TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Osée 4

    • 1

      Fils d'Isra√ęl... : apostrophe qui ne s'adresse qu'√† l'Isra√ęl des dix tribus, ainsi que le montre l'ensemble du chapitre et particuli√®rement le dernier paragraphe (versets 15 √† 19), o√Ļ Juda est soigneusement distingu√© de ce peuple rebelle.

      Un proc√®s... Cette image du proc√®s entre Dieu et le peuple est fr√©quente dans l'Ecriture¬†; ainsi Esa√Įe 1.18¬†; Mich√©e 6.2. Tout proc√®s suppose d'ordinaire un accord, une alliance pr√©alable. Il en est ainsi entre Isra√ęl et son Dieu. Isra√ęl, l'une des parties contractantes, a viol√© l'alliance¬†; Dieu, par cons√©quent, l'autre partie, a le droit de porter plainte.

      Ni vérité ni bonté : pas de bonne foi entre, frères ; pas de compassion pour les faibles, les malheureux, etc.

      Ni connaissance de Dieu... La connaissance de Dieu aurait seule pu produire les deux vertus dont Osée vient de déplorer l'absence. Cette ignorance était surtout criminelle chez un peuple auquel avait été accordée la révélation prophétique.

      2

      Isra√ęl est devenu le rendez-vous de tous les crimes.

      3

      Le ch√Ętiment suivra de pr√®s le p√©ch√© (comparez au chapitre suivant le d√©veloppement de cette pens√©e qui n'est ici qu'indiqu√©e)¬†; la terre elle-m√™me punira ses habitants (comparez les menaces Deut√©ronome 28.16,17,23,24, etc.¬†; la s√©cheresse du temps d'Achab, 1Rois 17.1).

      Même les poissons... (Sophonie 1.2-3) La stérilité actuelle de la Palestine atteste que les menaces de Dieu ne sont pas de vains mots.

      4

      L'Eternel exhorte chaque individu encore capable d'√©couter ses avertissements √† ne pas s'associer aux murmures auxquels se livre le peuple contre le ch√Ętiment dont il est menac√©.

      Car... En plaidant contre la conduite de Dieu, le peuple fait vis-à-vis de lui ce qu'il n'est pas permis de faire à l'égard d'un sacrificateur. (Allusion à la défense, Deutéronome 17.9-13 : ...L'homme qui, agissant fièrement, n'aura pas voulu obéir au sacrificateur,... mourra.) Après cet avertissement, le prophète reprend le cours de sa menace.

      Ton peuple... Dieu s'adresse au prophète.

      5

      Tu trébucheras... Ici, Dieu parle de nouveau à chaque Israélite.

      Le jour désigne les circonstances plus faciles dans lesquelles chaque Israélite doit pouvoir par lui-même trouver son chemin ; et la nuit, les situations plus difficiles dans lesquelles il aurait besoin d'une connaissance supérieure, telle que celle du prophète.

      Dans le premier cas, il est tellement aveugle qu'il manque la voie en pleine lumière ; dans le second, le prophète même, qu'il va consulter, se trompe et l'égare. Car ce ne sont plus que des faux prophètes auxquels ils ont recours. Ainsi la nation tout entière (ta mère) court à sa ruine.

      6

      6 √† 10 On pourrait appliquer ce passage au peuple entier¬†; il faudrait admettre, dans ce cas, que le sacerdoce, dont il est parl√© verset 6, d√©signe la dignit√© d'Isra√ęl comme peuple de sacrificateurs (Exode 19.6). Cependant, ce sens para√ģt bien forc√©¬†; et comme les versets 8 et 9 s'adressent express√©ment √† la classe des sacrificateurs proprement dits, il para√ģt plus naturel d'appliquer √† ceux-ci le passage entier d√®s le verset 6.

      Les sacrificateurs √©taient les v√©ritables auteurs de cette ignorance dans laquelle le peuple √©tait plong√©. Les sacrificateurs des dix tribus n'√©taient point ceux de la famille d'Aaron, seuls l√©gitimes. Les rois d'Isra√ęl les avaient √©tablis de leur propre chef, et cela, de nom du moins, pour servir l'Eternel. Ces pr√™tres intrus sont menac√©s d'apr√®s la loi du talion d'un double ch√Ętiment : l'un qui frappera leur personne, ils seront rejet√©s du sacerdoce¬†; l'autre qui frappera celle de leurs enfants.

      7

      A l'accroissement de leur nombre correspond celui de leur méchanceté. Mais l'honneur auquel on les élève aujourd'hui tournera à leur confusion (comparez l'exemple d'Amatsia, Amos 7.17).

      8

      Plus il y a de péchés parmi le peuple, plus ces indignes serviteurs de Dieu sont satisfaits, car, par là, il arrive que le nombre des victimes à offrir augmente et par conséquent aussi la part qu'ils en retirent (Lévitique 6.26).

      9

      9 et 10 Nouveaux ch√Ętiments d'apr√®s la loi de la stricte r√©tribution : un pareil gain ne les enrichira pas, et les enfants qu'ils ont dans l'impuret√©, p√©riront¬†; cette menace est une aggravation de celle du verset 6 : J'oublierai...

      11

      Le proph√®te revient au peuple entier¬†; l'impuret√© et la boisson le font descendre √† un degr√© de stupidit√© non moindre que celui des pa√Įens qui l'entourent (verset 12).

      12

      Allusion √† une superstition pa√Įenne : on jetait √† terre des b√Ętons, dont la position respective devait r√©v√©ler les secrets de l'avenir.

      Un esprit de prostitution. Ce mot est pris ici dans le sens figur√©, pour d√©signer le penchant √† l'idol√Ętrie.

      13

      Pas un arbre touffu pour ainsi dire qui ne devienne l'occasion et le t√©moin d'un culte idol√Ętre.

      C'est pourquoi vos filles... La corruption des enfants est la cons√©quence de l'idol√Ętrie des parents. Les termes de prostitution et d'adult√®re sont pris ici dans le sens propre. Dans la plupart des religions idol√Ętres, la prostitution proprement dite faisait partie des c√©r√©monies du culte¬†; aussi, qui dit idol√Ętrie dit impuret√©¬†; c'est une association d'id√©es constante chez les proph√®tes.

      Eux-mêmes : soit les pères et les maris, soit peut-être les sacrificateurs auxquels reviendrait ici le prophète. Dans les deux cas, comment s'étonner qu'un tel exemple soit suivi ?

      15

      15 √† 19 Comme s'il d√©sesp√©rait de ramener Isra√ęl, corrompu tout entier en tant que peuple et dans la personne de ses pr√™tres, le proph√®te se tourne vers Juda qu'il voudrait au moins pouvoir sauver.

      Guilgal. Il est parl√© parfois d'un Guilgal voisin de Silo et de B√©thel, sur le plateau d'Ephra√Įm (Josu√© 9.6)¬†; mais il est probable que le proph√®te pense plut√īt au Guilgal plus connu qui se trouvait dans la plaine du Jourdain, entre ce fleuve et J√©richo, et dont l'emplacement a √©t√© retrouv√© en 1865 dans la colline appel√©e par les Arabes Tell-Djeldjoul. Cet endroit avait √©t√© la premi√®re station d'Isra√ęl apr√®s le passage du Jourdain¬†; c'√©tait l√† que le peuple avait √©t√© circoncis et avait c√©l√©br√© la premi√®re P√Ęque en Canaan. Il √©tait rest√© sacr√© et avait probablement √©t√© chang√© en un lieu de culte idol√Ętre. Il appartenait alors, aussi bien que J√©richo (1Rois 16.34), au royaume des dix tribus.

      Beth-Aven, litt√©ralement, maison de n√©ant. Ce nom form√© par Os√©e remplace ironiquement celui de B√©thel, qui signifie maison de Dieu. Amos 5.5, en mentionnant tous ces m√™mes lieux de culte, avait dit : B√©thel deviendra n√©ant. Os√©e part de l√† pour transformer le nom m√™me de B√©thel. Le lieu illustr√© par l'apparition de Dieu √† Jacob et auquel le patriarche avait donn√© le nom m√©morable de B√©thel, mais o√Ļ l'on a √©tabli le culte du veau d'or, n'est plus qu'un Beth-Aven¬†!

      Ne jurez pas... Le serment au nom de l'Eternel n'était point défendu ; c'était un acte d'adoration. Il s'agit donc d'un serment dans lequel on emploie la formule qui ne devait s'appliquer qu'à l'Eternel, à l'honneur du veau d'or ou de quelque idole.

      16

      La menace renferm√©e dans ces mots contre Isra√ęl doit servir d'avertissement √† Juda.

      Un pays ouvert. Isra√ęl indocile est compar√© √† un troupeau qui pa√ģt dans une campagne ouverte √† toutes les incursions de l'ennemi, c'est-√†-dire auquel l'Eternel retire d√©sormais toute protection.

      17

      Laisse-le faire. Cette invitation est encore adress√©e √† Juda, dans sa relation avec Isra√ęl.

      18

      Leurs chefs, proprement : leurs boucliers ; leurs protecteurs naturels.

      19

      Le vent pourrait repr√©senter la temp√™te qui les emportera √† la ruine¬†; mais le temps du verbe indique plut√īt un fait pass√©. Le proph√®te pense sans doute √† cet esprit d'impuret√© et d'idol√Ętrie dont il a √©t√© parl√© au verset 12. Le mot h√©breu signifie √† la fois vent et esprit.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.