TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Psaumes 90

    • 1

      1 à 6 Eternité de Dieu et fragilité de l'homme.

      Pri√®re de Mo√Įse. Comme les suscriptions en g√©n√©ral, celle-ci ne doit pas √™tre attribu√©e √† l'auteur lui-m√™me. Ceux qui ont introduit ce cantique dans le recueil du psautier ont senti toute l'importance de cette pi√®ce exceptionnelle et n'ont pu manquer d'en signaler la valeur en indiquant le nom de son auteur et en le qualifiant selon le r√īle unique qu'il a rempli. Le titre d'homme de Dieu se trouve sous la m√™me forme (proprement : l'homme de Dieu) Deut√©ronome 33.1¬†; Josu√© 14.6.

      Seigneur, tu nous as été... Ce premier vers, incomplet, puisque le second stiche manque, domine comme un titre le psaume entier. Comparez Psaumes 87.1. Dieu est la retraite de son peuple, même quand il fait peser sur lui sa colère. Le mot de retraite (proprement : habitation) se trouve Deutéronome 33.27, dans la même acception qu'ici.

      D'√Ęge en √Ęge : si haut que l'on remonte, jusqu'√† Jacob, Abraham et m√™me au-del√†. Cette expression, fr√©quente dans les Psaumes. se pr√©sente, en h√©breu, ici et Deut√©ronome 31.7, sous une forme sp√©ciale.

      2

      Avant que les montagnes fussent n√©es : elles que leur stabilit√© fait para√ģtre √©ternelles (Gen√®se 49.26¬†; Deut√©ronome 33.15).

      Que tu eusses formé (littéralement : enfanté) la terre... Toutes choses ont eu un commencement, et ce commencement vient de Dieu, qui, lui, n'a jamais commencé.

      3

      L'homme mortel. Apr√®s le contraste qui vient d'√™tre signal√© entre le monde et Dieu, appara√ģt le contraste plus grand encore entre l'homme qui p√©rit et Dieu qui subsiste.

      Retournez : dans la poussi√®re. d'o√Ļ vous √™tes sortis (Gen√®se 3.19).

      4

      Car mille ans... Ce car est motiv√© par le contraste¬†; qui remplit l'esprit du psalmiste, entre l'√©ternit√© de Dieu et la courte dur√©e de l'homme. Le terme de mille ans, qui √©veille dans l'esprit de l'homme l'id√©e d'une dur√©e infinie, n'est aux yeux de Dieu que ce qu'est aux n√ītres le jour d'hier quand il n'est plus, c'est-√†-dire quand l'impression de sa bri√®vet√© et de sa disparition est la plus forte (comparez 2Pierre 3.8). Bien plus, cette p√©riode de tant de si√®cles est pour Dieu ce qu'est pour l'homme qui sommeille une veille dans la nuit : elle passe inaper√ßue. Pour la dur√©e d'une veille, voir Psaumes 63.7, note.

      5

      Tu les emportes comme par un torrent : d'une mani√®re aussi soudaine qu'irr√©sistible. On peut traduire, et peut-√™tre avec plus de raison : Emport√©s par toi comme par un torrent (ou une trombe d'eau), ils ne sont qu'un songe (proprement : un sommeil). La vie, au moment o√Ļ ils la perdent, leur appara√ģt comme un songe ou un sommeil, dont on n'a conscience qu'au moment o√Ļ on en sort.

      Au matin... L'id√©e du matin semble √™tre amen√©e par celle du sommeil. De nouvelles g√©n√©rations surgissent, apr√®s celles qui ont √©t√© emport√©es (c'est l√† le sens des mots : ils se renouvellent), mais pour √™tre retranch√©es √† leur tour. Cette image de l'herbe qui fleurit pour se faner, est d√©velopp√©e Psaumes 103.15-16¬†; Esa√Įe 40.6-8 (comparez 1Pierre 1.24)¬†; la forme succincte sous laquelle elle se pr√©sente ici t√©moigne de l'ant√©riorit√© de ce passage sur ceux que nous venons de citer.

      7

      7 √† 12 Le jugement sp√©cial qui frappe Isra√ęl.

      Nous sommes consum√©s..., √©pouvant√©s. La loi g√©n√©rale de la mortalit√© humaine s'accomplit en Isra√ęl sous les yeux du psalmiste, avec un caract√®re de s√©v√©rit√© qui est l'indice de la col√®re de Dieu.

      8

      Tu as mis devant toi nos iniquit√©s : pour en faire l'enqu√™te. Remarquer le contraste entre les fautes cach√©es du peuple et la lumi√®re de la face de Dieu dont l'√©clat p√©n√®tre jusque dans les profondeurs du cŇďur. Les fautes cach√©es d√©signent l'√©tat int√©rieur de p√©ch√©, les dispositions secr√®tes d'o√Ļ proc√®dent les iniquit√©s.

      9

      Ce qui vient d'être dit n'est pas une simple supposition, car...

      Tous nos jours : nos jours à tous.

      S'en vont, littéralement : ont tourné le dos, pour s'éloigner.

      10

      Soixante-dix..., quatre-vingts... Les exemples de Mo√Įse lui-m√™me, qui atteignit l'√Ęge de 120 ans, d'Aaron (123 ans), de Marie (130 ans, Nombres 20.1, note), de Josu√© (110 ans), de Caleb, montrent que, dans des conditions normales et si le peuple n'avait pas √©t√© sous le jugement de Dieu, la dur√©e de la vie aurait d√©pass√©, √† cette √©poque, les chiffres indiqu√©s dans ce verset.

      Ce qui en fait l'orgueil... Ce que ces jours ont pu avoir de plus beau, de plus brillant n'a été acquis qu'au prix de bien des tourments et n'a aucune valeur durable.

      11

      Qui prend garde ?... Ce qui augmente la tristesse du psalmiste, c'est que personne ne comprend que l'état de choses dont il vient de parler est la manifestation de la colère divine.

      12

      Compter nos jours : n'en jamais perdre de vue la courte mesure, la marche rapide, non plus que le but et la valeur.

      13

      13 √† 17 Reviens, √ī Eternel¬†!

      Reviens... de ta col√®re, qui p√®se sur tes serviteurs. C'est la m√™me supplication que Mo√Įse fait entendre, apr√®s l'affaire du veau d'or Exode 32.12.

      Repens-toi en faveur de... Même expression Deutéronome 32.36.

      14

      Rassasie-nous... Ce mot suppose des cŇďurs d√®s longtemps avides des t√©moignages de la bont√© de Dieu.

      Dès le matin : dès le point du jour, dans le sens de : sans retard, promptement.

      15

      Réjouis-nous à proportion... Que le bonheur futur de ton peuple égale et fasse oublier ses maux actuels. C'est ici une allusion bien claire à une période déjà longue de misère exceptionnelle qui se distingue clairement des maux ordinaires inhérents à l'existence terrestre.

      Des jours... Le pluriel jem√īth (jours), au lieu de jem√©, de m√™me que schen√īth (ann√©es),au lieu de schen√©, est inusit√©. Il est m√™me remarquable que ces deux formes ne se retrouvent dans tout l'Ancien Testament que dans le cantique de Mo√Įse, Deut√©ronome 32.7-16.

      Que ton Ňďuvre apparaisse... Les plans de Dieu √† l'√©gard d'Isra√ęl √©taient voil√©s, pendant ce long s√©jour au d√©sert, son Ňďuvre commenc√©e restait inachev√©e. Que la gloire divine, dont l'√©clat est comme intercept√©, resplendisse Sur une nouvelle g√©n√©ration¬†!

      17

      Affermis pour nous..., litt√©ralement : sur nous. L'emploi r√©p√©t√© de la pr√©position sur (sur leurs fils..., sur nous..., sur nous) n'est pas fortuit. Une action miraculeuse doit s'exercer d'en-haut sur le peuple, pour le tirer de l'√©tat d'impuissance o√Ļ il p√©rit.

      L'Ňďuvre de nos mains. L'Ňďuvre de Dieu (verset 16) est de sauver son peuple¬†; l'Ňďuvre de ce peuple est de servir et de glorifier Dieu¬†; l'Ňďuvre de Mo√Įse est de mettre Isra√ęl en √©tat d'accomplir cette t√Ęche. Si l'on pense √† la charge √©crasante qui reposait sur cet homme de Dieu, on comprend qu'il ait termin√© son cantique en demandant √† Dieu avec insistance de ne pas laisser p√©ricliter, entre ses mains et celles du peuple lui-m√™me, l'Ňďuvre commenc√©e.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.