TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Daniel 2

    • 1

      1 à 11 Nébucadnetsar fait un songe que les mages ne peuvent raconter.

      La seconde année du règne de Nébucadnetsar. Ce monarque ne devint réellement roi qu'en 604, soit la sixième année de Jéhojakim. Nous avons déjà vu (1.1 note) que, si Nébucadnetsar est appelé roi avant cette époque, c'est par anticipation. (Le passage Jérémie 25.4 doit aussi être expliqué en partant du commencement de sa régence.) Si l'on admet que les jeunes Israélites ont été envoyés à Babylone immédiatement après la prise de Jérusalem (606), ils avaient déjà terminé les trois années d'études dont il est question 1.5,18, à l'époque de la seconde année de Nébucadnetsar, c'est-à-dire en 603-602. L'explication de quelques commentateurs qui placent l'interprétation du songe par Daniel pendant les années d'études de celui-ci, crée des difficultés ; voyez surtout 2.48.

      Ayant eu des songes. Il n'est question dans la suite du récit que d'un seul songe ; le pluriel signifie simplement : il se trouva en état de songe.

      Comparez les r√©v√©lations accord√©es sous forme de songe √† des hommes √©trangers √† la th√©ocratie : Abim√©lec (Gen√®se 20.3), Laban (Gen√®se 31.24), Pharaon (Gen√®se 41.1-12). Le songe est la forme inf√©rieure de la r√©v√©lation, et cette forme, dans la circonstance pr√©sente, √©tait d'autant mieux choisie que les peuples pa√Įens en g√©n√©ral et les Chald√©ens en particulier attachaient aux songes une importance extr√™me et leur attribuaient un sens proph√©tique. Les documents contemporains attestent le fait.

      Fut frappé. L'agitation que lui causa ce songe l'empêcha de se rendormir.

      2

      Les lettrés, les magiciens, les enchanteurs et les Chaldéens. Ces noms désignent, quatre classes de mages babyloniens dont les fonctions étaient distinctes.

      Les lettr√©s : Chartummim : on les rencontre aussi en Egypte (Gen√®se 41.8, o√Ļ ils doivent expliquer le songe de Pharaon, et Exode 7.1, etc., o√Ļ ils ex√©cutent des enchantements). L'√©tymologie de ce nom est un mot qui signifie stylet, et il para√ģt d√©signer des savants ou, comme les appelle H√©rodote, des scribes sacr√©s, dont la fonction √©tait d'√©crire et d'interpr√©ter les livres de magie. Selon une autre explication, qui nous semble moins probable, les Charturnmim √©taient appel√©s ainsi du nom d'une baguette magique dont ils se servaient pour faire des conjurations.

      Les magiciens : Aschaphim. Ce mot ne se trouve que dans le livre de Daniel. Son sens parait être : ceux qui soufflent. Ce seraient des exorcistes qui, par des formules de conjuration et d'imprécation prononcées à demi-voix, prétendaient éloigner les démons et mettre à l'abri de leurs coups.

      Les enchanteurs : Mecaschephim existaient √©galement en Egypte (Exode 7.11)¬†; d'apr√®s Esa√Įe 47.9,12, ils √©taient fortement repr√©sent√©s √† Babylone.

      Les Chaldéens : Casdim. Nous savons par Hérodote et Diodore de Sicile que c'étaient des prêtres issus de la race la plus ancienne du pays. (Comparez 1.4) Comme tels, ils étaient sans doute chargés des offices sacerdotaux proprement dits et avaient la priorité sur les autres classes de mages. C'est pourquoi ils parlent au nom de tous, (versets 4 et 10).

      Outre ces quatre classes, d'autres passages (verset 27¬†; 4.7, etc.) mentionnent encore les astrologues : Gazrim, qui annon√ßaient l'avenir et tiraient l'horoscope d'apr√®s les mouvements des astres. Quelques-uns voient plut√īt en eux des devins, qui lisaient l'avenir dans les entrailles des victimes (de gazar, couper). Cette derni√®re opinion nous semble moins probable. Toutes ces cinq classes sont renferm√©es dans un terme g√©n√©ral, celui de sages (versets 12 et 18¬†; 4.6 et J√©r√©mie 50.35). Ils formaient, d'apr√®s Diodore de Sicile, un coll√®ge sous la direction d'un chef (comparez verset 48) qui, vu l'extension consid√©rable qu'avait alors la magie √† Babylone et l'importance qui lui √©tait attribu√©e, occupait une haute position dans l'Etat. Comme ces diverses classes se compl√©taient l'une l'autre, N√©bucadnetsar les convoque toutes. Tous les moyens de divination devaient √™tre employ√©s pour d√©couvrir le songe et son sens cach√©. Dans le cas o√Ļ le songe annoncerait des malheurs, il fallait chercher √† les d√©tourner en rendant les dieux propices par des sacrifices et des pri√®res. Et pour cela toutes les classes devaient √™tre consult√©es. Chacune n'√©tait sans doute repr√©sent√©e en cette circonstance que par ses chefs, ce qui explique l'absence de Daniel (verset 13).

      3

      Cherchant √† conna√ģtre ce songe. L'on pense ordinairement que le roi avait oubli√© le songe et que son agitation provenait des efforts de son esprit pour se le rappeler. La suite nous fait plut√īt penser Nebucadnetsar ne l'avait point r√©ellement oubli√© et qu'il avait des raisons pour mettre √† l'√©preuve l'intelligence surnaturelle que s'attribuaient ses devins. Le meilleur moyen de contr√īler la v√©rit√© de l'explication qu'ils lui donneraient √©tait de les forcer √† lui raconter le songe lui-m√™me qu'ils ne pouvaient certainement conna√ģtre par aucun proc√©d√© naturel (verset 9).

      4

      En aram√©en. L'aram√©en n'est pas l'ancienne langue des Chald√©ens (l'accadien), qui √©tait hors d'usage au temps de N√©bucadnetsar et dans laquelle Daniel et ses compagnons avaient √©t√© instruits durant ces ann√©es (1.4). Ce n'√©tait pas non plus la langue usit√©e √† cette √©poque √† Babylone, le dialecte assyro-babylonien qui appara√ģt dans les noms propres du livre de Daniel (voyez 1.7) et dans la plupart des inscriptions retrouv√©es en Assyrie et en Babylonie. L'aram√©en (ou syriaque) dont se servent ici les mages √©tait la langue des populations qui occupent la Syrie actuelle. Elle para√ģt avoir √©t√© de bonne heure r√©pandue dans toute l'Asie occidentale, comme langue des relations internationales, de la diplomatie (Esa√Įe 36.11¬†; Esdras 4.7) et du commerce. On poss√®de des briques, poids, sceaux et √©tiquettes sur lesquelles des contrats de vente et de mariage sont grav√©s dans les deux langues, l'assyrienne et l'aram√©enne. On sait aussi par les inscriptions qu'il y avait √† Babylone deux secr√©taires du roi, l'un pour les affaires qui devaient se traiter en aram√©en, l'autre pour celles qui devaient se traiter en assyrien. Il n'y a donc rien d'impossible √† ce que, en raison d'un usage que nous ne connaissons pas ou pour quelque but qui nous √©chappe, les Chald√©ens, en tant que personnages officiels ou gens cultiv√©s, se soient adress√©s au roi dans cette langue aram√©enne.

      Ce qu'il y a de particulier, c'est que ce soit pr√©cis√©ment ici, apr√®s les mots : en aram√©en, que le r√©cit passe de la langue h√©bra√Įque au dialecte aram√©en, qui continue jusqu'√† la fin du chapitre 7. Par cette raison, quelques uns ont pens√© que les sages n'avaient pas parl√© en aram√©en, mais que les mots : en aram√©en, doivent √™tre mis comme en parenth√®se et indiquent simplement que le r√©cit continue dans cette langue. Cela n'explique point encore la transition si brusque √† une autre langue. Ce changement est l'un des probl√®mes les plus embarrassants du livre de Daniel. Nous y reviendrons dans la conclusion.

      O roi, vis éternellement : formule consacrée chez les Perses et les Babyloniens, lorsqu'on s'adressait au roi (Néhémie 2.3).

      5

      C'est chose arr√™t√©e par moi. D'autres, partant de l'id√©e que N√©bucadnetsar avait oubli√© son songe, ont traduit : La chose m'est √©chapp√©e, sens qui nous para√ģt grammaticalement impossible et peu compatible avec la conduite des mages ci-apr√®s.

      Vous serez mis en pièces : supplice usité chez plusieurs peuples de l'antiquité, notamment chez les Babyloniens (comparez 3.29 ; Ezéchiel 16.40) ; chez les Israélites aussi en temps de guerre (1Samuel 15.33).

      En cloaques : comparez 2Rois 10.27.

      8

      Parce que vous voyez que... Les sages ont répété leur prière respectueuse (verset 7) ; le roi leur déclare qu'ils ne font par là que justifier sa défiance : D'une part, vous ne pouvez pas dire le songe ; de l'autre, vous me voyez décidé à sévir ; vous employez donc le seul moyen qui vous reste : gagner du temps.

      9

      De préparer un discours. Vous mettez à présent toute votre habileté à chercher une réponse dilatoire pour me tranquilliser, en attendant que j'aie oublié la chose ou que quelque circonstance heureuse vous tire d'affaire.

      Dites-moi le songe, et je saurai. Ces paroles montrent bien qu'en leur demandant le songe, le roi voulait se mettre √† l'abri d'une mystification. En effet, une interpr√©tation leur e√Ľt √©t√© ais√©e √† trouver, s'il leur e√Ľt lui-m√™me d√©clar√© le songe.

      12

      12 à 18 Condamnation des mages ; Daniel obtient un délai.

      Les sages sont maintenant convaincus de mauvaise foi dans l'exercice ordinaire de leur emploi. L'ordre si cruel du roi n'a rien d'extraordinaire de la part d'un despote oriental.

      13

      On tuait : c'est le sens naturel du mot, et les versets 14 et 24 ne sont pas incompatibles avec ce sens.

      Daniel et ses compagnons n'avaient pas paru devant le roi ; voir au verset 2.

      16

      Daniel pria le roi, non pas sans doute personnellement, mais par l'interm√©diaire d'un ma√ģtre des c√©r√©monies (comparez versets 24 et 25 et Esther 4.11). Le r√©cit suppose que la demande fut accord√©e.

      17

      Daniel √©tait s√Ľr de l'intervention divine (verset 16), √† la condition qu'elle f√Ľt implor√©e. Pour donner plus de force √† sa pri√®re, il y associe ses amis menac√©s comme lui.

      18

      Ce verset semble prouver que, comme nous l'avons admis plus haut (verset 13), le massacre avait déjà commencé.

      19

      19 √† 23 Le songe est r√©v√©l√© √† Daniel¬†; sa pri√®re d'actions de gr√Ęces.

      Dans une vision... Une vision pendant (littéralement de) la nuit n'est pas identique avec un songe. Daniel n'a pas resongé le songe de Nébucadnetsar, mais il l'a contemplé éveillé dans une vision.

      20

      20 à 23 La prière de Daniel porte l'empreinte du songe qui lui fut révélé. Le songe se rapportait aux transformations de la puissance terrestre. Les deux attributs divins que Daniel célèbre sont la force (verset 21) et la sagesse (versets 21 et 22), parcequ'ils éclatent particulièrement dans la révélation donnée à Nébucadnetsar. C'est également comme dispensateur de la sagesse et de la force que Dieu s'est révélé à Daniel (verset 23).

