Dictionnaire Biblique de Top Bible

VOEU

C'était un usage tout à fait général dans l'antiquité que de se lier par un voeu, par une promesse (voir ce mot) faite solennellement, en public ou dans l'intimité du coeur, à quelque divinité pour en obtenir une faveur, ou une délivrance dans une circonstance critique, ou encore pour l'en remercier quand on l'avait obtenue. On s'engageait à lui offrir en sacrifice quelque chose, ou même quelqu'un, ou bien à accomplir tel acte de renoncement à soi-même plus ou moins pénible, douloureux parfois, qu'on estimait devoir lui être agréable. D'autres fois on se vouait soi-même tout entier à son service. Ainsi conçu, le voeu apparaît comme une très louable manifestation de la piété du fidèle : il procède du sentiment, plus ou moins conscient d'ailleurs, de sa dépendance à l'égard de la divinité, de qui il faut attendre tout bien et toute délivrance, et du sentiment que tout, en définitive, lui doit revenir. Mais il faut reconnaître que la disposition à faire des voeux s'inspirait bien souvent d'une conception très égoïste et terre à terre des rapports du fidèle avec son dieu. Et bien des voeux qu'on formulait en Israël ne différaient en rien à cet égard de ceux de beaucoup de païens.

La plupart des exemples bibliques sont bien connus. --Jacob se rendant en Mésopotamie promet à l'Éternel de le servir fidèlement s'il veut bien le garder pendant son voyage et lui assurer la nourriture et le vêtement ; il lui bâtira un sanctuaire et lui réservera la dîme de tout ce qu'il aura reçu de lui. --Plus (Ge 28:20,22) frappant encore, à cause de son caractère émouvant et tragique, est le voeu de Jephté (voir Serment). Le chef hébreu s'engage solennellement à offrir en holocauste à l'Éternel, s'il lui accorde la victoire, la première personne de sa maison qu'il verra venir à lui à son retour du champ de bataille ; or il se trouva que ce fut sa propre fille, son unique enfant.

--Dans (Jug 11:30,40) 1Sa 1:11, il est question du voeu que fit Anne, la mère de Samuel, avant la naissance de son enfant.

--Dans 1Sa 14:24, le roi Saül, avant de livrer bataille, invite le peuple à s'engager par un voeu à ne prendre aucune nourriture jusqu'au soir.

--Dans 2Sa 15:7 et suivant, Absalom prend prétexte d'un voeu qu'il a fait à l'Éternel pour obtenir de David l'autorisation de se rendre à Hébron, avec l'arrière-pensée d'y organiser sa révolte contre son père.

--Si les différents voeux rappelés jusqu'ici proviennent tous plus ou moins d'un mobile intéressé, puisqu'il s'agit dans chacun de ces cas d'obtenir une faveur, une grâce, une délivrance, il convient d'ajouter que tous les voeux n'avaient pas ce caractère : le plus remarquable des voeux désintéressés paraît avoir été celui du naziréat (voir ce mot). Celui qui faisait ce voeu, sans doute pour protester contre un genre de vie très répandu et imité de l'exemple des Cananéens, s'engageait à vivre sans aucune défaillance d'une vie de simplicité et même d'austérité telle qu'avait dû être celle des patriarches, et vraiment conforme à la volonté de Dieu ; le nazir s'engageait, pour un temps déterminé, à s'abstenir de vin et de toute autre boisson fermentée, à se laisser pousser les cheveux et à ne pas s'approcher d'un mort, ce qui était considéré comme une cause de souillure (voir No 6:1,21, cf. Jug 13:3,5,1Sa 1:11). A l'expiration du voeu, ses cheveux devaient être coupés par un prêtre et brûlés sur l'autel. C'est un voeu de cette nature que, d'après Ac 18:18 21:23 et suivant, paraît avoir fait saint Paul (à moins que ce ne soit Aquilas : voir Paul [ses voyages], p. 345), sans qu'on en sache la raison déterminante : peut-être une manifestation de sa gratitude envers Dieu à l'occasion de quelque bénédiction particulière. D'après d'autres interprètes, il n'y aurait là qu'une marque de déférence à l'égard d'une antique coutume juive.

