obéissance d'un seul.
      21 Ainsi, de m√™me que le p√©ch√© a r√©gn√© par la mort, de m√™me la gr√Ęce r√®gne par la justice pour la vie √©ternelle, par J√©sus-Christ notre Seigneur.

      Romains 6

      23 En effet, le salaire du péché, c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.

      1 Corinthiens 15

      21 En effet, puisque la mort est venue à travers un homme, c'est aussi à travers un homme qu'est venue la résurrection des morts.
      22 Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ,

      Jacques 1

      15 Puis le désir, lorsqu'il est encouragé, donne naissance au péché et le péché, parvenu à son plein développement, a pour fruit la mort.

      Jacques 3

      2 En effet, nous tr√©buchons tous de bien des mani√®res. Si quelqu'un ne tr√©buche pas en paroles, c'est un homme m√Ľr, capable de tenir tout son corps en bride.

      1 Jean 1

      8 Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous trompons nous-mêmes et la vérité n'est pas en nous.
      9 Si nous reconnaissons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de tout mal.
      10 Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous faisons de Dieu un menteur, et sa parole n'est pas en nous.

      Apocalypse 20

      14 Puis la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. L’étang de feu, c'est la seconde mort.
      15 Tous ceux qui ne furent pas trouvés inscrits dans le livre de vie furent jetés dans l'étang de feu.

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Fermer
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.