      23

      Me... nous. La révélation accordée à lui seul était le fruit des prières de tous les quatre.

      24

      24 à 30 Daniel est introduit en la présence du roi.

      25

      J'ai trouvé un homme. Arjoc se fait un mérite de cette circonstance. Il peut s'exprimer ainsi, parce que la demande de Daniel (verset 16) avait été présentée par l'intermédiaire d'un autre personnage.

      26

      Qui s'appelait Beltsatsar. Ce nom est ajouté ici à celui de Daniel, parce que ce fut sous ce nom que l'interpella le roi.

      27

      Sages, magiciens, etc. (voyez verset 2). Ce pr√©ambule de Daniel pr√©pare la narration et l'explication du songe : il cherche √† d√©tourner de dessus les sages la col√®re du roi, en attribuant au seul vrai Dieu la r√©v√©lation du myst√®re (verset 28). Comparez un langage semblable dans la bouche de Joseph, Gen√®se 41.16. Puis il rappelle au roi les dispositions dans lesquelles il se trouvait et les pens√©es qui le pr√©occupaient dans la nuit o√Ļ il re√ßut le songe (verset 29)¬†; et enfin (verset 30), au moment o√Ļ il va lui r√©v√©ler le secret, il s'interrompt pour rendre encore l'honneur √† Dieu et affirmer qu'il n'est qu'un instrument entre ses mains pour l'instruction du roi.

      30

      Les pens√©es de ton cŇďur : les probl√®mes que le songe a fait na√ģtre dans ton cŇďur.

      31

      31 à 36 Le songe.

      La splendeur extraordinaire provenait de l'éclat des métaux dont la statue était composée, tandis que ses dimensions colossales, l'étrange composition de ses parties et probablement aussi l'expression de son visage se réunissaient pour lui donner un aspect terrible.

      33

      D'argile. Les m√©taux de la statue sont de moins en moins pr√©cieux, mais aussi de plus en plus durs depuis la t√™te d'or jusqu'aux jambes et aux pieds de fer. Ici appara√ģt l'argile, m√™l√© ou plut√īt juxtapos√© au fer. Ce puissant colosse, quoique en apparence de plus en plus fort, repose donc sur une base fragile.

      34

      34 à 36 Le sort de la statue.

      Une pierre qu'il faut se représenter détachée de la pente d'une montagne (verset 45), sans main, c'est-à-dire sans agent humain, frappe la statue à son endroit faible, aux pieds, qu'elle brise. Alors toute la statue tombe et les métaux qui sont ici énumérés dans l'ordre inverse, de bas en haut (par le fait que la statue s'écroule de bas en haut), se pulvérisent et disparaissent totalement, comme emportés par le vent. Il ne reste plus aucun vestige de la colossale statue, tandis que la petite pierre qui l'a détruite grandit jusqu'à couvrir la terre.

      36

      Nous allons le dire. Peut-être Daniel emploie-t-il le nous pour éviter le je, qui mettrait trop en relief sa personne ; mais il est possible aussi qu'il entende par là : moi et mes trois amis.

      37

      37 à 45 Explication du songe.

      D'après l'interprétation donnée par Daniel lui-même, la statue tout entière représente la puissance du monde qui est considérée au point de vue de son opposition au royaume de Dieu et comme une dans les différentes phases de son développement. Les quatre parties de la statue, chacune d'un métal différent, figurent quatre formes successives de cette puissance depuis Nébucadnetsar jusqu'au royaume qui ne passera point.

      Le titre de roi des rois convient à Nébucadnetsar, qui avait sous sa domination un grand nombre de souverains (comparez Ezéchiel 26.7).

      38

      Ce verset fait ressortir l'idée que rien en quelque sorte ne se meut que par la volonté de ce monarque. Il est sur la terre comme un dieu visible, mais c'est le Dieu des cieux qui l'a fait tel (verset 37). Comparez Jérémie 27.6 ; 38.14)

      C'est toi qui es la t√™te d'or : N√©bucadnetsar est consid√©r√© comme la personnification de la monarchie babylonienne que son p√®re avait fond√©e, parce qu'il en fut le plus brillant repr√©sentant. Le symbole de la t√™te d'or s'applique bien √† cette monarchie √† laquelle aucune autre ne peut √™tre compar√©e pour le faste et l'absolutisme de ses monarques. Mais pourquoi commencer la s√©rie des monarchies pa√Įennes avec celle de N√©bucadnetsar¬†? Celle-ci n'avait-elle pas √©t√© pr√©c√©d√©e pendant une longue s√©rie de si√®cles par le colossal empire d'Assyrie, qui s'√©tendait des bords du Tigre jusqu'√† l'Egypte¬†? Il nous para√ģt que cette question ne peut trouver sa r√©ponse que dans la relation de la puissance pa√Įenne avec le royaume de Dieu repr√©sent√© par l'Etat isra√©lite. Tant que J√©rusalem subsistait encore, la puissance pa√Įenne n'√©tait pas illimit√©e. Une fois J√©rusalem soumise, la s√©rie des monarchies universelles pouvait commencer. Si donc la statue repr√©sente la puissance terrestre, il faut ajouter : la puissance terrestre dans sa relation hostile avec le r√®gne de Dieu.

      39

      Un autre royaume (celui qui est repr√©sent√© par la poitrine et les bras d'argent). D'apr√®s la vision du chapitre 7, il parait √™tre l'empire des M√®des et des Perses. Comme cet empire, ainsi que le suivant, sont trait√©s ici tr√®s bri√®vement, nous renverrons les discussions qui s'y rapportent au chapitre 7, o√Ļ le proph√®te s'exprime √† leur √©gard d'une mani√®re plus d√©taill√©e.

      Moindre que toi. L'infériorité de ce second royaume relativement à l'empire babylonien ne porte pas sur les dimensions extérieures, ni sur la valeur morale, mais sur l'omnipotence du souverain (verset 38, note).

      Un troisième royaume. Si la monarchie précédente. est celle des Mèdes et des Perses, celle-ci ne peut être que celle des Grecs fondée par Alexandre.

      D'airain. Ce métal, plus dur que l'or et l'argent, figure la manière brusque et violente en laquelle Alexandre se substitua aux précédents.

      Il dominera sur toute la terre. Alexandre réunit à la domination de l'Orient (Perse) celle de l'Occident (Grèce).

      40

      40 à 43 La description de ce quatrième empire comprend quatre versets entiers à cause de son importance décisive. C'est la dernière forme de la puissance terrestre et hostile à Dieu avant sa ruine.

      Fort comme du fer. Ce métal, plus dur que tous les autres, est l'emblème de sa puissance incomparable de destruction.

      Tous les autres. Il absorbera tous les éléments dont avaient été composés les empires précédents. C'est là sa force ; voici sa faiblesse :

      41

      En partie de fer. L'histoire de ce royaume aura deux p√©riodes : la premi√®re (repr√©sent√©e par les jambes de fer, verset 40) est un temps de force irr√©sistible, la seconde (repr√©sent√©e par les pieds et les orteils de fer et d'argile) est un temps o√Ļ la faiblesse se joint √† la force.

      43

      C'est qu'ils seront mêlés. Ce pluriel s'explique par le terme suivant : au temps de ces rois, c'est-à-dire des royaumes dont se composera cet empire dans sa dernière phase (pieds et orteils de la statue). Comparez les dix cornes de la quatrième bête, chapitre 7, qui semblent correspondre aux dix doigts de la statue.

      De semence d'homme. On a interpr√©t√© ces mots comme s'ils d√©signaient le moyen par lequel sera tent√©e la r√©union des deux √©l√©ments h√©t√©rog√®nes repr√©sent√©s par le fer et l'argile, et c'est de ce sens qu'est provenue l'application que font de ces mots plusieurs ex√©g√®tes √† des mariages entre les familles princi√®res de peuples diff√©rents et oppos√©s (comparez 11.6,17). Mais la pr√©position employ√©e (be) est la m√™me que dans les expressions pr√©c√©dentes fer m√™l√© d'argile, c'est-√†-dire avec l'argile et non pas par le moyen de l'argile. Par cons√©quent, la semence d'homme ne peut √™tre ici le moyen du m√©lange, mais doit correspondre au second √©l√©ment lui-m√™me, l'argile. D'ailleurs, dans les passages o√Ļ elle est employ√©e, l'expression semence d'homme d√©signe non le mariage, mais le fruit du mariage, la post√©rit√© qui en r√©sulte. Comparez 1Samuel 1.11, o√Ļ la m√®re de Samuel demande √† Dieu de lui donner une semence d'homme, √©videmment un enfant, puisqu'elle continue en promettant de le donner √† l'Eternel. Voyez aussi J√©r√©mie 31.27 : Je peuplerai la maison d'Isra√ęl et la maison de Juda d'une race d'hommes et d'une race de b√™tes. Ainsi donc √† l'√©l√©ment qui fera la force primitive de ce quatri√®me royaume s'ajoutera dans la suite des temps un second √©l√©ment, d√©sign√© sous le nom de semence d'homme. Ce terme oppose √† la nature morte et insensible des peuples des royaumes repr√©sent√©s par les m√©taux, une race moralement sup√©rieure. Autant la substance du corps humain, l'argile souple et vivant, est sup√©rieure √† celle des m√©taux, autant la race d'hommes l'est √† la population de cet empire. C'est une diff√©rence semblable qui se retrouve au chapitre 7, lorsque le fils d'homme est oppos√© aux quatre b√™tes.

      Ils ne tiendront pas : l'élément ancien représenté par le fer et l'élément nouveau. C'est donc de l'incompatibilité de cette race d'hommes avec la population première de ce royaume que résultera sa faiblesse, ainsi que celle de toute la puissance terrestre.

      44

      44 et 45 La chute de la puissance terrestre et son remplacement par le royaume de Dieu éternel.

      Dans le temps de ces rois-l√†. On pourrait appliquer ces mots √† toutes les monarchies qui se sont succ√©d√©¬†; le sens serait : et au milieu de cette succession d'empires. Mais on ne peut nier que ce sens ne soit un peu forc√©, et il para√ģt plus naturel d'appliquer ce mot de rois aux diff√©rents Etats repr√©sent√©s par les orteils de la statue, qui sont d√©j√† le sujet de la phrase : ils se m√™leront.

      Un royaume. C'est ici le nouvel état de choses, destiné à durer toujours, que Dieu lui-même créera pour remplacer l'ordre actuel auquel préside la puissance terrestre opposée à Dieu.

      45

      Une pierre s'est détachée. C'est l'emblème du Messie descendant du ciel (comparez 7.13 : un fils d'homme venant sur les nuées), pour faire crouler toutes les puissances d'ici-bas et y substituer la sienne par la seule puissance de Dieu. Cette chute instantanée a été préparée par l'élément inassimilable qui avait été introduit dans les pieds de la statue.

      Il n'y a ici aucune distinction entre une première et une seconde venue du Messie.

      Argile, argent : l'assonance de ces deux mots est encore plus sensible en araméen qu'en français. C'est ce qui explique sans doute leur rapprochement dans cette accumulation de termes.

      Tout ce qui appartient √† l'ordre de choses actuel, m√™me l'√©l√©ment repr√©sent√© par l'argile, fera donc place dans cette transformation compl√®te au nouvel √©tat de choses repr√©sent√© par la montagne qui na√ģt de la petite pierre et couvre la terre (verset 36).

      Le songe est véritable... : Une réalité correspond au songe qui n'est point un vain rêve, et cette réalité est bien celle dont je viens de tracer le tableau.

      46

      46 à 49 Impression produite sur Nébucadnetsar.

      Se prosterna. Ces hommages religieux sont rendus √† Daniel non comme √† un dieu, il les e√Ľt repouss√©s, comparez verset 30, mais comme √† celui en qui le Dieu supr√™me vient de manifester sa sagesse et sa force.

      47

      Le Dieu des dieux. Il ne renie pas par l√† ses propres dieux, il reconna√ģt seulement la sup√©riorit√© de celui de Daniel. De l√† √† professer le monoth√©isme juif, il y a un pas d√©cisif que N√©bucadnetsar ne franchit pas.

      Le r√©v√©lateur des secrets (comparez verset 28). Chaque dieu du panth√©on pa√Įen avait sa sp√©cialit√©¬†; c'est la r√©v√©lation des secrets qui para√ģt √™tre l'attribut par lequel N√©bucadnetsar caract√©rise celui des Juifs.

      48

      Le roi tient sa promesse (verset 6).

      Autorité sur la province de Babylone. Daniel est fait gouverneur de cette province. D'après 3.1, l'empire était divisé en provinces dont chacune avait son gouverneur.

      En chef sur tous les sages de Babylone. Cette nomination était convenable, puisque Daniel s'était montré supérieur à tous et leur avait sauvé la vie.

      49

      Le roi permet à Daniel de donner des places à ses amis qui deviennent ses auxiliaires et ses subordonnés dans l'administration de Babylone. Ayant coopéré avec lui au résultat par la prière, ils avaient droit à la récompense.

      A la cour du roi. Littéralement : à la porte.

      Destitution de la divination sous toutes ses formes (comparez les énumérations versets 2 et 27) et son remplacement par la révélation prophétique ; destitution future de la puissance terrestre sous ses formes successives et son remplacement par le règne de Dieu : voilà les deux grandes idées renfermées dans ce chapitre 2 de Daniel. Et en effet, le monothéisme de l'auteur de ce livre n'est point celui de la raison et de la philosophie. Pour lui le règne du Dieu unique est non une idée seulement, mais un fait historique qui se développe dans l'histoire de l'humanité et qui doit aboutir à un ordre de choses saint et glorieux, à l'organisation parfaite de l'humanité sous le sceptre du roi divin. Ton règne vienne ! telle est la pensée qui domine tout le livre de Daniel.

      Les quatre empires qui apparaissent ici sous l'image de diff√©rents m√©taux correspondent √©videmment √† ceux qui sont repr√©sent√©s par les quatre b√™tes, au chapitre 7. C'est l√† que nous chercherons √† d√©terminer l'application de ces embl√®mes. La question importante sera de savoir quel est l'Etat d√©sign√© dans les deux tableaux par le dernier empire. Est-ce la monarchie syrienne (un des quatre Etats issus de l'empire d'Alexandre, et personnifi√© dans son grand repr√©sentant Antiochus Epiphane, le pers√©cuteur des Juifs)¬†? Ou est-ce un empire post√©rieur, dernier repr√©sentant de la puissance terrestre universelle, l'empire romain, par exemple¬†? Cette question ne pourra √™tre discut√©e qu'au chapitre 7, en r√©unissant les indices renferm√©s dans les deux chapitres. Nous dirons seulement ici que, quelle que soit l'application qui doive √™tre pr√©f√©r√©e, la semence d'homme, dont il est parl√© 2.43, ne nous para√ģt pouvoir d√©signer qu'une race d'hommes d'un caract√®re particulier, m√™l√©e √† la population du quatri√®me empire, et qui, par le manque d'homog√©n√©it√© qu'elle introduit dans l'organisme de celui-ci, l'affaiblit et pr√©pare sa chute, au point qu'il croulera au moindre contact d'une puissance d'ordre sup√©rieur.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.