--Si fréquent que semble avoir été l'usage de formuler des voeux en Israël, à toutes les époques de son histoire, la Loi n'en a jamais fait une obligation (De 12:6) ; elle déclare explicitement que s'en abstenir ne constitue pas un péché (De 23:22). Mais une fois le voeu formulé, l'obligation de l'accomplir était absolue (De 23:21, No 30:2 et suivant, Jug 11:35) ; d'où l'avertissement solennel des Proverbes (Pr 20:25). Toutefois, d'après la Loi, la validité du voeu de renoncer au mariage, fait par une fille non encore mariée, dépendait de l'assentiment de son père, et celle de certains voeux faits par une femme mariée était subordonnée au consentement de son mari.

--La réalisation des voeux était très souvent accompagnée d'un sacrifice, et le fidèle pouvait disposer à cette intention de quoi que ce fût qui lui appartînt en propre : bétail même impur, champs, maisons, esclaves, ou même enfants ; mais il ne pouvait offrir ce qui était déjà considéré par la Loi comme appartenant de droit à Dieu : premier-né, dîme, etc (Le 27:26-29). En certains cas, le rachat de l'animal ou de l'objet voué à l'Éternel était admis, à des conditions précises (Le 27:13-15,19-27,31). Dans la suite, l'usage de faire des voeux se ressentit de la décadence de la piété juive : le sentiment inspirateur des voeux paraît s'être profondément altéré (voir, par ex., Mal 1:14). Le traité du Talmud intitulé Nedarim (=voeux) est tout entier consacré à la casuistique juive sur les voeux. Jésus a condamné sévèrement ceux qui vouaient au Temple, en le déclarant « corban » (=offrande : c'était le terme hébreu servant alors de formule de consécration), de l'argent qui eût dû servir à l'entretien de parents âgés et dénués de ressources (Mr 7:11-13, Mt 15:5 et suivants, cf. 1Ti 5:8). Pour les personnes ou les objets voués à l'interdit, voir ce mot. M. M.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Genèse 28

      20 Jacob fit ce vœu : « Si Dieu est avec moi et me garde pendant mon voyage, s'il me donne du pain à manger et des habits à mettre,
      22 Cette pierre dont j’ai fait un monument sera la maison de Dieu et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras. »

      Lévitique 27

      13 Si on veut le racheter, on ajoutera un cinquième à son estimation.
      14 » Si quelqu'un consacre sa maison comme une chose sainte pour l'Eternel, le prêtre en fera l'estimation en fonction de son état, bon ou mauvais, et l'on s'en tiendra à l'estimation du prêtre.
      15 Si celui qui a consacré sa maison veut la racheter, il ajoutera un cinquième au prix de son estimation et elle lui appartiendra.
      19 Si celui qui a consacré son champ veut le racheter, il ajoutera un cinquième au prix de ton estimation et le champ lui restera.
      26 » Personne ne pourra consacrer le premier-né de son bétail, car il appartient déjà à l'Eternel en tant que premier-né ; qu’il s’agisse d’un veau ou d’un agneau, il appartient à l'Eternel.
      27 S'il s'agit d'un animal impur, on le rachètera au prix de ton estimation en y ajoutant un cinquième ; s'il n'est pas racheté, on le vendra d'après ton estimation.
      28 » Aucun des biens qu'un homme vouera de manière définitive à l'Eternel ne pourra être vendu ni racheté, qu’il s’agisse d’une personne, d’un animal ou d’un champ de sa propriété ; tout ce qui lui sera voué de manière définitive sera très saint, propriété de l'Eternel.
      29 Aucune personne vouée de manière définitive ne pourra être rachetée : on la mettra à mort.
      31 Si quelqu'un veut racheter quelque chose de sa dîme, il y ajoutera un cinquième.

      Nombres 6

      1 L'Eternel dit à Moïse :
      21 » Telle est la loi pour celui qui fait vœu de naziréat. Telle est son offrande à l'Eternel pour son naziréat, en plus de ce que lui permettront ses ressources. Il accomplira ce qui est ordonné pour le vœu qu'il a fait conformément à la loi de son naziréat. »

      Nombres 30

      2 Moïse dit aux chefs des tribus des Israélites : « Voici ce que l'Eternel ordonne.

      Juges 11

      30 Jephthé fit un vœu à l'Eternel. Il dit : « Si tu livres les Ammonites entre mes mains,
      35 Dès qu'il la vit, il déchira ses vêtements et dit : « Ah ! ma fille ! Tu me jettes dans l'abattement, tu fais partie de ceux qui me troublent ! J'ai fait un vœu à l'Eternel et je ne peux revenir en arrière. »
      40 tous les ans, 4 jours par an, les filles d'Israël s'en vont célébrer la fille de Jephthé le Galaadite.

      Juges 13

      3 L'ange de l'Eternel apparut à la femme et lui dit : « Te voici stérile, sans enfants. Tu deviendras enceinte et tu mettras au monde un fils.
      5 car tu vas devenir enceinte et tu mettras au monde un fils. Le rasoir ne passera pas sur sa tête, parce que cet enfant sera consacré à Dieu dès le ventre de sa mère. Ce sera lui qui commencera à délivrer Israël de la domination des Philistins. »

      1 Samuel 1

      11 Elle fit le vœu suivant : « Eternel, maître de l’univers, si tu consens à regarder la détresse de ta servante, si tu te souviens de moi, si tu n'oublies pas ta servante et lui donnes un fils, je le consacrerai à l'Eternel pour toute la durée de sa vie et le rasoir ne passera pas sur sa tête. »

      1 Samuel 14

      24 La journée fut fatigante pour les Israélites. Saül avait lié le peuple par serment en disant : « Maudit soit l'homme qui prendra de la nourriture avant le soir, avant que je me sois vengé de mes ennemis ! » et personne n'avait pris de nourriture.

      2 Samuel 15

      7 Au bout de 4 ans, Absalom dit au roi : « Permets-moi d’aller à Hébron pour accomplir le vœu que j'ai fait à l'Eternel.

      Proverbes 20

      25 C'est un piège pour l'homme que de prendre à la légère un engagement envers Dieu et de ne réfléchir qu'après avoir fait des vœux.

      Malachie 1

      14 Maudit soit le tricheur qui a dans son troupeau un mâle et qui offre et sacrifie au Seigneur une bête en mauvais état, car je suis un grand roi, dit l'Eternel, le maître de l’univers, et mon nom est craint parmi les nations.

      Matthieu 15

      5 Mais d’après vous, celui qui dira à son père ou à sa mère : ‘Ce dont j'aurais pu t'assister est une offrande à Dieu’

      Marc 7

      11 Mais d’après vous, si un homme dit à son père ou à sa mère : ‘Ce dont j'aurais pu t'assister est corban, c'est-à-dire une offrande à Dieu’,
      12 alors il peut ne plus rien faire pour son père ou pour sa mère.
      13 Vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous avez établie et vous faites beaucoup d'autres choses semblables. »

      Actes 18

      18 Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Ensuite il prit congé des frères et sœurs et embarqua pour la Syrie avec Priscille et Aquilas. Il s'était fait raser la tête à Cenchrées, car il avait fait un vœu.

      Actes 21

      23 C'est pourquoi, fais ce que nous allons te dire. Il y a parmi nous quatre hommes qui ont fait un vœu.

      1 Timothée 5

      8 Si quelqu'un ne prend pas soin des siens, et en particulier des membres de sa famille proche, il a renié la foi et il est pire qu'un non-croyant.
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.