Embarquez avec nous ! ‚úąÔłŹ

Matthieu 5.32

Troisième exemple.

Cet enseignement du Sauveur sur la sainteté du mariage se retrouve aussi ailleurs, provoqué par une question qui lui fut adressée ; (Matthieu 19.3 et suivants) mais il peut fort bien avoir été donné déjà ici, à l'occasion de l'instruction qui précède sur l'adultère.

La prescription mosa√Įque que cite J√©sus (verset 31) se trouve dans Deut√©ronome 24.1. Elle permettait le divorce¬†; la lettre ou (grec) l'acte de r√©pudiation que donnait, dans ce cas le mari √† sa femme, constatait officiellement la s√©paration. Les Juifs, au temps de J√©sus, abusaient de cette autorisation, dont les termes √©taient un peu vagues.

L'√©cole plus stricte de Schamma√Į n'admettait que l'adult√®re comme cause de divorce¬†; mais d'autres¬†: rabbins interpr√©taient le texte mosa√Įque¬†: "Si elle n'a pas trouv√© gr√Ęce √† tes yeux," en disant¬†: "Si quelqu'un voit une femme plus belle que la sienne, qu'il r√©pudie la sienne." (E. Stapfer, La Palestine,...p. 150 et suivants)

J√©sus, qui juge le commandement de Mo√Įse lui-m√™me, (Matthieu 19.8) r√©agit fortement contre la pratique religieuse de ses contemporains. (Matthieu 19.9) Il n'admet qu'un cas qui l√©gitime le divorce¬†: la fornication, c'est-√†-dire, pour la femme mari√©e, l'adult√®re, qui brise et d√©truit de fait le lien conjugal.

Et encore d'excellents interprètes (B. Weiss) estiment que Jésus ne donne pas ici l'adultère comme motif de divorce, mais qu'il veut seulement dire : celui qui répudie sa femme l'expose à devenir adultère, à moins que par la fornication, elle ne se soit déjà rendue telle.

- Si nous admettons la premi√®re explication, qui para√ģt plus naturelle, J√©sus pose ces deux principes¬†: celui qui r√©pudie sa femme pour les motifs futiles alors consid√®res comme suffisants, la fait devenir adult√®re, par la libert√© qu'il lui donne de se remarier, tandis qu'en droit elle est la femme d'un autre¬†; et celui qui √©pouse une femme ainsi s√©par√©e commet le m√™me p√©ch√©, par la m√™me raison. Mais une question se pose¬†: si la s√©paration a eu lieu pour cause d'adult√®re, et qu'ainsi le divorce soit l√©gal, un second mariage le sera-t-il aussi¬†?

Les uns, d'apr√®s ce texte, r√©pondent oui¬†: et telle est l'opinion qui a pr√©valu dans l'Eglise et dans les l√©gislations des pays protestants, qui ont m√™me statu√© d'autres causes l√©gitimes de divorce, les autres, se fondant sur les passages parall√®les Luc 16.18¬†; Marc 10.11 o√Ļ ne se trouve pas la cause exceptionnelle admise ici (si ce n'est pour cause de fornication), r√©pondent non, et consid√®rent le mariage apr√®s divorce comme interdit d'une mani√®re absolue.

Telle est l'opinion et la pratique de l'Eglise et des l√©gislations catholiques, qui n'autorisent en aucun cas le divorce, mais seulement la s√©paration. La question est complexe¬†; J√©sus n'a point entendu l'√©puiser ici, puisqu'il ne parle que de la femme, qui pourtant a les m√™mes droits, et nullement du mari, qui peut avoir les m√™mes torts. (Voir toutefois Marc 10.12, note.) L'ap√ītre Paul pr√©sente de la m√™me mani√®re les deux faces de ce sujet¬†: la pratique la plus s√©v√®re 1Corinthiens 7.10,11 et le point de vue plus adouci. (verset 15) Mais l√† il ne parle que de la s√©paration, et non d'un second mariage. (Voir Matthieu 19.9, note.)


  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

    • Malachie 2

      14 et vous dites¬†: ¬ę¬†Pourquoi¬†?¬†¬Ľ Parce que l'Eternel a √©t√© t√©moin entre toi et la femme de ta jeunesse, que tu as trahie. Et pourtant, elle √©tait ta compagne et la femme avec laquelle tu √©tais li√© par une alliance.
      15 Personne n'a fait cela, avec un reste de bon sens. Un seul l'a fait, et pourquoi ? Parce qu'il recherchait la descendance que Dieu lui avait promise. Veillez sur votre esprit : que personne ne trahisse la femme de sa jeunesse,
      16 car je d√©teste le divorce, dit l'Eternel, le Dieu d'Isra√ęl, et celui qui couvre son habit de violence, dit l'Eternel, le ma√ģtre de l‚Äôunivers. Veillez sur votre esprit et ne commettez pas cette trahison¬†!

      Matthieu 5

      28 Mais moi je vous dis¬†: Tout homme qui regarde une femme pour la convoiter a d√©j√† commis un adult√®re avec elle dans son cŇďur.
      32 Mais moi, je vous dis : Celui qui renvoie sa femme, sauf pour cause d'infidélité, l'expose à devenir adultère, et celui qui épouse une femme divorcée commet un adultère.

      Matthieu 19

      8 Il leur r√©pondit¬†: ¬ę¬†C'est √† cause de la duret√© de votre cŇďur que Mo√Įse vous a permis de divorcer de vos femmes¬†; au commencement, ce n‚Äô√©tait pas le cas.
      9 Mais je vous le dis, celui qui renvoie sa femme, sauf pour cause d‚Äôinfid√©lit√©, et qui en √©pouse une autre commet un adult√®re, [et celui qui √©pouse une femme divorc√©e commet un adult√®re].¬†¬Ľ

      Marc 10

      5 J√©sus leur dit¬†: ¬ę¬†C'est √† cause de la duret√© de votre cŇďur que Mo√Įse vous a donn√© cette r√®gle.
      6 Mais au commencement de la création, Dieu a fait l'homme et la femme ;
      7 c'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère [et s'attachera à sa femme],
      8 et les deux ne feront qu’un. Ainsi, ils ne sont plus deux mais ne font qu’un.
      9 Que l'homme ne s√©pare donc pas ce que Dieu a uni.¬†¬Ľ
      10 Lorsqu'ils furent dans la maison, les disciples l'interrogèrent encore là-dessus.
      11 Il leur dit¬†: ¬ę¬†Celui qui renvoie sa femme et qui en √©pouse une autre commet un adult√®re envers elle,
      12 et si une femme divorce de son mari et en √©pouse un autre, elle commet un adult√®re.¬†¬Ľ

      Luc 9

      30 Et voici que deux hommes s'entretenaient avec lui¬†: c'√©taient Mo√Įse et Elie¬†;
      35 Et de la nu√©e sortit une voix qui dit¬†: ¬ę¬†Celui-ci est mon Fils bien-aim√©¬†: √©coutez-le¬†!¬†¬Ľ

      Luc 16

      18 Tout homme qui renvoie sa femme et en épouse une autre commet un adultère, et tout homme qui épouse une femme divorcée de son mari commet un adultère.

      Romains 7

      3 Si donc elle devient la femme d'un autre homme du vivant de son mari, elle sera considérée comme adultère. Mais si son mari meurt, elle est libérée de cette loi, de sorte qu'elle n'est pas adultère en devenant la femme d'un autre.

      1 Corinthiens 7

      4 Ce n‚Äôest pas la femme qui est ma√ģtresse de son corps, mais son mari. De m√™me, ce n‚Äôest pas le mari qui est ma√ģtre de son corps, mais sa femme.
      10 A ceux qui sont mariés j’adresse, non pas moi, mais le Seigneur, cette instruction : que la femme ne se sépare pas de son mari
      11 ‚Äď si elle est s√©par√©e de lui, qu'elle reste sans se remarier ou qu'elle se r√©concilie avec son mari ‚Äď et que le mari ne divorce pas de sa femme.

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Fermer
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic