Campagne collectif missionnaire

Jean 15.1

Chapitre 15.

1 à 17 L'union des disciples avec Christ et entre eux.

Les interprètes se sont demandé quelle circonstance extérieure pouvait bien avoir amené Jésus à se présenter à ses disciples sous l'image d'un cep de vigne.

Les uns pensent que ce fut la vue de la coupe avec laquelle il venait d'instituer la cène, en prononçant cette parole : "Je ne boirai plus de ce produit de la vigne... ;" (Matthieu 26.29) d'autres qu'une treille ornait les parois extérieures de la chambre haute et que ses rejetons entraient par les fenêtres.

Les exégètes qui admettent que ce discours fut prononcé en plein air, sur les pentes du Cédron, (Jean 14.31, note) se représentent Jésus passant le long d'une vigne. Mais puisque l'évangéliste a gardé le silence sur ce détail, nous pouvons nous résigner à l'ignorer, et nous ajouterons, avec R. Strier, qu'il y a quelque chose de mesquin à penser que Jésus devait nécessairement avoir sous les yeux l'objet matériel dont il fait une image.

- Mais ce qui est digne de toute notre attention, c'est l'admirable parabole par laquelle il figure son union avec les siens, cette union dont il venait de leur parler, (Jean 14.18-23) cette union qui devait être aussi vivante, aussi intime, aussi organique que l'est celle des sarments avec le cep dont ils tirent la sève, la vie, la fertilité.

Il est le vrai cep, le v√©ritable, celui qui, dans la sph√®re spirituelle et morale, et dans ses rapports avec les √Ęmes, r√©alise pleinement l'id√©e du cep dans la nature.

"Le mot cep, remarque M. Godet, comprend ici le tronc et les branches, comme le terme le Christ, 1Corinthiens 12.12, désigne Christ et L'Eglise."

Le cep de vigne est une plante sans apparence (Esa√Įe 53.2) et sans beaut√© (J√©sus ne prend pas pour image le c√®dre du Liban), mais elle est vivace et produit des fruits exquis un vin g√©n√©reux. Une telle plante donne lieu √† une comparaison pleine de v√©rit√© de richesse et de beaut√©.

- Mon P√®re est le vigneron, grec le cultivateur, ajoute J√©sus. C'est Dieu, en effet, qui a plant√© ce cep au sein de notre humanit√©, en envoyant son Fils au monde, et qui, par l'effusion de l'Esprit, provoquera sa croissance¬†; c'est Dieu qui am√®ne les √Ęmes √† la communion avec le Sauveur¬†; (Jean 6.37,64) c'est Dieu enfin qui, par le travail incessant de sa gr√Ęce, purifie et sanctifie ceux qu'il a attir√©s au Sauveur. (verset 2)


  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager